Améliorez vos connaissances

Qu'est-ce que l'indigestion ?

L'indigestion est aussi désignée dyspepsie. La dyspepsie touche 25 % de la population générale et, chaque personne décrit ses symptômes d'une façon différente, soit douleur gastrique, mal d'estomac, brûlures d'estomac, sensation de ballonnement ou de plénitude après seulement quelques bouchées de nourriture.

De nombreuses personnes ne sont atteintes de dyspepsie qu'une fois de temps en temps, par conséquent elles n'ont probablement recours qu'occasionnellement à un antiacide en vente libre et elles ne cherchent jamais à obtenir des soins médicaux. D'autres personnes éprouvent des symptômes tellement fréquents ou tellement gênants qu'ils influent sur leur capacité d'accomplir leurs activités quotidiennes avec plaisir. Pour certains la dyspepsie serait un signe inquiétant d'un trouble plus grave.

La dyspepsie peut être causée tant par des médicaments sur ordonnance qu'en vente libre. L'AAS (aussi connu sous l'appellation acide acétylsalicylique, par ex. Aspirin® et ses produits génériques), peut déranger l'estomac même lorsqu'il est pris à petites doses. Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (également désignés AINS) sont aussi susceptibles de causer une dyspepsie. Quelques AINS, comme l'ibuprofène, sont obtenus en vente libre, tandis que beaucoup d'autres sont délivrés sur ordonnance. Au nombre des médicaments qui sont connus pour déranger l'estomac, on compte les suppléments de potassium, les suppléments de fer, la niacine, quelques antibiotiques, des médicaments contre la douleur contenant de la codéine (ou un autre narcotique), des stéroïdes (par ex. la prednisone) et les œstrogènes. Si vous vous demandez si vous prenez un médicament en vente libre ou sur ordonnance qui pourrait être à l'origine de vos douleurs abdominales, posez la question à votre pharmacien. Il devrait être en mesure de vous donner des conseils sur la meilleure façon de prendre le médicament pour atténuer son effet sur l'estomac.

On accuse plus particulièrement certains aliments de causer une dyspepsie. Le café (avec et sans caféine) ainsi que les aliments épicés et gras sont souvent mis en cause. Les produits laitiers sont susceptibles de déclencher des crampes, une sensation de ballonnement, des gaz et de la diarrhée chez les personnes qui ne peuvent pas tolérer le lactose. L'alcool se trouve également couramment lié à des douleurs abdominales. Des problèmes psychologiques ou le stress créé par des événements marquants peuvent aggraver les symptômes et influer sur le traitement.

Dans certains cas des troubles médicaux peuvent entraîner une dyspepsie. Le reflux gastro-œsophagien (RGO) est un trouble produit par la remontée anormale dans l'œsophage (conduit assurant le transport des aliments) de l'acide qui se trouve normalement dans l'estomac pour digérer les aliments. Ce trouble peut causer des brûlures d'estomac et de l'indigestion. Il se peut que votre médecin vous propose des options médicamenteuses et non médicamenteuses (changements apportés à votre mode de vie) pour soulager les symptômes des brûlures d'estomac. Ces solutions corrigent le problème de la majorité des gens. Mais dans certains cas votre médecin pourrait prescrire un examen qui consiste à explorer l'œsophage au moyen d'un tube optique. Cette exploration s'appelle une endoscopie. Votre médecin prescrira cet examen si votre médicament n'apaise pas vos symptômes, si vous ressentez une gêne ou une douleur lorsque vous avalez, si vous accusez une perte de poids inexpliquée ou si des symptômes de saignement se manifestent (comme un vomi qui ressemble à du marc de café ou des selles noirâtres et goudronneuses). L'examen permet d'établir le diagnostic et le traitement de certaines complications liées au RGO, comme le rétrécissement de l'œsophage. On l'utilise aussi pour exclure d'autres causes de symptômes et pour que votre médecin soit en mesure de recommander un traitement adapté à votre cas.

Les ulcères gastroduodénaux qui sont des ulcères qui se forment dans l'estomac, ou dans le duodénum (partie de l'intestin située à l'extrémité de l'estomac), entraînent aussi une dyspepsie. La plupart des personnes atteintes de dyspepsie n'ont toutefois pas d'ulcères. Les ulcères gastroduodénaux se manifestent plus communément chez les personnes qui ont plus de 40 ans, les personnes qui prennent des AINS, celles dont le mucus gastrique héberge le type de bactérie Helicobacter pylori, les personnes ayant des antécédents d'ulcère gastroduodénal, celles qui fument, et les hommes.

Il n'a pas été possible d'identifier la cause de la dyspepsie de plus de la moitié des personnes qui en étaient atteintes et qui ont sollicité des soins médicaux. Ces personnes souffraient en réalité de ce que l'on appelle une dyspepsie fonctionnelle. Il est possible qu'elle existe parce que l'estomac ne se décontracte pas comme il devrait après un repas. Ou encore, la vidange de l'estomac se fait à un rythme trop lent.

Vous devriez consulter votre médecin au plus tôt si vous constatez :

  • une dyspepsie alors que vous avez plus de 55 ans,
  • une perte de poids inattendue,
  • une anémie ou un faible taux de fer sanguin (vous pourriez avoir le teint pâle ou ressentir de la fatigue et de la faiblesse),
  • un vomi qui ressemble à du « marc de café » (sollicitez immédiatement des soins médicaux),
  • des selles noirâtres et goudronneuses (sollicitez immédiatement des soins médicaux),
  • des difficultés d'avaler,
  • des vomissements persistants.

Qu'est-ce qui peut atténuer les symptômes de dyspepsie ?

Les options thérapeutiques non médicamenteuses comprennent l'apport de changements au mode de vie comme une alimentation saine, le maintien d'un poids santé et l'abandon du tabac. Parmi les choix de médicaments possibles on retrouve une famille de médicaments connus sous l'appellation inhibiteurs de la pompe à protons (IPP), une famille des médicaments appelés antagonistes des récepteurs à l'histamine H2 (ARH2), et, dans certains cas, un traitement par IPP et par antibiotiques contre une infection de l'estomac par Helicobacter pylori.

Les brûlures d'estomac - plus qu'un simple désagrément ?

Qu'entend-on par brûlures d'estomac ?

Les brûlures d'estomac sont souvent décrites comme une douleur cuisante qui se situe juste en dessous ou derrière le sternum. Selon quelques personnes, ce serait une douleur rythmée, ou en vagues, qui se développerait à partir de l'estomac et déferlerait vers la partie supérieure du thorax ou la gorge. Certaines personnes associent la douleur à des repas copieux trop riches en matières grasses, tandis que d'autres ressentent une douleur qui perturbe leur sommeil durant la nuit.

Les femmes enceintes souffrent couramment de brûlures d'estomac. Et, beaucoup de personnes font de temps à autre un repas copieux ou ingèrent des aliments épicés qui déclenchent un épisode de brûlures d'estomac. Mais pour d'autres personnes, les symptômes de brûlures d'estomac se manifestent beaucoup plus souvent. Les brûlures d'estomac fréquentes sont parfois un symptôme classique d'un trouble dénommé reflux gastro-œsophagien (RGO). Comment pouvez-vous savoir si vos brûlures d'estomac sont un symptôme de RGO ? Il est probable que votre médecin posera le diagnostic de RGO en se basant sur une description des symptômes et de leur fréquence (2 jours ou plus par semaine). NI la fréquence NI la gravité des symptômes est un bon indicateur du degré des dommages œsophagiques. Afin d'évaluer les dommages œsophagiques, vous devrez probablement subir un examen connu sous le nom d'endoscopie qui consiste à introduire un tube dans l'œsophage pour en étudier la paroi. Bien souvent, cependant, une endoscopie n'est pratiquée que lorsqu'un traitement médicamenteux ne s'est pas avéré efficace, étant donné qu'un médecin prescrira souvent des médicaments en premier comme une simple épreuve diagnostique du RGO. Si les symptômes de la personne répondent aux médicaments, alors le médecin en conclut que le RGO était à l'origine des symptômes. Sinon, des examens complémentaires, comme une endoscopie, sont nécessaires.

Qu'est-ce qui cause le RGO ?

L'œsophage est le conduit qui permet à la nourriture de passer de la bouche à l'estomac. Étant donné que la fonction de l'œsophage est de transporter la nourriture, sa paroi n'est censée être en contact avec l'acide gastrique (acide et pepsine) que pour de courts espaces de temps. Il y a, entre l'œsophage et l'estomac, un dispositif de fermeture qui barre le passage à une remontée du contenu de l'estomac dans l'œsophage. Et, si un reflux se produit malgré tout, l'œsophage peut normalement repousser le contenu dans l'estomac et neutraliser l'acide.

L'acide gastrique reste dans l'œsophage des personnes atteintes de RGO plus longtemps que normal. C'est soit parce que le dispositif de fermeture entre l'estomac et l'œsophage ne fonctionne pas bien ou parce que l'œsophage ne réussit pas à repousser le contenu et à neutraliser l'acide. D'autres facteurs peuvent entrer en ligne de compte, comme le volume du contenu de l'estomac, ou la quantité d'acide et de pepsine dans l'estomac.

La salive est l'un des moyens que le corps emploie pour effectivement neutraliser l'acide gastrique qui se trouverait dans l'œsophage. Pendant notre sommeil, la quantité de salive diminue. Ce phénomène pourrait contribuer à l'apparition des symptômes de brûlures d'estomac la nuit. Le tabagisme diminue la sécrétion de la salive et la nicotine exerce probablement une influence sur le dispositif de fermeture situé entre l'estomac et l'œsophage.

Certains aliments peuvent causer un mauvais fonctionnement du dispositif de fermeture entre l'œsophage et l'estomac, il s'agit des aliments gras, du chocolat et de la menthe poivrée, entre autres. Un grand nombre de médicaments délivrés sur ordonnance peuvent aussi affaiblir le dispositif de fermeture. L'obésité est un autre facteur de risque possible de RGO.

Le RGO peut-il entraîner des problèmes persistants ?

Un RGO de longue date, et négligé, peut mener à une irritation de la paroi de l'œsophage (dénommée œsophagite) et à des cicatrices sur l'œsophage. Ces cicatrices forment ce que l'on appelle des sténoses et elles peuvent rendre la déglutition difficile parce qu'elles provoquent le rétrécissement du calibre de l'œsophage.

Négligé, le RGO peut causer d'autres problèmes éventuellement. Le revêtement de la paroi de l'œsophage de certaines personnes atteintes de RGO subira des modifications cellulaires en raison de l'exposition de longue durée à l'acide gastrique. Il se produit alors ce que l'on appelle un ulcère de Barrett, et les personnes qui en sont atteintes doivent subir des examens de santé réguliers étant donné qu'elles courent un risque accru de cancer de l'œsophage.

Quand devrais-je consulter mon médecin à propos de brûlures d'estomac ?

Si les symptômes de brûlures d'estomac vous importunent, ou si les symptômes interfèrent avec votre sommeil, ou vos activités quotidiennes, consultez votre médecin. Votre médecin peut vous proposer des options médicamenteuses et non médicamenteuses (l'apport de changements au mode de vie) qui pourraient s'avérer utiles.

Vous devriez consulter votre médecin au plus tôt si vous avez :

  • des symptômes qui apparaissent alors que vous avez plus de 55 ans,
  • une perte de poids inattendue,
  • une anémie ou un faible taux de fer sanguin (vous pourriez avoir le teint pâle ou ressentir de la fatigue et de la faiblesse),
  • du vomi qui ressemble à du « marc de café » (sollicitez immédiatement des soins médicaux),
  • des selles noirâtres et goudronneuses (sollicitez immédiatement des soins médicaux),
  • des difficultés d'avaler,
  • des vomissements persistants.

Le germe lié aux ulcères

Il y a dans l'estomac des substances qui protègent sa paroi contre les dommages. Il y a aussi des substances au caractère agressif, comme l'acide gastrique et la pepsine, qui aident à digérer les aliments. Un ulcère se forme en raison d'un déséquilibre entre les facteurs protecteurs et agressifs présents dans l'estomac. Le terme ulcère gastroduodénal peut désigner un ulcère de l'estomac ou un ulcère du duodénum (partie initiale de l'intestin à l'extrémité de l'estomac).

