Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le tiotropium appartient à la classe de médicaments appelés bronchodilatateurs. Ce médicament s'utilise 1 fois par jour pour le soulagement de longue durée de symptômes comme une gêne respiratoire et une respiration sifflante associées à une affection pulmonaire désignée bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) qui regroupe la bronchite chronique et l'emphysème. Le tiotropium agit en ouvrant les voies respiratoires pour faciliter la respiration.

Le tiotropium ne devrait pas s'employer comme médicament de secours pour soulager les symptômes de soudaines crises de BPCO comme une respiration sifflante ou un essoufflement. Consultez votre médecin ou un pharmacien pour obtenir des conseils pertinents sur les médicaments de secours qui vous conviendraient.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez ce médicament à personne, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Cartouche

Chaque cartouche contenant une solution aqueuse transparente contient 60 activations (bouffées) de 2,5 µg de tiotropium. Ingrédients non médicinaux : chlorure de benzalkonium, EDTA de disodium, acide chlorhydrique et eau purifiée.

Dispositif d'inhalation

Le dispositif d'inhalation Respimat® est un dispositif de plastique gris réutilisable spécialement conçu pour l'administration de la solution Spiriva® solution par inhalation orale.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose recommandée de tiotropium pour les adultes qui utilisent le dispositif d'inhalation Respimat® est de 2 activations de 2,5 µg, inhalées une fois par jour. Cela permet d'obtenir une dose totale de 5 µg par jour.

Pour utiliser l'inhalateur Respimat®, on insère la cartouche Respimat® à l'intérieur du dispositif d'inhalation. Après l'insertion de la cartouche dans l'inhalateur, le dispositif doit être amorcé en chargeant une dose et appuyant sur le bouton de libération de la dose pendant que l'inhalateur est pointé vers le sol jusqu'à ce qu'un nuage de médicament soit libéré. Ce geste est répété 3 autres fois pour s'assurer que l'inhalateur est prêt à être utilisé.

Votre médecin ou un autre professionnel de la santé, tel un pharmacien, devrait vous montrer comment utiliser le dispositif d'inhalation HandiHaler®. Si vous hésitez sur la façon d'employer le dispositif, prenez contact avec votre médecin ou un pharmacien.

Après 3 mois d'usage, jetez le dispositif et la cartouche de façon sécuritaire, même s'il reste encore du médicament dans la cartouche.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de prendre votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Entreposez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer le tiotropium dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au tiotropium ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • une allergie à l'atropine ou à un médicament semblable à l'atropine (par ex. l'ipratropium, l'oxitropium).

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une altération du goût;
  • de la constipation;
  • une toux;
  • des étourdissements;
  • la sécheresse de la bouche ou de la gorge;
  • un enrouement;
  • une enflure des articulations;
  • un saignement de nez;
  • une éruption cutanée;
  • des maux de gorge;
  • des troubles du sommeil.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • l'apparition de plaies, d'ulcères ou de plaques blanches sur les lèvres, la langue ou à l'intérieur de la bouche;
  • des battements de cœur rapides, très forts ou irréguliers;
  • des brûlures d'estomac;
  • une émission d'urine difficile;
  • une enflure ou une rougeur de la bouche, des gencives ou de la langue;
  • des symptômes d'une infection des voies urinaires (par ex. de la douleur lors de l'émission de l'urine, fréquence accrue de l'émission d'urine, de la douleur dans le bas du dos ou de flanc);
  • une vision floue ou une autre altération de la vision.

Cessez la prise du médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • l'absence totale de défécation (obstruction intestinale);
  • des difficultés de déglutition (à avaler);
  • des signes d'une réaction allergique grave (par ex. des crampes abdominales, une difficulté respiratoire, de la nausée et des vomissements, ou une boursouflure du visage et une enflure de la gorge);
  • de la toux, des sifflements respiratoires ou de l'essoufflement immédiatement après avoir utilisé l'inhalateur.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Augmentation de volume de la prostate : l'emploi du tiotropium peut aggraver les symptômes d'une augmentation de volume de la prostate comme de la difficulté à amorcer l'émission d'urine. Si vous avez observé une augmentation de volume de la prostate, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Bronchospasme causé par une inhalation : les médicaments sous formes inhalées peuvent causer une contraction spasmodique des voies aériennes et rendre la respiration difficile. Si vous éprouvez ce problème lorsque vous utilisez le tiotropium, suspendez immédiatement l'emploi de ce médicament. Consultez votre médecin si vous éprouvez des problèmes respiratoires pendant que vous employez ce médicament ou tout autre médicament absorbé par inhalation.

Étourdissements ou vision floue : l'utilisation du tiotropium peut provoquer des étourdissements ou de la vision floue susceptibles de nuire à votre capacité de conduire un véhicule ou de faire fonctionner de la machinerie sans danger.

Fonction rénale : une réduction de la fonction rénale ou la présence d'une maladie rénale peut causer une accumulation du médicament dans l'organisme et ainsi provoquer certains effets secondaires. Les personnes ayant une fonction rénale diminuée ne devraient employer le tiotropium que si les bienfaits potentiels priment les risques.

Si votre fonction rénale est réduite ou si vous êtes atteint d'une maladie rénale, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Glaucome : les personnes atteintes d'affections oculaires (par ex. un glaucome) sont plus susceptibles de subir une aggravation de leurs affections et de leurs symptômes comme une douleur oculaire et une enflure, une vision floue ou d'autres variations inhabituelles de leur vision. Veillez particulièrement à éviter tout contact avec vos yeux et la poudre médicamenteuse lorsque vous employez le tiotropium. Si vous n'avez pas pu empêcher un tel contact, ou si vous éprouvez l'un de ces symptômes, communiquez avec votre médecin immédiatement.

Problèmes vésicaux ou urinaires : la prise du tiotropium pourrait aggraver les symptômes de problèmes de la vessie. Si vous avez des antécédents de problèmes vésicaux, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Grossesse : aucune étude n'a évalué l'utilisation du tiotropium par des femmes enceintes. Ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : ce médicament passe dans le lait maternel. Si vous prenez du tiotropium pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants âgés de moins de 18 ans.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le tiotropium et l'un des agents ci-après :

  • l'aclidinium;
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, l'imipramine);
  • les antihistaminiques (par ex. la chlorphéniramine, la diphenhydramine, la doxylamine);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, l'olanzapine, la quétiapine, la rispéridone);
  • l'atropine;
  • d'autres médicaments bronchodilatateurs;
  • l'azélastine;
  • la belladone;
  • la benztropine;
  • la cyclobenzaprine;
  • la darifénacine;
  • le disopyramide;
  • les diurétiques thiazidiques (par ex. le chlorothiazide, l'hydrochlorothiazide, l'indapamide);
  • le donépézil;
  • le flavoxate;
  • le fumarate de kétotifène;
  • la galantamine;
  • le glycopyrrolate;
  • l'ipratropium;
  • la lévocabastine;
  • la métoclopramide;
  • le mirabégron;
  • le moclobémide;
  • le nabilone;
  • les narcotiques analgésiques (par ex. la codéine, le fentanyl, la morphine, l'oxycodone);
  • l'orphénadrine;
  • l'oxybutynine;
  • le peginterféron alfa-2b;
  • les phénothiazines (par ex. la perphénazine, la thioridazine);
  • le pramlintide;
  • la rivastigmine;
  • la scopolamine;
  • la sécrétine;
  • la solifénacine;
  • les suppléments de potassium;
  • la toltérodine;
  • le topiramate,
  • la tranylcypromine;
  • l'uméclidinium.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.