Découverte prometteuse sur l'Alzheimer à l'hôpital Douglas

ÉCRIT PAR: Éric Yvan Lemay
Le Journal de Montréal, 2005-11-18 08:23:00

Des chercheurs de l'hôpital Douglas ont identifié une molécule qui arrête la progression de la maladie d'Alzheimer en agissant sur le cholestérol.

Les essais préliminaires de la molécule probucol sur 12 patients ont permis de démontrer que la molécule avait un impact sur la maladie. «On a découvert que cette vieille molécule, qui servait pour les maladies du coeur, avait arrêté la progression de la maladie», dit le Dr Judes Poirier.

Cette découverte fait suite à l'observation d'un nombre plus élevé de cas d'Alzheimer chez les personnes souffrant d'hypertension, de diabète et ayant un taux de cholestérol élevé.

Neurones

Chez ces derniers, le transport de cholestérol entre les neurones est ralenti. «Le cholestérol compose une bonne partie du cerveau, c'est comme un isolant électrique.

Chez les patients au cholestérol élevé, l'activité est ralentie «, explique-t-il. En fait, 25 % de tout le cholestérol de l'organisme se trouve dans le cerveau. C'est à ce moment qu'entre en jeu la molécule probucol, qui active le transport de cholestérol au cerveau.

Excités par les résultats, les chercheurs ont mis sur pied une petite entreprise de biotechnologie pour rendre la molécule encore plus performante.

Ultimement, ils croient qu'elle pourrait même régénérer certains rebranchements neuronaux et retarder la maladie de cinq à dix ans. «En réduisant l'apparition de dix ans, on éviterait 94 % des cas d'Alzheimer. Les gens mourraient de vieillesse avant de développer la maladie», conclut le Dr Poirier.

Plus de renseignements dans Canoë Santé
RECOMMANDÉ POUR VOUS
AILLEURS SUR LE WEB
BackToTop