Page d'accueil

pms-Olanzapine

(olanzapine)

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • de l'agitation;
  • un assoupissement;
  • une augmentation de l'appétit;
  • une constipation;
  • une éruption cutanée;
  • des étourdissements, surtout quand vous vous levez rapidement après avoir été allongé ou assis;
  • de la faiblesse;
  • de la fatigue;
  • une rétention d'eau;
  • une sécheresse de la bouche ou des yeux;
  • une prise de poids.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une augmentation du volume des seins (pour les hommes);
  • des battements cardiaques lents, irréguliers ou rapides;
  • des changements dans les menstruations (pour les femmes);
  • une éruption cutanée importante;
  • des mouvements brefs et saccadés de vos muscles ou des mouvements inhabituels des muscles du visage ou de la langue.
  • des signes d'atteinte hépatique (une douleur abdominale, une augmentation du volume de l'abdomen, une fièvre, de la nausée ou des vomissements, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux);
  • des signes d'un caillot sanguin dans le bras ou la jambe (une douleur à la pression, de la douleur, une enflure, de la chaleur ou une rougeur dans le bras ou la jambe), ou dans les poumons (une difficulté respiratoire, une douleur thoracique vive qui est accentuée par l'inspiration, de la toux, du sang dans les crachats, une sudation excessive ou un évanouissement);
  • des signes d'un désordre de la coagulation (par ex. un saignement du nez inaccoutumé, des ecchymoses, du sang dans l'urine, une toux avec expectoration sanglante, un saignement des gencives, des coupures qui n'arrêtent pas de saigner);
  • des signes de pancréatite (par ex. une douleur sur le côté supérieur gauche de l'abdomen, un mal de dos, des nausées, une fièvre, un rythme cardiaque rapide, abdomen gonflé);
  • les symptômes d'une infection (des symptômes semblables à ceux de la grippe du rhume, une fièvre, des maux de gorge ainsi que de la faiblesse ou un état d'inconfort généralisé).

Cessez la prise du médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des convulsions;
  • une érection douloureuse ou une érection prolongée qui dure plus de 4 heures;
  • des signes d'un accident vasculaire cérébral (par ex. des maux de tête soudains ou intenses; une perte de coordination soudaine; des anomalies du champ visuel; un trouble de l'élocution soudain; ou l'apparition inexpliquée de faiblesse, d'engourdissements ou de douleur dans un bras ou une jambe);
  • des signes attribuables au syndrome malin des neuroleptiques (par ex. de la confusion, une vigilance réduite, une forte fièvre ou une raideur musculaire);
  • des signes d'une réaction allergique (un essoufflement ou une difficulté respiratoire; de l'urticaire; une bouffissure des yeux, une enflure de la bouche, des lèvres ou de la gorge).
Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.



Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Affection hépatique : l'olanzapine peut influer sur la fonction hépatique et causer des troubles hépatiques.
En cas de troubles hépatiques, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Votre médecin surveillera votre fonction hépatique par des analyses de sang qu'il prescrira régulièrement pendant que vous employez ce médicament.

Si vous observez la survenue de symptômes de troubles hépatiques comme de la fatigue, une sensation de malaise, une perte de l'appétit, de la nausée, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine foncée, des selles claires, une douleur abdominale, ou une enflure et une démangeaison cutanée, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Autres troubles médicaux : si vous êtes atteint d'autres affections médicales comme une augmentation du volume de votre prostate, un glaucome à angle fermé ou un iléus paralytique, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Convulsions : l'olanzapine peut accroître le risque de convulsions, en particulier pour les personnes qui ont eu des convulsions par le passé. Si vous êtes prédisposé aux convulsions et que vous prenez ce médicament, vous devez être suivi de près par votre médecin.

Dyskinésie tardive (DT) : la DT, qui est un syndrome caractérisé par des mouvements involontaires répétitifs et possiblement irréversibles des muscles du visage et de la langue, peut toucher les personnes qui prennent certains médicaments antipsychotiques, notamment l'olanzapine.
Bien que les aînés et surtout les femmes, soient plus susceptibles à la DT, il est impossible de prédire qui en sera atteint. Le risque de contracter la DT augmente avec les doses et la durée du traitement. Si vous ressentez des mouvements brefs et saccadés ou d'autres mouvements anormaux des muscles du visage ou de la langue, communiquez avec votre médecin dès que possible.

Érection prolongée : il arrive, mais rarement, que ce médicament provoque pour certains hommes la survenue du priapisme (érection prolongée et douloureuse). En cas d'érection qui dure plus de 4 heures, communiquez avec votre médecin.

Gain de poids : des personnes qui ont poursuivi un traitement de longue durée par ce médicament ont observé un gain de poids (en moyenne 5,4 kg). Le gain a tendance à se stabiliser après 6 à 8 mois.

Pression artérielle basse : la prise de l'olanzapine peut causer la baisse de la pression artérielle, surtout quand vous vous levez rapidement après avoir été allongé ou assis. Si vous êtes atteint de maladie cardiaque ou cérébrovasculaire ou d'affections qui augmentent le risque de subir une baisse de la pression artérielle (par ex. de la déshydratation, un traitement avec des médicaments qui abaissent la pression artérielle) vous devez être suivi par votre médecin.

Somnolence ou vigilance réduite : l'olanzapine peut altérer les capacités mentales et physiques requises pour conduire ou faire fonctionner des machines lourdes. Évitez de consommer de l'alcool pendant que vous employez ce médicament, car il peut induire une extrême somnolence.

Sucre sanguin élevé : dans de rares instances, l'olanzapine peut causer une élévation du taux de sucre sanguin. Votre médecin vous surveillera étroitement si vous avez du diabète ou si vous courez le risque d'avoir du diabète. Si vous ressentez de la faiblesse, si vous avez un besoin de boire ou de manger accru, si vous urinez plus souvent pendant que vous employez ce médicament, communiquez avec votre médecin.

Syndrome malin des neuroleptiques (SMN) : l'olanzapine, comme les autres médicaments antipsychotiques, peut provoquer un syndrome potentiellement mortel connu sous le nom de syndrome malin des neuroleptiques (SMN). Si vous remarquez certains symptômes du SMN comme une fièvre élevée, de la confusion ou une perte de connaissance, des battements cardiaques irréguliers ou très rapides, de la raideur musculaire ou une sudation excessive, consultez immédiatement un médecin.

Température corporelle : ce médicament, tout comme d'autres médicaments antipsychotiques, peut empêcher le corps de contrôler sa propre température. Si vous faites de l'exercice vigoureux, si vous exposez à une chaleur extrême, si vous êtes déshydraté ou si vous prenez des médicaments anticholinergiques (par ex. la benztropine, l'oxybutynine), votre risque de subir cette complication est accru. Si vous avez très chaud et que vous ne pouvez vous rafraîchir pendant que vous prenez ce médicament, communiquez dès que possible avec votre médecin.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : ce médicament passe dans le lait maternel. Les femmes qui allaitent ne devraient pas employer ce médicament.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants et les adolescents âgés de moins de 18 ans.

Aînés : les aînés atteints de démence pourraient courir un plus grand risque d'accidents vasculaires cérébraux, de crise cardiaque et de mort s'ils emploient l'olanzapine. Sollicitez des soins médicaux immédiatement si vous observez les signes et les symptômes d'un accident vasculaire cérébral (par ex. une soudaine faiblesse, ou de l'engourdissement, des perturbations de la parole, des problèmes de la vue, des étourdissements, de la confusion, de soudains violents maux de tête), d'une crise cardiaque (par ex. une gêne ou une douleur dans le thorax, le dos, le cou, la mâchoire, les bras, de la sudation, un essoufflement, des nausées, une sensation de tête légère) ou d'une infection (par ex. une pneumonie). Les aînés atteints de démence ne devraient pas avoir recours à l'olanzapine.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'olanzapine et l'un des agents ci-après :

  • l'abiratérone;
  • l'aclidinium;
  • les aide-sommeil (par ex. le zolpidem, la zopiclone);
  • les alcaloïdes de l'ergot de seigle (par ex. l'ergotamine, la dihydroergotamine);
  • l'alcool;
  • l'alfuzosine;
  • l'amiodarone;
  • l'amlodipine;
  • les amphétamines (par ex. la dextroamphétamine, la lisdexamfétamine);
  • les anesthésiques;
  • des antibiotiques de la famille des quinolones (par ex. la ciprofloxacine, la norfloxacine, l'ofloxacine);
  • les antibiotiques macrolides (par ex. la clarithromycine, l'érythromycine);
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, la clomipramine, la désipramine, la trimipramine);
  • les antihistaminiques (par ex. la cétirizine, la doxylamine, la diphenhydramine, l'hydroxyzine, la loratadine);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, la quétiapine, la rispéridone)
  • l'apomorphine;
  • l'aripiprazole;
  • l'atropine;
  • l'azélastine;
  • le baclofène;
  • les barbituriques (par ex. le butalbital, le pentobarbital, le phénobarbital);
  • la belladone;
  • les benzodiazépines (par ex. l'alprazolam, le diazépam, le lorazépam);
  • la benztropine;
  • la brimonidine;
  • la buspirone;
  • l'hydrate de chloral;
  • la chloroquine;
  • le cisapride;
  • la cyclobenzaprine;
  • la cyprotérone;
  • le déférasirox;
  • le dégarélix;
  • la desvenlafaxine;
  • le dextrométhorphane;
  • le disopyramide;
  • les diurétiques thiazidiques « pilules qui augmentent l'excrétion de l'urine » (par ex. l'hydrochlorothiazide, l'indapamide, la métolazone);
  • la dofétilide;
  • le dompéridone;
  • le donépézil;
  • la dronabinol;
  • la dronédarone;
  • le dropéridol;
  • l'éfavirenz;
  • l'éthinylœstradiol;
  • le flavoxate;
  • la galantamine;
  • le gemfibrozil;
  • le glycopyrrolate;
  • le granisétron;
  • l'hydrocodone;
  • les inhibiteurs de la monoamine-oxydase ou IMAO (par ex. le moclobémide, la rasagiline, la sélégiline, la tranylcypromine);
  • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex. l'atazanavir, l'indinavir, le ritonavir, le saquinavir);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS, par ex. le citalopram, la duloxétine, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • les inhibiteurs de la tyrosine kinase (par ex. le dasatinib, le nilotinib, l'imatinib, le sunitinib);
  • l'ipratropium;
  • le kétotifène;
  • le lithium;
  • le sulfate de magnésium;
  • la méthadone;
  • le méthoxsalen;
  • le méthylphénidate;
  • la métoclopramide;
  • la métyrosine;
  • les médicaments antiépileptiques (par ex. le clobazam, l'éthosuximide, le felbamate, le lévétiracétam, le phénobarbital, la phénytoïne, la primidone, le topiramate, l'acide valproïque, le zonisamide);
  • les médicaments antimigraineux de la classe des « triptans » (par ex. l'élétriptan, le sumatriptan);
  • les médicaments anti-parkinsoniens (par ex. l'amantadine, l'apomorphine, la bromocriptine, la lévodopa, le pramipexole, le ropinirole);
  • les médicaments servant au traitement des irrégularités des battements cardiaques comme l'amiodarone, le disopyramide, le dofétilide, le procaïnamide, la quinidine ou le sotalol;
  • la mifépristone;
  • le millepertuis;
  • le mirabégron;
  • la mirtazapine;
  • le nabilone;
  • les narcotiques analgésiques (par ex. la codéine, le fentanyl, la morphine, l'oxycodone);
  • l'olopatadine;
  • l'orphénadrine;
  • l'oxybutynine;
  • le peginterféron alfa-2b;
  • la pentamidine;
  • le pérampanel;
  • le pimozide;
  • la primaquine;
  • la procaïnamide;
  • la quinidine;
  • la quinine;
  • les relaxants musculaires (par ex. la cyclobenzaprine, le méthocarbamol, l'orphénadrine);
  • la rifampine;
  • la rivastigmine;
  • la romidepsine;
  • la scopolamine;
  • le sotalol;
  • les suppléments de potassium;
  • le tapentadol;
  • le tiotropium;
  • la toltérodine;
  • le tramadol;
  • la trazodone;
  • la tétrabénazine;
  • la thalidomide;
  • le tramadol;
  • la trazodone;
  • le tryptophane;
  • l'uméclidinium;
  • la venlafaxine;
  • le zolpidem;
  • la zopiclone.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.



Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2014 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens

asdfasdfsadf