Page d'accueil

Apo-Atorvastatin

(atorvastatine)

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une constipation;
  • une diarrhée;
  • une douleur gastrique ou des vomissements;
  • une éruption cutanée;
  • des gaz;
  • des maux de tête;
  • des troubles de la sexualité.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • la confusion;
  • des signes de dépression (par ex. un manque de concentration, des fluctuations pondérales, des changements du sommeil, désintérêt à l'égard de nombreuses activités, des pensées suicidaires);
  • des symptômes d'un taux de sucre sanguin élevé (par ex. des émissions de l'urine fréquentes, une soif accrue, un appétit excessif, une perte de poids inexpliquée, des plaies qui cicatrisent mal, des infections, une haleine fruitée);
  • des symptômes d'atteinte hépatique (comme le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une douleur abdominale, une urine sombre, des selles décolorées, une perte de l'appétit, de la nausée et des vomissements ou une démangeaison);
  • une toux, un essoufflement, une fièvre;
  • des trous de mémoire;
  • des troubles du sommeil.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des symptômes de dommage musculaire (une douleur musculaire inexpliquée, une douleur à la pression ou une faiblesse, une urine brune ou décolorée – surtout si vous avez aussi une fièvre ou une sensation de malaise généralisé).
  • les symptômes d'une réaction allergique grave (comme une boursouflure du visage ou une enflure de la gorge, de l'urticaire ou une difficulté respiratoire).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.





Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Alcool : les personnes qui boivent de grandes quantités d'alcool devraient faire l'objet d'une surveillance médicale stricte pendant qu'elles prennent ce médicament.

Diabète : l'atorvastatine peut faire augmenter le taux de sucre sanguin et modifier la tolérance au glucose. Il se pourrait que les personnes atteintes de diabète aient à vérifier leur taux de sucre sanguin plus souvent durant la prise de ce médicament.

Si vous êtes atteint de diabète ou si vous êtes prédisposé au diabète, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Effets sur les muscles : dans de rares cas de graves dommages musculaires ont été associés à l'emploi, surtout à fortes doses, des médicaments dont le nom se termine en « statine » (par ex. les médicaments qui abaissent le cholestérol sanguin comme l'atorvastatine, la fluvastatine, la lovastatine, la pravastatine, la rosuvastatine ou la simvastatine). Avant de prendre ce médicament, indiquez à votre médecin :

  • une insuffisance rénale ou de troubles hépatiques;
  • vous prenez de la niacine ou un fibrate (comme le gemfibrozil, le fénofibrate);
  • vous avez une thyroïde à l'activité insuffisante (une hypothyroïdie);
  • vous buvez régulièrement plus de 3 boissons alcoolisées par jour;
  • vous avez des antécédents de douleur ou de faiblesse musculaire qui se sont manifestés durant un traitement par un des médicaments abaissant le cholestérol comme l'atorvastatine, la fluvastatine, la lovastatine, la pravastatine, la rosuvastatine ou la simvastatine;
  • vous avez des antécédents personnels ou familiaux de problèmes musculaires héréditaires;
  • vous êtes âgé de plus de 65 ans;
  • vous avez subi une intervention chirurgicale ou un traumatisme;
  • vous êtes frêle;
  • une pratique immodérée d'exercices physiques;
  • le diabète;

Toute douleur musculaire inexpliquée, douleur à la pression, faiblesse, crampe ou toute émission d'urine foncée ou d'une couleur anormale devrait être rapportée à votre médecin immédiatement, en particulier si vous ressentez aussi un malaise (une sensation pénible généralisée) ou de la fièvre.

Fonction hépatique : l'atorvastatine peut réduire la fonction hépatique et provoquer une insuffisance hépatique. Ce médicament ne devrait pas être utilisé par les personnes atteintes d'une affection du foie évolutive ou par les personnes dont les valeurs des épreuves fonctionnelles hépatiques sont supérieures à la normale. En cas de troubles hépatiques, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Votre médecin surveillera votre fonction hépatique par des analyses de sang qu'il prescrira régulièrement pendant que vous employez ce médicament.

Si vous observez la survenue de symptômes de troubles hépatiques comme de la fatigue, une sensation de malaise, une perte de l'appétit, de la nausée, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine foncée, des selles claires, une douleur abdominale, ou une enflure et une démangeaison cutanée, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Fonction rénale : si votre fonction rénale est amoindrie ou si vous avez des antécédents de maladie rénale, il se peut que vos muscles soient plus susceptibles de subir des effets indésirables pendant que vous prenez de l'atorvastatine. Vous devez prendre la plus faible dose efficace de ce médicament et être suivi attentivement par votre médecin. En cas d'atteintes rénales, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Jus de pamplemousse : la consommation de jus de pamplemousse peut augmenter la quantité d'atorvastatine dans l'organisme et ainsi mener à des réactions indésirables. Si vous buvez du jus de pamplemousse de façon régulière, demandez à votre médecin ou votre pharmacien si vous devez changer votre régime alimentaire.

Problèmes cardiovasculaires : il existe un risque accru d'accident vasculaire cérébral hémorragique si on instaure le traitement avec l'atorvastatine moins de 6 mois après un accident vasculaire cérébral ou un accident ischémique transitoire. Si vous avez déjà subi un accident vasculaire cérébral, en particulier récemment, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Régime alimentaire : l'atorvastatine n'est pas destinée à être utilisée seule pour réduire les taux élevés de cholestérol. Il importe de mettre en place un régime alimentaire apte à réduire l'apport en cholestérol et un programme approprié d'exercices avant de prendre un médicament de ce genre et de continuer ces mesures pendant la prise du médicament.

Grossesse : le cholestérol est nécessaire au développement normal d'un enfant à naître. La prise d'atorvastatin pendant la grossesse réduit la quantité de cholestérol disponible pour le bébé en développement et est susceptible de lui être préjudiciable. Les femmes enceintes ne devraient pas employer l'atorvastatine. Si une grossesse advenait pendant que vous employez ce médicament, arrêtez le traitement immédiatement et appelez votre médecin.

Allaitement : on ignore si l'atorvastatine passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : l'utilisation de ce médicament par des enfants n'est pas courante dans la pratique médicale. Jusqu'à présent, seul l'emploi de l'atorvastatine par des enfants âgés de 10 ans à 17 ans et atteints d'un trouble génétique du cholestérol (désignéhypercholestérolémie familiale) a été étudié.

Aînés  : si vous avez plus de 70 ans, vous pourriez faire l'expérience d'un plus grand nombre d'effets secondaires. Vous ferez l'objet d'une surveillance médicale stricte pendant que vous prendrez ce médicament.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'atorvastatine, et l'un des agents ci-après :

  • l'acétate d'abiratérone;
  • l'aliskirène;
  • l'amiodarone;
  • les antagonistes du calcium (par ex. l'amlodipine, le diltiazem, la nifédipine, le vérapamil);
  • les antiacides (par ex. l'hydroxyde d'aluminium, le carbonate de calcium, l'hydroxyde de magnésium);
  • les antibiotiques macrolides (par ex. l'azithromycine, l'érythromycine, la clarithromycine);
  • les anticancéreux (par ex. la daunorubicine, la doxorubicine, l'étoposide, le méthotrexate, le mitotane, le paclitaxel, le temsirolimus, la vinblastine, la vincristine);
  • les antidiabétiques « gliptine » (par ex. la linagliptine, la saxagliptine, la sitagliptine);
  • les antifongiques dont le nom se termine en « azole » (par ex. l'itraconazole, le kétoconazole);
  • l'aprépitant;
  • l'aripiprazole;
  • d'autres médicaments de type « statine » pour traiter les niveaux élevés de cholestérol (par ex. la lovastatine, la simvastatine);
  • le bocéprévir;
  • le bosentan;
  • le brentuximab;
  • la carbamazépine;
  • le carvédilol;
  • la cétirizine;
  • la cholestyramine;
  • la ciprofloxacine;
  • le cobicistat;
  • les colchicines;
  • le colestipol;
  • le conivaptan;
  • les contraceptifs oraux;
  • la cyclosporine;
  • la cyprotérone;
  • le dabigatran;
  • le danazol;
  • la daptomycine;
  • le déférasirox;
  • la désipramine;
  • la dexaméthasone;
  • la digoxine;
  • le dipyridamole;
  • la dofétilide;
  • la dronédarone;
  • l'eltrombopag;
  • l'enzalutamide;
  • l'évérolimus;
  • les fibrates (par ex. le bézafibrate, le gemfibrozil, le fénofibrate);
  • l'halopéridol;
  • l'hydrocodone;
  • l'hydrocortisone;
  • les inhibiteurs de la pompe à protons ou IPP (par ex. le lansoprazole, l'oméprazole, le pantoprazole);
  • les inhibiteurs de la protéase de l'hépatite C (par ex. le bocéprévir, le siméprévir, le télaprévir);
  • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex. l'atazanavir, l'indinavir, le ritonavir, le saquinavir);
  • certains inhibiteurs de la tyrosine kinase (par ex. crizotinib, lapatinib, nilotinib, sunitinib);
  • les inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH (INNTIs; par ex. la delavirdine, l'éfavirenz, l'étravirine, la névirapine);
  • le jus de pamplemousse;
  • le lédipasvir;
  • le lomitapide;
  • le lopéramide;
  • la méfloquine;
  • le métronidazole;
  • le midazolam;
  • la mifépristone;
  • le millepertuis;
  • la nadolol;
  • la néfazodone;
  • le niacinamide;
  • la niacine (acide nicotinique);
  • la norfloxacine;
  • les œstrogènes (par ex. les œstrogènes conjugués, l'œstradiol, l'éthinylœstradiol);
  • l'ondansétron;
  • la palipéridone;
  • le phénobarbital;
  • la phénytoïne;
  • le pimozide;
  • la prazosine;
  • la primidone;
  • le propranolol;
  • le prucalopride;
  • la quinidine;
  • la quinine;
  • la ranitidine;
  • la rifabutine;
  • la rifampine;
  • la rifamycine;
  • la rispéridone;
  • le rivaroxaban;
  • la romidepsine;
  • la sertraline;
  • le sildénafil;
  • la silodosine;
  • le sirolimus;
  • le sitaxentan;
  • la spironolactone;
  • le tacrolimus;
  • le ténofovir;
  • la tétracycline;
  • le tocilizumab;
  • le tolvaptan;
  • la trabectédine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.



Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2016 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens