Améliorez vos connaissances

Tout sur le diabète

Les gens qui souffrent de diabète ne produisent pas assez d'insuline, n'en produisent pas du tout, ou alors leurs cellules ne réagissent pas normalement à l'insuline. L'insuline est une hormone importante produite par le pancréas et qui permet au glucose, une sorte de sucre, de passer du sang aux cellules du corps. Les cellules utilisent ensuite le glucose comme source d'énergie. Mais s'il n'y a pas assez d'insuline ou si elle n'assure pas correctement le passage du glucose dans les cellules, celui-ci reste dans le sang. Il en résulte une hausse du taux de glucose.

Au Canada, plus de 3 millions de personnes sont atteintes de diabète, et environ 1/3 des adultes ne savent pas qu'ils en sont touchés. L'Association canadienne du diabète est d'avis que 3,7 millions de personnes au Canada seront atteintes de diabète d'ici l'année 2020.

On distingue 3 types principaux de diabète : le diabète de type 1, le diabète de type 2 et le diabète gestationnel. Le diabète de type 1 survient quand le pancréas ne peut pas fabriquer de l'insuline. Toutes les personnes atteintes de diabète de type 1 doivent prendre de l'insuline tous les jours. Moins de 10 % de toutes les personnes diabétiques sont atteintes du diabète de type 1.

Le diabète de type 2 apparaît quand le pancréas ne sécrète pas suffisamment d'insuline, et/ou quand le corps n'utilise pas l'insuline convenablement. Il se révèle généralement à l'âge adulte bien qu'il puisse parfois atteindre les enfants. On traite le diabète de type 2 par des modifications du mode de vie (alimentation et exercice) et des médicaments antidiabétiques (médicaments administrés par voie orale ou insuline). Plus de 90 % des personnes diabétiques souffrent du diabète de type 2, qui est très étroitement lié au poids et à l'obésité.

Le diabète gestationnel est un type de diabète temporaire qui survient durant une grossesse. On estime que le diabète gestationnel apparaît au cours de 2 % à 4 % des grossesses. L'apparition d'un diabète gestationnel augmente le risque, tant pour la mère que pour son bébé, de devenir diabétique de type 2 ultérieurement.

Certaines personnes atteintes d'un diabète de type 2 souffrent de ce qu'on appelle une « diminution de la tolérance au glucose » avant que le diagnostic de diabète ne soit posé. Leur corps étant devenu moins sensible aux effets de l'insuline, il doit travailler plus fort pour stabiliser le taux de glucose dans le sang. Ces personnes ont un taux de sucre (glucose) plus élevé que la normale, mais inférieur au taux requis pour un diagnostic de diabète. Tout comme dans le diabète de type 2, le corps produit de l'insuline, mais celle-ci est en quantité insuffisante ou mal utilisée par l'organisme.

Des études ont montré qu'un taux de sucre sanguin (la glycémie) aussi proche que possible du taux normal peut contribuer, à long terme, à diminuer les risques de problèmes associés au diabète comme l'atteinte des nerfs, une maladie du rein, et la cécité (la non-voyance). Quel que soit votre type de diabète, vous devrez mesurer votre glycémie fréquemment et suivre un plan de traitement qui la stabilisera. Votre médecin et votre pharmacien peuvent vous expliquer comment surveiller votre glycémie. Pour en savoir plus, référez-vous à nos articles sur le diabète dans notre base de données.

Comment gérer votre diabète

Le diabète de type 1 ne se gère pas de la même façon que le diabète de type 2.

Pour gérer un diabète de type 1, il faut :

  • prendre de l'insuline tous les jours (par injections ou par une pompe) pour que votre corps puisse stabiliser votre glycémie et utiliser le sucre;
  • suivre les recommandations de votre médecin quant à l'alimentation et à l'exercice;
  • surveiller régulièrement votre glycémie. À cette fin, les lecteurs de glycémie personnels qui analysent une seule goutte de sang sont très utiles;
  • surveiller le taux d'A1C qui rend compte de la maîtrise de votre sucre sanguin au cours des derniers mois. Votre médecin prescrira ce test tous les 3 mois (ou tous les 6 mois si votre glycémie est bien maîtrisée) pour s'assurer que vous parvenez à gérer votre taux de sucre sanguin.

