Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

La métolazone appartient à la classe de médicaments appelés diurétiques. Elle s'utilise pour maîtriser la pression artérielle et pour excréter l'excès d'eau (l'œdème) qui s'accumule en raison d'une insuffisance cardiaque congestive et de certaines formes de maladies du rein.

Il faut habituellement compter 3 ou 4 jours pour que la métolazone commence à atténuer l'œdème, et 3 ou 6 semaines pour qu'elle agisse sur la pression artérielle.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées pour tous les troubles mentionnés dans cet article. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque comprimé rose, légèrement biconvexe, portant l'inscription « 2 1/2 » sur une face, et « ZAROXOLYN » sur l'autre, contient 2,5 mg de métolazone. Ingrédients non médicinaux : cellulose microcristalline, laque d'aluminium D et C rouge nº 33 et stéarate de magnésium. Sans alcool, gluten, lactose, parabène, saccharose ni tartrazine.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose de métolazone recommandée varie entre 2,5 mg et 20 mg par jour ; elle est individualisée en fonction de l'affection traitée et la réponse de la personne qui prend le médicament. Dans le traitement d'une pression artérielle élevée, la dose habituelle se situe entre 2,5 mg et 5 mg pris 1 fois par jour. Dans le traitement de l'œdème, la dose habituelle se situe entre 5 mg et 20 mg pris 1 fois par jour.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer ce médicament dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à la métolazone ou à l'un des ingrédients de ce médicament ;
  • l'incapacité d'évacuer l'urine.

Ne donnez pas ce médicament à des personnes qui sont dans un coma ou un précoma hépatique.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui utilisent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes recevant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • de la diarrhée ;
  • une diminution de la capacité sexuelle ;
  • des étourdissements ou une sensation de tête légère, surtout quand vous vous levez rapidement après avoir été en position allongée ou assise ;
  • des malaises gastriques ;
  • une perte de l'appétit ;
  • une sensibilité accrue de la peau aux rayonnements solaires.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des douleurs articulaires ;
  • une douleur au bas du dos ou dans le côté ;
  • une douleur gastrique (intense) accompagnée de nausée et de vomissements ;
  • une émission de l'urine douloureuse ou difficile ;
  • une éruption cutanée ou de l'urticaire ;
  • une fièvre ou des frissons ;
  • le jaunissement du blanc des yeux ou de la peau ;
  • une peau tachetée de minuscules points rouges ;
  • des signes et symptômes d'une perte excessive de potassium :
    • des battements de cœur irréguliers,
    • des changements d'humeur ou de l'instabilité mentale,
    • des crampes ou des douleurs musculaires,
    • une fatigue ou une faiblesse inaccoutumée,
    • de la nausée ou des vomissements,
    • un pouls faible,
    • une sécheresse de la bouche,
    • une soif accrue ;
  • des signes et symptômes d'une perte excessive de sodium :
    • de la confusion,
    • des convulsions,
    • des crampes musculaires,
    • une diminution de l'activité mentale,
    • une fatigue ou une faiblesse inaccoutumée,
    • de l'irritabilité ;
  • une toux ou de l'enrouement.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Diabète : en cas de diabète, vous devriez faire l'objet d'une surveillance médicale étroite pendant que vous suivez un traitement par la métolazone, car ce médicament pourrait influer sur l'équilibre de votre sucre sanguin (en augmentant votre taux de sucre sanguin).

Électrolytes : la métolazone pourrait causer un déséquilibre des électrolytes dans le sang comme le potassium, le sodium et le magnésium. Parmi les signes d'un déséquilibre des électrolytes, on retrouve :

  • une accélération de la fréquence cardiaque ;
  • un assoupissement ;
  • de la douleur musculaire ou des crampes ;
  • un état d'excitation ;
  • une excrétion de l'urine plus rare ;
  • de la faiblesse ;
  • une fatigue musculaire ;
  • de la léthargie ;
  • des perturbations de l'estomac comme de la nausée et des vomissements ;
  • une pression artérielle basse ;
  • une sécheresse de la bouche ;
  • de la soif.

Si vous observez ces symptômes, communiquez avec votre médecin aussitôt que possible.

Fonctions rénale et hépatique : en cas de fonction rénale ou hépatique diminuée, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Goutte : la métolazone pourrait causer une élévation du taux d'acide urique sanguin. Une crise de goutte pourrait s'ensuivre pour les personnes ayant des antécédents de goutte. Si vous avez des antécédents de goutte, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : ce médicament passe dans le lait maternel. Si vous employez la métolazone pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre la métolazone et l'un des agents ci-après :

  • l'alcool ;
  • les antidiabétiques (par ex. l'insuline, le glyburide, la metformine) ;
  • les antigoutteux (par ex. la colchicine) ;
  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou AINS (par ex. l'ibuprofène, le naproxène) ;
  • les barbituriques (par ex. le phénobarbital) ;
  • la cholestyramine ;
  • le colestipol ;
  • les corticostéroïdes (par ex. la prednisone) ;
  • le diazoxide ;
  • la digoxine ;
  • le furosémide ;
  • les hypotenseurs (par ex. l'hydrochlorothiazide, le ramipril) ;
  • le lithium ;
  • la méthénamine ;
  • les narcotiques (par ex. la codéine, la morphine) ;
  • les salicylés (par ex. l'acide acétylsalicylique ou AAS) ;
  • les sympathomimétiques (par ex. les amphétamines, la pseudoéphédrine, la phényléphrine, la dopamine, l'épinéphrine, la dobutamine) ;
  • la tubocurarine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin peut vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments ;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre ;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux ;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.