Améliorez vos connaissances

Le cas de la cataracte

En vieillissant, le risque de développer une cataracte augmente. La cataracte ressemble à un voile qui, en apparaissant sur le cristallin de l'œil, entraîne une perte de vision. Les tailles des cataractes sont variables, de même que l'effet qu'elles ont en conséquence sur la vision. Les cataractes n'épargnent aucun groupe d'âge, bien qu'elles touchent plus fréquemment la vision des personnes âgées de plus de 60 ans.

Nul ne connaît l'origine exacte des cataractes. Ce que l'on sait, c'est qu'elles résultent d'un changement de l'équilibre chimique dans le cristallin de l'œil – la partie de l'œil qui envoie la lumière à la rétine, au fond de l'œil. Lorsque le cristallin se couvre, il devient difficile de voir correctement. Âge avancé, blessures aux yeux, certaines maladies (p. ex. : le diabète), certains médicaments, tabagisme et antécédents familiaux de cataractes sont autant de facteurs qui, croit-on, pourraient jouer un rôle dans le développement de cette affection.

Les cataractes ne se propagent pas d'un œil à l'autre – une cataracte dans un œil n'entraînera pas de cataracte dans l'autre. Pourtant, il arrive souvent que les cataractes se développent malheureusement dans les deux yeux en même temps – bien qu'elles puissent y progresser à des rythmes différents.

Si vous êtes atteint de cataracte, il peut s'écouler des années avant qu'elle ne gêne votre vision de façon significative. D'ici là, il est probable que votre ophtalmologue continuera à changer l'ordonnance pour vos lunettes afin de vous aider à optimiser votre vision. Passé un certain stade toutefois, il faudra passer à un traitement plus poussé. À ce moment-là, la seule option efficace consistera en une intervention chirurgicale pour remplacer le cristallin voilé par un nouveau cristallin, artificiel.

Dans le cas de la cataracte, on procède à une intervention chirurgicale en clinique externe (c.-à-d. le patient ne reste pas à l'hôpital). Il s'agit d'une intervention assez simple pour les chirurgiens ophtalmologues. Pendant l'intervention chirurgicale, on a recours à l'anesthésie locale pour vous maintenir éveillé, bien que vous ne ressentiez pas de douleur. Après l'opération, il suffit généralement de prendre des analgésiques sans ordonnance et un antibiotique sur ordonnance sous forme de gouttes pour les yeux pendant la durée de votre rétablissement.

Comme pour toute opération, la chirurgie de la cataracte comporte un risque – mais la bonne nouvelle, c'est que le taux de réussite est élevé : 95 % des personnes voient leur vision s'améliorer après l'opération. Il arrive souvent que des lunettes restent nécessaires pour lire ou voir des objets de près, mais votre vision de loin à proprement parler pourra s'améliorer considérablement. Environ quatre semaines après l'intervention chirurgicale, votre ophtalmologue examinera vos yeux et vous donnera une ordonnance pour de nouvelles lunettes – en même temps qu'un nouveau bail sur votre vue!

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Troubles-de-la-vue-comment-y-remedier

Ne perdez pas de vue la dégénérescence maculaire

En Amérique du Nord, la dégénérescence maculaire est la cause principale de la perte de la vue parmi les personnes âgées de plus de 50 ans. Même si cette maladie peut se développer à tout âge, elle fait couramment partie du processus de vieillissement, où l'on y fait référence en parlant de « dégénérescence maculaire liée à l'âge » (DMA).

La dégénérescence maculaire survient au fur et à mesure que la macula se détériore. La macula se trouve au centre de la rétine (tissu situé au fond de l'œil, sensible à la lumière). C'est elle qui nous permet de distinguer les couleurs et de discerner les petits détails. Au fur et à mesure que la macula dégénère, une petite tache ou un voile trouble apparaît au milieu du champ de vision, ce qui empêche de voir clairement. Avec le temps, la taille de cet obstacle peut augmenter, allant jusqu'à bloquer la vue d'objets placés directement en face de la personne. Tandis que la vision périphérique (vision sur les côtés) reste généralement intacte, certaines activités considérées autrefois comme un fait acquis – lecture, passe-temps, sport ou même reconnaître le visage d'un proche par exemple – ne sont plus toujours possibles.

Il existe deux formes de DMA : la forme dite « sèche » et la forme dite « humide ». La forme sèche représente environ 90 % des cas; elle évolue de façon progressive au fur et à mesure de la détérioration lente du tissu de la rétine. La forme humide est plus grave et implique une fuite des vaisseaux sanguins qui parcourent la rétine; l'endommagement qui s'ensuit mène à une perte rapide de la vision.

Si vous avez des antécédents familiaux de DMA, consultez votre ophtalmologue au sujet de vos risques d'avoir hérité cette affection. D'autres facteurs peuvent influer sur ces risques, y compris le tabagisme, l'endommagement causé par les rayons ultraviolets (par ex. le rayonnement solaire), des lésions ou des infections oculaires, une pression artérielle élevée, un diabète et le durcissement des artères rétiniennes.

