Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Ce médicament est une association médicamenteuse de l'ésoméprazole et du naproxène. L'ésoméprazole appartient à la classe des médicaments appelés inhibiteurs de la pompe à protons et le naproxène à celle des médicaments appelés anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS).

Ce médicament d'association sert à traiter les signes et les symptômes de l'arthrose, de la polyarthrite rhumatoïde et de la spondylite ankylosante (une affection inflammatoire chronique des articulations) et à réduire le risque d'ulcères de l'estomac en raison de la prise d'anti-inflammatoires non stéroïdiens.

L'ésoméprazole agit en réduisant la quantité d'acide de l'estomac.

Le naproxène soulage la douleur et diminue l'enflure et l'inflammation en freinant la production naturelle d'une substance à l'origine de l'inflammation et de la douleur. Toutefois, l'association médicamenteuse ésoméprazole - naproxène ne convient pas lorsqu'un soulagement immédiat de la douleur est requis parce que la libération du médicament prend un certain temps.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

375 et 20 mg
Chaque comprimé jaune, ovale et pelliculé, portant l'inscription « 375/20 » à l'encre noire sur une face, contient 375 mg de naproxène et 20 mg d'ésoméprazole. Ingrédients non médicinaux : cire de carnauba, citrate de triéthyle, copolymère d'acide méthacrylique-acrylate d'éthyle (dispersion 1:1), croscarmellose sodique, dioxyde de titane, hypromellose, macrogols, monostéarine, oxyde de fer jaune, oxyde de fer noir, parahydroxybenzoate de méthyle, parahydroxybenzoate de propyle, polydextrose, polysorbate, povidone, propylèneglycol, silice colloïdale anhydre et stéarate de magnésium.

500 et 20 mg
Chaque comprimé jaune, ovale et pelliculé, portant l'inscription « 500/20 » est imprimée à l'encre noire sur une face, contient 500 mg de naproxène et 20 mg d'ésoméprazole. Ingrédients non médicinaux : cire de carnauba, citrate de triéthyle, copolymère d'acide méthacrylique-acrylate d'éthyle (dispersion 1:1), croscarmellose sodique, dioxyde de titane, hypromellose, macrogols, monostéarine, oxyde de fer jaune, oxyde de fer noir, parahydroxybenzoate de méthyle, parahydroxybenzoate de propyle, polydextrose, polysorbate, povidone, propylèneglycol, silice colloïdale anhydre et stéarate de magnésium.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose quotidienne recommandée de l'association ésoméprazole - naproxène est 1 comprimé à 375 mg et 20 mg pris 2 fois par jour ou 1 comprimé à 500 mg et 20 mg pris 2 fois par jour. On doit utiliser la plus faible dose possible pour contrôler la douleur pendant la plus courte période de temps.

L'ésoméprazole - naproxène en comprimé se prend au moins 30 minutes avant le repas. Le comprimé doit être avalé entier avec de l'eau et ne doit pas être coupé ni écrasé non plus.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l’omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer ce médicament dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au naproxène, à l'ésoméprazole ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • une affection grave des reins;
  • l'âge, si vous avez 18 ans ou moins;
  • l'allaitement maternel;
  • une altération grave de la fonction hépatique ou une affection du foie évolutive;
  • des antécédents d'asthme ou des réactions de type allergique après la prise d'un AAS ou d'un autre anti-inflammatoire non stéroïdien (par ex. un syndrome partiel ou complet de rhinosinusite liée à une intolérance à l'AAS, de l'urticaire, une enflure de la peau ou des excroissances des tissus enflammés du nez ayant l'apparence de petits sacs);
  • une grossesse ayant atteint le 3e trimestre;
  • une insuffisance cardiaque grave non traitée;
  • une maladie inflammatoire de l'intestin (par ex. la maladie de Crohn, la colite ulcéreuse);
  • un pontage coronarien prévu ou récent;
  • un taux élevé de potassium dans le sang;
  • un trouble de la coagulation, y compris un saignement dans le cerveau;
  • un ulcère aigu ou des saignements dans l'estomac ou les intestins.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une altération du goût;
  • un assoupissement;
  • un dérangement d'estomac;
  • une diarrhée;
  • des maux de tête;
  • de la nausée;
  • une sensibilité accrue de la peau aux rayonnements solaires;
  • une sensation de brûlure ou de malaise dans l'estomac;
  • une sécheresse de la bouche;
  • des troubles du sommeil.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une enflure des pieds ou du bas des jambes, ou encore un gain de poids;
  • des étourdissements ou une sensation de tête légère;
  • une faiblesse ou une douleur musculaire;
  • des hallucinations (par ex. l’illusion d’entendre ou de voir quelque chose qui n’existe pas réellement);
  • une impression de tourner sur soi-même;
  • une inflammation des voies respiratoires (bronchite);
  • une inflammation dans la bouche ou une irritation dans l'œsophage (le tube qui relie l'arrière de la bouche à l'estomac);
  • un malaise ou de la fatigue;
  • une perte d'appétit;
  • une perte de connaissance;
  • des signes d’un désordre de la coagulation (par ex. un saignement du nez inaccoutumé, des ecchymoses, du sang dans l'urine, une toux avec expectoration sanglante, un saignement des gencives, des coupures qui n'arrêtent pas de saigner);
  • des signes de problèmes rénaux (par ex. une émission de l'urine accrue la nuit, une diminution de la production d’urine, du sang dans l'urine ou de la douleur ou de la difficulté à uriner);
  • des signes de troubles hépatiques (par ex. de la nausée, des vomissements, de la diarrhée, une perte de l'appétit, une perte de poids, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine sombre, des selles claires);
  • des signes d’une méningite qui n’est pas d’origine infectieuse (par ex. des maux de tête caractérisés par une douleur intense ou battante, et s’accompagnant d’une raideur du cou raide ou du dos);
  • des vomissements ou une indigestion persistante, une nausée, une douleur gastrique ou une diarrhée.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des frissons, de la fièvre, une douleur ou un endolorissement musculaires, ou encore des symptômes évocateurs de la grippe, surtout s'ils se manifestent avant ou en même temps qu'une éruption cutanée;
  • des signes d'un accident vasculaire cérébral (par ex. des maux de tête soudains ou intenses; une perte de coordination soudaine; des anomalies du champ visuel; un trouble de l'élocution soudain; ou l’apparition inexpliquée de faiblesse, d’engourdissements ou de douleur dans un bras ou une jambe);
  • des signes d’une crise cardiaque (par ex. présence de douleur ou de pression à la poitrine, de douleur qui se propage à l’épaule ou au bras, de nausée et de vomissements, de sudation excessive);
  • des signes d'une grave réaction cutanée (comme des cloques, une desquamation, une éruption cutanée recouvrant une grande région du corps, une éruption cutanée qui s'étend rapidement ou une éruption cutanée accompagnée d'une fièvre ou d'une gêne);
  • des signes d’une réaction allergique importante (par ex. des crampes abdominales, une difficulté respiratoire, des nausées et des vomissements, ou une boursouflure du visage et une enflure de la gorge).
  • des signes de saignements de l'estomac (par ex. des selles sanglantes, noirâtres ou goudronneuses, des expectorations sanglantes, des vomissements de sang ou d'une matière qui ressemble à du marc de café);
  • des troubles auditifs;
  • une vision floue ou d'autres problèmes oculaires.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Allergie : certaines personnes allergiques à d’autres médicaments anti-inflammatoires subissent également des réactions allergiques au naproxène. Avant de prendre du naproxène, indiquez à votre médecin si vous avez déjà subi des réactions indésirables à des médicaments. Communiquez immédiatement avec votre médecin si vous subissez des signes de réaction allergique comme une éruption cutanée, des démangeaisons, des difficultés respiratoires ou de l’enflure du visage et de la gorge.

Analyses de sang : si vous prenez la combinaison ésoméprazole – naproxène pendant une période de temps prolongée, votre médecin doit vous faire subir une analyse sanguine pour s’assurer que certains enzymes et composants sanguins sont compris dans les limites de la normale (par ex. l’hémoglobine, l’hématocrite, les globules rouges et blancs, etc.).

Autres médicaments anti-inflammatoires : il ne faut pas prendre l'association médicamenteuse ésoméprazole - naproxène en même temps que d'autres anti-inflammatoires non stéroïdiens, y compris le naproxène. Cependant, il est permis de prendre une faible dose d'AAS afin de prévenir les maladies du cœur ou des problèmes touchant les vaisseaux sanguins.

Crise cardiaque et accident vasculaire cérébral : ce médicament peut être associé à l’augmentation du risque de crise cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral. Le risque augmente plus la dose totale quotidienne est élevée et plus la prise de médicament se prolonge. Si vous avez des antécédents de maladie cardiaque (par ex. de crise cardiaque, d’accident vasculaire cérébral, d’insuffisance cardiaque ou de désordres vasculaires) ou si possédez des facteurs de risque prédisposant à la maladie cardiaque (par ex. l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie, le diabète, le tabagisme, une maladie rénale), discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Les personnes qui prévoient avoir une opération à cœur ouvert (un pontage) ou qui ont eu une telle opération depuis peu ne devraient pas prendre ce médicament.

Étourdissements : pendant que vous prenez l'association médicamenteuse ésoméprazole - naproxène, vous devrez faire preuve de prudence en conduisant et en accomplissant des activités qui nécessitent de la vigilance. Si vous avez des étourdissements, de la somnolence ou une sensation de tête légère, vous ne devriez pas conduire ni faire fonctionner de la machinerie.

Fécondité : comme les autres AINS, il se peut que l’utilisation par une femme du naproxène contenu dans ce médicament fasse que son couple éprouve plus de difficulté à concevoir un enfant. L’arrêt de la prise du médicament permet aux processus chimiques du corps de revenir à la normale et ainsi à résoudre ce problème. Les femmes qui tentent de devenir enceintes, celles qui éprouvent de la difficulté à le devenir et celles qui subissent des analyses pour déterminer si elles sont infertiles doivent éviter de prendre la combinaison ésoméprazole - naproxène.

Fonction gastro-intestinale : comme les autres AINS, le naproxène peut augmenter le risque d’ulcères, de saignements, de perforation et d’obstruction des voies digestives. L’ésoméprazole aide à prévenir ces complications, mais celles-ci sont toujours susceptibles de se produire. Si vous avez des antécédents d’ulcère gastrique ou intestinal ou de saignement gastrointestinal, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Si vous remarquez des symptômes d'un ulcère de l'estomac ou de l'intestin, ou encore de saignement (par ex. des selles noires et poisseuses, un vomissement de sang ou des vomissures ressemblant à du marc de café, des crachats teintés de sang), cessez de prendre ce médicament sur-le-champ et obtenez immédiatement des soins médicaux.

Fonction hépatique : si votre fonction hépatique est réduite de façon légère à modérée, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Fonction rénale : si votre fonction rénale est réduite de façon légère à modérée, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

L’utilisation à long terme des AINS peut provoquer une réduction de la fonction rénale. Si vous remarquez un changement quelconque de votre fonction rénale comme une réduction de votre production d’urine ou une rétention de liquides, communiquez avec votre médecin.

