Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

La structure chimique du nabilone s'apparente à celle de la marijuana. Le nabilone appartient à la classe des médicaments appelés cannabinoïdes. Il sert à traiter les nausées et les vomissements graves des personnes qui subissent une chimiothérapie contre le cancer. Il agit sur certains centres cérébraux afin de réduire les nausées et de provoquer une sédation.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

0,25 mg
Chaque capsule de gélatine dure de calibre nº 4, calotte vert opaque et corps blanc, portant le l'inscription « C0403 » sur la calotte, contient 0,25 mg de cabilone. Ingrédients non médicinaux : povidone, amidon prégélatinisé et, talc. Enveloppe de la capsule : gélatine, dioxyde de titane, jaune D et C nº 10, AD et C bleu nº 1 et rouge AD et C nº 40.

0,5 mg
Chaque capsule de gélatine dure, calotte rouge opaque et corps blanc, portant l'inscription « C405 » imprimé en encre noire sur la calotte, contient 0,5 mg de nabilone. Ingrédients non médicinaux : povidone, amidon prégélatinisé et talc. Enveloppe de la capsule : gélatine, dioxyde de titane, oxyde de fer rouge, rouge D et C nº 33, rouge AD et C nº 40 et jaune D et C nº 10.

1 mg
Chaque capsule de gélatine dure, calotte bleu nabilone opaque et corps blanc, portant l'inscription « C401 » imprimé en encre noire sur la calotte, contient 1 mg de nabilone. Ingrédients non médicinaux : povidone, amidon prégélatinisé et talc. La tunique des capsules de gélatine contient : gélatine, dioxyde de titane, oxyde de fer rouge, bleu AD et C nº 2, rouge D et C nº 33 et rouge AD et C nº 40.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose usuelle de nabilone pour adulte est 1 mg ou 2 mg pris 2 fois par jour. La première dose se prend généralement la veille au soir du début de la chimiothérapie et la deuxième 1 à 3 heures avant la chimiothérapie. Le traitement peut se poursuivre jusqu'à 24 heures après la chimiothérapie. La dose quotidienne maximale recommandée est 6 mg, en prises fractionnées.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il importe que ce médicament soit pris conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer ce médicament dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au nabilone ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • une allergie à la marijuana ou à d'autres cannabinoïdes;
  • l'allaitement maternel ou une grossesse;
  • des antécédents de réactions psychotiques;
  • un enfant âgé de moins de 18 ans.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien peut être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • des cauchemars;
  • de la confusion;
  • des étourdissements ou une sensation de tête légère, en particulier lors du passage de la position couchée ou assise à la position debout (plus courant aux doses élevées);
  • de la maladresse ou de l'instabilité;
  • des maux de tête;
  • une perte de l'appétit;
  • une perte de coordination musculaire;
  • une sécheresse de la bouche;
  • de la somnolence;
  • une vision floue ou toute anomalie du champ visuel.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une altération des sensations (sensations inhabituelles ou changements dans les sensations);
  • des battements du cœur rapides ou très forts;
  • des changements de l'humeur (y compris une sensation fausse de bien-être);
  • de la confusion;
  • des convulsions (crises épileptiques);
  • du délire;
  • une dépression;
  • un état de nervosité ou de l'anxiété;
  • des étourdissements ou une syncope;
  • une fatigue ou une faiblesse inaccoutumée (intense);
  • des hallucinations.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Fonction hépatique : le nabilone doit être utilisé avec extrême prudence dans les cas d'atteinte hépatique grave.

Pression artérielle et maladie cardiaque : le nabilone devrait être utilisé avec prudence par les personnes ayant une pression artérielle élevée ou une maladie cardiaque.

Somnolence ou vigilance réduite : étant donné que le nabilone réduit souvent les capacités mentales ou physiques nécessaires à la réalisation de tâches potentiellement dangereuses, comme conduire un véhicule ou faire fonctionner des machines, les personnes qui prennent ce médicament devraient éviter de réaliser ce type de tâches tant que les effets du nabilone n'ont pas disparu.

Troubles affectifs : le nabilone doit être utilisé avec extrême prudence par les personnes qui présentent des troubles affectifs non psychotiques. Par ailleurs, le nabilone est contre-indiqué en ce qui concerne les personnes qui présentent des troubles affectifs psychotiques.

Aînés : le nabilone devrait être utilisé avec prudence par les aînés.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité du nabilone n'a été établie en ce qui concerne les enfants. Ce médicament ne devrait pas être utilisé par ce groupe d'âge.

Grossesse et allaitement : le nabilone ne devrait pas être pris pendant la grossesse ou l'allaitement, puisque son innocuité n'a pas été établie dans ces circonstances.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le nabilone et l'un des agents ci-après :

  • l'aclidinium;
  • l'alcool;
  • les amphétamines (par ex. la dextroamphétamine, la lisdexamfétamine)
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, la désipramine);
  • les antihistaminiques (par ex. la cétirizine, la doxylamine, la diphenhydramine, l'hydroxyzine, la loratadine);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, l'olanzapine, la quétiapine, la rispéridone);
  • les barbituriques (par ex. le sécobarbital, le phénobarbital);
  • les benzodiazépines (par ex. le diazépam, le lorazépam);
  • les décongestionnants (par ex. l'oxymétazoline, la phényléphrine, la pseudoéphédrine);
  • la gabapentine;
  • l'indacatérol;
  • les médicaments antiépileptiques (par ex. la carbamazépine,le clobazam, l'éthosuximide, le felbamate, le lévétiracétam, le phénobarbital, la phénytoïne, la primidone, le topiramate, l'acide valproïque);
  • les narcotiques (par ex. morphine, codéine);
  • la prégabaline;
  • les relaxants musculaires (par ex. la cyclobenzaprine, le méthocarbamol, l'orphénadrine)
  • le salmétérol;
  • la scopolamineles sédatifs (tout médicament qui entraîne de la somnolence);
  • la théophylline;
  • le tiotropium;
  • le tramadol;
  • l'uméclidinium.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.