Page d'accueil

Niaspan

(niacine à libération prolongée)

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • des accès de toux plus fréquents ;
  • des battements de cœur rapides ou très forts ;
  • des bouffées de chaleur (de la chaleur, une rougeur, une démangeaison ou des picotements) au niveau du visage, du cou, du thorax, et du dos ;
  • des brûlures d'estomac ;
  • une douleur abdominale ;
  • de la diarrhée ;
  • une éruption cutanée ;
  • des étourdissements ;
  • de la faiblesse ;
  • des maux de tête ;
  • de la nausée ;
  • de la rétention d'eau (une enflure des mains, des pieds ou des chevilles) ;
  • une sécheresse de la bouche ;
  • de la somnolence ;
  • de la sudation ;
  • des symptômes semblables à ceux de la grippe (par ex. une fièvre, des frissons, de la sudation, un vague endolorissement musculaire, un état de faiblesse générale) ;
  • un tintement dans les oreilles ;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des douleurs articulaires ;
  • de graves maux de tête (migraine) ;
  • des signes de troubles hépatiques (les yeux ou la peau jaune, une douleur abdominale, une urine sombre ou des selles claires, des nausées, des vomissements) ;
  • une syncope.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • une douleur thoracique ;
  • des signes d'une réaction allergique grave (une boursouflure du visage, de la langue, ou de la gorge, de l'urticaire, une difficulté respiratoire) ;
  • des symptômes d'un saignement dans l'estomac ou les intestins (des selles sombres possédant l'aspect du goudron, une émission de sang par le rectum ; des vomissements de sang, ou d'une matière qui ressemble à du marc de café, des battements de cœur rapides, de la faiblesse, ou une syncope).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.





Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Affection hépatique : des lésions hépatiques se sont produites chez les personnes à qui on a substitué d'autres produits contenant de la niacine à la niacine à libération prolongée. Ne substituez pas d'autres produits contenant de la niacine à celui que votre médecin vous a prescrit. Les personnes atteintes de maladie hépatique ou qui boivent beaucoup d'alcool devraient faire l'objet d'une surveillance médicale stricte pendant qu'elles prennent la niacine à libération prolongée. Les personnes atteintes de maladie hépatique importante ou non expliquée ne doivent pas prendre de niacine à libération prolongée.

Bouffées de chaleur : certaines personnes qui prennent de la niacine à libération prolongée ressentent des bouffées de chaleur, habituellement au début du traitement ou lorsque la dose est augmentée. Les bouffées de chaleur se produisent habituellement au cours des 8 premières semaines de traitement mais s'atténuent et deviennent moins fréquentes avec la prolongation du traitement. Les bouffées de chaleur se produisent habituellement au cours des premières 2 à 4 heures après la prise d'une dose et durent quelques heures.

La prise du médicament au coucher avec une collation faible en gras vous aidera à les supporter car il sera plus probable qu'elles se produisent au cours de votre sommeil. Si les bouffées de chaleur vous réveillent la nuit, levez-vous lentement, en particulier si vous vous sentez faible ou étourdi ou si vous prenez des médicaments pour la pression artérielle.

Évitez de consommer de l'alcool, des nourritures épicées et des boissons chaudes à l'approche de la prise de votre dose de niacine à libération prolongée, car ils peuvent augmenter les bouffées de chaleur. Si les bouffées sont incommodantes, il se peut que votre médecin vous recommande de prendre de l'acide acétylsalicylique (AAS), s'il n'y a pas de contre-indication, avant de prendre la niacine à libération prolongée (30 minutes ou moins).

Diabète : il se peut que le taux de sucre sanguin des personnes atteintes de diabète devienne plus élevé. Si vous avez le diabète, votre médecin peut vous demander de suivre votre taux de sucre sanguin plus fréquemment et de lui signaler les changements de vos mesures habituelles de sucre sanguin. Il se peut que votre médecin doive ajuster les doses de vos médicaments contre le diabète.

Goutte : la niacine peut causer l'élévation des niveaux d'acide urique sanguins, provoquant ainsi une poussée de goutte. si vous souffrez de goutte, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Signalez immédiatement à votre médecin toute douleur, chaleur ou enflure de vos articulations.

Maladie du rein : si vous souffrez d'une maladie rénale, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Mises en garde et précautions importantes : si vous preniez auparavant un autre comprimé de niacine, ne commencez pas à prendre NIASPAN (niacine à libération prolongée) à la même dose. Vous devez commencer à une plus faible dose de NIASPAN et augmenter graduellement votre dose selon les directives de votre médecin.

Ne substituez pas un autre produit de niacine à votre NIASPAN ; une substitution inadéquate peut provoquer des désordres hépatiques importants.

Problèmes de l'appareil digestif : la niacine peut causer des problèmes gastriques comme des ulcères ou des saignements. En cas de problèmes de l'estomac, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Appelez votre médecin immédiatement si vous remarquez des signes comme une douleur gastrique ou une douleur abdominale, des selles noirâtres et goudronneuses ou des vomissements de sang. L'utilisation d'acide acétylsalicylique (AAS) pour réduire les bouffées de chaleur provoquées par la niacine est susceptible d'augmenter le risque de problèmes gastriques.

Problèmes cardiaques : si vous souffrez d'angine ou d'autres maladies cardiaques, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Reprise du médicament : si vous devez recommencer à prendre le médicament après avoir cessé de le prendre pendant une longue période de temps, consultez tout d'abord votre médecin. Il se peut que vous deviez recommencer le traitement à une dose plus faible et graduellement augmenter votre dose avec le temps.

Rétention d'eau : la niacine peut provoquer de la rétention de liquide et de l'enflure, ce qui est susceptible d'aggraver une pression artérielle élevée, une insuffisance cardiaque congestive ou une fonction cardiaque réduite. si vous souffrez de cette affection, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Si vous ressentez de l'essouflement, de la fatigue, une douleur thoracique ou une enflure aux jambes, aux pieds ou aux chevilles ou si vous avez une prise de poids excessive pendant que vous prenez ce médicament, consultez votre médecin immédiatement.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : ce médicament passe dans le lait maternel. Si vous employez la niacine à libération prolongée pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre la niacine à libération prolongée et l'un des agents ci-après :

  • l'acide acétylsalicylique ou AAS ;
  • l'alcool ;
  • certains médicaments pour pour la presssion artérielle (par ex. le métoprolol, le propranolol, le vérapamil, le diltiazem) ;
  • la cholestyramine ;
  • le colestipol ;
  • les dérivés nitrés (par ex. la nitroglycérine) ;
  • les médicaments de type « statine » pour traiter les niveaux élevés de cholestérol (par ex. l'atorvastatine, la lovastatine, la simvastatine) ;
  • les résines hypocholestérolémiantes (médicaments qui empêchent la réabsorption du cholestérol par l'organisme) ;
  • les vitamines ou suppléments nutritionnels contenant de la niacine, de l'acide nicotinique, ou de la nicotinamide ;
  • la warfarine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin peut vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments ;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre ;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux ;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.



Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2014 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens

asdfasdfsadf