Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

L'entacapone appartient au groupe de médicaments appelés inhibiteurs de la catéchol-O-méthyltransférase (COMT). Il s'utilise en même temps que les associations médicamenteuses lévodopa - carbidopa ou lévodopa - bensérazide dans le traitement de la maladie de Parkinson.

En freinant l'activité des enzymes COMT qui participent normalement à la dégradation de la lévodopa dans le corps, l'entacapone exerce une action qui permet à une plus grande quantité de lévodopa d'atteindre le cerveau. Il s'ensuit une diminution des fluctuations des symptômes de la maladie de Parkinson qui pourraient survenir en fin de dose du médicament dont « l'action s'épuise » et auxquelles quelques personnes prenant la lévodopa sont susceptibles. Pris seul, l'entacapone n'a aucun effet sur les symptômes de la maladie de Parkinson.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque comprimé brun pâle, pelliculé, en forme elliptique, biconvexe, portant l'inscription « E200 » en relief sur un côté et unis sur l'autre, contient 200 mg d'entacapone. Ingrédients non médicinaux : amidon pregélifié, cellulose microcristalline, polyvidone et stéarate de magnésium. Pelliculage : alcool polyvinylique, dioxyde de titane, lécithine, oxyde de fer jaune, oxyde de fer rouge, polyéthylèneglycol et talc.

Comment doit-on employer ce médicament ?

L'entacapone doit se prendre simultanément avec les associations médicamenteuses lévodopa - carbidopa ou lévodopa - bensérazide pour soigner les personnes atteintes de la maladie de Parkinson et susceptibles aux fluctuations entraînées en fin de dose de la lévodopa dont « l'action s'épuise ». Le phénomène de fin de dose fait référence à la durée de l'efficacité de la lévodopa dont « l'action s'épuise » après un certain temps et entraîne des fluctuations des symptômes de la maladie de Parkinson.

La dose recommandée d'entacapone est 200 mg pris en même temps que la dose des associations médicamenteuses lévodopa - carbidopa ou lévodopa - bensérazide, jusqu'à concurrence de 8 fois par jour.

Ce médicament peut être pris avec ou sans aliments. Il s'avale sans croquer ni mâcher. Ne l'écrasez pas non plus.

Pris seul, ce médicament n'a aucun effet sur les symptômes de la maladie de Parkinson.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez de prendre une dose d'entacapone en même temps que la dose de lévodopa, ne vous souciez pas de la dose omise et ne manquez pas de prendre l'entacapone la prochaine fois que vous prenez une dose de lévodopa. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Entreposez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer l'entacapone dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à l'entacapone ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • la prise actuelle, ou au cours des 2 semaines précédentes, d'inhibiteurs de la monoamine oxydase ou IMAO (par ex. le moclobémide, la phénelzine, la tranylcypromine);
  • des antécédents de syndrome malin des neuroleptiques ou de rhabdomyolyse;
  • une insuffisance hépatique (foie);
  • un phéochromocytome (une tumeur siégeant dans les glandes surrénales);
  • la présence d'une maladie active du cœur, des poumons, des reins ou des systèmes hématologique ou hormonal;
  • la présence d'un glaucome à angle fermé;
  • la présence actuelle ou passée de lésions cutanées susceptibles d'être mélanomateuses;
  • la présence d'une affection pour laquelle l'administration d'épinéphrine, de norépinéphrine, d'isoprénaline ou de dopamine est contre-indiquée.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • de la constipation;
  • une coloration foncée de la sueur, de la salive ou de l'urine;
  • une baisse du poids corporel;
  • une baisse de l'appétit;
  • une diarrhée;
  • des étourdissements;
  • une sécheresse de la bouche;
  • une chute;
  • de la fatigue;
  • une fièvre;
  • des maux de tête;
  • une sudation accrue;
  • des mouvements involontaires;
  • des douleurs musculaires ou des crampes;
  • de la nausée;
  • des cauchemars;
  • une sensation de rotation du corps;
  • un tremblement;
  • des troubles du sommeil;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une douleur thoracique;
  • une somnolence diurne excessive;
  • une émission de l'urine difficile;
  • des hallucinations (la perception de phénomènes qui n'existent pas en réalité);
  • des difficultés sexuelles;
  • des signes attribuables à une colite (inflammation des voies digestives; diarrhée persistante, crampes abdominales);
  • des signes de dépression (par ex. des perturbations du sommeil ou de l'appétit, un désintérêt à l'égard des activités, un manque de concentration, des sentiments de culpabilité);
  • des signes de troubles hépatiques (par ex. de la nausée, des vomissements, de la diarrhée, une perte de l'appétit, une perte de poids, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine sombre, des selles claires);
  • des signes d'une pression artérielle basse (par ex. des étourdissements, une sensation de tête légère);
  • des signes de dégradation musculaire (par ex. une faiblesse musculaire, de la douleur, des ecchymoses, de la confusion);
  • un endormissement soudain;
  • des mouvements anormaux et rebelles des muscles du corps (y compris le visage, la langue, les bras, les mains, la tête, le haut du corps);
  • une fatigue ou une faiblesse inaccoutumée;
  • un gain ou une perte de poids insolite;
  • des anomalies du champ visuel (par ex. une vision floue, la dilatation des pupilles (une augmentation de leur diamètre), une vision double);
  • une détérioration des symptômes de la maladie de Parkinson.

Cessez la prise du médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des signes attribuables à une crise cardiaque (par ex. l'apparition subite de douleur au thorax ou de douleur irradiant dans le dos, le long du bras ou de la mâchoire; une sensation de plénitude à la poitrine; de la nausée, des vomissements, de la sudation excessive, de l'anxiété);
  • des signes attribuables au syndrome malin des neuroleptiques (par ex. de l'agitation; de l'anxiété, de la confusion; des battements cardiaques rapides, irréguliers ou plus forts qu'à la normale; une fièvre; de la rigidité musculaire);
  • des signes d'une réaction cutanée importante (comme la formation d'ampoules, une desquamation, une éruption cutanée recouvrant une grande partie du corps, une éruption cutanée qui s'étend rapidement ou une éruption cutanée associée à une fièvre ou à un inconfort);
  • des signes d'une réaction allergique grave (par ex. des crampes abdominales, une difficulté respiratoire, une éruption cutanée, de l'urticaire ou une boursouflure du visage et une enflure de la gorge).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Modifications du comportement et de l'humeur : ce médicament peut causer des modifications de l'humeur et des troubles psychiatriques, notamment des hallucinations, une hypersexualité, une passion du jeu pathologique, et une hausse de la libido. Prévenez votre médecin au plus tôt si vous remarquez des modifications anormales de votre comportement, si vous avez l'intention de vous faire du mal ou des moments de dépression.

Si vous souffrez de dépression ou avez des antécédents de dépression, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Si vous présentez des symptômes de dépression (comme un manque de concentration, un changement de poids, un changement touchant le sommeil ou une perte d'intérêt envers vos activités) ou si vous constatez qu'un membre de la famille traité par ce médicament présente ces symptômes, communiquez avec votre médecin au plus tôt.

Diarrhée : la diarrhée est un effet secondaire courant de ce médicament. Elle peut se manifester dès la première semaine de traitement ou plusieurs mois après l'amorce du traitement. La diarrhée pourrait causer une perte de poids pour quelques personnes. Si vous observez une perte de poids ou si vous êtes en proie à une diarrhée aiguë, communiquez avec votre médecin.

Étourdissements ou vigilance réduite : ce médicament peut causer une baisse de la pression artérielle ou des étourdissements et une sensation de tête légère quand vous passez de la position couchée ou assise à la position debout. Les personnes qui prennent des médicaments susceptibles de provoquer des étourdissements doivent se lever lentement de la position assise ou couchée pour réduire la possibilité de subir des étourdissements importants ou de s'évanouir. Évitez de conduire un véhicule, de faire fonctionner des machines, d'accomplir d'autres tâches qui exigent de la vigilance, jusqu'au moment où vous aurez déterminé l'effet de ce médicament sur vos capacités de réaction mentale.

Intolérance au fructose : ce médicament contient du fructose. Vous ne devriez pas prendre ce médicament si vous souffrez d'intolérance au fructose, d'une malabsorption du glucose-galactose ou un déficit en sucrase-isomaltase. Abordez le sujet avec votre médecin.

Maladie cardiaque : l'utilisation de ce médicament peut augmenter le risque de crise cardiaque ou d'autres maladies cardiaques. Si vous avez des antécédents de maladie cardiaque, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Fonction hépatique : la maladie hépatique ou la réduction de la fonction hépatique peut provoquer une accumulation de ce médicament dans l'organisme, causant ainsi des effets secondaires. Ce médicament n'est pas recommandé aux personnes atteintes de troubles hépatiques.

Mélanome : les personnes atteintes de la maladie de Parkinson, pourraient courir un risque accru de mélanome (un type de cancer de la peau). On ignore si ce risque accru est imputable à la maladie de Parkinson ou aux médicaments employés pour soigner la maladie de Parkinson. Vous ferez l'objet d'une surveillance médicale qui ciblera les signes de cancer de la peau pendant que vous prenez ce médicament. Discutez avec votre médecin de ce qui vous inquiète.

Syndrome malin des neuroleptiques (SMN) : ce médicament peut causer une réaction appelée syndrome malin des neuroleptiques (SMN) susceptible de menacer la vie. Si vous observez des symptômes du SMN, comme une raideur musculaire, une fièvre, de la confusion, de la sudation, ou des battements de cœur irréguliers, cessez d'employer ce médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux.

Cancer de la prostate : une étude récente a permis de démontrer une augmentation du nombre de cas de cancer de la prostate chez les hommes qui avaient pris la combinaison lévodopa/carbidopa avec ou sans entacapone pendant environ 3 ans. Bien qu'il ne soit pas clair si cette augmentation du risque de cancer de la prostate est provoquée par le médicament ou par un autre facteur, il importe de subir des examens réguliers de la prostate pendant qu'on prend des médicaments pour traiter la maladie de Parkinson.

Rhabdomyolyse (dégradation musculaire) : parfois, ce médicament peut causer une rapide dégradation du tissu musculaire. Si vous remarquez des signes d'une faiblesse musculaire, ou de la douleur, une élévation de la température corporelle, des ecchymoses inattendues, de la confusion, ou si vous avez une émission d'urine difficile, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Arrêt de ce médicament : un trop brusque arrêt de ce médicament pourrait entraîner la survenue d'effets secondaires pouvant mettre la vie en danger. Avant de suspendre la prise de ce médicament, discutez des risques et des bienfaits avec votre médecin. Ne cessez pas d'employer ce médicament sans consulter votre médecin d'abord.

Endormissement subit : des rapports signalent que des personnes qui suivent un traitement par cette association médicamenteuse (l'entacapone pris simultanément avec l'association médicamenteuse lévodopa - carbidopa) s'endorment sans signes précurseurs ou assoupissement préalable. En cas de trouble du sommeil, discutez de ces faits avec votre médecin. Si vous ressentez de la somnolence pendant que vous employez ce médicament, évitez de conduire ou de faire fonctionner des machines.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : on ignore si l'entacapone passe dans le lait maternel. Si vous employez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants et les adolescents âgés de moins de 18 ans.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'entacapone et l'un des agents ci-après :

  • l'alcool;
  • les antihistaminiques (par ex. la chlorphéniramine, la diphenhydramine, l'hydroxyzine);
  • les anticonvulsivants (par ex. la carbamazépine, la gabapentine, la lamotrigine, la phénytoïne, le phénobarbital);
  • les antipsychotiques (par ex. la fluphénazine, la perphénazine, la quétiapine, la rispéridone);
  • l'apomorphine;
  • l'azélastine;
  • le baclofène;
  • les barbituriques (par ex. le butalbital, le phénobarbital);
  • les benzodiazépines (par ex. l'alprazolam, le diazépam, le lorazépam);
  • la brimonidine;
  • la buprénorphine;
  • la buspirone;
  • l'hydrate de chloral;
  • la dobutamine;
  • la dopamine;
  • le dropéridol;
  • l'épinéphrine;
  • les suppléments de fer;
  • l'isoprotérénol;
  • le linézolide;
  • le sulfate de magnésium;
  • les inhibiteurs de la MAO (par ex. le moclobémide, la phénelzine, la rasagiline, la sélégiline, la tranylcypromine); la méthotriméprazine;
  • le méthyldopa;
  • la mirtazapine;
  • les relaxants musculaires (par ex. la cyclobenzaprine, le méthocarbamol, l'orphénadrine);
  • les narcotiques analgésiques (par ex. la codéine, le fentanyl, la morphine);
  • la noradrénaline;
  • le paraldéhyde;
  • le pimozide;
  • le pramipexole;
  • la procarbazine;
  • le ropinirole;
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (par ex. le citalopram, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • le tapentadol;
  • le tramadol;
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, la clomipramine, la désipramine, la trimipramine);
  • la warfarine;
  • le zolpidem;
  • la zopiclone.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.