Votre dose d'insuline sera adaptée à vos besoins personnels, établis en fonction de plusieurs facteurs dont votre poids, votre alimentation et votre niveau d'activité. On tente ainsi d'atteindre et de maintenir des taux de glucose se rapprochant autant que possible de la normale.

Pour gérer un diabète de type 2, il faut :

  • prendre des médicaments oraux (administrés par voie orale);
  • effectuer des injections d'insuline (dans certains cas);
  • apporter des changements au régime alimentaire;
  • gérer le poids corporel et faire de l'exercice;
  • surveiller régulièrement le taux de sucre sanguin;
  • passer des tests d'A1C.

Si vous souffrez de diabète de type 2, il se peut que votre médecin vous prescrive des médicaments oraux sous forme de comprimés ou de capsules. Il existe plusieurs sortes de médicaments pris par voie orale pour traiter le diabète. Ils agissent tous différemment, mais chacun d'eux abaisse le taux de glycémie. Pour savoir quel médicament ou association médicamenteuse vous conviendrait le mieux, adressez-vous à votre médecin.

Votre plan de gestion doit inclure un programme régulier d'exercices et une alimentation bien équilibrée. Pour en savoir plus à ce sujet, référez-vous à la section « La gestion du diabète par la nutrition et l'exercice ».

La gestion du diabète par la nutrition et l'exercice

La gestion du diabète est étroitement liée au régime alimentaire et au mode de vie.

Une alimentation saine

  • Une bonne alimentation contribue à maintenir la glycémie, le poids et le mauvais cholestérol à des taux acceptables. Il est donc préférable d'éviter les aliments riches en calories et en gras (surtout les gras saturés) et de choisir plutôt des fruits et des légumes frais, des viandes maigres, du poisson et des légumineuses.
     
  • Vos besoins caloriques et votre poids souhaité déterminent la quantité de gras, de glucides (les fruits, les légumes, les pains et les grains) et de protéines (la viande, le poisson, le lait et les noix) qui vous convient. En général, un régime alimentaire santé procure un apport quotidien de 15 % à 20 % de calories provenant des protéines tandis que 20 à 35 % sont fournies par les matières grasses et 45 à 60 % par les glucides.
     
  • Lisez toujours les étiquettes avant d'essayer des aliments « faibles en gras », « légers » ou « sans gras ». Certains produits, dépourvus de sucre ou faibles en calories, sont présentés comme « diététiques ». D'autres se vantent d'être recommandés pour les personnes atteintes de diabète. Cependant, beaucoup d'aliments diététiques qui renferment des succédanés de sucre sont riches en matières grasses et en calories. On ne peut donc pas toujours se fier aux mentions « léger » et « diététique »; il est préférable de lire les étiquettes attentivement.
     
  • Lorsqu'on a l'estomac vide, 1 seule boisson alcoolisée peut abaisser considérablement le taux de sucre dans le sang. Il est donc préférable de boire lentement et de toujours consommer de l'alcool avec des aliments. Limitez le nombre de vos consommations à 2 verres par jour et évitez les boissons telles que l'eau-de-vie (brandy), le porto et les liqueurs (digestifs) qui ont une teneur élevée en sucre.
     
  • Mangez des sucreries, mais en modération. Il n'est pas nécessaire de bannir le sucre : un biscuit, un morceau de chocolat ou de gâteau ne vous feront pas de mal à l'occasion. Votre professionnel de la santé pourra vous conseiller sur la façon d'intégrer sans risque des sucreries dans votre régime alimentaire.

L'exercice physique

  • L'exercice diminue la glycémie, en général. De plus, il peut augmenter l'efficacité de l'insuline tout en améliorant votre santé et votre vitalité.
     
  • Demandez à votre médecin de vous suggérer des exercices qui vous conviendront, mais passez un examen médical dès le début d'un programme d'exercice, et évitez les excès. En effet, en augmentant progressivement votre niveau d'activité, vous préviendrez les blessures tout en cultivant l'enthousiasme qui vous permettra de continuer.
     
  • Vérifiez votre glycémie avant et après vos exercices, vous éviterez ainsi l'hypoglycémie (une insuffisance de sucre dans le sang). De plus, vous pourrez déterminer l'effet de différents exercices sur votre glycémie.
      
  • Essayez les poids et haltères légers, la marche et la natation, ce sont des exercices à privilégier.

