Page d'accueil

Oxycodone

(oxycodone)

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien peut être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissent :

  • un assoupissement;
  • une constipation;
  • des étourdissements;
  • un mal de tête;
  • un manque d'énergie ou de la fatigue;
  • de la nausée;
  • une sécheresse de la bouche;
  • de la sudation;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une démangeaison;
  • une rougeur ou des bouffées de chaleur.

Cessez la prise du médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des convulsions (crises épileptiques);
  • un évanouissement;
  • un rythme cardiaque rapide;
  • une sensation d'oppression thoracique, ou une respiration sifflante;
  • des signes d'une grave réaction allergique (de l'urticaire, une difficulté respiratoire, une boursouflure du visage, une enflure de la gorge ou de la langue).

Demandez immédiatement des soins médicaux si l'un des symptômes de surdose ci-après se produit:

  • des battements de cœur lents;
  • de la confusion;
  • une contraction extrême de la pupille;
  • des étourdissements;
  • une peau moite et froide;
  • une respiration ralentie ou difficile;
  • une somnolence extrême;
  • une teinte bleutée des lèvres.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.





Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Affections abdominales : l'oxycodone et les autres médicaments narcotiques peuvent rendre le diagnostic des affections abdominales plus difficile ou ils peuvent aggraver ces affections. En cas de problèmes abdominaux, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Affections médicales : si votre rythme cardiaque est anormal, si votre fonction surrénalienne est réduite (par ex. par la maladie d’Addison), si la fonction de votre glande thyroïde est amoindrie, ou si vous avez une inflammation du pancréas, une augmentation du volume de votre prostate ou un rétrécissement de l’urètre, l’utilisation de l’oxycodone est susceptible d’accentuer les symptômes de votre affection ou d’aggraver celle-ci. Discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Alcool : ne consommez pas d'alcool pendant que vous suivez un traitement par ce médicament, car de graves effets secondaires pourraient se manifester.

Arrêt du médicament : ne suspendez pas soudainement l'emploi de ce médicament, car des symptômes de sevrage pourraient survenir. Ces symptômes peut comportent des courbatures, de la diarrhée, de la nausée, un état de nervosité, de l'agitation, un écoulement nasal, des éternuements, la chair de poule, un secouement, des tremblements, des crampes d'estomac, une fréquence cardiaque rapide, une fièvre, de la sudation ou de la confusion. Votre médecin vous donnera des instructions sur la façon de cesser d'employer ce médicament en toute sécurité si vous n'avez plus besoin d'y recourir pour maîtriser la douleur.

Blessures à la tête : l'oxycodone peut causer une augmentation de la pression intracrânienne. Si vous subissez une blessure à la tête ou si vous êtes atteint d’une affection qui augmente votre pression intracrânienne, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Constipation : la prise régulière d'analgésiques opioïdes (de narcotiques) entraîne fréquemment une constipation. Votre médecin discutera avec vous de l'emploi de laxatifs stimulants et lubrifiants ainsi que de toute autre disposition à prendre le cas échéant.

Dépendance et sevrage : ce médicament, comme tout autre opiacé (des narcotiques), peut créer une dépendance s'il est employé pour une période prolongée. Quand l’oxycodone est employée d'une façon adéquate pour le soulagement de la douleur, il n'y a pas lieu de se préoccuper de la possibilité d'abus. La dépendance physique ou la tolérance (le besoin d’absorber des doses à intervalles réguliers pour prévenir les symptômes physiques) a été associée à la prise des analgésiques narcotiques comme l'oxycodone. Des symptômes de sevrage peuvent être ressentis si la dose est considérablement réduite ou suspendue brusquement. Une diminution progressive de la dose sous surveillance médicale peut aider à prévenir ou à diminuer ces symptômes de sevrage quand l’utilisation de ce médicament n’est plus nécessaire pour le traitement de la douleur.

Si l'emploi de l’oxycodone cesse soudainement, vous pourriez observer des symptômes de sevrage (par ex. des courbatures, de la diarrhée, de la nausée, un état de nervosité, d'agitation, un écoulement nasal, des éternuements, la chair de poule, des tremblements, un grelottement, des crampes d'estomac, une fréquence cardiaque rapide, une fièvre, de la sudation). Si après avoir fait un usage prolongé de ce médicament vous n'en avez plus besoin pour prendre en charge la douleur, vous devriez suspendre son emploi graduellement selon les indications de votre médecin.

Difficulté respiratoire : l’oxycodone peut provoquer de graves problèmes respiratoires, en particulier pour les personnes qui subissent une crise d’asthme aiguë et pour celles qui sont atteintes de maladie pulmonaire obstructive chronique (bronchite chronique, emphysème) ou d’autres maladies qui nuisent à la respiration. Si votre respiration ralentit ou si vous observez une difficulté respiratoire, sollicitez immédiatement des soins médicaux. Si vous avez des problèmes pulmonaires et que vous prenez d’autres médicaments susceptibles de ralentir la respiration, vous courez un risque accru de subir cette complication.

