Des aliments qui guérissent ? La démythification du régime alimentaire adapté à la SP

Est-il possible que certains aliments causent ou guérissent la SP? Découvrez la vérité derrière certains mythes qui circulent souvent sur le régime alimentaire adapté à la SP

Mythe : la consommation d'aliments ayant une forte teneur en graisses animales cause la SP. Cette idée a surgi quand des chercheurs ont trouvé que les habitants des pays qui consommaient plus de graisses animales couraient un risque accru de SP. Des études plus approfondies ont été menées pour établir si cette concordance était attribuable à la consommation de graisses animales ou à une coïncidence. Ces études n'ont pas montré que la consommation de grandes quantités de graisses animales entraînait la SP.

Fait : un régime alimentaire mal équilibré peut aggraver vos symptômes. Si votre régime alimentaire ne comporte pas assez de nutriments et de calories, vos symptômes de fatigue et de faiblesse pourraient s'aggraver. Si vous n'absorbez pas assez de liquides (au moins 8 verres par jour), vous risquez de vous déshydrater, ce qui entraînerait de la fatigue, de la constipation et des maux de tête.

Mythe : les antioxydants peuvent guérir la SP. Quelques études ont décelé des taux plus faibles d'antioxydants chez les personnes atteintes de SP tandis que d'autres études n'ont pas obtenu ce résultat. Donc, on ne peut pas clairement affirmer qu'il existe un rapport entre la SP et le taux d'antioxydants ni que la prise d'antioxydants serait bénéfique aux personnes atteintes de SP. Il n'y a pas d'étude scientifique qui montre que les antioxydants peuvent guérir la SP.

Fait : les acides gras oméga-3 et oméga-6 seraient bénéfiques aux personnes souffrant de SP récidivante-rémittente. Une analyse de quelques petites études a montré que les acides gras oméga-6 (particulièrement l'acide linoléique) peuvent atténuer la gravité et la fréquence des récidives qui frappent les personnes atteintes de SP récidivante-rémittente. Ce sont les personnes atteintes d'une forme légère de SP, ou celles qui viennent juste d'en recevoir le diagnostic, qui en profitent le plus. Les acides gras oméga-6 devraient contrebalancer les acides gras oméga-3, qui se retrouvent dans les poissons gras (par ex. le saumon, le maquereau), les légumes-feuilles et l'huile de lin. Les acides gras oméga-6 proviennent des noix et des grains. Les acides gras oméga-6 et oméga-3 sont aussi disponibles en suppléments. Toutefois, on ne sait pas quels sont les effets d'un usage prolongé des suppléments d'oméga-6 et d'oméga-3. Consultez votre médecin avant de prendre des suppléments ou d'apporter des modifications d'importance majeure à votre régime alimentaire.

Vous avez entendu parler d'un régime alimentaire particulièrement bien adapté à la SP, et vous désirez l'essayer? Consultez votre médecin avant d'apporter des modifications d'une importance majeure à vos habitudes alimentaires.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/La-SP-et-la-nutrition

SPs - Vérification du traitement
Outil santé

Tirez-vous le maximum de votre traitement contre la SP? Évaluez votre traitement actuel contre la SP et obtenez des conseils afin d'en discuter avec votre neurologue.

Mangez pour avoir l'énergie de lutter contre la fatigue de la SP

Un grand nombre de personnes atteintes de SP souffrent de fatigue. Savez-vous que votre niveau d'énergie dépend non seulement de vos aliments mais aussi du moment où vous les consommez ? Voici comment vous pouvez adapter vos habitudes alimentaires de façon à composer avec la fatigue.

Que devriez-vous manger ?

Si vous n'obtenez pas assez de nutriments et de calories, vous ressentirez de la faiblesse et de la fatigue. Quelle quantité choisir ? D'après Le guide alimentaire canadien pour manger sainement, voici l'apport qui répond à vos besoins quotidiens :

  • 6 à 8 portions de produits céréaliers (essayez qu'au moins la moitié des produits céréaliers que vous mangez soient des produits à grains entiers comme du pain de blé entier et du riz brun),
  • 7 à 10 portions de fruits et légumes,
  • 2 à 3 portions de lait ou de substitus laitiers (par ex. le fromage, le yogourt, les boissons de soya, le kéfir),
  • 2 à 3 portions de viandes maigres, de poisson, de viande de volaille ou de substituts de viande (par ex. les haricots, les œufs, les noix, les graines, le tofu).

Et n'oubliez pas l'eau ! La déshydratation peut miner votre énergie et entraîner d'autres symptômes comme la constipation et les maux de tête. Donc, pour que vos forces ne vous abandonnent pas, hydratez-vous suffisamment - buvez au moins 8 verres d'eau par jour.

Évitez d'utiliser un excédent de caféine pour rester vigilant. Trop de caféine pendant la journée vous privera d'une bonne nuit de sommeil. Et ce pourrait être le début d'un cercle vicieux. Évitez les collations sucrées et les desserts qui peuvent faire chuter votre taux de sucre sanguin plus tard, car vous ressentiriez de la fatigue, et même de l'épuisement.