La surveillance de votre taux de glucose sanguin

Les lignes directrices de l'Association canadienne du diabète (ACD) sur la gestion du diabète suggèrent que toutes les personnes atteintes de diabète et qui prennent de l'insuline plus d'une fois par jour devraient surveiller leur taux de glucose sanguin à une fréquence d'au moins 3 fois par jour. Pour les personnes atteintes d'un diabète de type 2 qui prennent de l'insuline une fois par jour, l'ACD recommande égalementde mesurer leur taux de glucose sanguin à différents moments de la journée. Lorsque le diabète de type 2 n'est pas traité avec de l'insuline, on devrait demander l'avis d'un médecin ou d'un professionnel de la santé sur la fréquence de l'autosurveillance.  Celle-ci dépend du traitement que vous suivez et de l'efficacité de votre gestion du sucre sanguin.

Grâce aux lecteurs de glycémie, vous pouvez suivre vous-mêmes votre glycémie et déterminer si elle se trouve dans la plage visée, et cela sans sortir de chez vous. Ces lecteurs, qui peuvent être obtenus dans la plupart des pharmacies, vous permettent de prendre une part active à la gestion de votre diabète. De plus, en utilisant un lecteur de glycémie, vous pourrez déterminer l'effet de certains aliments sur votre glycémie, ce qui pourra guider plus judicieusement vos choix alimentaires.

Pour en savoir davantage sur le modèle de lecteur de glycémie le mieux adapté à votre situation, consultez votre éducateur spécialisé en diabète ou votre pharmacien. Avant d'utiliser un lecteur de glycémie, vous devrez recevoir une formation vous permettant de mesurer adéquatement votre glycémie.

Consultez votre éducateur spécialisé en diabète pour en savoir davantage sur :

  • la dimension de la goutte de sang nécessaire,
  • le type de bandelettes dont vous aurez besoin,
  • la façon de vérifier si le lecteur fonctionne adéquatement (il devrait être vérifié au moins 1 fois par an),
  • la façon de coder le lecteur,
  • la façon de nettoyer le lecteur.

En cas de symptômes d'hypoglycémie (une insuffisance de sucre dans le sang), vérifiez immédiatement votre glycémie. Si vous n'avez pas de lecteur de glycémie sous la main, traitez vos symptômes selon les lignes directrices ci-après :

  1. Consommez des glucides à absorption rapide (15 g);
    • 3 à 5 comprimés de glucose (le nombre exact dépendra de la teneur du comprimé en glucose. Ne manquez pas de la vérifier et faites en sorte que le nombre total de comprimés vous fournissent 15 g de glucose)
    • 175 mL (¾ de tasse) de jus d'orange ou d'une boisson gazeuse courante,
    • 6 Life Savers®,
    • 15 mL (1 c. à table) de miel,
    • 15 mL (3 c. à thé) ou 3 paquets de sucre ordinaire dilué dans de l'eau .
  2. Attendez 15 minutes, puis vérifiez votre glycémie de nouveau. Si elle est toujours trop basse, répétez le traitement (recommencez l'étape 1).
  3. Une fois l'hypoglycémie corrigée, si plus d'une heure doit s'écouler avant votre prochain repas, ou si vous allez vous livrer à une activité physique, prenez une collation, par exemple, un demi-sandwich ou du fromage avec des craquelins sans sel (la collation doit comporter 15 g de glucides et une source de protéines).

À l'occasion, les médecins suggèrent aux personnes prédisposées à des épisodes d'hypoglycémie de porter sur elles 1 mg de glucagon, prêt à injecter en cas d'urgence et facile d'accès. Ce médicament fait monter le taux de sucre rapidement.

Les trousses d'auto-analyse d'urine sont utiles en cas de maladie ou de diabète qui apparaît durant une grossesse (le diabète gestationnel). Les corps cétoniques sont des acides potentiellement dangereux qui s'accumulent dans le sang lorsque la quantité d'insuline y est insuffisante. Les accumulations de corps cétoniques se produisent beaucoup plus fréquemment avec le diabète de type 1.

Pour mesurer la concentration de ces corps, vous devez prendre un échantillon d'urine et y déposer un bâtonnet diagnostique. Attendez qu'il change de couleur puis comparez la couleur obtenue à celle d'une échelle codée selon les concentrations de corps cétoniques. Si la concentration est élevée ou moyenne, appelez votre médecin immédiatement. Une faible concentration peut révéler le début d'une accumulation; vous devriez donc effectuer un autre test dans les heures qui suivent.

Plus de renseignements dans Canoë Santé
BackToTop