Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

L'ipilimumab appartient au groupe de médicaments appelés antinéoplasiques qui combattent le cancer. Plus précisément, il s'agit d'un anticorps monoclonal. Il agit en stimulant le système immunitaire de notre organisme pour attaquer les cellules cancéreuses et ainsi réduire le volume des tumeurs.

On utilise ce médicament pour traiter le mélanome, un type particulier de cancer de la peau, lorsqu'il s'est propagé à d'autres parties du corps (métastasé) ou que l'on ne peut l'exciser (l'enlever) chirurgicalement.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque mL de solution pour perfusion contient 5 mg d'ipilimumab. Ingrédients non médicinaux : chlorhydrate de Tris, chlorure de sodium, mannitol, d'acide diéthylènetriamine pentaacétique (DTPA), polysorbate 80, eau pour injection, hydroxyde de sodium ou de l'acide chlorhydrique est ajouté au besoin pour ajuster le pH.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose initiale recommandée pour les adultes est basée sur le poids. la dose initiale recommandée est de 3 mg par kilo de poids corporel.

Ce médicament est administré par perfusion intraveineuse (à l'intérieur d'une veine) pendant une période de 90 minutes une fois toutes les 3 semaines pour un total de 4 doses. Il est injecté dans une veine à partir d'un site d'administration qui a été préparé à cet effet sur votre peau.

Ce médicament doit être manipulé avec les plus grandes précautions. L'ipilimumab ne doit être donnée que par des professionnels de la santé expérimentés dans la chimiothérapie anticancéreuse. Il est toujours donné sous la surveillance d'un médecin dans un hôpital, ou dans un établissement semblable où il est possible d'avoir accès à un équipement stérile pour préparer la solution.

Il est important que ce médicament soit employé conformément aux indications de votre médecin. Si vous manquez une injection d'ipilimumab, communiquez avec votre médecin aussitôt que possible pour fixer un autre rendez-vous pour recevoir votre injection.

Ce médicament sera conservé à l'abri de la lumière dans un réfrigérateur de l'hôpital ou de la clinique où il est donné.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer ce médicament dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à l'ipilimumab ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • la présence d'une maladie auto-immunitaire très grave;
  • une transplantation d'organe.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une constipation;
  • une démangeaison;
  • une diarrhée;
  • une douleur gastrique;
  • de la fatigue;
  • de la nausée;
  • une perte d'appétit;
  • une sensation de fatigue ou faiblesse;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une douleur ou une rougeur oculaire;
  • un engourdissement ou des picotements dans les mains ou les pieds;
  • des étourdissements;
  • un évanouissement;
  • de la faiblesse dans les bras, les jambes ou les le visage;
  • une fatigue ou une faiblesse inaccoutumée;
  • des maux de tête;
  • des modifications du comportement;
  • des modifications de la vision (une vision floue ou double);
  • des signes de saignements de l'estomac (par ex. des selles sanglantes, noirâtres ou goudronneuses, des expectorations sanglantes, des vomissements de sang ou d'une matière qui ressemble à du marc de café);
  • des symptômes attribuables à une inflammation intestinale (par ex. de la diarrhée, la présence de sang dans les selles, de la sensibilité ou une douleur gastrique);
  • des signes de troubles hépatiques (par ex. de la nausée, des vomissements, de la diarrhée, une perte de l'appétit, une perte de poids, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine sombre, des selles claires);
  • des symptômes attribuables à de l'inflammation cutanée (par ex. une éruption cutanée, de la desquamation, la présence d'ampoules dans la bouche).

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • de la paralysie;
  • des signes d'une grave réaction cutanée (comme des cloques, une desquamation, une éruption cutanée recouvrant une grande région du corps, une éruption cutanée qui s'étend rapidement ou une éruption cutanée accompagnée d'une fièvre ou d'une gêne).
  • des signes de réaction à la perfusion (par ex. une rougeur du visage, de la douleur thoracique, des difficultés respiratoires).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Diarrhée associée à la prise du médicament : l'ipilimumab peut provoquer de l'inflammation dans plusieurs parties du corps, notamment au système digestif. Cette affection, appelée entérocolite, peut s'avérer dangereuse pour la vie du patient si on ne la traite pas rapidement. Si vous subissez de la diarrhée accompagnée de mucus ou de sang, communiquez dès que possible avec votre médecin.

Fonction hépatique : l'utilisation de l'ipilimumab est susceptible de provoquer des lésions au foie ou de réduire la fonction hépatique. Si vous observez la survenue de symptômes de troubles hépatiques comme de la fatigue, une sensation de malaise, une perte de l'appétit, de la nausée, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine foncée, des selles claires, une douleur abdominale, ou une enflure et une démangeaison cutanée, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Maladies auto-immunes : si vous êtes atteint d'une maladie auto-immune comme le lupus, l'utilisation de l'ipilimumab est susceptible d'aggraver votre affection en stimulant votre système immunitaire. L'utilisation de ce médicament n'est pas destinée aux personnes atteintes de désordres auto-immuns.

Médicaments immunosuppresseurs : l'ipilimumab agit en stimulant le système immunitaire. Si vous avez reçu une transplantation d'organe, l'ipilimumab pourrait provoquer le rejet de votre greffon. L'utilisation de ce médicament n'est pas destinée aux personnes qui prennent des immunosuppresseurs.

Réactions associées aux perfusions : l'utilisation de ce médicament peut provoquer une réaction d'hypersensibilité à la perfusion. Les symptômes de ce genre de réaction apparaissent généralement pendant la perfusion du médicament et parmi eux, on peut retrouver de la rougeur du visage, de la douleur thoracique, de l'essoufflement et une chute spectaculaire de la pression artérielle. Ces réactions peuvent provoquer le décès du patient si un professionnel de la santé n'en est pas avisé immédiatement. Si vous ressentez l'un ou l'autre de ces symptômes ou si vous les constatez chez une autre personne, avertissez immédiatement une infirmière ou un médecin.

Réactions du système immunitaire : l'utilisation de l'ipilimumab peut provoquer de l'inflammation dans plusieurs organes du corps, notamment à l'estomac, au foie, à la peau, aux nerfs, aux glandes hormonales (par ex. l'hypophyse, les surrénales, la thyroïde) et aux yeux. Cette inflammation peut se produire au cours du traitement et jusqu'à plusieurs mois après la fin des perfusions. Il importe que vous communiquiez avec votre médecin pour lui signaler toute réaction indésirable.

Somnolence ou vigilance réduite : l'utilisation d'ipilimumab peut provoquer de la somnolence ou de la fatigue, nuisant ainsi à votre capacité de conduire un véhicule ou de faire fonctionner de la machinerie. Évitez ces activités et les autres tâches dangereuses jusqu'à ce que vous ayez établi comment ce médicament agit sur vous.

Grossesse : l'utilisation de l'ipilimumab par une femme enceinte est susceptible de provoquer des lésions chez un bébé en développement. Ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : ce médicament passe dans le lait maternel. Si vous employez l'ipilimumab pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'association médicamenteuse l'ipilimumab et l'un des agents ci-après :

  • médicaments immunosuppresseurs (par ex. les anticancéreux, des corticostéroïdes, le mycophénolate, le tacrolimus, la cyclosporine);
  • le vémurafénib.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien.

Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Yervoy