Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

L'association médicamenteuse drospirénone - éthinylœstradiol réunit un progestatif (la drospirénone) et un œstrogène (l'éthinylœstradiol) pour former une pilule anticonceptionnelle qui prévient la grossesse. L'action de ce médicament empêche l'ovulation (la libération d'un œuf par l'ovaire), elle modifie la composition du mucus produit par les cellules du col utérin (rendant l'accès à l'utérus plus malaisé pour les spermatozoïdes) et elle altère la muqueuse utérine (rendant la pénétration de l'œuf dans la muqueuse plus difficile).

L'association médicamenteuse drospirénone - éthinylœstradiol s'emploie aussi pour soigner des cas d'acné modérée touchant les femmes ayant plus de 16 ans qui ont commencé à menstruer et qui recherchent une méthode de contraception.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées pour tous les troubles mentionnés dans cet article. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Yasmin 21 (plaquette de 21 jours)
Chaque comprimé rond, jaune, pelliculé, contenant des hormones, contient 3,0 mg de drospirénone et 0,030 mg d'éthinylœstradiol. Ingrédients non médicinaux : amidon de maïs, hydroxypropylméthylcellulose, lactose monohydraté, stéarate de magnésium, amidon modifié, polyéthylèneglycol, povidone, talc, dioxyde de titane et oxyde de fer jaune.

Yasmin 28 (plaquette de 28 jours)
Chaque comprimé rond, jaune, pelliculé, contenant des hormones contient 3,0 mg de drospirénone et 0,030 mg d'éthinylœstradiol. Ingrédients non médicinaux : amidon de maïs, hydroxypropylméthylcellulose, lactose monohydraté, stéarate de magnésium, amidon modifié, polyéthylèneglycol, povidone, talc, dioxyde de titane et oxyde de fer jaune.

Les comprimés blancs sont inactifs et ne contiennent aucun ingrédient médicinal. Ingrédients non médicinaux : amidon de maïs, hydroxypropylméthylcellulose, lactose monohydraté, stéarate de magnésium, povidone, talc et dioxyde de titane.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Plaquette de 21 jours : prenez 1 comprimé par jour pendant 21 jours. Ne prenez aucun comprimé pendant les 7 jours suivants, puis entamez un nouveau paquet.

Plaquette de 28 jours : prenez 1 comprimé par jour pendant 21 jours, puis 1 comprimé de « rappel » pendant 7 jours. Il est temps ensuite d'entamer le paquet suivant.

Demandez à votre médecin quel serait le meilleur moment de commencer à prendre vos pilules. Le premier jour de votre menstruation (l'écoulement sanguin) est désigné le « jour 1 ». Votre médecin peut vous indiquer de prendre vos pilules le dimanche qui suit le début de votre menstruation ou le jour 1 ou 5 de votre menstruation. Les pilules doivent être prises approximativement à la même heure chaque jour, de préférence après le repas du soir ou au coucher.

Ce serait une bonne idée d'utiliser une 2e méthode de contraception (par ex. des préservatifs en latex et des mousses ou des gels spermicides) durant les 7 premiers jours du premier cycle d'emploi de la pilule afin de prévenir une grossesse.

Un grand nombre de femmes ont un saignotement (un léger saignement) ou peuvent se sentir nauséeuses au cours des 3 premiers mois de la prise de la pilule. Si vous vous sentez nauséeuse, ne cessez pas de prendre la pilule. Le problème devrait se résoudre tout seul. Si ce n'est pas le cas, consultez votre médecin ou votre clinique.

L'efficacité de vos pilules pourrait être compromise si des vomissements ou une diarrhée se manifestaient ou si vous prenez certains médicaments (comme des antibiotiques). Si vous commencez à utiliser un nouveau médicament pendant que vous prenez les pilules contraceptives, consultez votre médecin ou votre pharmacien pour vous assurer que l'efficacité de ces dernières ne sera pas diminuée. En attendant de pouvoir consulter votre médecin, utilisez une méthode de contraception supplémentaire, comme des préservatifs en latex et de la mousse ou du gel spermicide.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il importe que ce médicament soit pris conformément aux indications de votre médecin. L'omission de la prise de vos pilules augmente votre risque de grossesse.

