Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le glimépiride appartient à la classe des médicaments appelés hypoglycémiants oraux. Il s'utilise pour maintenir l'équilibre du taux de glucose sanguin (le sucre dans le sang) des personnes atteintes de diabète de type 2. Il s'utilise lorsque le régime alimentaire, les exercices physiques et une perte de poids ne suffisent pas pour abaisser le taux de sucre sanguin. Le glimépiride agit en augmentant la production d'insuline par le pancréas et en aidant l'organisme à utiliser l'insuline de manière plus efficace.

Le glimépiride peut s'utiliser en association avec la metformine ou l'insuline lorsque le régime alimentaire, l'exercice physique et la prise de ces médicaments ne permettent pas à eux seuls de rétablir une glycémie normale.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Teva-Glimepiride n'est plus fabriqué ni vendu au Canada. Lancez une recherche en tapant l'expression « glimépiride » pour trouver des marques qui sont encore offertes. Cet article n'est disponible qu'à des fins de consultation. Si vous utilisez ce médicament, discutez avec votre médecin ou un pharmacien de vos options thérapeutiques.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose initiale usuelle est 1 mg pris 1 fois par jour, lors du petit déjeuner ou du premier repas consistant de la journée. Une fois atteinte la dose de 2 mg, toute augmentation subséquente ne doit pas excéder 1 mg à la fois, toutes les une à deux semaines, en fonction de la réponse du patient. La dose d'entretien habituelle pour l'adulte se situe entre 1 mg et 4 mg pris 1 fois par jour, lors du petit déjeuner ou du premier repas consistant de la journée. La dose quotidienne maximale est 8 mg.

Les comprimés de glimépiride doivent être avalés entiers avec environ un demi-verre de liquide. Ne pas mâcher ni broyer ce médicament.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Entreposez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer le glimépiride dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au glimépiride ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • une grossesse ou l'allaitement au sein;
  • un diabète de type 1 (c.-à-d. diabète insulinodépendant);
  • une acidocétose diabétique avec ou sans coma.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • des étourdissements;
  • des maux de tête;
  • de la nausée;
  • de la faiblesse.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  •  une vision floue;
  • une fièvre;
  • un sentiment de mauvaise santé généralisé;
  • une sensibilité accrue de la peau ou des éruptions cutanées à la suite d'une exposition au soleil;
  • des signes attribuables à un saignement (par ex. des saignements gingivaux, présence de sang dans l'urine ou les vomissements, des selles foncées d'apparence goudronneuse, une tendance aux ecchymoses, des saignements de nez);
  • des signes d'un taux de glucose sanguin élevé (hyperglycémie; par ex. une sécheresse de la bouche, une sécheresse de la peau, des bouffées de chaleur, une émission de l'urine fréquente, une perte de l'appétit, de la soif, de la fatigue, une difficulté respiratoire);
  • des signes d'un taux de glucose sanguin bas (hypoglycémie; par ex. une vision floue, des étourdissements, de la fatigue, des maux de tête, un engourdissement ou des picotements dans la bouche, de la pâleur, des battements de cœur rapides, des secouements, une faim subite, de la sudation ou de la confusion, de la faiblesse);
  • des signes d'atteinte hépatique (par ex. une douleur abdominale, une urine foncée, de la fatigue, une fièvre, une perte de l'appétit, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux);
  • une rougeur de la peau, une démangeaison ou une éruption cutanée;
  • des maux de gorge;
  • une enflure des mains ou des pieds;
  • une fatigue ou une faiblesse inaccoutumée.