Il n'existe pas de « remède miracle » à la DMA. Comme dans le cas de nombreuses maladies, la détection précoce joue un rôle capital dans la réussite du traitement – donc, veillez à aller régulièrement chez votre ophtalmologue pour qu'il examine vos yeux. Si l'on sait que certaines associations de vitamines, comme celles qui renferment de la bêta-carotène, des vitamines C et E, du zinc, de la leutine, de la zéaxanthine et des acides gras oméga-3, retardent la progression de la DMA sèche, elles ne peuvent ni l'arrêter complètement ni réparer tout dégât déjà produit. La DMA humide peut souvent être traitée au moyen d'une intervention appelée thérapie photodynamique, ce qui suppose l'injection d'un colorant et la projection d'une lumière infrarouge sur la macula afin d'arrêter la fuite de liquides des vaisseaux sanguins. Cette intervention peut aider à restaurer une partie de la vision. Une intervention chirurgicale au laser est une autre option thérapeutique. Les chercheurs qui travaillent sur de nouveaux médicaments espèrent qu'un jour ces derniers pourront contrecarrer cette maladie dégénérative.

Pour apprendre à vivre avec la perte de vision et optimiser l'usage de votre vision périphérique restante, contactez l'Institut national canadien pour les aveugles (INCA). Ou demandez à votre ophtalmologue de vous diriger vers les ressources en la matière proches de chez vous. Même si une perte de la vision peut être à l'origine d'un sentiment d'isolation, n'oubliez pas que la dégénérescence maculaire est une affection courante et qu'il existe de nombreuses sources de soutien et d'aide.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Troubles-de-la-vue-comment-y-remedier

La solution du laser

Au cours des deux dernières décennies, la chirurgie oculaire au laser a offert aux Canadiens une solution alternative aux lunettes et aux verres de contact. Cette intervention est-elle une solution pour vous?

La chirurgie oculaire au laser peut corriger des problèmes de vision courants comme la myopie (difficulté à voir de loin), l'hypermétropie (difficulté à voir de près) et l'astigmatisme (lorsque l'œil a de la difficulté à concentrer les rayons de lumière à cause de la forme irrégulière de la cornée [la surface externe de l'œil]). La chirurgie sert maintenant aussi pour traiter la presbytie (l'incapacité de bien voir les objets qui sont près), laquelle est une partie normale du vieillissement et est habituellement corrigée au moyen de lunettes de lecture.

Les Canadiens peuvent maintenant choisir entre 4 types de chirurgie pour corriger leur vision :

  • La photokératectomie réfractive (PKR) suppose que l'on détruise, en les brûlant avec un laser, de petites quantités de tissu sous la surface de la cornée afin de changer la forme de la cornée (surface oculaire avant). Ce changement de forme vous aidera à mieux voir.
  • La kératomileusie in situ au laser (LASIK) nécessite une petite incision (coupure) à travers la surface de la cornée (créant ainsi un « lambeau ») permettant au chirurgien d'atteindre les tissus sous-jacents. De petites quantités de tissu sont enlevées en utilisant un laser pour le brûler. Puis, le lambeau est replacé sur la cornée et celle-ci guérit facilement par la suite.
  • La kératomileusie épithéliale au laser (LASEK), une variante de la PRK et de la LASIK, consiste à inciser la membrane externe de la cornée de sorte qu'un faisceau laser peut détruire de petits morceaux de tissu sous la surface de la cornée.
  • La technique Epi-LASIK est une version modifiée de la LASEK qui permet le retrait de la couche externe de la cornée par voie mécanique.

Si la chirurgie des yeux peut sembler douloureuse et donc vous dégoûter, il s'agit en fait d'une intervention assez indolore, et pour laquelle on n'a pas besoin d'aller à l'hôpital. Des chirurgiens spécialement formés procèdent à ces interventions dans des cliniques spéciales, et les yeux guérissent rapidement après l'opération, bien qu'il soit possible que vous ayez la vision trouble au début (en particulier après la PKR ou la LASEK). La technique chirurgicale LASEK suscite certaines des craintes communes à la PRK et à la LASIK. Le risque d'infection est faible.

Si de nombreuses personnes sont satisfaites de la correction de leur vue par chirurgie oculaire au laser, il est parfois nécessaire de consulter à nouveau pour une intervention de suivi qui corrigera encore davantage votre vue. Ce cas est plus fréquent après la PKR et la LASEK qu'après la LASIK. Il se peut que vous deviez toutefois continuer à porter des lunettes ou des lentilles. Ce cas est plus vraisemblable si vos yeux n'ont pas bien répondu à l'intervention chirurgicale (c.-à-d. s'ils sont revenus à leur état d'origine). Des facteurs inéluctables peuvent également être en jeu, tels que des altérations de la vision dues au vieillissement.

Si la chirurgie oculaire au laser vous intéresse prenez rendez-vous avec une ophtalmologiste (un médecin spécialisé dans les yeux et les soins de la vue). Selon la nature de votre situation, les médecins vous conseilleront sur la possibilité ou non de corriger vos troubles de la vue par chirurgie au laser. Comme dans chaque opération, il existe toujours des risques (le risque de complications graves est plus élevé dans le cas de la LASIK, car cette intervention suppose que l'on coupe la cornée), alors pensez à poser à votre médecin toutes vos questions. Et n'oubliez pas que votre régime d'assurance-santé peut ne pas prendre en charge cette intervention; des aspects financiers seront alors également à prendre en compte.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Troubles-de-la-vue-comment-y-remedier

Les lentilles vous intéressent?

De nombreux Canadiens choisissent de porter des verres de contact plutôt que des lunettes. Les lentilles offrent de nombreux avantages : elles ne glissent pas sur votre nez ni ne s'embuent l'hiver, elles ne font pas des bonds en haut et en bas pendant que vous faites du sport, et on les remarque moins que les lunettes. Il suffit de penser à les enlever et de porter des lunettes si vous avez des irritations ou soupçonnez une infection aux yeux. Même si votre ophtalmologue est le plus à même de vous recommander les options qui vous conviennent, voici un aperçu de ce qui existe, ainsi que deux ou trois choses à ne pas oublier.

Verres de contact souples : C'est ce que choisissent la plupart des personnes qui portent des verres de contact. Les lentilles souples sont fabriquées à partir d'un type de plastique qui contient une grande quantité d'eau, ce qui permet à l'oxygène de passer au travers de l'œil. Toutefois, du fait qu'elles sont si perméables, ces lentilles sont également plus sujettes aux infections que les lentilles dures. Le soir, il faut enlever les verres de contact souples et les désinfecter.

Verres de contact durs : Ils sont fabriqués avec un type de plastique plus rigide que les lentilles souples, c'est pourquoi de nombreuses personnes les trouvent moins confortables. Néanmoins, du fait de leur nature « dure », ces lentilles ne sont pas aussi fragiles que les lentilles souples et sont aussi plus faciles d'entretien. Les lentilles dures réduisent la quantité d'oxygène qui atteindrait autrement vos yeux, c'est pourquoi il faut les enlever le soir (et les nettoyer) afin de garder des yeux en bonne santé et « en forme ».

Lentilles rigides perméables au gaz : Il s'agit d'une sorte de verres de contact durs qui permettent que davantage d'oxygène atteigne l'œil qu'avec les traditionnelles lentilles dures. Si vous êtes astigmate (quand une forme irrégulière de la surface oculaire avant [cornée] rend difficile la mise au point de l'œil), votre ophtalmologue pourra vous conseiller cette option.

Lentilles à port prolongé : Il s'agit de lentilles spéciales (soit souples, soit rigides et perméables au gaz) conçues pour être portées pendant de nombreux jours consécutifs sans avoir à les enlever le soir. N'essayez pas de porter vos traditionnels verres de contact de cette façon. Tandis que ces lentilles à port prolongé offrent certains côtés pratiques (p. ex. : moins d'entretien), elles ont été associées à une augmentation des troubles oculaires tels que les infections de la cornée, alors veillez à discuter des bienfaits et des risques en jeu avec votre ophtalmologue ou votre optométriste.

Lentilles jetables : Les lentilles jetables sont des lentilles conçues pour être jetées après avoir été portées un certain temps. On peut les jeter quotidiennement, hebdomadairement ou mensuellement selon le type de lentilles que votre médecin vous a recommandé. Ces lentilles sont fabriquées au moyen d'un matériau plus fin que les traditionnelles lentilles de contact souples et elles contiennent davantage d'eau. Parce qu'on les jette et qu'on les remplace régulièrement, elles présentent un moindre risque de troubles oculaires pouvant autrement se développer du fait du dépôt de protéines et de lipides accumulé sur les lentilles. À moins d'utiliser les lentilles jetables quotidiennement, il est toujours nécessaire d'enlever ces lentilles le soir et de les nettoyer.

Lentilles cosmétiques : Également connues sous le nom de lentilles de couleur, ces lentilles changent la couleur apparente des yeux. Ces lentilles peuvent donner un résultat très naturel et peuvent assombrir des yeux clairs ou, au contraire, éclaircir des yeux foncés. Il existe également d'autres effets tout aussi intéressants. Si vous achetez des lentilles dont la raison d'être est purement esthétique et qui ne corrigent pas votre vue, vous n'avez pas besoin d'une ordonnance pour les acheter au Canada. Il existe également des verres de contact vendus sur ordonnance qui sont teintés. Adressez-vous au magasin d'optique près de chez vous pour de plus amples détails.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Troubles-de-la-vue-comment-y-remedier

Plus de renseignements dans Canoë Santé
RECOMMANDÉ POUR VOUS
AILLEURS SUR LE WEB
BackToTop