Si vous omettez 1 pilule, prenez-la dès que vous constatez l'omission et prenez la pilule suivante à l'heure habituelle. Autrement dit, il se pourrait que vous preniez 2 pilules dans la même journée.

Si vous omettez de prendre 2 pilules consécutives au cours des 2 premières semaines de votre cycle, prenez 2 pilules le jour où vous vous en apercevez et 2 pilules le jour suivant. Prenez ensuite une pilule par jour jusqu'à ce que vous ayez fini la plaquette. Utilisez une 2e méthode de contraception si vous avez des rapports sexuels au cours des 7 jours qui suivent l'omission des pilules.

Si vous commencez à prendre vos pilules le dimanche et si vous omettez de prendre 2 pilules de suite au cours de la 3semaine de votre cycle, ou 3 pilules consécutives ou plus à n'importe quel moment de votre cycle, continuez à prendre 1 pilule par jour jusqu'au dimanche. Le dimanche, jetez le reste de la plaquette en prenant les précautions qui s'imposent et entamez une nouvelle plaquette le même jour. Si vous avez des relations sexuelles au cours des 7 jours qui suivent l'omission des pilules, utilisez une autre méthode de contraception. Vous pourriez ne pas avoir de menstruation ce mois-là. Si vous n'avez pas de menstruations pendant 2 mois consécutifs, appelez votre médecin ou votre clinique.

Si vous commencez à utiliser vos pilules un autre jour que le dimanche, et si vous omettez de prendre 2 pilules de suite au cours de la 3semaine de votre cycle, ou 3 pilules consécutives ou plus, à n'importe quel moment de votre cycle, jetez le reste de la plaquette de pilules avec les précautions qui s'imposent et entamez une nouvelle plaquette le même jour. Vous pourriez ne pas avoir de menstruation ce mois-là. Si vous n'avez pas de menstruations pendant 2 mois consécutifs, appelez votre médecin ou votre clinique. Si vous avez des relations sexuelles au cours des 7 jours qui suivent l'omission des pilules, utilisez une autre méthode de contraception. Vous pourriez ne pas avoir de menstruation ce mois-là. Si vous n'avez pas de menstruations pendant 2 mois consécutifs, appelez votre médecin ou votre clinique.

Si vous utilisez la plaquette de 28 jours et si vous omettez de prendre une des pilules blanches de la 4semaine, jetez les pilules que vous avez omises avec les précautions qui s'imposent et continuez à prendre 1 pilule chaque jour jusqu'à la fin de la plaquette. Entamez une nouvelle plaquette comme d'habitude.

Consultez la notice d'accompagnement du produit pour obtenir des renseignements supplémentaires sur ce que vous devez faire lorsque vous commencez à prendre la pilule et lorsque vous oubliez d'en prendre une.

Entreposez ce médicament à la température ambiante dans son conditionnement original et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Ce médicament ne devrait pas s'employer dans les circonstances actuelles ou passées ci-après :

