Page d'accueil

Mirena

(lévonorgestrel, DIU)

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • de l'acné (généralement moins fréquemment après 3 mois de traitement, et l'acné d'une personne qui en est déjà touchée peut devenir plus légère) ;
  • des douleurs aux seins, des seins sensibles ou gonflés ;
  • des modifications de l'écoulement menstruel comme :
    • un saignement menstruel de plus courte durée,
    • des hémorragies utérines ou des traces de sang entre les menstruations,
    • un saignement menstruel prolongé,
    • une absence complète d'écoulement menstruel pendant plusieurs mois consécutifs,
    • un arrêt occasionnel de l'écoulement menstruel ;
  • une sensation de plénitude ou de serrement dans l'abdomen ;
  • des maux de tête ;
  • de la nausée.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une douleur dans le dos ;
  • une grosseur dans un sein ;
  • une dépression ;
  • des étourdissements ;
  • une douleur persistante ou intense dans le bas de l'abdomen et la présence d'une fièvre ou de pertes blanches inaccoutumées ;
  • des modifications importantes dans les menstruations ;
  • des maux de tête ou des migraines (l'intensité des maux de tête d'un grand nombre d'utilisatrices peut diminuer tandis que leur fréquence ou leur intensité peut s'accroître pour d'autres) ;
  • des signes d'un trouble hépatique (le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine sombre, des selles claires, une douleur abdominale ou une démangeaison cutanée) ;
  • une éruption cutanée, de l'urticaire ou une démangeaison cutanée ;
  • une infection vaginale accompagnée de démangeaisons ou d'une irritation, des pertes blanches épaisses ou grumeleuses.

Sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • une gêne abdominale ou une douleur gastrique (soudaine, intense ou persistante) ;
  • des signes d'un caillot de sang dans les poumons (un essoufflement soudain ou inexpliqué, une douleur thoracique, une toux ramenant une expectoration de sang) ;
  • des signes d'un caillot de sang dans une jambe (une douleur soudaine et inexpliquée dans une jambe, en particulier dans le mollet) ;
  • des signes d'une crise cardiaque (une douleur ou une gêne thoracique, un essoufflement, une nausée, des sueurs froides ou une sensation de tête légère) ;
  • des signes d'un accident vasculaire cérébral (par ex. un soudain trouble de l'élocution, une faiblesse soudaine et inexpliquée, un engourdissement ou une douleur dans un bras ou une jambe, un soudain manque de coordination, la survenue de maux de tête intenses).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.





Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

AVIS DE SANTÉ CANADA

le 15 juin 2010

Santé Canada a émis des nouveaux renseignements sur l'emploi du médicament Mirena® (lévonorgestrel, DIU). Pour lire dans son intégralité l'AVIS DE SANTÉ CANADA, rendez-vous au site Web de Santé Canada à l'adresse www.hc-sc.gc.ca.

Diabète : les faibles doses de contraceptif que ce dispositif libère ont très peu d'effet sur l'équilibre du taux de sucre dans le sang. Toutefois, les personnes atteintes de diabète ou celles qui ont des antécédents familiaux de diabète devraient surveiller de près leur taux de sucre dans le sang afin de déceler tout signe d'un mauvais équilibre glycémique.

Grossesse ectopique : si vous avez des antécédents de grossesse ectopique (grossesse résultant de l'implantation hors de l'utérus d'un œuf fécondé), si vous avez subi une intervention chirurgicale sur les trompes de Fallope ou si vous avez eu une infection pelvienne, vous devriez consulter votre médecin ou votre pharmacien avant d'employer ce dispositif. Si vous éprouvez une douleur dans le bas de l'abdomen, si vous n'êtes pas menstruée ou si vous constatez des saignements inaccoutumés pendant que vous employez ce médicament, communiquez avec votre médecin.

Problèmes émotionnels : il se pourrait que les femmes qui ont des antécédents de troubles émotionnels soient plus susceptibles à leur récurrence pendant qu'elles emploient le dispositif libérant le lévonorgestrel.

Expulsion du dispositif : un saignement ou de la douleur peut indiquer que la position du dispositif a changé ou qu'il a été expulsé de la cavité utérine. Un dispositif qui n'est plus dans la position où il a été placé est moins efficace ; il devrait être retiré et remplacé par un nouveau dispositif.

Troubles de la vue : quelques femmes peuvent constater des troubles de la vision ou une intolérance aux verres de contact. Si cela advenait, communiquez avec votre ophtalmologue.

Troubles des valvules cardiaques : ce médicament peut accroître votre risque d'infection des valvules cardiaques, si vous avez une malformation des valvules cardiaques, et si cette anomalie est congénitale ou acquise. Vous pourriez avoir besoin de prendre des antibiotiques avant l'insertion et le retrait de ce médicament afin de prévenir une infection possible.

Insertion et retrait du dispositif : il se peut que quelques femmes ressentent des douleurs et qu'il se produise un saignement lors de l'insertion ou du retrait du dispositif. Le procédé peut aussi causer une syncope ou une crise chez les personnes atteintes d'épilepsie.

Maladie du foie : si les signes de troubles hépatiques apparaissent (comme le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine sombre, des selles claires, une douleur abdominale ou une démangeaison cutanée), discutez avec votre médecin pour savoir si vous devriez envisager le retrait du dispositif.

Kystes de l'ovaire : ce médicament peut causer la formation de kystes sur les ovaires. La plupart sont sans symptômes et disparaissent spontanément 2 à 3 mois plus tard. Toutefois, si vous ressentez de la douleur dans la région pelvienne, communiquez avec votre médecin.

Perforation : il existe une infime possibilité (entre 1 sur 1 000 et 1 sur 10 000) que le col de l'utérus, ou l'utérus, soit perforé par le dispositif, et si cela se produisait, ce serait fort probablement au moment de l'insertion du dispositif. Dans ce cas, le dispositif devrait être retiré au plus tôt.

Retrait du dispositif : consultez votre médecin pour savoir si le retrait du dispositif s'impose après l'une des manifestations ci-après :

  • des migraines ou d'intenses maux de tête,
  • un cancer du sein ou de l'endomètre avéré ou suspecté,
  • un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque,
  • une élévation importante de la pression artérielle,
  • des infections pelviennes récurrentes,
  • une inflammation récurrente de la muqueuse de l'utérus.

Retour de la fécondité : la possibilité d'une fécondation reviendra avec la même probabilité qu'auparavant peu après le retrait du dispositif. Près de 90 % des femmes ont la capacité de concevoir dans les 24 mois qui suivent le retrait du dispositif.

Infection transmise sexuellement : le dispositif ne protège pas contre les infections transmises sexuellement, notamment le VIH/SIDA. Pour vous protéger contre ces infections, vous devrez avoir recours à un préservatif en latex.

Grossesse : ce dispositif ne devrait pas s'employer durant la grossesse. Si une grossesse advenait, vous devriez demander que ce dispositif soit retiré au plus tôt. La présence de ce dispositif augmenterait le risque d'avortement spontané ou de naissance prématurée. L'effet du lévonorgestrel sur l'évolution du fœtus n'est pas parfaitement connu, et il n'est par conséquent pas possible d'affirmer qu'il ne pourrait pas avoir un effet défavorable. Le retrait de Mirena, ou l'exploration de l'utérus, pourrait provoquer un avortement spontané. Vous devriez consultez votre médecin au sujet des risques que pourrait encourir votre enfant à naître.

Allaitement : ce médicament passe dans le lait maternel. Le dispositif n'est pas la méthode anticonceptionnelle de choix durant l'allaitement, cependant aucun effet secondaire n'a été associé à la croissance ni au développement des bébés allaités au sein dont la mère avait commencé à porter ce dispositif 6 semaines après leur avoir donné naissance. Le lévonorgestrel ne semble influer ni sur le volume ni sur la qualité du lait.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants âgés de moins de 18 ans. Ce dispositif n'est pas la méthode contraceptive de première intention pour les femmes qui n'ont jamais été enceintes.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Les médicaments ci-après peuvent modifier la façon dont les pilules anticonceptionnelles agissent. Des réactions semblables peuvent se produire avec le dispositif libérant le lévonorgestrel :

  • les barbituriques (par ex. le phénobarbital),
  • la carbamazépine,
  • la griséofulvine.
  • la phénytoïne,
  • la primidone,
  • la rifampine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin peut vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments,
  • remplacer l'un des médicaments par un autre,
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux,
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.



Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2014 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens