Page d'accueil

Risperdal

(rispéridone)

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après.  Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une agitation;
  • de l'anxiété;
  • augmentation dans la quantité de salive;
  • une constipation;
  • de la difficulté à dormir;
  • des douleurs articulaires;
  • un écoulement nasal;
  • des étourdissements;
  • une fatigue inhabituelle;
  • de l'indigestion;
  • des maux de tête;
  • de la nausée;
  • une prise de poids;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une accélération du pouls;
  • une augmentation mammaire (pour les hommes);
  • des changements au niveau de la fonction sexuelle;
  • des changements d'humeur ou de l'instabilité mentale;
  • des contractions ou des spasmes musculaires (touchant le visage, le cou ou le corps);
  • une difficulté à bouger les yeux;
  • une difficulté à parler ou à avaler ;
  • une enflure des chevilles;
  • une éruption cutanée;
  • des frissons;
  • des fuites du lait des seins (pour les femmes);
  • des irrégularités menstruelles;
  • des modifications de la vision;
  • des mouvements anormaux du visage ou de langue;
  • des mouvements de torsion du corps;
  • une physionomie figée;
  • des problèmes de concentration;
  • une rigidité musculaire légère;
  • des symptômes attribuables à la formation d'un caillot sanguin (par ex. une enflure, de la douleur et de la rougeur au bras ou dans une jambe; une douleur thoracique subite, de la difficulté à respirer ou des battements cardiaques très forts);
  • une syncope;
  • des troubles de l'équilibre.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • une altération de la conscience;
  • des battements du cœur rapides ou irréguliers;
  • de la confusion;
  • des convulsions;
  • une érection qui dure plus de 4 heures sans stimulation sexuelle;
  • des fluctuations importantes de la température du corps;
  • une forte fièvre;
  • une peau inhabituellement pâle;
  • des pensées suicidaires;
  • une perte du contrôle de la vessie;
  •  une pression artérielle inhabituellement élevée ou basse;
  • une raideur musculaire marquée;
  • des signes d'un accident vasculaire cérébral –
    • l'apparition brusque d'une faiblesse ou d'un engourdissement dans le visage, les bras ou les jambes (souvent sur un seul côté du  corps);
    • des perturbations de la parole;
    • des problèmes de la vue;
    • des problèmes d'équilibre ou des étourdissements;
    • de la confusion;
    • des maux de tête soudains et violents sans cause apparente.
  • des signes d'une crise cardiaque –
    • une gêne ou une douleur dans le thorax, le dos, le cou, la mâchoire, un bras ou l'estomac;
    • de la sudation;
    • un essoufflement;
    • de la nausée,
    • une sensation de tête légère;
    • un sentiment apocalyptique.
  • une sudation accrue;
  • des symptômes d'une grave réaction allergique comme de l'urticaire, une difficulté respiratoire, une boursouflure du visage, une enflure de la langue ou de la gorge;
  • une urine foncée avec douleur musculaire à la pression ou une vague endolorissement.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.





Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent.  Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

AVIS DE SANTÉ CANADA

Le 14 novembre 2013

Santé Canada a émis de nouvelles mises en garde concernant l'emploi d'Apo-Risperidone, Ava-Risperidone, CO Risperidone, Dom-Risperidone, Jamp-Risperidone, Mar-Risperidone, Mint-Risperidon, Mylan-Risperidone, phl-Risperidone, pms-Risperidone, pms-Risperidone CDO, Pro-Risperidone, RAN-Risperidone, Risperdal, Risperdal M-Tab, Risperidone de Meliapharm, Risperidone de Sanis Health, Riva-Risperidone, Sandoz Risperidone, et Teva-Risperidone (rispéridone). Pour lire dans son intégralité l'avis de Santé Canada, rendez-vous vers le site Web de Santé Canada à l'adresse www.hc-sc.gc.ca.

Diabète : un risque d'aggravation d'un diabète préexistant a été associé à l'utilisation de la rispéridone et d'autres médicaments antipsychotiques.  Les personnes atteintes de diabète et présentant des facteurs de risque accru de diabète (par ex. des antécédents familiaux de diabète ou d'obésité) devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Somnolence ou vigilance réduite : la rispéridone peut interférer avec des activités qui demandent de la vivacité d'esprit. Les personnes qui emploient ce médicament devraient éviter de conduire un véhicule ou de faire fonctionner des machines jusqu'au moment où elles auront déterminé l'effet de ce médicament sur leurs capacités de réaction mentale.

Maladies cardiaques : si vous êtes atteint d'une affection cardiaque comme l'angine, ou l'insuffisance cardiaque, si vos battements cardiaques sont irréguliers ou si vous avez déjà subi une crise cardiaque, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Atteintes rénales : en cas d'atteintes rénales, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Problèmes du foie : en cas de troubles hépatiques, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Pression artérielle basse : la rispéridone peut causer une baisse de la pression artérielle quand vous passez de la position assise ou couchée à la position debout ; elle peut aussi provoquer une accélération du rythme cardiaque, surtout durant les quelques semaines qui suivent l'amorce du traitement. Si vous avez des étourdissements ou si vous éprouvez une sensation de tête légère ou de battements plus rapides du pouls et que ce phénomène ne disparaît pas après quelques minutes, appelez votre médecin. Étant donné que ce médicament peut causer des étourdissements ou une sensation de tête légère, ne vous levez pas trop rapidement après avoir été en position assise ou couchée pendant un certain temps.