Une infection bactérienne due à la présence de Helicobacter pylori, ou H. pylori, est un autre facteur important dans la survenue d'ulcères ou du ralentissement de la guérison des ulcères. Environ 80 % à 90 % des ulcères sont probablement liés à la présence d'une infection par H. pylori dans l'estomac. La bactérie H. pylori peut mener à une augmentation de la production de l'acide dans l'estomac et à la diminution des facteurs protecteurs dans le duodénum, donc à la survenue d'ulcères gastroduodénaux. Une infection par H. pylori peut aussi accroître le risque de cancer de l'estomac. Pour ces raisons, un grand nombre de personnes subissent des examens visant à dépister la présence de H. pylori, et une association médicamenteuse particulière leur sont prescrite pour éradiquer l'infection par H. pylori.

D'où provient cette bactérie ? Comment pénètre-t-elle dans l'organisme ?

Helicobacter pylori se propage entre personnes, probablement par l'ingestion accidentelle de petites quantités de matières fécales. Par exemple, si vous touchez d'abord une surface contaminée par des matières fécales et ensuite votre bouche, vous pouvez avaler des matières fécales sans vous en rendre compte.

Comment puis-je savoir si je suis infecté par cette bactérie, et si c'est le cas, qu'est-ce qui pourrait m'en débarrasser ?

Votre médecin peut déterminer la présence de Helicobacter pylori au moyen d'un simple test respiratoire. D'autres méthodes de détection comprennent l'examen d'un échantillon de matières fécales, des analyses de sang et des biopsies (au moyen du prélèvement d'un fragment de tissu).

Le traitement qui permet de débarrasser une personne de Helicobacter pylori est une association médicamenteuse - réunissant souvent 1 inhibiteur de la pompe à protons (IPP) et 2 antibiotiques. Il est très important que ce médicament soit pris conformément aux indications du médecin pour que le traitement ait de plus fortes chances d'agir efficacement.

Quel rôle jouent les AINS et l'AAS dans les ulcères ?

Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), que l'on prend souvent contre la douleur arthritique, sont une cause importante d'ulcères. Les AINS préviennent la production d'une substance qui protège l'estomac. Les AINS irritent aussi directement la paroi de l'estomac. Les personnes qui prennent des AINS régulièrement courent un risque accru d'ulcère. Les ulcères gastroduodénaux causés par les AINS peuvent quelquefois mener à des complications comme un saignement gastrointestinal.

Environ 15 % à 45 % des personnes qui prennent des AINS tous les jours ont un ulcère gastroduodénal, et elles ne le savent pas. De plus, 1 % à 4 % des personnes qui prennent un AINS pendant toute une année auront une grave complication.

L'AAS (aussi connu sous l'appellation acide acétylsalicylique, par ex. Aspirin® et ses produits génériques) est souvent prescrit à faibles doses pour réduire le risque d'accidents vasculaires cérébraux (des personnes qui ont déjà fait un accident vasculaire cérébral), ou pour réduire le risque d'une première crise cardiaque non fatale (des personnes qui n'ont pas fait de crise cardiaque, mais qui en courent le risque). Il aide à éviter la formation de caillots à certains endroits. Même à faibles doses, la prise régulière de l'AAS peut causer des ulcères, de la même façon que les AINS. L'AAS utilisé dans cette intention joue un rôle important dans la santé de votre cœur, ne cessez donc pas de le prendre parce que vous craignez un ulcère. Consultez plutôt votre médecin pour tout renseignement supplémentaire.

Toutes les personnes qui prennent de l'AAS ou des AINS n'auront pas systématiquement un ulcère. Les facteurs qui en accroissent le risque sont des antécédents d'ulcère, un âge avancé, la prise de doses plus élevées, la prise de l'AAS en même temps que des AINS, la prise de 2 AINS, ou plus, ensemble, la consommation régulière d'alcool pendant que vous utilisez de l'AAS ou des AINS et une infection par H. pylori.

Si vous courez un plus grand risque d'ulcère causé par l'AAS ou les AINS, il est possible que votre médecin vous prescrive un médicament qui pourrait prévenir la formation d'un ulcère ou qui soignerait une infection par H. pylori. Si vous devez utiliser de l'AAS ou des AINS pour un traitement de longue durée, votre médecin pourrait vous recommander de prendre un inhibiteur de la pompe à protons (IPP) afin de diminuer votre risque d'ulcère.

