Les traitements contre le psoriasis insuffisants dans 20 % des cas

ÉCRIT PAR: , 2017-02-03 09:25:00

Les traitements ne sont pas efficaces dans un cas sur 5.
Photo Fotolia

Le psoriasis, une maladie auto-immune provoquant une inflammation cutanée, ne guérit pas. Des traitements en soulagent les symptômes. Toutefois, ils ne seraient pas efficaces pour près de 20% des malades, souligne cette nouvelle étude suédoise.

Il existe aujourd'hui un large éventail de traitement pour soulager les symptômes liés au psoriasis. Cette pathologie chronique qui survient généralement chez des patients prédisposés génétiquement évolue par poussées. Elle se traduit par un renouvellement accéléré de l'épiderme provoquant des lésions en plaques rouges avec des squames blanches et des démangeaisons. Elle peut aussi être à l'origine d'un isolement social.

Les traitements disponibles sont adaptés au degré de sévérité de la maladie et peuvent se présenter sous forme de comprimés à avaler, d'injections ou de décoctions. Pourtant, ils ne seraient pas efficaces pour près de 1 patient sur 5 souffrant de formes modérées à sévères de la maladie.

C'est ce que viennent de montrer des chercheurs de l'université d'Umea (Suède) et de l'Institut suédois en économie de la santé.

Leur étude, publiée dans The Journal of Dermatologic Treatment, s'est basée sur PsoReg, le registre de qualité lié au traitement systématique du psoriasis en Suède. Près de 2646 patients suivis et traités depuis au moins 3 mois ont été inclus dans l'étude. Le degré de sévérité de leur maladie a également été pris en compte et mesuré par l'évaluation clinique du médecin traitant et par le patient lui même, au travers du retentissement de la maladie sur sa qualité de vie.

Depuis plus de 10 ans, l'arsenal thérapeutique a beaucoup progressé et de nouveaux traitements ont fait leur apparition pour les formes modérées à sévères de la maladie. Ils améliorent l'aspect de la peau et sont généralement mieux tolérés avec moins d'effets secondaires

Les chercheurs ont constaté qu'au sein de ce groupe, 18 % des patients continuaient d'avoir des lésions cutanées importantes et/ou souffraient d'une détérioration de leur qualité de vie à cause de leurs problèmes de peau. La plupart étaient jeunes. Ils souffraient aussi beaucoup plus fréquemment d'arthrite psoriatique et étaient plus souvent fumeurs.

Ce résultat est «préoccupant» selon les auteurs de cette étude. Ils suggèrent notamment que les patients souffrant de formes modérées à sévères et sous traitement conventionnel systémique passent à un traitement biologique. Quant à ceux qui en bénéficient déjà, ils devraient envisager de nouvelles stratégies thérapeutiques. Les scientifiques préconisent également d'apporter un soutien à ces malades pour les aider à améliorer certains aspects de leur mode de vie.

Plus de renseignements dans Canoë Santé
RECOMMANDÉ POUR VOUS
AILLEURS SUR LE WEB
BackToTop