Ostéoporose: une piste de nouveaux traitements pour densifier les os

ÉCRIT PAR: Relaxnews, 2016-10-21 14:17:00

Une hormone pourrait améliorer la densité minérale osseuse chez les patients.
Photo Relaxnews
Des chercheurs américains ont mis en lumière comment une hormone, la PHT, jouait un rôle bénéfique sur la reconstitution des cellules de l'os, appelées ostéocytes. Cette nouvelle étude, publiée dans Nature, ouvre la voie à de nouveaux traitements possibles de l'ostéoporose, dont la journée mondiale a lieu aujourd'hui.

Son nom est déjà connue des rhumatologues. La parathormone, PTH, une hormone sécrétée par les petites glandes située de chaque côté de la thyroïde, joue un rôle majeur dans la régulation de la répartition du calcium dans l'organisme. Son rôle principal est de stimuler la libération de calcium par les os et la réabsorption du calcium au niveau des reins pour augmenter le taux de calcium sanguin.

Ce traitement plus coûteux, disponible aux États-Unis et en Europe, est aujourd'hui utilisée dans l'ostéoporose chez les patientes ayant au moins déjà deux fractures vertébrales pour stimuler la formation osseuse. Les injections quotidiennes sont effectuées par la patiente elle-même après un bref apprentissage, au moyen d'un stylo pré-rempli identique à celui utilisé pour les injections d'insuline.

Alors que la journée mondiale consacrée à l'ostéoporose a eu lieu jeudi, des chercheurs de l'université du Massachussets aux États-Unis ont découvert le mécanisme qui faisait de cette hormone un traitement efficace.

Concrètement, les chercheurs ont découvert qu'elle stoppait l'action d'enzymes (SIK2) qui bloquent la production des cellules osseuses. Ils ont alors testés une série de molécules inhibitrices de cette classe d'enzymes chez des souris et constaté qu'elles régulaient en effet l'expression des gènes cibles de la PTH.

Par ailleurs, les chercheurs ont mis en évidence un inhibiteur spécifique capable d'imiter l'action de la PHT.

Autrement dit, de nouveaux inhibiteurs ciblant ces enzymes pourrait constituer de nouveaux traitements et améliorer la densité minérale osseuse chez les patients et aussi réduire ainsi le risque de survenue de fractures vertébrales et des fractures périphériques. Tous les os peuvent être touchés, mais les vertèbres, le col du fémur et le poignet sont les plus fréquemment atteints.

À noter que toutes les femmes ménopausées ne développeront pas systématiquement une ostéoporose. Avant la ménopause, les cas d'ostéoporose sont heureusement rares. Dans la majorité des cas, les os commencent à se fragiliser dès 50-55 ans.

En cette journée mondiale, les professionnels de santé rappellent que l'ostéoporose ne se traite pas uniquement par des médicaments et peut-être prévenue par une hygiène de vie globale. S'exposer au soleil pour fabriquer de la vitamine D, faire du sport pour préserver et renforcer le capital osseux, limiter le tabac, l'alcool (2 verres par jour maximum), la caféine (café, soda au cola, boisson énergisante) et adopter une alimentation équilibrée sont les principaux conseils à suivre.

Plus de renseignements dans Canoë Santé
BackToTop