« C'est grave docteur ? »

Voici quelques questions que votre médecin pourrait vous poser, elles vous permettront de vous préparer à une discussion avec votre médecin sur vos symptômes d'indigestion ou de brûlures d'estomac. Mieux vous serez préparé, mieux votre médecin pourra adapter un plan de traitement à votre cas. Essayez d'avoir les réponses à ces questions prêtes à l'avance. Vous pourriez tout simplement choisir d'écrire les questions et vos réponses sur une feuille de papier que vous donnerez à votre médecin lors de votre rendez-vous. Vous pouvez même imprimer cette page et l'utiliser comme modèle.

« Avez-vous un régime d'assurance-médicaments ? »

Votre médecin essaie peut-être de déterminer quel traitement il devrait vous proposer contre votre affection. Une partie de son processus de décision consiste vraisemblablement à passer en revue les traitements qui sont couverts par les régimes d'assurance-médicaments.

« Avez-vous de la difficulté à avaler des pilules, ou les avez-vous en horreur ? »

Le traitement que votre médecin vous propose n'aura l'effet escompté sur vos symptômes que si vous suivez exactement ses indications. Votre médecin désire vous prescrire un traitement que vous pourrez prendre vraiment. Par conséquent, votre médecin vous demandera si vous avez de la difficulté à avaler des comprimés. Le nombre de comprimés à avaler peut varier d'un traitement à l'autre. Si certains médicaments sont offerts sous des formes pharmaceutiques autres que des comprimés, ils vous sembleront plus faciles à prendre.

« Prenez-vous régulièrement des analgésiques délivrés sur ordonnance ou en vente libre ? Si oui, lesquels ? »

Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) peuvent irriter la paroi de l'estomac et interférer avec les facteurs protecteurs naturels de l'estomac. Leur action peut mener à l'indigestion et quelquefois à des ulcères. Par conséquent, lorsque votre médecin évaluera vos symptômes d'indigestion, il cherchera à obtenir ce renseignement. Quelques-uns de ces médicaments sont disponibles sans ordonnance et quelques-uns sont disponibles sur ordonnance. Ils sont habituellement pris pour soulager la douleur.

« Prenez-vous de l'AAS à faibles doses ? »

L'AAS (aussi connu sous l'appellation acide acétylsalicylique, par ex. Aspirin® et ses produits génériques) est souvent prescrit à faibles doses pour diminuer le risque d'accidents vasculaires cérébraux (des personnes qui ont déjà fait un accident vasculaire cérébral), ou pour diminuer le risque d'une première crise cardiaque non fatale (des personnes qui n'ont pas fait de crise cardiaque, mais qui en courent le risque). Même à faibles doses, l'AAS pris régulièrement peut irriter l'estomac et causer des ulcères.

« Oubliez-vous quelquefois de prendre votre médicament conformément aux indications de votre médecin ? »

Un grand nombre de traitements prescrits pour soigner divers troubles liés à l'indigestion exigent la prise de un ou plusieurs médicaments pendant quelques semaines ou quelques mois. Il sera important que vous preniez le médicament conformément aux indications de votre médecin pour qu'il agisse de la bonne façon. Par conséquent, votre médecin cherche probablement à déterminer si vous oubliez parfois de prendre vos médicaments. De concert avec votre médecin vous pouvez alors trouver des moyens de vous souvenir plus facilement de la prise de votre médicament.

« Consentiriez-vous à modifier votre mode de vie pour atténuer vos symptômes ? »

L'apport de quelques changements tout simples à votre mode de vie vous permettrait de prendre en charge vos symptômes. Le nouveau mode de vie qui pourrait vous aider comprend des changements comme :

  • éviter de manger des aliments qui font empirer vos symptômes,
  • réduire la quantité de gras dans votre régime alimentaire,
  • prendre de plus petits repas,
  • résister à la tentation de porter des vêtements moulant la taille,
  • surélever la tête de votre lit,
  • faites l'effort de ne pas vous coucher après un repas,
  • abandonner le tabac.
Plus de renseignements dans Canoë Santé
BackToTop