Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Cette association médicamenteuse, utilisée pour soigner une pression artérielle élevée, contient 2 ingrédients actifs : le pindolol et l'hydrochlorothiazide. Le pindolol appartient à la classe des médicaments appelés bêtabloquants et contribue à abaisser la pression artérielle en réduisant les demandes sur le cœur. L'hydrochlorothiazide, un diurétique (des pilules qui augmentent l'excrétion de l'urine), aide à maîtriser la pression artérielle en éliminant l'excès de sel et d'eau.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées pour tous les troubles mentionnés dans cet article. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Viskazide 10/25
Chaque comprimé pêche, rond, d'un diamètre de 9 mm, dont la rainure profonde coupe sur une face le comprimé en 2 côtés inclinés, sur lesquels sont gravés « 10/25 », et une face plate à bord biseauté, sur laquelle figure en demi-cercle « VISKAZIDE » et au centre la lettre « S » à l'intérieur d'un triangle, contient 10 mg de pindolol et 25 mg d'hydrochlorothiazide. Ingrédients non médicinaux : amidon prégélifié, cellulose microcristalline, D et C jaune n° 10, D et C rouge n° 21, dioxyde de silice et stéarate de magnésium.

Viskazide 10/50
Chaque comprimé orange, rond, d'un diamètre de 9 mm, dont la rainure profonde coupe sur une face le comprimé en 2 côtés inclinés, sur lesquels sont gravés « 10/50 », et une face plate à bord biseauté, sur laquelle figure en demi-cercle « VISKAZIDE » et au centre la lettre « S » à l'intérieur d'un triangle, contient 10 mg de pindolol et 50 mg d'hydrochlorothiazide. Ingrédients non médicinaux : amidon prégélifié, cellulose microcristalline, D et C jaune n° 10, D et C rouge n° 21, dioxyde de silice et stéarate de magnésium.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose de l'association pindolol - hydrochlorothiazide est déterminée à partir de la dose quotidienne optimale de chacun des ingrédients pris séparément. Une fois les doses de pindolol et d'hydrochlorothiazide déterminées, le médicament d'association peut commencer à être employé.

La dose usuelle pour adulte varie d'un comprimé à 10 mg de pindolol et 25 mg d'hydrochlorothiazide par jour à 2 comprimés à 10 mg de pindolol et 50 mg d'hydrochlorothiazide par jour, le matin.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Une marque de ce médicament pourrait ne pas être disponible sous toutes les présentations énumérées ici. Vous trouverez les diverses présentations sous lesquelles cette marque particulière est mise à votre disposition dans la section : « Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ? »

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

L'association pindolol -hydrochlorothiazide ne devrait pas s'employer dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au pindolol, à l'hydrochlorothiazides ou à l'un des ingrédients du médicament ;
  • une allergie aux sulfamides;
  • une angine de Prinzmetal;
  • un bloc cardiaque important  (bloc AV des deuxième et troisième degrés) ou un syndrome du sinus malade;
  • des blocages importants dans les artères loin du cœur;
  • un choc cardiogénique;
  • une chirurgie prévue avec certains anesthésiques (par ex. l'éther);
  • une hypertrophie marquée du cœur;
  • l'incapacité de produire de l'urine ou d'uriner;
  • un phéochromocytome (tumeur de la glande surrénale) non traité;
  • la présence d'asthme ou d'autres affections respiratoires obstructives;
  • un ralentissement important du rythme cardiaque;
  • une insuffisance cardiaque congestive;
  • une insuffisance ventriculaire droite causée par l'hypertension artérielle pulmonaire (une pression artérielle trop élevée dans les poumons).

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • de la constipation ;
  • de la diarrhée ;
  • une diminution de l'appétit sexuel ;
  • un engourdissement ou des picotements des doigts ou des orteils ;des étourdissements;
  • de la faiblesse ou de la fatigue;
  • une gêne gastrique ;
  • des maux de tête;
  • des nausées;
  • une perte d'appétit ;
  • une sensibilité accrue de la peau à la lumière du soleil (par ex. une éruption cutanée, une démangeaison, de la rougeur ou une autre modification de la teinte de la peau, ou un coup de soleil grave);
  • de la transpiration excessive;
  • des troubles du sommeil;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.
Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des battements de cœur lents (en particulier moins de 50 battements par minute);
  • une difficulté respiratoire ou une respiration sifflante;
  • une douleur articulaire;
  • une douleur thoracique;
  • une enflure des pieds, des chevilles ou dans la partie inférieure des jambes;
  • des hallucinations;
  • des infections de plus en plus fréquentes (par ex. fièvre, frissons, toux ou des maux de gorge);
  • des poussées de psoriasis (par ex. l'apparition de points rouges de la taille d'une tête d'aiguille sur la peau, ou de rougeur, d'écailles ou de croûtes sur la peau);
  • des problèmes de vue, douleurs oculaires;
  • une sensation de froideur dans les mains et dans les pieds;
  • des signes attribuables à de l'anémie (réduction du nombre de globules rouges; par ex. des étourdissements, de la pâleur, de la fatigue ou de la faiblesse inhabituelle, un essoufflement);
  • des signes attribuables à des problèmes rénaux (par ex. une augmentation du volume urinaire la nuit, une réduction de la production d'urine, la présence de sang dans l'urine, un changement de la couleur de l'urine);
  • des signes de dépression (par ex. un manque de concentration, des fluctuations pondérales, des changements du sommeil, désintérêt à l'égard de nombreuses activités, des pensées suicidaires);
  • des signes d'un déséquilibre électrolytique (par ex. de la somnolence, des douleurs musculaires ou des crampes, de la faiblesse, des battements du cœur irréguliers);
  • des signes d'un désordre de la coagulation (par ex. un saignement du nez inaccoutumé, des ecchymoses, du sang dans l'urine, une toux avec expectoration sanglante, un saignement des gencives, des coupures qui n'arrêtent pas de saigner);
  • des signes d'une insuffisance cardiaque (par ex. un essoufflement, de la fatigue, une enflure des jambes, des chevilles, ou des pieds);
  • des signes de troubles hépatiques (par ex. des nausées, des vomissements, de la diarrhée, une perte de l'appétit, une perte de poids, un jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine sombre, des selles claires);
  • des symptômes attribuables à une pression artérielle faible (par ex. des étourdissements, une sensation de tête légère en se levant d'une position assise ou couchée);
  • des symptômes d'un taux de sucre sanguin élevé (par ex. des émissions de l'urine fréquentes, une soif accrue, un appétit excessif, une perte de poids inexpliquée, des plaies qui cicatrisent mal, des infections, une haleine fruitée).

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des signes d'une grave éruption cutanée (comme des cloques, une desquamation, une éruption cutanée recouvrant une grande région du corps, une éruption cutanée qui s'étend rapidement ou une éruption cutanée accompagnée d'une fièvre ou d'une gêne);
  • des signes de pancréatite (par ex. une douleur sur le côté supérieur gauche de l'abdomen, un mal de dos, des nausées, une fièvre, des frissons, un rythme cardiaque rapide, abdomen gonflé).
  • des signes d'une réaction allergique grave (par ex. des crampes abdominales, des difficultés respiratoires, de la nausée et des vomissements ou de l'enflure du visage et de la gorge).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Affections cutanées : des cas d'éruption cutanée et de sécheresse oculaire ont été signalés lors de la prise d'autres bêtabloquants. Des poussées de psoriasis ont été également signalées par les personnes utilisant l'association pindolol – hydrochlorothiazide.

Affections respiratoires : les personnes souffrant d'asthme ou d'autres problèmes respiratoires ou encore de maladie pulmonaire chronique doivent faire preuve de prudence lorsqu'elles utilisent le pindolol car ce médicament peut également provoquer des difficultés respiratoires. Ce médicament devrait être pris à faible dose et avec prudence chez les personnes atteintes d'asthme ne répondant ou ne tolérant pas les autres traitements. En cas de problèmes respiratoires, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Allergies aiguës : les personnes qui souffrent d'allergies suffisamment importantes pour provoquer une anaphylaxie (une réaction allergique grave caractérisée par l'enflure du visage, des lèvres et de la gorge qui rend la respiration difficile) devraient demander à leur médecin ce qu'elles doivent faire en cas de réaction allergique. Le pindolol peut rendre plus difficile le traitement de leur réaction allergique par l'épinéphrine.

Arrêt du médicament : le traitement de l'angine de poitrine par ce médicament ne doit pas être interrompu brutalement. Des cas d'aggravation grave d'angine de poitrine, de crise cardiaque ou d'anomalies du rythme cardiaque ont été signalés chez des personnes atteintes d'angine après cessation brusque du traitement.

Asthme : les personnes atteintes d'asthme ou d'autres troubles respiratoires ne devraient pas employer le pindolol.

Chirurgie : si vous devez subir une intervention chirurgicale, informez tous vos médecins que vous prenez un médicament qui contient du pindolol.

Cholestérol : l'hydrochlorothiazide pourrait être à l'origine d'une élévation du taux de cholestérol et de triglycérides.

Diabète : le pindolol pourrait masquer les signes d'une baisse du taux de sucre sanguin. L'hydrochlorothiazide pourrait rendre la régulation du taux de sucre sanguin plus difficile pour les personnes atteintes de diabète. Si vous êtes atteint de diabète et que vous prenez de l'insuline ou d'autres  médicaments ayant ont un effet sur le taux de glucose sanguin, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Il peut s'avérer nécessaire de suivre les taux de glycémie plus souvent lors de la prise de ce médicament. Un ajustement de la dose des médicaments antidiabétiques, notamment l'insuline, pourrait s'avérer nécessaire.

Goutte : l'hydrochlorothiazide peut augmenter le taux d'acide urique dans le corps. Si vos articulations deviennent douloureuses, chaudes et enflées ou si vous urinez avec difficulté, communiquez avec votre médecin au plus tôt.

Si vous avez des antécédents de goutte discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Équilibre de l'eau et des électrolytes : l'hydrochlorothiazide peut faire diminuer vos taux d'électrolytes comme le potassium, le sodium, le magnésium et le chlorure. Il se peut que votre médecin prescrive périodiquement des épreuves de laboratoire afin de vérifier l'équilibre de ces substances. La prise d'un supplément de potassium pourrait être nécessaire pendant l'emploi de ce médicament. Les signes avant-coureurs ou symptômes d'un déséquilibre des liquides et des électrolytes, comprennent notamment une sécheresse de la bouche, de la soif, de la faiblesse, une léthargie, de la somnolence, de l'agitation, des convulsions, de la confusion, une douleur musculaire ou des crampes, une fatigue musculaire, une pression artérielle basse, des battements de cœur accélérés, de la nausée et des vomissements.

Fonction rénale : l'hydrochlorothiazide peut entrainer une réduction de la fonction rénale et ce, particulièrement si vous avez déjà eu des antécédents de cette affection. Si vous avez des problèmes rénaux, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Fonction hépatique : la maladie hépatique ou la réduction de la fonction hépatique peut provoquer une accumulation de ce médicament dans l'organisme, causant ainsi des effets secondaires. Si vous êtes atteint d'une maladie hépatique, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Si vous observez la survenue de symptômes de troubles hépatiques comme de la fatigue, une sensation de malaise, une perte de l'appétit, de la nausée, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine foncée, des selles claires, une douleur abdominale, ou une enflure et une démangeaison cutanée, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Insuffisance cardiaque : les bêtabloquants comme le pindolol peuvent aggraver une insuffisance cardiaque déjà présente. Si vous avez des antécédents d'insuffisance cardiaque, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Lupus : l'hydrochlorothiazide peut aggraver les symptômes de lupus.

Somnolence ou vigilance réduite : des étourdissements ou de la fatigue peuvent survenir en début de traitement par ce médicament et peuvent impacter votre capacité à conduire ou à faire fonctionner des machines. Évitez de conduire des véhicules, de faire fonctionner des machines  ou toute autre tâche potentiellement dangereuse tant que vous ne connaissez pas la réaction de votre organisme au traitement.

Grossesse : l'association pindolol - hydrochlorothiazide n'est pas recommandée aux femmes enceintes.

Allaitement : l'association pindolol - hydrochlorothiazide passe dans le lait maternel. Son emploi n'est pas recommandé aux mères qui allaitent.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'association pindolol - hydrochlorothiazide et l'un des agents ci-après :

  • l'aclidinium;
  • les agonistes alpha (par ex. la clonidine, le méthyldopa);
  • les alcaloïdes de l'ergot de seigle (par ex. la dihydroergotamine, l'ergonovine, l'ergotamine, la méthylergonovine);
  • l'alcool;
  • l'aldesleukine;
  • l'aliskirène;
  • l'allopurinol;
  • les alphabloquants (par ex. l'alfuzosine, la doxazosine, la tamsulosine);
  • l'amifostine;
  • l'amiodarone;
  • les amphétamines (par ex. la dextroamphétamine, la lisdexamfétamine);
  • les analgésiques narcotiques (par ex. la morphine, la codéine);
  • les analogues de la vitamine D (par ex. l'alfacalcidol, le calcitriol, le cholécalciférol);
  • les anesthésiques;
  • les antagonistes du calcium (par ex. l'amlodipine, le diltiazem, la nifédipine, le vérapamil);
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, la clomipramine, la désipramine, la trimipramine);
  • les antidiabétiques (par ex. le chlorpropamide, le glipizide, le glyburide, l'insuline, la metformine, le natéglinide, la rosiglitazone);
  • les antihistaminiques (par ex. la cétirizine, la doxylamine, la diphenhydramine, l'hydroxyzine, la loratadine);
  • les antipaludiqes (par ex. la chloroquine, l'hydroxychloroquine, la primaquine);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, l'olanzapine, la quétiapine, la rispéridone);
  • l'atropine;
  • d'autres bêta bloquants (par ex. l'aténolol, le propranolol, le sotalol);
  • l'azélastine;
  • les barbituriques (par ex. le butalbital, le pentobarbital, le phénobarbital);
  • la belladone;
  • la benztropine;
  • les bêta-2 agonistes (par ex. le salbutamol, le formotérol, la terbutaline);
  • les bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine (par ex. le candésartan, l'irbésartan, le losartan);
  • la brimonidine;
  • le bupropion;
  • la carbamazépine;
  • le ceritinib;
  • la cholestyramine;
  • le colestipol;
  • les corticostéroïdes en inhalation (par ex. le budésonide, le ciclésonide, la fluticasone);
  • les corticostéroïdes oraux (par ex. la dexaméthasone, l'hydrocortisone, la prednisone);
  • la cyclobenzaprine;
  • la cyclophosphamide;
  • les dérivés nitrés (par ex. la nitroglycérine, le dinitrate d'isosorbide, le mononitrate d'isosorbide);
  • la digoxine;
  • le dipyridamole;
  • le disopyramide;
  • les diurétiques (pilules pour éliminer l'eau; par ex. le furosémide, l'hydrochlorothiazide, le triamtérène);
  • la dofétilide;
  • le donépézil;
  • la dronédarone;
  • la duloxétine;
  • l'épinéphrine;
  • l'extrait d'allergène de pollen de graminées;
  • le fentanyl;
  • le flavoxate;
  • la flécaïnide;
  • la galantamine;
  • le glycopyrrolate;
  • la guanéthidine;
  • les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine  ou IECA (le captopril, le ramipril);
  • les inhibiteurs de la monoamine oxydase (MAO) (par ex. la phénelzine, la tranylcypromine) pris au cours des 2 semaines précédentes;
  • les inhibiteurs de la phosphodiestérase-5 (par ex. le sildénafil, le tadalafil, le vardénafil);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine ou ISRS (par ex. le citalopram, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • l'ipratropium;
  • le kétotifène;
  • le lacosamide;
  • le lanréotide;
  • la lévodopa;
  • la réglisse;
  • la lidocaïne;
  • le lithium;
  • le méthylphénidate;
  • la mexilétine;
  • le minoxidil;
  • la noradrénaline;
  • l'octréotide;
  • l'orphénadrine;
  • l'oxcarbazépine;
  • l'oxybutynine;
  • le pasiréotide;
  • la pentoxifylline;
  • les phosphates de sodium;
  • la procaïnamide;
  • la propafénone;
  • la quinidine;
  • le régorafenib;
  • la réserpine;
  • la rifabutine;
  • la rifampine;
  • la rivastigmine;
  • les salicylés (par ex. l'AAS, le salsalate) ;
  • les suppléments multivitaminiques;
  • les suppléments de calcium (par ex. le carbonate de calcium, le citrate de calcium);
  • les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens ou AINS (par ex. le diclofénac, l'ibuprofène, le naproxène);
  • la scopolamine;
  • les sulfonylurées (par ex. le gliclazide, le glyburide, le tolbutamide);
  • les théophyllines (par ex. l'aminophylline, l'oxtriphylline, la théophylline);
  • le tiotropium;
  • la tizanidine;
  • la tolcapone;
  • la toltérodine;
  • le topiramate;
  • le trospium;
  • l'uméclidinium;
  • la yohimbine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments,
  • remplacer l'un des médicaments par un autre,
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux,
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Viskazide