Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Ce médicament appartient à un groupe de médicaments appelés vaccins. Il est utilisé pour prévenir les infections causées par les virus de l'hépatite A et de l'hépatite B en permettant à votre corps de produire sa propre protection (des anticorps) contre l'infection. L'hépatite A et l'hépatite B jouent un rôle majeur dans la survenue de graves maladies du foie comme l'hépatite virale, la cirrhose et le carcinome hépatocellulaire primaire (le cancer du foie). Ce vaccin ne confère pas de protection contre les organismes qui causent d'autres types d'hépatite, par exemple l'hépatite C et l'hépatite E.

Ce vaccin est recommandé dès l'âge de 1 an, en particulier aux personnes courant un risque accru d'une infection causée par le virus de l'hépatite A ou par le virus de l'hépatite B. Parmi ces personnes, on distingue, entre autres :

  • les professionnels de la santé;
  • les patients et les personnes-ressources des patients dans les cliniques (par ex. de dialyse, du cancer) de certains hôpitaux;
  • les employés des stations d'épuration des eaux;
  • les employés de garderie;
  • le personnel militaire;
  • les voyageurs se rendant dans des régions où l'hépatite A et l'hépatite B sont répandues;
  • les personnes qui ont de multiples partenaires sexuels;
  • les personnes qui utilisent des drogues illicites injectables;
  • les personnes travaillant ou vivant dans des institutions.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Twinrix pour adulte
Chaque dose de 1 mL contient 720 unités ELISA d'hépatite A et 20 µg d'hépatite B.

Twinrix Junior
Chaque dose de 0,5 mL contient 360 unités ELISA d'hépatite A et 10 µg d'hépatite B.

L'ajout de chlorure de sodium dans l'eau pour injection rend la suspension liquide isotonique. Ingrédients non médicinaux : hydroxyde d'aluminium, phosphate d'aluminium, chlorure de sodium et eau pour injection. Résidus : acides aminés injectables, formaldéhyde, sulfate de néomycine et polysorbate 20. TWINRIX est conforme aux exigences de l'Organisation mondiale de la santé relatives à la fabrication des substances biologiques.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Un professionnel de la santé qualifié injecte le vaccin.

La dose habituelle pour les adultes âgés de 19 ans, et plus, est de 1 mL tandis qu'elle est de 0,5 mL pour les adolescents et les enfants âgés de 1 an à 18 ans. Les doses sont injectées dans un muscle et répétées après 1 mois et 6 mois. Un professionnel de la santé qualifié injecte le vaccin.

Un autre calendrier vaccinal peut être adopté pour les enfants et les adolescents âgés de 1 an à 15 ans, il requiert l'inoculation de 1 dose de 1 mL suivie d'une autre dose administrée après un intervalle de 6 à 12 mois. Le calendrier des 3 doses standard est recommandé quand une immunisation rapide est rendue nécessaire.

Un calendrier vaccinal « accéléré » peut être exceptionnellement instauré pour des adultes qui doivent partir en voyage dans un intervalle de 1 mois, ou moins, après le début de la série d'injections. Dans ces cas-là, 1 dose est donnée immédiatement, et elle est suivie de doses supplémentaires 7 jours et 21 jours plus tard. L'injection d'une 4e dose est recommandée 12 mois après la dose initiale, quand ce calendrier est adopté.

En général, la plupart des personnes n'ont pas besoin d'une dose de rappel, étant donné que ce vaccin peut procurer une protection à vie. Il se pourrait toutefois qu'une dose de rappel s'avère nécessaire pour quelques personnes, comme celles dont les systèmes immunitaires sont affaiblis. Votre médecin vous dira si une dose de rappel est nécessaire.

Le vaccin devrait se conserver au réfrigérateur jusqu'au moment de son emploi. Il ne doit pas être congelé, sinon vous devrez le jeter.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Le vaccin contre l'hépatite A et contre l'hépatite B ne devrait pas être utilisé par quiconque ayant :

  • une hypersensibilité ou une allergie à l'un des ingrédients du médicament;
  • une maladie grave accompagnée d'une fièvre.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • de la fatigue;
  • une fièvre;
  • de l'irritabilité ou une humeur difficile (enfants et tout-petits);
  • des maux de tête;
  • de la nausée;
  • une perte de l'appétit;
  • une rougeur, une douleur et une enflure au lieu d'injection;
  • une sensation générale de malaise;
  • de la somnolence.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des cloques ou une desquamation;
  • des étourdissements;
  • des maux de tête intenses et soudains ou une douleur au cou.

Cessez la prise du médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des crises convulsives;
  • un évanouissement;
  • des signes d'une grave réaction allergique (une difficulté respiratoire ou une déglutition difficile, de l'urticaire, une enflure de la bouche, de la gorge ou du visage).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Dialyse et système immunitaire affaibli : ce vaccin pourrait ne pas être aussi efficace pour les personnes traitées par hémodialyse ou les personnes dont le système immunitaire est affaibli.

Néomycine : il se peut que ce vaccin contienne une petite quantité de néomycine. Les personnes qui sont allergiques à la néomycine pourraient avoir une réaction allergique à ce vaccin.

Protection contre l'hépatite A et l'hépatite B : ce vaccin, comme tout autre, pourrait ne pas procurer une protection totale contre l'hépatite A et l'hépatite B, il pourrait même ne pas prévenir l'hépatite A ni l'hépatite B chez les personnes qui sont déjà infectées par le virus au moment de la vaccination.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques.

Allaitement : on ignore si ce vaccin passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Les médicaments immunosuppresseurs (par ex. les médicaments utilisés pour soigner le cancer ou les corticostéroïdes) peuvent influer sur la façon dont ce médicament agit ou accroître le risque d'effets secondaires. Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.