Si vous avez de l'asthme ou d'autres affections respiratoires, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Fonction hépatique : la maladie hépatique ou la réduction de la fonction hépatique peut provoquer une accumulation de ce médicament dans l’organisme, causant ainsi des effets secondaires. Si vous avez une fonction hépatique gravement diminuée, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Fonction rénale : les maladies rénales ou la diminution de la fonction rénale peuvent causer l’accumulation de ce médicament dans le corps, ce qui provoque des effets secondaires. Si vous avez une fonction rénale gravement diminuée, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Libération contrôlée : les présentations de ce médicament sous formes à libération contrôlée sont conçues pour avoir une durée d'action de plus de 12 heures quand elles sont avalées sans croquer ni mâcher. Si un comprimé est cassé, coupé, broyé, dissous ou mâché, toute la dose de 12 heures sera rapidement absorbée dans votre organisme. Cette façon de prendre le médicament peut s'avérer très dangereuse et causer de graves problèmes comme un ralentissement de la respiration et une surdose potentiellement fatale.

Somnolence ou vigilance réduite : l’utilisation de l’oxycodone peut nuire aux capacités mentales et physiques nécessaires à certaines activités comme la conduite automobile ou la manœuvre de machinerie. Ne conduisez pas de véhicule automobile et n’effectuez pas d’autres tâches possiblement dangereuses si ce médicament vous empêche de le faire en toute sécurité.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse. Les femmes qui employaient l'oxycodone durant leur grossesse ont donné le jour à des enfants manifestant des signes de sevrage. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : on ignore si l'oxycodone passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants. L'ingestion accidentelle de ce médicament par un enfant peut avoir des conséquences graves, voire mortelles. Gardez ce médicament hors de la portée des enfants.

Aînés : les aînés sont probablement plus sensibles aux effets de ce médicament.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'oxycodone et l'un des agents ci-après :

  • l'alcool;
  • l'amiodarone;
  • des anesthésiques;
  • les amphétamines (par ex. la dextroamphétamine, la lisdexamfétamine);
  • les antagonistes du calcium (par ex. l'amlodipine, le diltiazem, la nifédipine, le vérapamil);
  • les antibiotiques macrolides (par ex. la clarithromycine, l'érythromycine);
  • les antihistaminiques (par ex. la chlorphéniramine, la diphenhydramine, l'hydroxyzine);
  • les antifongiques dont le nom se termine en « azole » (par ex. l'itraconazole, le kétoconazole, le voriconazole);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, l'halopéridol, l'olanzapine, la quétiapine, la rispéridone);
  • l'aprépitant;
  • l'atropine;
  • l'azélastine;
  • les barbituriques (par ex. le sécobarbital, le phénobarbital);
  • les benzodiazépines (par ex. diazépam, lorazépam);
  • la benztropine;
  • les bêtabloquants (par ex. le métoprolol, le propranolol);
  • le bicalutamide;
  • le bocéprévir;
  • le bosentan;
  • la brimonidine;
  • la ciprofloxacine;
  • la cimétidine;
  • le conivaptan;
  • la cyclobenzaprine;
  • la cyclosporine;
  • la desmopressine;
  • la dexaméthasone;
  • le dimenhydrinate;
  • les diurétiques (pilules pour éliminer l’eau; par ex. le furosémide, l'hydrochlorothiazide, triamterene);
  • la dronabinol;
  • le dropéridol;
  • l'hydrate de chloral;
  • les inhibiteurs de la monoamine-oxydase (IMAO; par ex. le moclobémide, la phénelzine, la rasagiline, sélégiline, la tranylcypromine);
  • les inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH (INNTIs; par ex. la delavirdine, l'éfavirenz, l'étravirine, la névirapine);
  • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex. l’atazanavir, l'indinavir, le ritonavir, le saquinavir);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS, par ex. le citalopram, la duloxétine, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • les inhibiteurs de la tyrosine kinase (par ex. le dasatinib, le nilotinib, l’imatinib, le sunitinib);
  • l'ipratropium;
  • le jus de pamplemousse;
  • les médicaments antiépileptiques (par ex. le clobazam, l'éthosuximide, le felbamate, le lévétiracétam, le phénobarbital, la phénytoïne, la primidone, le topiramate, l'acide valproïque, le zonisamide);
  • la méthotriméprazine;
  • le métronidazole;
  • la métyrosine;
  • la mifepristone;
  • le millepertuis;
  • la mirtazapine;
  • le mitotane;
  • le nabilone;
  • la naltrexone;
  • d'autres narcotiques analgésiques (par ex. la codéine, le fentanyl, l'hydromorphone, la morphine);
  • la néfazodone;
  • la norfloxacine;
  • l'octreodtide;
  • l'olopatadine;
  • l'orphénadrine;
  • l'oxybutynine;
  • le pramipexole;
  • la procyclidine;
  • la rifabutine;
  • la rifampine;
  • le ropinirole;
  • la scopolamine;
  • le siméprévir;
  • le tapentadol;
  • le télaprévir;
  • la tétracycline;
  • la thalidomide;
  • le tiotropium;
  • le tramadol;
  • le trihexyphénidyl;
  • le zolpidem;
  • la zopiclone.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments ;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre ;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux ;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.



Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2014 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens

asdfasdfsadf