Fractures associées à l’ostéoporose : l’utilisation à long terme de l’ésoméprazole peut être associée à une augmentation du risque de fracture de la hanche, du poignet ou des vertèbres, à cause d’un affaiblissement de la structure des os. Ce risque est davantage accru si vous êtes déjà prédisposé à l’ostéoporose. Si vous êtes atteint d’ostéoporose ou si vous possédez des facteurs de risque pour cette maladie, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Hypersensibilité au soleil : l'association médicamenteuse ésoméprazole - naproxène peut vous rendre plus sensible à la lumière du soleil. Toute exposition au soleil peut causer un coup de soleil, des cloques, une éruption cutanée, de la rougeur, des démangeaisons ou une coloration anormale de la peau. Limitez votre exposition à la lumière du soleil et aux lampes solaires ainsi que vos séances au salon de bronzage. De plus, utilisez toujours un écran solaire ayant un facteur de protection solaire (FPS) d'au moins 30. Enfin, couvrez-vous (mettez de la crème solaire, des manches longues et un chapeau) si vous employez l'association médicamenteuse ésoméprazole - naproxène avant une exposition au soleil.

Problèmes oculaires : si vous avez une vue brouillée ou une baisse de la vue pendant que vous prenez l'association médicamenteuse ésoméprazole - naproxène, cessez de prendre le médicament et demandez un examen de la vue. Votre médecin pourrait vous recommander d'avoir des examens de la vue réguliers si vous devez prendre ce médicament à long terme.

Problèmes respiratoires : les personnes atteintes d’asthme, d’autres problèmes respiratoires chroniques ou d’affections allergiques comme la fièvre des foins ou des polypes nasaux sont plus susceptibles de subir des difficultés respiratoires ou des réactions allergiques provoquées par la prise des AINS. Si vous avez des antécédents de réactions allergiques à d’autres substances ou de maladies respiratoires, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Rétention d'eau : le naproxène peut causer une rétention de liquide et donc de l'œdème (une enflure). Cet œdème peut mener à une élévation de la pression artérielle ou à l'aggravation d'une insuffisance cardiaque. Les personnes qui emploient l'association médicamenteuse ésoméprazole - naproxène depuis longtemps devraient faire vérifier leur pression artérielle régulièrement. De plus, si vous êtes une personne âgée, si votre fonction cardiaque est réduite ou si vous êtes atteint d’insuffisance cardiaque, d’hypertension artérielle ou d’une autre affection qui vous prédispose à de la rétention liquidienne, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Taux élevé de potassium dans le sang : la prise de naproxène augmente le risque d'une augmentation du taux élevé de potassium sanguin. Les personnes les plus exposées à un tel risque sont les personnes aînés, les personnes atteintes de diabète ou d'une insuffisance rénale, les personnes qui prennent un bêtabloquant (par ex. le métoprolol, l'aténolol), un inhibiteur de l'enzyme de conversion de l'angiotensine ou ECA (par ex. le ramipril et l'énalapril) ou certains diurétiques (par ex. le triamtérène et l'amiloride). Les personnes qui ont un taux élevé de potassium sanguin ne devraient pas prendre ce médicament.

Troubles urinaires : l'association médicamenteuse ésoméprazole - naproxène peut causer des problèmes comme une douleur à la vessie, une douleur durant l'évacuation de l'urine, un besoin fréquent d'uriner, du sang dans l'urine et une irritation de la vessie. Si vous observez des symptômes urinaires, cessez de prendre ce médicament et consultez votre professionnel de la santé.

Grossesse : lorsqu’une femme prend du naproxène pendant les 3 derniers mois de sa grossesse, elle est susceptible subir une prolongation de son travail tandis que son enfant court un risque plus élevé de développer des problèmes cardiaques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : On ignore si le naproxène et l'ésoméprazole passent dans le lait maternel. À cause du potentiel de causer des lésions importantes au bébé s’il est exposé à ce médicament, l’allaitement doit être cessé avant la prise de ce médicament.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

Aînés : ce médicament pourrait exposer les aînés à un plus grand risque d'effets secondaires. Il serait peut-être préférable que les aînés utilisent la dose efficace la plus faible, sous étroite surveillance médicale.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'association médicamenteuse ésoméprazole - naproxène et l'un des agents ci-après :

  • l'acide acétylsalicylique (AAS);
  • les acides gras oméga-3;
  • les agonistes alpha (par ex. la clonidine, le méthyldopa);
  • l'alcool;
  • l'aliskirène;
  • les aminosides (par ex. l'amikacine, la gentamicine, la tobramycine);
  • les amphétamines (par ex. la dextroamphétamine, la lisdexamfétamine);
  • les antagonistes du calcium (par ex. l’amlodipine, le diltiazem, la nifédipine, le vérapamil);
  • les antiacides;
  • des antibiotiques de la famille des quinolones (par ex. la ciprofloxacine, la norfloxacine, l'ofloxacine);
  • l'apixaban;
  • d'autres anti-inflammatoires non stéroïdiens ou AINS (par ex. l'ibuprofène, le diclofénac, le kétorolac, le naproxène);
  • les azoles antifongiques (par ex. l'itraconazole, le kétoconazole, le voriconazole);
  • les bêta bloquants (par ex. l'aténolol, le propranolol, le sotalol);
  • le bimatoprost;
  • les bisphosphonates (par ex. l'alendronate, l'étidronate);
  • les bloqueurs des récepteurs de l’angiotensine (par ex. le candésartan, l'irbésartan, le losartan);
  • le bosutinib;
  • la carbamazépine;
  • le célécoxib;
  • la cholestyramine;
  • le cilostazol;
  • la clarithromycine;
  • le clobazam;
  • le clopidogrel;
  • les contraceptifs oraux;
  • les corticostéroïdes (par ex. la dexaméthasone, l'hydrocortisone, la prednisone);
  • la cyclosporine;
  • le dabigatran;
  • le déférasirox;
  • la delavirdine;
  • la desmopressine;
  • le dexmethylphenidate;
  • le diazépam;
  • la digoxine;
  • le dipyridamole;
  • les diurétiques (par ex. l'hydrochlorothiazide, le furosémide, le triamtérène);
  • l'éplérénone;
  • la glucosamine;
  • l'halopéridol;
  • l'héparine;
  • les héparines de faible poids moléculaire (par ex. la daltéparine, l'énoxaparine, la tinzaparine);
  • l'hydralazine;
  • l'ifosfamide;
  • l'imipramine;
  • les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine ou IECA (le captopril, l'énalapril, le ramipril);
  • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex. l’atazanavir, l'indinavir, le ritonavir, le saquinavir);
  • certains inhibiteurs de la tyrosine kinase (par ex. le dabrafénib, le dasatinib);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine ou ISRS (par ex. le citalopram, la fluoxétine, la paroxétine);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine-noradrénaline ou ISRN (par ex. la desvenlafaxine, la duloxétine, la venlafaxine);
  • le latanoprost;
  • le lithium;
  • les médicaments de type « statine » pour traiter les niveaux élevés de cholestérol (par ex. l'atorvastatine, la lovastatine, la simvastatine);
  • la mésalazine;
  • le méthotrexate;
  • le méthylphénidate;
  • le millepertuis;
  • le moclobémide;
  • les multivitamines et minéraux contenant les vitamines A et E;
  • le mycophénolate;
  • le pazopanib;
  • la pentamidine;
  • la pentoxifylline;
  • le phénobarbital;
  • la phénytoïne;
  • les phosphates de sodium;
  • le polysulfate de pentosane sodique;
  • le probénécide;
  • le raltégravir;
  • la rifampine;
  • la rilpivirine;
  • le rivaroxaban;
  • les sels ferreux (par ex. le fumarate de fer, le gluconate de fer, le sulfate de fer);
  • les sulfamides (par ex. le sulfaméthoxazole) ou les sulfonylurées (par ex. le glyburide);
  • la sulfasalazine;
  • le tacrolimus;
  • le ticagrélor;
  • la ticlopidine;
  • la trimipramine;
  • la vancomycine;
  • la vitamine E;
  • la warfarine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D’autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.