Cessez la prise du médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • une douleur thoracique;
  • des signes d'une grave réaction cutanée (comme des cloques, une desquamation, une éruption cutanée recouvrant une grande région du corps, une éruption cutanée qui s'étend rapidement ou une éruption cutanée accompagnée d'une fièvre ou d'une gêne);
  • des signes d'une réaction allergique grave (par ex. des crampes abdominales, une difficulté respiratoire, de la nausée et des vomissements, ou une boursouflure du visage et une enflure de la gorge);
  • des signes attribuables à une forte baisse du taux de sucre sanguin (par ex. des convulsions, une perte de conscience).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Allergie : certaines personnes allergiques aux antibiotiques de la classe des sulfonamides ou à des médicaments semblables de la classe des antiglycémiants oraux subissent également des réactions allergiques lorsqu'elles prennent du glimépiride. Avant de prendre ce médicament, informez votre médecin de toutes les réactions indésirables que vous avez subi après avoir pris des médicaments, en particulier des antibiotiques ou d'autres médicaments servant à traiter le diabète. Communiquez avec votre médecin immédiatement si vous remarquez des signes de réaction allergique comme une éruption cutanée, une démangeaison, une difficulté respiratoire ou une boursouflure du visage et une enflure de la gorge.

Somnolence ou vigilance réduite : à cause de l'effet du glimépiride sur la glycémie, ce médicament peut influencer les capacités mentales ou physiques nécessaires pour conduire un véhicule ou faire fonctionner de la machinerie. Évitez ces activités jusqu'à ce que vous ayez déterminé de quelle façon ce médicament influe sur votre capacité de les accomplir en toute sécurité.

Hypoglycémie (faible taux de sucre sanguin) : l'hypoglycémie se caractérise par la présence d'un taux de glucose anormalement bas dans le sang. Parmi les symptômes de l'hypoglycémie, on retrouve :

  • des étourdissements;
  • de la somnolence;
  • des maux de tête;
  • une perte d'énergie;
  • un état de nervosité;
  • un engourdissement ou des picotements dans la bouche;
  • des tremblements;
  • de la sudation;
  • de la faiblesse.

Les personnes qui sont victimes d'une réaction plus grave d'hypoglycémie peuvent avoir la vue brouillée, éprouver de la confusion et de la difficulté à se concentrer. En l'absence de traitement, une réaction hypoglycémique grave risque de causer des crises convulsives et une perte de conscience en l'espace de quelques minutes. Les personnes âgées, celles dont la fonction rénale ou hépatique est réduite, qui sont mal nourries, ou encore qui prennent des bêtabloquants ou d'autres médicaments qui diminuent le taux de glucose sanguin sont plus sujettes aux réactions d'hypoglycémie. Le taux de glucose sanguin risque d'être insuffisant si l'apport de nourriture est inadéquat ou après un exercice physique intense ou prolongé. Le taux de glucose dans le sang doit donc être mesuré régulièrement et le patient doit avoir à portée de main une source de glucose en cas d'urgence (par ex. un sachet de sucre, du jus d'orange, un bonbon dur) ainsi qu'une trousse de glucagon pour faire remonter rapidement son taux de sucre.

Déséquilibre du glucose sanguin : les personnes qui prennent ce médicament pourraient avoir des difficultés à maîtriser leur glucose sanguin en cas de maladie ou de situation éprouvante comme une fièvre, une infection, un traumatisme, ou une intervention chirurgicale. Dans ces circonstances, votre médecin serait peut-être d'avis de cesser la prise de ce médicament et de vous prescrire de l'insuline, ou d'autres médicaments, jusqu'à ce que votre glucose sanguin soit de nouveau maîtrisé et se situe dans les taux ciblés. Pour certaines personnes, le médecin pourrait prescrire de l'insuline ou de la metformine en association avec le glimépiride en vue de maîtriser le glucose sanguin.

Régime alimentaire approprié : un traitement par le glimépiride complète un régime alimentaire approprié et ne remplace pas une alimentation convenable.

Aggravation de l'affection : on constate parfois au fil du temps une diminution de l'efficacité du glimépiride. Si vous constatez que ce médicament n'est plus aussi efficace pour stabiliser votre taux de sucre, communiquez avec votre médecin. Votre médecin vous demandera peut-être de cesser de prendre ce médicament, ou de continuer à le prendre, mais avec un autre antidiabétique pour mieux maîtriser votre taux de glucose.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : on ignore si glimépiride passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

Aînés : les effets secondaires de ce médicament pourraient être plus intenses pour les aînés. Les personnes qui ont plus de 65 ans devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le glimépiride et l'un des agents ci-après :

  • l'acide acétylsalicylique (AAS);
  • l'alcool;
  • l'amiodarone;
  • les stéroïdes anabolisants;
  • les bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine (par ex. le candésartan, l'irbésartan, le losartan);
  • l'aprépitant;
  • les antifongiques dont le nom se termine en « azole » (par ex. l'itraconazole, le kétoconazole, le voriconazole);
  • les barbituriques (par ex. le phénobarbital, le sécobarbital);
  • les bêtabloquants (par ex. l'aténolol, le métoprolol);
  • le bosentan;
  • la buséréline;
  • la carbamazépine;
  • la capécitabine;
  • le chloramphénicol;
  • la clarithromycine;
  • la clonidine;
  • les corticostéroïdes en inhalation (par ex. le budésonide, le ciclésonide, la fluticasone);
  • les corticostéroïdes oraux (par ex. la dexaméthasone, l'hydrocortisone, la prednisone);
  • les corticostéroïdes (par ex. le budésonide,  l'hydrocortisone, la prednisone);
  • la cyclophosphamide;
  • la cyclosporine;
  • le dabrafénib;
  • d'autres antidiabétiques (par ex. le chlorpropamide, le glipizide, le glyburide, l'insuline, le natéglinide, la rosiglitazone);
  • le diazoxide;
  • le disopyramide;
  • les diurétiques (par ex. le furosémide, l'hydrochlorothiazide, l'acétazolamide);
  • l'épinéphrine;
  • les œstrogènes (par ex. les œstrogènes conjugués);
  • les fibrates (par ex. le fénofibrate, le gemfibrozil);
  • le fluorouracile;
  • la fluvastatine;
  • le glucagon;
  • la goséréline;
  • la guanéthidine;
  • les antagonistes des récepteurs H2 de l'histamine (par ex. la ranitidine);
  • les inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH  (INNTIs; par ex. la delavirdine, l'éfavirenz, l'étravirine, la névirapine);
  • les laxatifs (après un usage prolongé);
  • le léflunomide;
  • les inhibiteurs de la monoamine-oxydase ou IMAO (par ex. le moclobémide, la phénelzine, la sélégiline, la tranylcypromine);
  • le chardon-Marie;
  • le nilotinib;
  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens (par ex. l'ibuprofène, le naproxène);
  • l'oméprazole;
  • le peginterféron alfa-2b;
  • la phénytoïne;
  • les phénothiazines (par ex. la chlorpromazine);
  • la phénylbutazone;
  • le porfimère;
  • la primidone;
  • le probénécide;
  • les progestogènes (par ex. la médroxyprogestérone);
  • le propranolol;
  • la pyriméthamine;
  • la quinine;
  • les antibiotiques de la famille des quinolones (par ex. la ciprofloxacine, la norfloxacine, l'ofloxacine);
  • la réserpine; 
  • la rifampine;
  • les salicylés (par ex. l'AAS, le salsalate);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine ou ISRS (par ex. le citalopram, la duloxétine, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • la somatropine;
  • le sorafénib;
  • les sulfamides (par ex. la sulfadiazine, le sulfaméthoxazole, le sulfasoxazole);
  • les sympathomimétiques (par ex. les médicaments contre la toux, le rhume ou les allergies);
  • la testostérone;
  • les tétracyclines (par ex. la tétracycline, la minocycline);
  • l'hormonothérapie thyroïdienne substitutive (par ex. la lévothyroxine);
  • le ticagrélor;
  • le tolbutamide;
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, la clomipramine, la désipramine, la trimipramine);
  • le triméthoprime;
  • la warfarine;
  • le zafirlukast.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.