À quel moment devriez-vous manger ?

Si vous voulez satisfaire vos besoins énergétiques, le moment auquel vous mangez compte autant que ce que vous mangez :

  • ne sautez pas le petit déjeuner. Vous pourriez vous sentir fatigué pendant toute la matinée ;
  • faites des repas plus petits et plus fréquents. Ciblez 5 à 6 repas quotidiens au lieu des 3 repas imposés par l'usage. De plus petits repas plus fréquents auront une action stimulatrice sur votre organisme à chaque fois que vous les prendrez. Vous pourriez vous sentir plus fatigué si vous faisiez des repas plus copieux ;
  • faites en sorte de manger quelque chose au moins toutes les 4 heures ;
  • parez à la chute énergétique en milieu d'après-midi en faisant une collation à base de protéines (prenez des noix ou du fromage).

Un apport suffisant en nutriments et en calories, des repas échelonnés sur toute la journée vous procureront plus d'énergie et un meilleur état de santé.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/La-SP-et-la-nutrition

Traitements modificateurs de la SP
Outil santé

Connaissez-vous toutes les options de traitement à votre disposition? Apprenez-en plus sur les médicaments modificateurs de la SP.

De simples solutions pour une alimentation saine adaptée à votre SP

Vous avez probablement entendu dire qu'une alimentation équilibrée peut aider les personnes atteintes de SP à maintenir leur niveau d'énergie et à améliorer leur état de santé général. Mais ce n'est pas facile d'effectuer ce changement du jour au lendemain ! Et, si vous éprouvez de la fatigue, une mauvaise coordination et des problèmes de mobilité à cause de votre SP, c'est même encore plus dur. Mais il existe de simples solutions qui vous permettront d'avoir une alimentation saine adaptée à la SP.

Un grand nombre de personnes trouvent difficile d'observer un régime alimentaire sain pour la seule raison que ce n'est pas commode. Vous détiendrez facilement la clé d'une alimentation équilibrée en ayant tous les ingrédients de base sous la main afin de pouvoir confectionner un repas ou un casse-croûte bon pour la santé. Voici quelques tuyaux :

L'organisation des repas et des provisions

  • Offrez-vous 1 ou 2 bons livres de cuisine spécialisés dans les repas équilibrés rapides et simples. Prenez conseil auprès de la section locale de l'association de la sclérose en plaques.
  • Apprenez à confectionner quelques-uns de ces repas et casse-croûte bons pour votre santé. Ensuite, veillez à bien approvisionner votre cuisine en ingrédients nécessaires pour les réaliser de nouveau.
  • Épargnez du temps et de l'énergie en faisant vos provisions 1 fois par semaine. Avant de partir pour le magasin, songez aux repas et collations que vous désirez confectionner durant la semaine. Puis, dressez une liste qui comportera les ingrédients dont vous aurez besoin ainsi que les ingrédients de première nécessité dont vous faites une réserve.
  • Si vous manquez d'énergie quand le jour de votre approvisionnement arrive, ou si vous avez de la difficulté à porter vos provisions, il serait peut-être bon de songer à utiliser un service de livraison en ligne ou celui de votre magasin d'alimentation. Vous pourriez aussi donner votre liste à un ami, ou à un membre de la famille, qui pourrait acheter vos provisions en même temps que les siennes.

La cuisine

  • Pour vous faciliter la tâche lorsque vous cuisinez, choisissez des ingrédients et des recettes qui requièrent très peu de préparation. Vous pouvez aussi accélérer le processus en achetant des ingrédients qui sont partiellement préparés, comme des légumes coupés en morceaux ou du fromage râpé.
  • Si vos symptômes rendent la préparation trop difficile, ou si vous vous sentez trop fatigué pour cuisiner, demandez à un ergothérapeute d'examiner votre cuisine. Ce professionnel peut vous suggérer des aménagements qui rendraient cette pièce plus adéquate comme la mise en place d'ustensiles spéciaux ou d'aides à l'autonomie, ou la suppression de portes de placards et d'étagères sous vos comptoirs de cuisine afin que vous puissiez vous asseoir lorsque vous préparez un repas.
  • Cuisinez une quantité suffisante pour plusieurs repas, et surgelez le surplus en portions. De cette façon vous cuisinerez moins souvent, et vous épargnerez du temps et de l'énergie. Ménagez-vous, cuisinez les jours où votre horaire est moins chargé. Les jours où vous êtes plus occupé, vous pouvez manger des restes.

Comment faire les jours où vous n'avez pas de restes et ni le temps ni l'énergie de cuisiner ? Gardez sous la main quelques plats cuisinés surgelés qui sont bons pour la santé (ceux qui ont une faible teneur en sel et en gras) et des menus de restaurants qui proposent un choix de plats à emporter confectionnés avec des aliments-santé. Lorsque vous n'avez pas le cœur à cuisiner, vous pouvez opter pour une de ces solutions.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/La-SP-et-la-nutrition

SP - Journal des symptômes
Outil santé

Grâce au suivi de vos symptômes de SP, vous et votre médecin serez en mesure de déterminer l'efficacité de votre traitement et l'évolution de votre SP.

Le décodage de l'étiquetage alimentaire

L'étiquetage alimentaire, aussi désigné tableau de la valeur nutritive, peut vous aider à distinguer les aliments-santé des désastres nutritionnels. La majorité des aliments préemballés au Canada doivent porter une étiquette sur la valeur nutritive. Ces étiquettes indiquent la teneur en nutriments et en calories de chaque portion de cet aliment. Une étiquette répertorie :

  • les calories
  • les lipides (y compris les gras saturés et les gras trans)
  • le cholestérol
  • le sodium
  • les glucides (y compris les sucres et les fibres alimentaires)
  • les protéines
  • la vitamine A
  • la vitamine C
  • le calcium
  • le fer

Sur cette étiquette figurent aussi la teneur par portion et le pourcentage de la valeur quotidienne recommandée (% VQ). En vous rapportant au % VQ vous pouvez évaluer la teneur en un nutriment particulier d'un aliment par rapport à votre apport total quotidien recommandé.

Mais ce n'est pas tout. Vous devez tenir compte de la taille des portions et comprendre ce que les allégations nutritives signifient vraiment.

Faites attention lorsque vous évaluez la taille des portions!

  • Quand vous faites une comparaison au moyen de l'étiquetage nutritionnel des aliments, assurez-vous que vous évaluez des portions de la même taille. Sinon, vous pourriez tirer des conclusions erronées. Par exemple, vous pourriez avoir l'impression que la teneur en gras d'un aliment est plus faible qu'un autre, mais ce pourrait être parce que la taille de la portion donnée est plus petite.
  • N'oubliez pas que la taille d'une portion dans le tableau de la valeur nutritive n'est pas nécessairement la même que celle recommandée dans Le guide alimentaire canadien. Comparez la taille d'une portion donnée à celle que vous allez vraiment manger. Souvent la taille de la portion proposée est bien plus petite. Par exemple, une portion de croustilles ou de craquelins se réduit fréquemment à une poignée.
  • Quelques étiquettes fournissent des renseignements sur les aliments « tels que préparés ». C'est ce qui se produit dans bien des cas pour les mélanges ou les céréales, car ce sont des produits auxquels vous ajoutez d'autres ingrédients (comme le lait) avant de les manger. Par conséquent, le tableau fournit non seulement de l'information nutritionnelle sur l'aliment mais aussi sur les ingrédients que vous y ajouterez (en se fondant sur des quantités moyennes).

Sachez déchiffrer les allégations nutritionnelles. Vous saisissez une sauce à « faible teneur en gras » pour assaisonner la salade et vous vous demandez quelle quantité de gras ce produit contient vraiment ? Certaines allégations nutritionnelles figurant sur l'étiquetage alimentaire ont un sens bien précis, et leur déchiffrement vous aidera à déterminer quels aliments sont meilleurs pour la santé :

  • « faible teneur en gras » annonce 3 g de gras, ou moins, par portion,
  • « teneur réduite en » signifie que le produit contient une quantité d'un nutriment donné au moins 25 % (un quart) inférieure à celle du produit régulier,
  • « teneur réduite en matières grasses » implique que le produit contient une quantité de gras au moins 25 % inférieure à celle du produit régulier,
  • « teneur réduite en calories » signale que le produit contient un montant de calories au moins 25 % inférieur à celui du produit régulier,
  • « sans sel » apprend que le produit contient moins de 5 mg de sel par portion,
  • « source de fibres alimentaires » dénote la teneur d'au moins 2 g de fibres alimentaires par portion,
  • « légèrement salé » déclare que le produit contient une quantité de sel 50 % inférieure à celle d'un produit semblable,
  • « bonne source de calcium » indique que le produit contient au moins 165 mg de calcium par portion,
  • « léger » révèle que l'aliment répond aux critères d'une teneur « réduite en matières grasses » ou « réduite en calories ». Autrement, le fabricant doit expliquer ce qui rend l'aliment « léger », et donner des précisions, par exemple, « au goût léger ».

Si vous lisez les étiquettes sur la valeur nutritive et si vous tenez compte de la taille des portions, des allégations nutritionnelles et du % VQ, vous serez sur la bonne voie lorsqu'il s'agira de faire de meilleurs choix ayant trait aux aliments bons pour la santé. Et, une alimentation saine peut vous aider à bien vivre avec la SP!

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/La-SP-et-la-nutrition

MS symptoms track symtrac
Outils santé

Spécialement conçu pour et par des gens vivants avec la SEP, cet outil vous permet de faire un suivi de votre SEP et de votre bien être en général. Cette ressource vous permet de maximiser votre rencontre avec votre médecin.

Plus de renseignements dans Canoë Santé
RECOMMANDÉ POUR VOUS
AILLEURS SUR LE WEB
BackToTop