Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le vaccin contre l'hépatite A s'utilise pour prévenir une infection causée par le virus de l'hépatite A. Le vaccin contient le virus de l'hépatite A inactivé, c.-à-d. qu'il n'a pas la capacité de causer l'affection, mais celle de stimuler la production de cellules (d'anticorps) qui défendront votre corps contre l'affection. La protection conte l'hépatite A est habituellement conférée au cours du mois qui suit l'injection.

L'hépatite A est une affection grave qui touche le foie ; elle se transmet le plus souvent par l'intermédiaire d'eau ou d'aliments que le virus de l'hépatite A aura contaminés. Ce virus est beaucoup plus commun dans les parties du globe qui ont des contrôles sanitaires et des réseaux d'assainissement insuffisants, mais il peut également poser des problèmes dans d'autres pays.

Le vaccin antityphoïdique s'utilise pour prévenir la fièvre typhoïde que déclenche une bactérie appelée Salmonella typhi ou S. typhi. Le vaccin antityphoïdique contient une petite quantité de bactéries responsables de la fièvre typhoïde. Tandis qu'elles sont suffisamment actives pour stimuler la formation d'antigènes protecteurs, elles ne le sont cependant pas assez pour déclencher la maladie. La typhoïde se transmet par l'intermédiaire de l'eau et des aliments contaminés.

Le vaccin combiné contre l'hépatite A et la typhoïde est recommandé aux personnes âgées de plus de 16 ans qui se rendent dans des régions où elles risquent d'être exposées à la bactérie Salmonella typhi et à l'hépatite à virus de type A. Pour bien faire, le vaccin devrait se donner au moins 2 semaines avant votre départ pour la partie du globe soupçonnée de présenter les conditions favorables à la contamination par les germes de l'hépatite A et de la typhoïde.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées pour tous les troubles mentionnés dans cet article. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous employez ce médicament, consultez-le.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque millilitre de vaccin du 1er compartiment contient 25 µg de S. typhi (souche Ty2) vaccin polysaccharide capsulaire Vi purifié, solution tampon au phosphate contenant : chlorure de sodium, phosphate disodique dihydraté, dihydrate de phosphate de sodium dihydrogéné, eau pour injection.

Chaque millilitre de vaccin du 2compartiment contient 160 unités d'antigène du virus inactivé contre l'hépatite A, 2-phénoxyéthanol, formaldéhyde, hydroxyde d'aluminium (exprimé en aluminium), milieu 199 Hanks/eau pour injection, néomycine (peut contenir des traces résiduelles du procédé de fabrication).

Comment doit-on employer ce médicament ?

Un professionnel de la santé qualifié injecte le vaccin. Pour les adultes, et les enfants âgés de 16 ans ou plus, une dose est injectée dans un muscle, de préférence dans celui de la face externe du haut du bras. Le vaccin devrait se donner au moins 2 semaines avant le jour d'arrivée dans la région où vous risquez une exposition à l'hépatite A et à la typhoïde.

L'injection d'une nouvelle dose de vaccin (un « rappel ») contre l'hépatite A est recommandée 6 mois à 3 ans plus tard. Un rappel du vaccin antityphoïdique devrait être fait 3 ans après la première inoculation du vaccin combiné contre l'hépatite A et la typhoïde, si la personne concernée risque de se trouver exposée à la bactérie S. typhi.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Entreposez ce médicament dans le réfrigérateur (évitez le gel), et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Le vaccin combiné contre l'hépatite A et la typhoïde ne devrait pas s'utiliser dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à l'un des ingrédients du médicament,
  • une affection aiguë, notamment du genre de celles qui s'accompagnent d'une fièvre.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • de la diarrhée;
  • de la douleur, une rougeur et une enflure au lieu d'injection;
  • des étourdissements;
  • de la fatigue;
  • une fièvre;
  • des maux de tête;
  • de la nausée;
  • un vague endolorissement articulaire;
  • un vague endolorissement musculaire;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des signes d'une réaction allergique grave (par ex. une boursouflure du visage ou une enflure de la gorge, de l'urticaire ou une difficulté respiratoire).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous prenez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Réactions allergiques : ce vaccin cause rarement de graves réactions allergiques. Sollicitez des soins médicaux d'urgence si vous remarquez des signes d'une intense réaction allergique (de l'urticaire, un trouble respiratoire ou de la difficulté d'avaler, ou une enflure des lèvres, du visage, de la gorge, ou de la langue). De plus, comme le vaccin peut contenir d'infimes quantités de néomycine, il pourrait entraîner une réaction allergique pour les personnes qui sont sensibles à la néomycine.

Personnes immunodéprimées : le vaccin combiné contre l'hépatite A et la typhoïde pourrait se révéler moins efficace pour les personnes dont le système immunitaire est altéré (par ex. les personnes atteintes de sida, celles qui prennent des médicaments antirejet après une greffe d'organe ou un médicament qui freine le système immunitaire, celles qui reçoivent une chimiothérapie). Discutez avec votre médecin de ce qui vous inquiète.

Infection et fièvre : à moins que le médecin soit d'avis que les bienfaits priment les risques, il reportera la vaccination contre l'hépatite A et la typhoïde des personnes qui sont atteintes d'une infection aiguë, ou d'une forte fièvre.

Protection contre l'hépatite A et la typhoïde : comme tout autre vaccin, cette préparation pourrait ne pas protéger la totalité des personnes qui le reçoivent. Les voyageurs doivent prendre toutes les précautions nécessaires pour éviter de toucher ou d'ingérer des aliments ou de l'eau qui pourraient être à l'origine d'une contamination (par ex. buvez de l'eau embouteillée ou bouillie, lavez-vous les mains avant de manger et après être allé aux toilettes). Ces précautions sont particulièrement importantes si le vaccin a été inoculé moins de 2 semaines avant votre arrivée dans une région où vous risquez de contracter l'hépatite A ou la typhoïde.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : on ignore si le vaccin combiné contre l'hépatite A et la typhoïde passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants âgés de moins de 16 ans.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le vaccin combiné contre l'hépatite A et la typhoïde et l'un des agents ci-après :

  • l'acétaminophène;
  • les agents immunosuppresseurs (les médicaments utilisés pour le traitement du cancer ou des maladies auto-immunitaires et ceux qui servent à prévenir le rejet des organes transplantés);
    • l'azathioprine;
    • les corticostéroïdes (par ex. le budésonide, la dexaméthasone, l'hydrocortisone, la fluticasone, la prednisone);
    • la cyclosporine;
    • l’hydroxyurée;
    • l'infliximab;
    • les médicaments utilisés contre le cancer (par ex. le carboplatine, la cyclophosphamide, la doxorubicine, l’ifosfamide, la vincristine);
    • le mycophénolate;
    • le rituximab;
    • le tacrolimus;
  • le fingolimod;
  • la warfarine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin peut vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments,
  • remplacer l'un des médicaments par un autre,
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux,
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.