Page d'accueil

Xanax

(alprazolam)

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • un assoupissement;
  • une augmentation de l'appétit;
  • des changements de la libido ou de la capacité sexuelle;
  • une constipation;
  • de la difficulté à uriner;
  • des étourdissements ou une sensation de tête légère;
  • une fatigue inhabituelle.
  • un faux sentiment de bien-être;
  • de la maladresse ou de l'instabilité;
  • une vision floue ou une autre altération de la vision;

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • l'agitation;
  • l'anxiété;
  • des modifications du comportement (par ex. un comportement agressif, bizarre, une baisse de l'inhibition ou des éclats de colère);
  • la confusion;
  • une perte de mémoire à court terme;
  • des signes de dépression (par ex. un manque de concentration, des fluctuations pondérales, des changements du sommeil, désintérêt à l'égard de nombreuses activités, des pensées suicidaires);
  • des signes de troubles hépatiques (par ex. de la nausée, des vomissements, de la diarrhée, une perte de l'appétit, une perte de poids, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine sombre, des selles claires);
  • des symptômes de manie (une exaltation de l'humeur ou de l'irritabilité, une tendance à l'insomnie et des pensées galopantes);
  • des troubles de l'élocution;
  • des troubles de la pensée (par ex. de la désorientation, des convictions irrationnelles, ou une perte du sens de la réalité);
  • des troubles du sommeil.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des signes d'une réaction allergique importante (par ex. des crampes abdominales, une difficulté respiratoire, des nausées et des vomissements, ou une boursouflure du visage et une enflure de la gorge).
  • des signes d'une grave réaction cutanée (comme des cloques, une desquamation, une éruption cutanée recouvrant une grande région du corps, une éruption cutanée qui s'étend rapidement ou une éruption cutanée accompagnée d'une fièvre ou d'une gêne).
  • des signes attribuables à une augmentation de la pression intraoculaire (par ex. l'apparition soudaine d'une douleur oculaire intense, des changements de la vision périphérique, une détérioration ou un brouillement de la vision, la présence d'halos autour des sources de lumière, le gonflement des yeux).
Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.



Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Changements de l'humeur : les troubles anxieux sont souvent associés à des changements d'humeur comme la dépression, la manie ou les idées suicidaires ou d'automutilation. Si vous souffrez de dépression ou avez des antécédents de dépression, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Si vous présentez des symptômes de dépression (comme un manque de concentration, un changement de poids, un changement touchant le sommeil ou une perte d'intérêt envers vos activités) ou si vous constatez qu'un membre de la famille traité par ce médicament présente ces symptômes, communiquez avec votre médecin au plus tôt.

Dépendance et sevrage : les benzodiazépines telles que l'alprazolam peuvent entraîner une dépendance physique (le besoin d'en prendre régulièrement pour prévenir l'apparition de symptômes physiques). Des symptômes de sevrage graves peuvent se produire si la dose est considérablement réduite ou si le traitement est interrompu soudainement. Ces symptômes incluent de l'irritabilité, de la nervosité, des troubles du sommeil, de l'agitation, des tremblements, de la diarrhée, des crampes abdominales, des vomissements, des troubles de la mémoire, des maux de têtes, de la douleur musculaire, une anxiété extrême, de la tension, de l'agitation et de la confusion. Une réduction graduelle de la dose sous surveillance médicale peut prévenir ou atténuer ces symptômes de sevrage.

Du fait que le traitement du trouble panique nécessite souvent des doses quotidiennes moyennes d'alprazolam supérieures à 3 mg, le risque de dépendance est plus élevé pour les personnes atteintes d'un trouble panique que celles qui sont soignées pour un trouble anxieux plus léger.

Fonction hépatique : la maladie hépatique ou la réduction de la fonction hépatique peut provoquer une accumulation de ce médicament dans l'organisme, causant ainsi des effets secondaires. En cas de troubles hépatiques, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Fonction rénale : les maladies rénales ou la diminution de la fonction rénale peuvent causer l'accumulation de ce médicament dans le corps, ce qui provoque des effets secondaires. En cas d'atteintes rénales, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Somnolence ou vigilance réduite : l'alprazolam peut influer sur les capacités mentales ou physiques exigées pour accomplir des activités potentiellement dangereuses comme conduire une voiture ou faire fonctionner des machines. Évitez les activités exigeant de la vigilance, du jugement et de la coordination jusqu'à ce que vous ayez établi que l'alprazolam ne vous affecte pas de cette façon. L'ingestion d'alcool peut augmenter les effets de somnolence de l'alprazolam et doit donc être évitée.

Grossesse : on sait que l'utilisation par une femme enceinte d'autres médicaments semblables à l'alprazolam (benzodiazépines) augmente le risque de malformations congénitales. L'innocuité de l'alprazolam pendant la grossesse n'a pas été établie. Ce médicament n'est pas recommandé pour les femmes enceintes.

Allaitement : l'alprazolam peut passer dans le lait maternel. Si vous employez l'alprazolam pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants et adolescents : ni l'innocuité ni l'efficacité de l'alprazolam n'a été établie en ce qui concerne les enfants et les adolescents de moins de 18 ans.

Aînés : les aînés risquent davantage de subir les effets de sédation, la diminution de la coordination et des étourdissements associés à ce médicament. Faites preuve de grande prudence lorsque vous vous levez depuis la position assise ou couchée pour réduire le risque d'étourdissements importants et de chutes.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'alprazolam et l'un des agents ci-après :

  • l'alcool;
  • l'amiodarone;
  • les anesthésiques généraux (les médicaments utilisés pour provoquer un sommeil profond avant une intervention chirurgicale);
  • les antagonistes du calcium (par ex. l'amlodipine, le diltiazem, la nifédipine, le vérapamil);
  • les antibiotiques macrolides (par ex. l'érythromycine, la clarithromycine);
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, la désipramine, l'imipramine);
  • les antihistaminiques (par ex. la cétirizine, la doxylamine, la diphenhydramine, l'hydroxyzine, la loratadine);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, l'olanzapine, la quétiapine, la rispéridone);
  • l'aprépitant;
  • l'aripiprazole;
  • l'azélastine;
  • les azoles antifongiques (par ex. le kétoconazole, l'itraconazole, le fluconazole);
  • le baclofène;
  • les barbituriques (par ex. le butalbital, le phénobarbital);
  • les benzodiazépines (par ex. l'alprazolam, le diazépam, le lorazépam);
  • le bocéprévir;
  • le bosentan;
  • la brimonidine;
  • la buprénorphine;
  • la buspirone;
  • la cimétidine;
  • la clozapine;
  • le conivaptan;
  • les contraceptifs oraux;
  • la cyclosporine;
  • le déférasirox;
  • la dexaméthasone;
  • le disulfirame;
  • le dropéridol;
  • la gabapentine;
  • l'hydrate de chloral;
  • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex. l’atazanavir, l'indinavir, le ritonavir, le saquinavir);
  • les inhibiteurs de la tyrosine kinase (par ex. le dasatinib, l'imatinib);
  • les inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH (INNTIs; par ex. la delavirdine, l'éfavirenz, l'étravirine, la névirapine);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS, par ex. le citalopram, la duloxétine, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • le kava;
  • les médicaments antiépileptiques (par ex. le clobazam, l'éthosuximide, le felbamate, le lévétiracétam, le phénobarbital, la phénytoïne, la primidone, le topiramate, l'acide valproïque, le zonisamide);
  • la méthadone;
  • la méthotriméprazine;
  • le métronidazole;
  • la métyrosine;
  • la mifépristone;
  • le millepertuis;
  • la mirtazapine;
  • le mitotane;
  • le modafinil;
  • le nabilone;
  • les narcotiques analgésiques (par ex. la codéine, le fentanyl, la morphine, l'oxycodone);
  • la néfazodone;
  • le nelfinavir;
  • la norfloxacine;
  • l'olanzapine;
  • l'olopatadine;
  • l'oméprazole;
  • le pramipexole;
  • le propoxyphène;
  • les relaxants musculaires (par ex. la cyclobenzaprine, le méthocarbamol, l'orphénadrine);
  • la rifampine;
  • le ropinirole;
  • le rufinamide;
  • la scopolamine;
  • le siméprévir;
  • le sulfate de magnésium;
  • le tapentadol;
  • le télaprévir;
  • la tétracycline;
  • la thalidomide;
  • la théophylline;
  • le tramadol;
  • la valériane;
  • la yohimbine;
  • le zolpidem;
  • la zopiclone.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D’autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.



Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2015 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens