Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

La buséréline est un médicament qui a été conçu pour simuler les actions de la gonadolibérine (gn-RH ou LH-RH) naturelle, qui est une hormone libérée de l'hypothalamus, une glande du cerveau.

L'hypothalamus se sert de la gn-RH pour envoyer des messages à l'hypophyse dans le cerveau. Cette petite glande les transmet ensuite aux ovaires des femmes et aux testicules des hommes. C'est ainsi que ces organes sont avisés de produire les hormones sexuelles œstrogène (pour les femmes) et testostérone (pour les hommes).

Normalement, la gn-RH est libérée de l'hypothalamus de façon pulsatile. Si la gn-RH provenait de l'hypothalamus d'une façon continue (plutôt que par «  pulsations »), l'effet contraire se produirait, et la production d'hormones serait « coupée ». La buséréline agit ainsi.

On utilise la buséréline pour le traitement du cancer de la prostate. Elle aide au traitement du cancer de la prostate en provoquant une réduction de la quantité de testostérone dans le sang. On l'utilise également pour traiter l'endométriose (une affection douloureuse causée par la croissance de tissu excédentaire à l'intérieur ou à l'extérieur de l'utérus). Il aide à traiter l'endométriose en réduisant la quantité d'œstrogène dans le sang.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Injection

Chaque mL de solution stérile aqueuse pour injection contient 1,05 mg d'acétate de buséréline (équivalent à 1 mg de buséréline anhydre pure en base libre). Ingrédients non médicinaux : alcool benzylique, phosphate monobasique de sodium, chlorure de sodium et hydroxyde de sodium.

Nasal Solution

Chaque mL de solution intranasale aqueuse contient 1,06 mg d'acétate de buséréline (équivalent à 1 mg de buséréline anhydre pure en base libre). Ingrédients non médicinaux : chlorure de benzalkonium, acide citrique/ citrate de sodium et chlorure de sodium.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La buséréline est disponible en préparations injectables et sous forme de solution nasale.

Pour le cancer de la prostate, la dose habituelle de buséréline au début du traitement est d'une injection sous-cutanée (sous la peau) de 500 µg toutes les 8 heures pendant 7 jours. Ce régime est suivi par un traitement d'entretien au moyen d'une injection de 200 µg de buséréline une fois par jour ou de vaporisations nasales de 400 µg (2 vaporisations dans chaque narine) 3 fois par jour.

Les femmes qui utilisent la buséréline pour le traitement de l'endométriose utilisent habituellement la solution nasale à la dose de 400 µg (2 vaporisations dans chaque narine) 3 fois par jour. Le traitement est habituellement continué pendant 6 mois, mais ne doit pas durer plus longtemps que 9 mois.

Lorsqu'on utilise la préparation injectable, il faut toujours utiliser les seringues fournies dans la trousse et les jeter de façon sécuritaire. Lisez attentivement les instructions destinées au patient au sujet de l'utilisation ; elles sont comprises dans le dépliant inclus dans l'emballage. Si vous avez des questions, n'hésitez pas à les poser à votre professionnel de la santé. Pour aider à réduire la rougeur, les démangeaisons ou l'enflure au site d'injection du médicament, alternez le site de l'injection.

Si vous utilisez le vaporisateur nasal, utilisez la pompe à pulvériser qui est comprise dans l'emballage. Chaque vaporisation libère 100 µg de buséréline. Lisez attentivement les instructions destinées au patient au sujet de l'utilisation ; elles sont comprises dans le dépliant inclus dans l'emballage. Si vous avez des questions, n'hésitez pas à les poser à votre professionnel de la santé.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière d'employer le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, employez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Pour les hommes qui utilisent la buséréline pour obtenir un contrôle à long terme du cancer de la prostate, il est possible de se faire installer, par un médecin, un implant de buséréline à action prolongée (appelé un « dépôt ») sous la peau de la paroi abdominale à tous les 2 à 3 mois. Si vous oubliez de vous faire placer votre implant le jour prévu, faites-le installer dès que possible.

Conservez la buséréline à la température ambiante, à l'abri de la chaleur et de la lumière directe et gardez-la hors de la portée des enfants. On peut conserver l'injection à la température ambiante pendant 14 jours après l'ouverture de l'emballage. Le vaporisateur nasal peut être conservé à la température ambiante jusqu'à 5 semaines après l'ouverture de l'emballage.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer ce médicament dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à la buséréline ou à l'un des ingrédients du médicament ;
  • femmes enceintes ou qui allaitent ;
  • un saignement vaginal anormal pour lequel un diagnostic n'a pas été posé ;
  • si vous êtes atteint du cancer de la prostate et que vous avez subi une orchidectomie (ablation des testicules) ;
  • si vous êtes un homme et que votre cancer n'est pas hormonodépendant.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est employé à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par tous les patients qui reçoivent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des patients recevant ce médicament ont été touchés par les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • l'apparition soudaine de sudation et d'une sensation de chaleur (bouffées vasomotrices) ;
  • de la constipation ;
  • de la diarrhée ;
  • un dysfonctionnement érectile ;
  • une enflure et une douleur mammaire accrue à la pression,
  • des étourdissements (avec l'utilisation de la solution nasale) ;
  • une irritation ou des saignements du nez, ou un écoulement nasal (avec l'utilisation de la solution nasale) ;
  • un mal de dos ;
  • des maux de tête (avec l'utilisation de la solution nasale) ;
  • pertes menstruelles trop abondantes ;
  • de la nausée ou des vomissements,
  • une pilosité excessive sur le visage, la poitrine et le dos (pour les femmes) ;
  • une réduction de la libido ;
  • une sécheresse de la bouche (avec l'utilisation de la solution nasale) ;
  • la sécheresse du vagin,
  • une sensation de cuisson; des démangeaisons, de la rougeur ou de l'enflure au site d'injection ;
  • une sensation de plénitude abdominale ;
  • une sudation accrue (avec l'utilisation de la solution nasale).

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des battements de cœur rapides ou très forts ;
  • une démangeaison cutanée ;
  • une détérioration des symptômes au début du traitement ou l'apparition de nouveaux symptômes comme de la douleur ou de la difficulté à uriner ;
  • de la difficulté à uriner ;
  • une douleur osseuse ;
  • une enflure des pieds ou de la partie inférieure des jambes ;
  • un engourdissement ou des picotements dans les mains ou dans les pieds ;
  • une éruption cutanée ;
  • des modifications de l'humeur.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des symptômes d'une grave réaction allergique (par ex. de l'urticaire, une difficulté respiratoire ou de déglutition, une boursouflure du visage, une enflure des lèvres, de la langue ou de la gorge) ;

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

AVIS DE SANTÉ CANADA

8 septembre 2011

Santé Canada a émis d'autres renseignements importants concernant l'usage de Suprefact® (buséréline, acétate de). Pour lire dans son intégralité l'AVIS DE SANTÉ CANADA, rendez-vous au site Web de Santé Canada à l'adresse www.hc-sc.gc.ca.

Dépression : si vous êtes atteint de dépression ou si vous avez des antécédents de dépression, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Diabète : si vous êtes atteint du diabète ou si vous courez un risque accru d'être atteint de cette maladie, ce médicament est susceptible de modifier votre taux de glycémie. Votre médecin ou vous-même devez mesurer régulièrement vos taux de glucose sanguin pendant que vous utilisez ce médicament.

Étourdissements : la prise de ce médicament peut provoquer des étourdissements. Évitez de conduire un véhicule ou de faire fonctionner des machines jusqu'au moment où vous aurez déterminé l'effet de ce médicament sur vos capacités de réaction mentale.

Incidents cardiaques et les hommes : les hommes qui suivent un traitement par un type de médicaments appelés GnRh contre un cancer de la prostate courent un risque accru d'incidents cardiaques (par ex. des crises cardiaques, un accident vasculaire cérébral, une mort imputable à un trouble cardiaque).

Avant d'amorcer un traitement, signalez à votre médecin si vous avez un diabète, une maladie cardiaque, des antécédents de crise cardiaque ou d'accident vasculaire cérébral, ou des facteurs de risque cardiovasculaires (par ex. une pression artérielle élevée, le tabagisme ou un excès de cholestérol sanguin). Si vous souffrez de l'une de ces affections, vous devriez discuter avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Ostéoporose : l'utilisation de la buséréline peut réduire la densité osseuse, ce qui peut mener à de l'ostéoporose et à des fractures. Votre médecin vous suivra pour détecter cette possible complication pendant que vous prenez ce médicament. Si vous êtes atteint d'ostéoporose ou si vous courez un risque accru de cette affection (par ex. si vous fumez ou si vous buvez des quantités excessives d'alcool depuis longtemps, si vous avez des antécédents familiaux d'ostéoporose ou si vous utilisez certains médicaments comme de la prednisone ou des anticonvulsivants), discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Pression artérielle : si vous êtes atteint d'hypertension artérielle, ce médicament est susceptible d'augmenter votre pression artérielle. Vous devez faire vérifier votre pression artérielle régulièrement pendant que vous utilisez ce médicament.

Problèmes cardiaques : ce médicament peut augmenter le risque de certains problèmes cardiaques comme des changements du rythme cardiaque. Si vous êtes atteint du syndrome congénital du QT long, d'anomalies électrolytiques (par ex. du potassium) d'insuffisance cardiaque congestive ou si vous prenez des médicaments qui affectent le rythme cardiaque (par ex. la quinidine, la procaïnamide, l'amiodarone, le sotalol, la flécaïnide), vous pouvez courir un risque accru de subir des problèmes cardiaques. Vous devez discuter avec votre médecin de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Symptômes attribuables à la maladie : parfois, au début de la prise de ce médicament, il arrive qu'une détérioration temporaire des symptômes se produise pendant une période de temps habituellement plus courte que 10 jours. Si vous êtes atteint du cancer de la prostate, vous pourriez également ressentir de nouveaux symptômes comme des douleurs osseuses, des picotements ou des engourdissements ou constater la présence de sang dans votre urine ; il se peut que votre médecin vous prescrive un médicament pour aider à empêcher l'apparition temporaire de nouveaux symptômes. Communiquez avec votre médecin si vous constatez une détérioration de vos symptômes ou l'apparition de nouveaux symptômes.

Grossesse : les femmes ne devraient pas employer la buséréline une fois qu'elles sont enceintes. Vous devez utiliser une méthode efficace de contraception non hormonale (par ex. condom, diaphragme, stérilet) pendant que vous utilisez ce médicament. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : ce médicament passe dans le lait maternel. L'allaitement maternel est déconseillé pendant le traitement par la buséréline.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants et les adolescents âgés de moins de 18 ans.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre la buséréline et l'un des médicaments ci-après :

  • l'œstrogène et les produits contenant de l'œstrogène qui servent à la contraception (pour les femmes) ;
  • les médicaments qui modifient les taux de glucose sanguin (par ex. l'insuline, le glyburide, le gliclazide, l'acarbose, la rosiglitazone, la sitagliptine) ;
  • les médicaments qui prolongent l'intervalle QT (par ex. la quinidine, le disopyramide, l'amiodarone, le sotalol, la flécaïnide, la chlorpromazine, l'amitriptyline, la méthadone, l'érythromycine, la clarithromycine, l'ondansétron, le salbutamol, le fluconazole, le kétoconazole) ;
  • les médicaments susceptibles de favoriser une perte de densité osseuse (par ex. la prednisone) ;
  • les opioïdes (par ex. la méthadone, la morphine, l'oxycodone) ;
  • la testostérone et les androgènes (hommes).

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin peut vous demander de  :

  • cesser la prise de l'un des médicaments ;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre ;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux ;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.