Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Ce médicament appartient à la famille des médicaments appelés vaccins. Il s'utilise pour conférer une protection contre le zona aux personnes âgées de plus de 50 ans. Le zona est causé par le même virus que la varicelle. Après la guérison d'une éruption associée à la varicelle, le virus se retire vers les nerfs où il reste inactif pendant des années.

Un zona se déclare quand le virus se réactive et cause une éruption cutanée qui s'accompagne de cloques et d'intenses douleurs à type de brûlure. Le médicament exerce une action qui stimule le système immunitaire et permet de prévenir la survenue d'un zona. Il ne soigne pas le zona.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque dose unique (0,65 mL) de liquide légèrement opaque à transparent, blanc cassé à jaune pâle, contient un minimum 19,400 UFP (unités formant plages) de la souche Oka/Merck du virus de la varicelle. Ingrédients non médicinaux : saccharose, gélatine hydrolysée, urée, chlorure de sodium, L-glutamate monosodique monohydraté, phosphate de sodium dibasique, phosphate de potassium monobasique et chlorure de potassium. Présence à l'état de traces de cellules MRC-5, de néomycine et du sérum de veau. Le diluant contient de l'eau stérile pour injection. Sans agent de conservation.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Ce médicament est donné en 1 seule injection (de 0,65 mL) sous la peau de la face externe du haut du bras.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de recevoir le médicament sans le consulter au préalable.

Il est très important que ce médicament soit donné conformément aux indications de votre médecin. Si vous manquez un rendez-vous fixé pour recevoir le vaccin, communiquez avec votre médecin aussitôt que possible pour prendre un autre rendez-vous.

Ce médicament doit être conservé à l'abri de la lumière, dans un réfrigérateur entre les températures de 2 et 8 ° C ou plus froid, jusqu'à ce qu'on le mélange avant de l'utiliser pour les injections. Vous devriez conserver le diluant (le liquide fourni pour reconstituer le vaccin) à la température ambiante ou le mettre dans le réfrigérateur.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Le vaccin contre le zona ne devrait pas être utilisé dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au vaccin contre le zona ou à l'un des ingrédients du médicament (y compris la gélatine);
  • une grossesse;
  • un système immunitaire affaibli (par ex. en raison d'un cancer, d'une infection par le VIH qui a progressé en sida, des problèmes de la moelle osseuse ou d'autres problèmes du système immunitaire);
  • une tuberculose évolutive non traitée;
  • une réaction allergique grave à la néomycine (de l'urticaire, une boursouflure du visage, une difficulté respiratoire);
  • une tuberculose évolutive non traitée;
  • la prise d'un immunosuppresseur comme la cyclosporine, le tacrolimus ou des doses élevées de corticostéroïdes (par ex. la prednisone, la méthylprednisolone) par injection ou par la bouche.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes employant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une diarrhée;
  • une douleur articulaire ou une douleur musculaire;
  • un écoulement nasal;
  • une éruption cutanée;
  • une fièvre;
  • des infections respiratoires (comme une infection pulmonaire, des infections des sinus ou des rhumes);
  • de la faiblesse;
  • de la nausée;
  • des maux de tête;
  • une rougeur, de la douleur, une enflure, une démangeaison, de la chaleur et des ecchymoses au lieu d'injection.
  • des symptômes semblables à ceux de la grippe.

Sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • une réaction allergique grave (par ex. de l'urticaire, une boursouflure du visage, une difficulté respiratoire ou d'avaler).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Affection accompagnée d'une fièvre : si vous souffrez d'une affection qui s'accompagne d'une fièvre, consultez votre médecin pour savoir si vous êtes en état de recevoir le vaccin.

Durée de la protection : on ignore si le vaccin confèrera une protection contre le zona au-delà de 4 ans.

Grossesse : aucune étude n'a été effectuée dans le but de vérifier les effets de ce vaccin sur la femme enceinte ou le bébé à naître, s'il est administré pendant la grossesse. Cependant, on sait qu'une infection par le virus zona-varicelle contractée naturellement peut parfois causer du tort au fœtus. Ce vaccin ne devrait pas s'employer durant la grossesse. Des précautions devraient être mises en vigueur pour éviter la survenue d'une grossesse pendant au moins les 3 mois qui suivent l'injection du vaccin.

Allaitement : on ne sait pas si le vaccin zona-varicelle passe dans le lait maternel humain. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ce médicament n'est pas recommandé aux enfants.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le vaccin contre le zona et l'un des agents ci-après :

  • l'acétaminophène;
  • l'acyclovir;
  • d'autres vaccins (qui ont été mélangés dans la même seringue);
  • l'azathioprine;
  • le belimumab;
  • les corticostéroïdes pris par la bouche (par ex. des doses élevées de prednisone ou de méthylprednisolone);
  • les épreuves à la tuberculine;
  • le famciclovir;
  • le fingolimod;
  • l'hydroxychloroquine;
  • les immunoglobulines;
  • le léflunomide;
  • les médicaments qui affaiblissent le système immunitaire (par ex. les médicaments utilisés pour le traitement du cancer ou pour empêcher le rejet des organes transplantés; les médicaments servant au traitement de l'arthrite rhumatoïde et des maladies inflammatoires chroniques de l'intestin);
  • la mercaptopurine;
  • le méthotrexate;
  • le vaccin antipneumococcique (pour enfants et adultes);
  • le valacyclovir.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.