  • une allergie à l'étonogestrel, à l'éthinylœstradiol, ou à l'un des ingrédients du médicament ;
  • une grossesse en cours ou soupçonnée ;
  • une affection du foie évolutive ;
  • une lésion oculaire causée par une affection vasculaire (des vaisseaux sanguins) de l'œil, comme une perte de vision partielle ou complète ou une lacune des champs visuels ;
  • des antécédents de crise cardiaque ;
  • une jaunisse (le jaunissement de la peau) durant une grossesse ou une prise antérieure de la pilule ;
  • un cancer du sein dans les antécédents, ou un cancer dont la présence a été confirmée ou est soupçonnée ;
  • un cancer de l'endomètre (cancer de la paroi de l'utérus) ou un autre type de tumeur qui a besoin d'œstrogène pour croître ;
  • une affection des valvules cardiaques qui s'accompagne de complications ;
  • une tumeur du foie bénigne ou maligne, confirmée ou passée ;
  • des désordres cérébrovasculaires (par ex. un accident vasculaire cérébral) ou une affection qui pourrait être le signe avant-coureur d'un accident vasculaire cérébral (comme un accès ischémique transitoire cérébral ou un léger accident vasculaire cérébral) ;
  • une insuffisance coronaire (par ex. une angine de poitrine) ;
  • des migraines accompagnées d'aura ;
  • une pancréatite associée à un taux de triglycérides extrêmement élevé ;
  • une prédisposition à une thrombophlébite ou à des désordres thromboemboliques (de la coagulation du sang) ;
  • une fonction rénale diminuée ;
  • une fonction hépatique diminuée ;
  • des problèmes touchant les glandes surrénales ;
  • de graves ou multiples facteurs de risque de caillots de sang :
    • du diabète causant des complications touchant les vaisseaux sanguins ;
    • une consommation abusive de tabac (plus de 15 cigarettes par jour) passé l'âge de 35 ans ;
    • des désordres de coagulation du sang héréditaires ou acquis ;
    • une opération importante associée à un risque accru de caillots de sang après coup ;
    • un alitement prolongé ;
    • une pression artérielle considérablement élevée ;
    • une hypercholestérolémie importante ;
  • un trouble qui accroît le risque d'une élévation du taux de potassium (comme des problèmes touchant les reins, le foie ou les glandes surrénales) ;
  • un saignement vaginal anormal pour lequel un diagnostic n'a pas été posé.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une gêne abdominale ou une sensation de ballonnement ;
  • de l'acné (habituellement moins commune après 3 mois de traitement, et susceptible d'amélioration si l'acné était déjà présente avant la prise des pilules) ;
  • un mal de dos ;
  • une douleur mammaire, une douleur à la pression sur le sein, ou une enflure du sein ;
  • de la diarrhée ;
  • des étourdissements ;
  • de la nausée et des vomissements ;
  • un état de nervosités ;
  • un changement de poids.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des changements dans le type de saignement au cours des menstruations et entre celles-ci, comme :
    • un arrêt complet de pertes menstruelles plusieurs mois de suite ;
    • des hémorragies utérines ou un saignotement entre vos menstruations ;
    • une réduction du saignement menstruel ;
    • un arrêt intermittent des pertes menstruelles ;
    • un saignement menstruel prolongé ;
  • des signes qui évoqueraient des anomalies mammaires figurant dans les antécédents de certaines femmes :
    • des grosseurs dans les seins ;
    • des kystes dans les seins ;
    • un cancer du sein ;
  • une élévation de la pression artérielle ;
  • une humeur triste persistante ou d'autres changements émotionnels ;
  • des signes d'un trouble hépatique (comme le jaunissement du blanc des yeux ou de la peau, une douleur abdominale, une urine sombre, des selles claires, ou une démangeaison cutanée) ;
  • une enflure des chevilles et des pieds ;
  • une enflure ou une douleur abdominale haute ou une douleur à la pression sur la partie supérieure de l'abdomen ;
  • une infection vaginale accompagnée d'une démangeaison ou d'une irritation vaginale ou l'apparition de pertes vaginales épaisses, blanchâtres, en grumeaux ;
  • une aggravation des maux de tête ou des migraines.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • une douleur thoracique constrictive ou une sensation de lourdeur ;
  • une douleur dans le mollet ;
  • une rougeur, une douleur à la pression, une démangeaison, une sensation de cuisson, ou une desquamation ;
  • des convulsions ;
  • une douleur thoracique aiguë, une toux ramenant une expectoration de sang, un essoufflement soudain ;
  • des signes d'une réaction allergique (comme une difficulté respiratoire, de l'urticaire, une boursouflure du visage ou une enflure de la gorge) ;
  • une perte soudaine de la vision (partielle ou complète) ;
  • des maux de tête soudains ou qui empirent, des vomissements, des étourdissements, une syncope, des problèmes de vision ou d'élocution, une faiblesse ou un engourdissement dans un bras ou une jambe.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous prenez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

AVIS DE SANTÉ CANADA

le 5 décembre 2011

Santé Canada a émis de nouvelles mises en garde concernant l'emploi de Yasmin® (drospirénone - éthinylœstradiol). Pour lire dans son intégralité l'AVIS DE SANTÉ CANADA, rendez-vous vers le site Web de Santé Canada à l'adresse www.hc-sc.gc.ca.

Un avis avait également été émis le 7 juin 2011 sur Yasmin®. Pour lire dans son intégralité l'AVIS DE SANTÉ CANADA, rendez-vous vers le site Web de Santé Canada à l'adresse www.hc-sc.gc.ca.

Caillots de sang : tous les contraceptifs hormonaux peuvent augmenter le risque de formation de caillots de sang. Certaines études suggèrent que le risque de formation de caillots sanguins associé à l'utilisation des contraceptifs oraux contenant de la drospirénone est plus élevé qu'avec d'autres contraceptifs oraux. Dites à votre médecin si vous avez des antécédents de caillots sanguins ou si vous êtes prédisposée à la formation de caillots sanguins. Informez votre médecin si vous prévoyez vous soumettre à une intervention chirurgicale, car les œstroprogestatifs augmentent le risque de formation de caillots sanguins. Si vous ressentez une douleur thoracique aiguë, une douleur dans le mollet, un essoufflement soudain ou si vous avez une toux avec expectoration sanglante, demandez immédiatement des soins médicaux, car il pourrait s'agir de symptômes avant-coureurs d'un caillot de sang.

Pression artérielle : les personnes dont la pression artérielle est élevée devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, comment leur affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Pendant que vous prenez ce médicament, vous devrez peut-être vous rendre chez votre médecin plus fréquemment pour faire mesurer votre pression artérielle.

Les contraceptifs hormonaux peuvent causer de temps à autre une élévation de la pression artérielle. Cette hausse pourrait nécessiter l'arrêt du médicament.

Tabagisme et maladie cardiaque : la cigarette accroît le risque d'une grave maladie cardiaque et de mort. Les pilules contraceptives peuvent également augmenter ce risque, en particulier lorsque la femme avance en âge. Les grandes fumeuses (qui consomment plus de 15 cigarettes par jour) âgées de plus de 35 ans ne doivent pas prendre de pilules anticonceptionnelles. On recommande très fortement à toutes les femmes de ne pas fumer pendant qu'elles utilisent ce médicament.

D'autres facteurs peuvent accroître votre risque de maladie cardiaque, notamment le diabète, une pression artérielle élevée, un taux de cholestérol anormal, ou la présence de ces troubles dans vos antécédents familiaux. On ignore encore si la pilule anticonceptionnelle augmente ce risque.

Pour les femmes dont le risque de maladie cardiaque est faible et qui ne fument pas, les avantages de l'utilisation de pilules contraceptives à faible dose excèdent les risques possibles de maladie cardiaque, quel que soit leur âge. Ces femmes peuvent continuer à utiliser les pilules contraceptives jusqu'au moment de la ménopause.

Dépression : les femmes ayant des antécédents de dépression ou d'autres problèmes émotionnels devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, comment leur affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Les femmes ayant des antécédents de dépression ou d'autres problèmes émotionnels sont plus susceptibles d'avoir une rechute pendant qu'elles prennent des contraceptifs oraux.

Diabète : les femmes atteintes de diabète, ou celles ayant des antécédents familiaux de diabète, devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, comment leur affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Si vous avez du diabète, vous devrez probablement vérifier votre taux de sucre sanguin plus souvent lorsque vous aurez commencé à prendre les pilules anticonceptionnelles.

Électrolytes : ce médicament contient de la drospirénone, une progestérone qui peut élever le taux de potassium des femmes qui montrent une prédisposition à ce genre de déséquilibre. Les femmes dont la fonction rénale ou hépatique est altérée possèdent un facteur de risque accru, de même que celles qui produisent une quantité inadéquate d'hormones surrénaliennes. Les femmes qui prennent d'autres médicaments susceptibles d'augmenter leur taux de potassium doivent faire l'objet d'un suivi médical lorsqu'elles commencent à prendre ce médicament. Parmi ces médicaments, on retrouve les suppléments de potassium, les inhibiteurs de l'ECA, les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II (par ex. le candésartan, le losartan), certains diurétiques, l'héparine, les antagonistes de l'aldostérone (la spironolactone) et les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens ou AINS (par ex. l'ibuprofène ou le naproxène).

Épilepsie : les femmes ayant des antécédents de convulsions épileptiques doivent discuter avec leur médecin de la possibilité que ce médicament augmente le nombre de convulsions épileptiques qu'elles sont susceptibles de subir.

Troubles de la vue : du liquide peut s'accumuler dans la cornée de l'œil des femmes qui prennent des pilules contraceptives et causer des changements de la vision. Cette accumulation de liquide peut également se traduire par un moins bon ajustement de vos verres de contact, surtout s'ils sont rigides. Les verres de contact souples ne causent habituellement pas de problèmes. Si vos verres de contact vous causent de l'inconfort, consultez votre ophtalmologue.

Fibromes : ce médicament peut causer des complications en provoquant une soudaine augmentation du volume de fibromes présents (tumeurs non cancéreuses de l'utérus) et de la douleur ou de la douleur à la pression. Si vous observez ces effets, communiquez avec votre médecin.

Problèmes de la vésicule biliaire : la prise de contraceptifs hormonaux accroît le risque de problèmes de la vésicule biliaire. Si vous observez les symptômes qui permettent de prévoir un problème de la vésicule biliaire comme une douleur intense à l'estomac ou au dos (entre les omoplates), de la nausée ou des vomissements, communiquez avec votre médecin.

Maladie du rein : les personnes atteintes d'une maladie rénale devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, comment leur affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Différentes analyses de sang devraient peut-être avoir lieu régulièrement pendant que vous prenez ce médicament.

Affection hépatique : la prise des contraceptifs hormonaux a quelquefois été associée à certains troubles hépatiques. Consultez votre médecin dès que possible si vous constatez des signes de désordres hépatiques comme le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une douleur abdominale, une urine foncée, des selles pâles ou des démangeaisons.

Migraines et maux de tête : les femmes atteintes de migraines devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament peut influer sur leur état pathologique et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Vous devriez signaler à votre médecin l'apparition de nouveaux types de maux de tête s'ils sont intenses, récurrents, persistants et l'aggravation de vos migraines.

Examens de santé réguliers : pendant que vous prenez ce médicament, vous devriez vous rendre chez votre médecin tous les ans pour un examen physique et une consultation.

Retour de la fécondité : pour vous permettre de déterminer la date de fécondation après l'arrêt d'une méthode de contraception, vous devriez reporter la possibilité d'une grossesse d'au moins un cycle menstruel normal. Vous devriez utiliser une autre méthode de contraception entre-temps. Si vos menstruations n'apparaissent pas pendant 6 mois, ou plus, après l'arrêt des pilules anticonceptionnelles, prévenez votre médecin.

Risque de cancer : les contraceptifs hormonaux augmentent le risque de cancer du sein et du col utérin des femmes qui approchent de la ménopause (vers 50 ans). Si vous avez fait un usage prolongé (depuis plus de 8 ans) des contraceptifs hormonaux, si vous les avez pris depuis un âge précoce ou s'il existe des antécédents de cancer du sein dans votre famille (votre mère ou une sœur), votre pourriez courir un risque accru de cancer. Discutez avec votre médecin de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Si vous utilisez une méthode de contraception hormonale, vous devriez apprendre à effectuer un autoexamen des seins. Prévenez votre médecin si vous sentez une grosseur. Pour quelques femmes, l'utilisation de pilules contraceptives pourrait accélérer l'évolution d'un cancer du sein qui n'a pas encore été diagnostiqué. On recommande également un examen clinique des seins, car si un cancer mammaire apparaissait, les médicaments renfermant de l'œstrogène stimuleraient la croissance du cancer.

Infections transmises sexuellement (ITS) : les pilules anticonceptionnelles ne protègent pas contre le VIH - sida ni contre bien d'autres infections transmises sexuellement ou ITS (autrefois connues sous le nom de maladies transmises sexuellement ou MTS). On recommande l'usage de préservatifs en latex pour vous protéger contre ces infections pendant que vous prenez ce médicament.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'employer durant la grossesse. Si une grossesse advient pendant que vous employez ce médicament, ou si vous pensez que vous pourriez être enceinte, communiquez avec votre médecin aussitôt que possible.

Allaitement : les hormones que renferme ce médicament passent dans le lait maternel. Ces hormones pourraient réduire le volume et la qualité du lait maternel. Les femmes qui allaitent devraient utiliser une autre forme de contraception. Discutez avec votre médecin de vos options thérapeutiques.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants et les adolescents âgés de moins de 16 ans.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'association médicamenteuse drospirénone - éthinylœstradiol et l'un des agents ci-après :

  • l'acétaminophène ;
  • l'acide acétylsalicylique ou AAS ;
  • l'alcool ;
  • l'acide aminocaproïque ;
  • les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine ou inhibiteurs ECA (par ex. le ramipril, le lisinopril ou l'énalapril) ;
  • les antagonistes de l'angiotensine II (par ex. le candésartan, le losartan) ;
  • les antiacides (lorsqu'ils sont pris moins de 2 heures avant ou après le médicament) ;
  • les antibiotiques (par ex. l'ampicilline, le chloramphénicol, le cotrimoxazole, l'érythromycine, le métronidazole, la pénicilline, la néomycine, la nitrofurantoïne, la rifampine, les sulfamides, les tétracyclines) ;
  • les anticonvulsivants (par ex. la carbamazépine, l'éthosuximide, la lamotrigine, l'oxcarbazépine, le phénobarbital, la phénytoïne, la primidone, le topiramate) ;
  • les antidiabétiques oraux (par ex. le glyburide, le gliclazide, le glipizide) ;
  • les antihistaminiques (par ex. la chlorphéniramine, la diphenhydramine) ;
  • l'antipyridine ;
  • l'anastrozole ;
  • l'aprépitant ;
  • les barbituriques (par ex. le phénobarbital) ;
  • les benzodiazépines (par ex. le lorazépam, le diazépam, le chlordiazépoxide) ;
  • les bêtabloquants (par ex. le propranolol, le métoprolol, l'aténolol) ;
  • la caféine ;
  • certain diurétiques (par ex. l'amiloride, le spironolactone, le triamtérène) ;
  • l'hydrate de chloral ;
  • la cholestyramine ;
  • le clofibrate ;
  • la clonidine ;
  • la cyclosporine ;
  • l'acide folique ;
  • la griséofulvine ;
  • la guanéthidine ;
  • l'héparine ;
  • l'insuline ;
  • l'isoprotérénol ;
  • le kétoconazole ;
  • la mépéridine ;
  • le méprobamate ;
  • le méthyldopa ;
  • le modafinil ;
  • le mitotane ;
  • la névirapine ;
  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou AINS (par ex. le naproxène, l'ibuprofène) ;
  • les phénothiazines (par ex. la chlorpromazine, la perphénazine) ;
  • la phénylbutazone ;
  • les suppléments de potassium ou des succédanés de sel renfermant du potassium ;
  • la prednisone ;
  • le ritonavir ;
  • le millepertuis ;
  • la théophylline ;
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, la clomipramine) ;
  • la vitamine B12 ;
  • la vitamine E ;
  • la warfarine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin peut vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments,
  • remplacer l'un des médicaments par un autre,
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux,
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.