Syndrome malin des neuroleptiques (SMN) : la rispéridone, comme les autres médicaments antipsychotiques, peut provoquer un syndrome potentiellement mortel connu sous le nom de syndrome malin des neuroleptiques (SMN). Si les symptômes du SMN apparaissent, demandez immédiatement des soins médicaux. Les symptômes comportent une forte fièvre, une raideur musculaire, de la confusion ou une perte de connaissance, de la sudation, des battements de cœur accélérés ou irréguliers, et une syncope.

Maladie de Parkinson : la rispéridone peut causer une détérioration de la santé des personnes atteintes de la maladie de Parkinson. En cas de maladie de Parkinson, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

La phénylalanine : les comprimés rispéridone à désintégration orale contiennent de la phénylalanine.

Convulsions : la rispéridone peut accroître le risque de convulsions, en particulier pour les personnes qui ont eu des convulsions par le passé. Si vous souffrez de crises convulsives ou si vous avez des antécédents de crises convulsives, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, comment votre affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Dyskinésie tardive (DT) : les personnes qui prennent certains médicaments antipsychotiques pourraient observer l'apparition de la DT, un syndrome caractérisé par des mouvements involontaires répétitifs et parfois irréversibles des muscles du visage et de la langue. Bien que les aînés, et surtout les femmes, soient plus susceptibles à la DT, il est impossible de prédire qui en sera atteint. Le risque de contracter la DT augmente avec les doses et la durée du traitement. Si les signes et symptômes du DT apparaissent durant le traitement avec rispéridone, communiquez avec votre médecin aussitôt que possible.

Gain de poids : des personnes qui ont poursuivi un traitement de longue durée par ce médicament ont observé un gain de poids (en moyenne 2,3 kg).

Grossesse : l'innocuité de la rispéridone durant une grossesse n'a pas été établie. La rispéridone ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse, à moins que les bienfaits espérés priment les risques possibles. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez la rispéridone, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : la rispéridone passe dans le lait maternel.  L'allaitement maternel n'est pas recommandé pendant que vous recevez la rispéridone;

Enfants et adolescents : ni l'innocuité ni l'efficacité de la rispéridone n'a été établie en ce qui concerne les enfants et les adolescents âgés de moins de 18 ans.

Aînés : les aînés atteints de démence pourraient courir un plus grand risque d'accidents vasculaires cérébraux, de crise cardiaque et de mort s'ils emploient la rispéridone. Discutez avec votre médecin des risques et des bienfaits de ce médicament. Si vous observez l'apparition des signes et des symptômes ci-après, obtenez des soins médicaux immédiatement :

  • des signes d'un accident vasculaire cérébral – l'apparition brusque d'une faiblesse ou d'un engourdissement dans le visage, les bras ou les jambes (souvent sur un seul côté du  corps);  des perturbations de la parole, des problèmes de la vue;  des problèmes d'équilibre ou des étourdissements ; de la confusion;  de soudains et violents maux de tête sans cause apparente;
  • des signes d'une crise cardiaque – une gêne ou une douleur dans le thorax, le dos, le cou, la mâchoire, un bras ou l'estomac; de la sudation; essoufflement;  des nausées; une sensation de tête légère; un sentiment apocalyptique.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre la la rispéridone et l'un des médicaments ci-après :

  • l'alcool;
  • l'amiodarone;
  • des médicaments pour abaisser la pression artérielle;
  • la bromocriptine;
  • la buprénorphine;
  • le bupropion;
  • la carbamazépine;
  • des antifongiques dont le nom se termine en « azole » (par ex. le fluconazole, le kétoconazole, le voriconazole);
  • la cimétidine;
  • la chloroquine;
  • la clozapine;
  • le darunavir;
  • le divalproex;
  • le dompéridone;
  • le donépézil;
  • les agonistes de la dopamine (par ex. le pramipexole, le ropinirole);
  • les antibiotiques fluoroquinolones (par ex. la ciprofloxacine, la norfloxacine);
  • la fluphénazine;
  • le furosémide;
  • l'halopéridol;
  • l'ipratropium;
  • la lévodopa;
  • le lithium;
  • les médicaments anti-VIH (par ex. le lopinavir, le ritonavir);
  • les antibiotiques macrolides (par ex. l'azithromycine, la clarithromycine, l'érythromycine);
  • la métoclopramide;
  • les analgésiques opioïdes (par ex. la codéine, le fentanyl, la mépéridine, la morphine, l'oxycodone);
  • la propafénone;
  • la quétiapine;
  • la quinidine;
  • la quinine;
  • le ritonavir;
  • la rivastigmine;
  • les sédatifs;
  • les antidépresseurs ISRS (par ex. le citalopram, l'escitalopram, la sertraline);
  • terbinafine;
  • la thioridazine;
  • les antidépresseurs tricycliques (p. ex. l'amitriptyline, la clomipramine la désipramine)
  • le topiramate;
  • l'acide valproïque;
  • la venlafaxine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux.  Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament.  Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales.  N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.



Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2014 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens