Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

La quétiapine appartient à la classe des médicaments appelés antipsychotiques. On l'utilise pour traiter les symptômes de la schizophrénie, des épisodes maniaques et dépressifs associés au trouble bipolaire et les symptômes de la dépression après que le traitement avec des médicaments antidépresseurs se soit avéré inefficace. Elle agit en influant sur les actions de certaines substances chimiques dans le cerveau appelés neurotransmetteurs.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments.  Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Binge Eating Fact Vs Myth
Outils santé

Renseignez-vous davantage sur la vraie nature de l'hyperphagie boulimique.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

50 mg
Chaque comprimé pêche, en forme de capsule, biconvexe, portant l'inscription « S50 » sur une face et rien sur l'autre, contient 50 mg de quétiapine sous forme de fumarate de quétiapine. Ingrédients non médicinaux : dioxyde de silice colloïdale, huile végétale hydrogénée, lactitol, lactose monohydraté, stéarate de magnésium, polyéthylèneglycol, alcool polyvinylique, oxyde de fer rouge, acide succinique, talc, oxyde de fer jaune et dioxyde de titane.

150 mg
Chaque comprimé blanc, en forme de capsule, biconvexe, portant l'inscription « Q150 » sur une face, et rien sur l'autre, contient 150 mg de quétiapine sous forme de fumarate de quétiapine. Ingrédients non médicinaux : dioxyde de silice colloïdale, huile végétale hydrogénée, lactitol, lactose monohydraté, stéarate de magnésium, polyéthylèneglycol, alcool polyvinylique, acide succinique, talc et dioxyde de titane.

200 mg
Chaque comprimé jaune, en forme de capsule, biconvexe, portant l'inscription « Q200 » sur une face, et rien sur l'autre, contient 200 mg de quétiapine sous forme de fumarate de quétiapine. Ingrédients non médicinaux : dioxyde de silice colloïdale, huile végétale hydrogénée, lactitol, lactose monohydraté, stéarate de magnésium, polyéthylèneglycol, alcool polyvinylique, acide succinique, talc, oxyde de fer jaune et dioxyde de titane.

300 mg
Chaque comprimé jaune pâle, en forme de capsule, biconvexe, portant l'inscription « Q300 » sur une face, et rien sur l'autre, contient 300 mg de quétiapine sous forme de fumarate de quétiapine. Ingrédients non médicinaux : dioxyde de silice colloïdale, huile végétale hydrogénée, lacitol, lactose monohydraté, stéarate de magnésium, polyéthylèneglycol, alcool polyvinylique, acide succinique, talc, oxyde de fer jaune et dioxyde de titane.

400 mg
Chaque comprimé blanc, en forme de capsule, biconvexe, pelliculé, portant l'inscription « Q400 » sur une face, et rien sur l'autre, contient du fumarate de quétiapine équivalant à 400 mg. Ingrédients non médicinaux : dioxyde de silice colloïdale, huile végétale hydrogénée, lactitol, lactose monohydraté, stéarate de magnésium, polyéthylèneglycol, alcool polyvinylique,  acide succinique, talc et titane.

Binge Eating Fact Vs Myth
Outils santé

Lisez l'histoire de Tiffany : les impacts émotionnels, physiques et sociaux.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose initiale habituellement recommandée pour le traitement de la schizophrénie ou des épisodes maniaques associés avec le trouble bipolaire est de 300 mg une fois par jour, le premier jour, 600 mg une fois par jour le deuxième jour et jusqu'à 800 mg une fois par jour par la suite à compter du troisième jour.

La dose initiale habituellement recommandée pour les épisodes dépressifs associés au trouble bipolaire est de 50 mg une fois par jour, le premier jour, 100 mg une fois par jour le deuxième jour, 200 mg une fois par jour le troisième jour et 300 mg une fois par jour par la suite à compter du quatrième jour. Il est possible d'augmenter la dose davantage selon la réponse et la tolérabilité. La dose maximale est de 600 mg par jour.

Lorsqu'on l'utilise pour le traitement d'un épisode de manie du trouble bipolaire, la dose initiale habituellement recommandée est de 300 mg pris une fois par jour le premier jour, 600 mg pris une fois par jour au deuxième jour et jusqu'à un maximum de 800 mg au troisième jour.

La dose initiale habituellement recommandée pour un trouble dépressif majeur est de 50 mg une fois par jour aux jours un et deux, puis de 150 mg une fois par jour au troisième jour. La dose peut être augmentée jusqu'à un maximum de 300 mg par jour selon la réponse et la tolérabilité.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

La quétiapine se prend avec ou sans aliments. On doit avaler le comprimé entier avec un peu d'eau ou d'autre liquide. On ne doit pas mâcher ni broyer ce médicament, car cela augmentera la quantité de médicament absorbée par votre organisme au même moment et provoquera des réactions indésirables.

Ne cessez pas de prendre ce médicament et ne changez pas non plus l'horaire de vos prises sans avoir consulté votre médecin au préalable. La présentation XR des comprimés de quétiapine est habituellement prise le soir.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin pour tirer le plus grand parti des bienfaits du médicament. Si vous constatez que vous avez oublié une dose depuis quelques heures seulement, prenez-la dès que possible et continuez à suivre votre posologie habituelle. Si la majeure partie de la journée s'est écoulée depuis l'heure de la dose oubliée, laissez faire cette dose et poursuivez le traitement selon l'horaire habituel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez à votre médecin ou à un pharmacien.

Entreposez ce médicament à la température ambiante et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Quiconque étant allergique à la quétiapine à libération prolongée, ou à l'un des ingrédients du médicament, ne devrait pas l'utiliser.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • un assoupissement;
  • une constipation;
  • des étourdissements;
  • un gain de poids;
  • de l'indigestion ou des douleurs abdominales;
  • de l'irritabilité;
  • des maux de tête;
  • une sécheresse de la bouche;
  • une sensation de tête légère, ou des étourdissements quand vous passez de la position debout à assise ou couchée;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • un accroissement de la faim;
  • l'apparition ou l'augmentation de la constipation;
  • une émission d'urine difficile;
  • une enflure des bras, des pieds ou de la partie inférieure des jambes;
  • une fatigue ou une faiblesse inaccoutumée;
  • des impatiences dans les jambes (une sensation déplaisante dans les jambes);
  • l'impression que les battements de cœur sont lents, rapides ou irréguliers;
  • de l'apnée du sommeil (des périodes de sommeil pendant lesquelles vous cessez de respirer);
  • des mouvements involontaires du visage et de la langue;
  • des mouvements ou une raideur musculaire anormaux;
  • des problèmes de déglutition;
  • des rêves anormaux et des cauchemars;
  • des signes de saignements de l'estomac (par ex. des selles sanglantes, noirâtres ou goudronneuses, des expectorations sanglantes, des vomissements de sang ou d'une matière qui ressemble à du marc de café);
  • des signes de troubles hépatiques (par ex. de la nausée, des vomissements, de la diarrhée, une perte de l'appétit, une perte de poids, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine sombre, des selles claires);
  • des signes d'infection (comme une fièvre, des frissons, un vague endolorissement musculaire ou des maux de gorge);
  • des symptômes attribuables à de l'anémie (réduction du nombre de globules rouges; par ex. des étourdissements, de la pâleur, de la fatigue ou de la faiblesse inhabituelle, un essoufflement);
  • des symptômes d'un caillot de sang (par ex. une enflure, une rougeur, une sensation de chaleur, et de la douleur dans un bras ou une jambe, une douleur thoracique soudaine, une difficulté respiratoire, et des battements de cœur très forts);
  • des symptômes d'un taux de sucre sanguin élevé (par ex. des émissions de l'urine fréquentes, une soif accrue, un appétit excessif, une perte de poids inexpliquée, des plaies qui cicatrisent mal, des infections, une haleine fruitée);
  • une vision floue.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des crises convulsives (par ex. une perte de connaissance accompagnée de secouements incontrôlables);
  • une érection de longue durée (plus de 4 heures) et douloureuse;
  • un évanouissement;
  • des signes d'un accident vasculaire cérébral (par ex. des maux de tête soudains ou intenses; une perte de coordination soudaine; des anomalies du champ visuel; un trouble de l'élocution soudain; ou l'apparition inexpliquée de faiblesse, d'engourdissements ou de douleur dans un bras ou une jambe);
  • des symptômes de syndrome malin des neuroleptiques (par ex. une forte fièvre, une rigidité musculaire, un rythme cardiaque accru, et une altération de la conscience);
  • des symptômes d'une réaction allergique (un essoufflement ou une difficulté respiratoire, de l'urticaire, une bouffissure des yeux, une enflure de la bouche, des lèvres ou de la gorge).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Arrêt du médicament : l'arrêt subit de ce médicament pourrait causer des symptômes comme les suivants : de la difficulté à dormir, des malaises gastriques, des maux de tête, une diarrhée, des vomissements, des étourdissements, et de l'irritabilité. Il est recommandé de réduire la dose progressivement sur une période d'au moins 1 semaine, voire de 2 semaines. Si vous songez à cesser de prendre le médicament, consultez d'abord votre médecin.

Caillots de sang : ce médicament peut accroître le risque de formation de caillots de sang qui causeraient une réduction du flot sanguin aux organes ou aux extrémités.

Si vous avez des antécédents de coagulation, informez-en votre médecin, car vous pourriez courir un risque accru d'avoir des problèmes liés à des caillots de sang comme une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral ou des caillots dans les veines profondes d'une jambe. Discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Si vous ressentez des symptômes comme une douleur vive et une enflure de la jambe, de la difficulté à respirer, une douleur thoracique, une vue brouillée ou de la difficulté à parler, communiquez immédiatement avec votre médecin.

Cataractes : un traitement à long terme de la quétiapine est susceptible d'entraîner des modifications du cristallin. Des examens des yeux réguliers sont recommandés avant et après un traitement par ce médicament. S'il se produit un changement dans votre vision, mettez-vous en rapport avec votre médecin au plus tôt.

Changements sanguins : la quétiapine peut causer une baisse du nombre de globules blancs, de globules rouges (les cellules sanguines qui transportent l'oxygène) ou de plaquettes (les cellules sanguines qui aident à la formation des caillots de sang). Si vous avez des antécédents d'un faible nombre de globules blancs, une anémie ou des problèmes de coagulation du sang,  discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Changements thyroïdiennes : la quétiapine est associée à une diminution des hormones thyroïdiennes. Si vous avez un hyperfonctionnement de la glande thyroïde, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Cholestérol sanguin : la quétiapine a été associée à une augmentation des taux de cholestérol et taux de triglycérides sanguins. Si votre taux de cholestérol sanguin est élevé,  discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Comportement suicidaire ou agité : les adultes et les enfants qui emploient ce médicament peuvent ressentir de l'agitation (de l'impatience, de l'anxiété, de l'agressivité, des émotions fortes et avoir le sentiment de ne pas être eux-mêmes), ou ils peuvent vouloir se faire du mal ou faire du mal à quelqu'un. Ces symptômes sont susceptibles de se produire dans les semaines qui suivent l'amorce du traitement par ce médicament. Si vous ressentez ces effets secondaires ou s'il vous semble qu'ils touchent un membre de votre famille qui emploie ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement. Vous ferez l'objet d'une surveillance médicale stricte ciblant ces effets secondaires pendant que vous prendrez ce médicament.

Crises épileptiques : si vous avez des antécédents de convulsions, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Diabète : l'utilisation de quétiapine peut provoquer une élévation des taux de glucose sanguin (peut causer une perte de la maîtrise de la glycémie) et un changement de la tolérance au glucose. Il se pourrait que les personnes atteintes de diabète aient à vérifier leur taux de sucre sanguin plus souvent durant la prise de ce médicament.

Si vous êtes atteint de diabète ou si vous êtes prédisposé au diabète, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Gain de poids : L'utilisation de la quétiapine est associée à une augmentation du poids corporel. Votre médecin vous suivra peut-être pour détecter des changements de poids pendant que vous prenez ce médicament.

Maladies cardiaques : si vous avez un trouble cardiaque comme l'angine de poitrine, l'insuffisance cardiaque et des battements cardiaques irréguliers (une arythmie) ou encore si vous avez fait une crise cardiaque, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Des modifications hormonales : dans de rares cas, la quétiapine peut faire augmenter la quantité d'une hormone appelée prolactine, ce qui peut entraîner la production de lait maternel et modifier le cycle menstruel. Ceci peut aussi mener à une enflure des seins dans les hommes.

Mouvements désordonnés : il existe un risque de survenue de dyskinésie tardive (TD), un trouble qui se caractérise par des mouvements involontaires répétitifs anormaux (comme des grimaces, la sortie de la langue, le claquement ou le plissement des lèvres, des clignements d'yeux rapides, des spasmes touchant les bras, les jambes et le tronc). Si vous ressentez l'un de ces symptômes, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Pancréatite : la quétiapine peut provoquer une inflammation du pancréas. Si vous avez des antécédents de pancréatite, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Avertissez votre médecin immédiatement si vous observez des signes de pancréatite comme une douleur située sur le côté supérieur gauche de l'abdomen, un mal de dos, des nausées, une fièvre, des frissons, des battements de cœur rapides ou un gonflement de l'abdomen.

Si vous avez des antécédents de pancréatite, de calculs biliaires, d'alcoolisme ou d'hypertriglycéridémie, vous pouvez être plus susceptible de subir cette complication.

Problèmes rénaux : en cas d'atteintes rénales, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Problèmes du foie : la maladie hépatique ou la réduction de la fonction hépatique peut provoquer une accumulation de ce médicament dans l'organisme, causant ainsi des effets secondaires. En cas de troubles hépatiques, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

On a rapporté une association entre l'utilisation de la quiétapine et l'incidence d'insuffisance hépatique; celle-ci a causé le décès du patient dans quelques rares cas. Ce médicament peut également causer une fonction hépatique réduite. Si vous observez la survenue de symptômes de troubles hépatiques comme de la fatigue, une sensation de malaise, une perte de l'appétit, de la nausée, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine foncée, des selles claires, une douleur abdominale, ou une enflure et une démangeaison cutanée, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Pression artérielle basse : la quétiapine peut causer une baisse de la pression artérielle quand vous passez de la position assise ou couchée à la position debout; elle peut aussi provoquer une accélération du rythme cardiaque, surtout durant les quelques semaines qui suivent l'amorce du traitement. Si vous avez des étourdissements ou si vous éprouvez une sensation de tête légère ou de battements plus rapides du pouls et que ce phénomène ne disparaît pas après quelques minutes, appelez votre médecin. Étant donné que ce médicament peut causer des étourdissements ou une sensation de tête légère, ne vous levez pas trop rapidement après avoir été en position assise ou couchée pendant un certain temps.

Température corporelle : la quétiapine peut dérégler les mécanismes de contrôle de la température corporelle. Les personnes qui font de l'exercice vigoureux, qui sont exposées à une chaleur extrême, qui sont déshydratées ou qui prennent des médicaments anticholinergiques (par ex. la benztropine, l'oxybutynine) y sont plus susceptibles. Si vous avez très chaud et que vous ne pouvez vous rafraîchir pendant que vous prenez ce médicament, communiquez dès que possible avec votre médecin.

Somnolence ou vigilance réduite : la quétiapine peut causer des étourdissements et induire la somnolence. Éviter les activités exigeant de la vigilance, comme conduire un véhicule, faire fonctionner des machines, ou accomplir des tâches dangereuses, jusqu'au moment où vous aurez déterminé que le médicament ne nuit pas à votre vivacité d'esprit, à votre discernement ni à votre coordination physique.

Syndrome malin des neuroleptiques (SMN) : le risque d'apparition de ce désordre a été associé à l'utilisation de certains médicaments antipsychotiques, notamment la quétiapine. Si vous avez une sudation accrue et des sensations de chaleur, de raideur musculaire, si vous observez des changements émotionnels et comportementaux ou des battements de cœur irréguliers, prenez contact avec votre médecin immédiatement. Les personnes qui prennent ce médicament devraient éviter d'avoir trop chaud ou de se déshydrater.

Grossesse : l'innocuité de la quétiapine durant une grossesse n'a pas été établie. Ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : ce médicament passe dans le lait maternel. Si vous employez la quétiapine pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants et adolescents : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants et les adolescents âgés de moins de 18 ans.

Aînés : les aînés pourraient courir un plus grand risque d'accidents vasculaires cérébraux, de crises cardiaques, d'infections (par ex. la pneumonie) et de mort s'ils emploient des médicaments antipsychotiques. Discutez avec votre médecin des risques et des bienfaits de ce médicament. Si vous observez l'apparition des signes et des symptômes ci-après, obtenez des soins médicaux immédiatement :

  • des signes d'un accident vasculaire cérébral : l'apparition brusque d'une faiblesse ou d'un engourdissement dans le visage, les bras ou les jambes (souvent sur un seul côté du corps); des perturbations de la parole; des problèmes de la vue; des problèmes d'équilibre ou des étourdissements; de la confusion; des soudains et violents maux de tête sans cause apparente;
  • des signes d'une crise cardiaque : une gêne ou une douleur dans le thorax, le dos, le cou, la mâchoire, un bras ou l'estomac; de la sudation; un essoufflement; des nausées; une sensation de tête légère; un sentiment apocalyptique.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre la quétiapine, et l'un des agents ci-après :

  • l'acétate d'abiratérone;
  • l'aclidinium;
  • les agonistes alpha (par ex. la clonidine, le méthyldopa);
  • les alcaloïdes de l'ergot de seigle (par ex. l'ergotamine, la dihydroergotamine);
  • l'alcool;
  • l'aldesleukine;
  • l'aliskirène;
  • les alphabloquants (par ex. l'alfuzosine, la doxazosine, la tamsulosine);
  • l'amiodarone;
  • les amphétamines (par ex. la dextroamphétamine, la lisdexamfétamine);
  • les anesthésiques généraux (les médicaments utilisés pour provoquer un sommeil profond avant une intervention chirurgicale);
  • les antagonistes du calcium (par ex. l'amlodipine, le diltiazem, la nifédipine, le vérapamil);
  • des antibiotiques de la famille des quinolones (par ex. la ciprofloxacine, la norfloxacine, l'ofloxacine);
  • les antibiotiques macrolides (par ex. l'azithromycine, la clarithromycine, l'érythromycine);
  • les antidépresseurs ISRS (par ex. le citalopram, la fluoxétine, la sertraline);
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, la désipramine);
  • les antidiabétiques (par ex. le chlorpropamide, le glipizide, le glyburide, l'insuline, la metformine, le natéglinide, la rosiglitazone);
  • les antihistaminiques (par ex. la cétirizine, la doxylamine, la diphenhydramine, l'hydroxyzine, la loratadine);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, l'olanzapine, la quétiapine, la rispéridone);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, l'olanzapine, la quétiapine, la rispéridone);
  • l'aprépitant;
  • l'atropine;
  • l'azélastine;
  • les « azoles » antifongiques (par ex. le fluconazole, le kétoconazole);
  • la belladone;
  • la benztropine;
  • les bêta bloquants (par ex. l'aténolol, le propranolol, le sotalol);
  • le bicalutamide;
  • les bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine (par ex. le candésartan, l'irbésartan, le losartan);
  • le bosentan;
  • la brimonidine;
  • la buprénorphine;
  • le cannabis;
  • la chloroquine;
  • le cisapride;
  • le conivaptan;
  • la cyclosporine;
  • le déférasirox;
  • les dérivés nitrés (par ex. la nitroglycérine, le dinitrate d'isosorbide, le mononitrate d'isosorbide);
  • la dexaméthasone;
  • le dextrométhorphane;
  • le disopyramide;
  • la dofétilide;
  • le dompéridone;
  • le donépézil;
  • la dronabinol;
  • la dronédarone;
  • l'enzalutamide;
  • la famotidine;
  • le fingolimod;
  • le flavoxate;
  • la flécaïnide;
  • le formotérol;
  • la galantamine;
  • le glucagon;
  • le glycopyrrolate;
  • le granisétron;
  • la guanfacine;
  • l'hydrate de chloral;
  • l'indacatérol;
  • les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine ou IECA (le captopril, l'énalapril, le ramipril);;
  • les inhibiteurs de la monoamine-oxydase (IMAO; par ex. le moclobémide, la rasagiline, la sélégiline, la tranylcypromine)
  • les inhibiteurs de la protéase de l'hépatite C (par ex. le bocéprévir, le siméprévir, le télaprévir);
  • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex. l'atazanavir, l'indinavir, le ritonavir, le saquinavir);
  • les inhibiteurs de la tyrosine kinase (par ex. le dasatinib, l'imatinib, le nilotinib);
  • les inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH (par ex. la delavirdine, l'éfavirenz, l'étravirine, la névirapine);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine-noradrénaline ou ISRN (par ex. la desvenlafaxine, la duloxétine, la venlafaxine);
  • l'ipratropium;
  • le kétotifène;
  • le lithium;
  • les médicaments antiépileptiques (par ex. le clobazam, l'éthosuximide, le felbamate, le lévétiracétam, le phénobarbital, la phénytoïne, la primidone, le topiramate, l'acide valproïque, le zonisamide);
  • les médicaments antimigraineux de la classe des « triptans » (par ex. l'élétriptan, le sumatriptan);
  • les médicaments anti-parkinsoniens (par ex. l'amantadine, l'apomorphine, la bromocriptine, la lévodopa, le pramipexole, le ropinirole);
  • la méfloquine;
  • le méthylphénidate;
  • la métoclopramide;
  • le métronidazole;
  • la mifépristone;
  • le millepertuis;
  • le minoxidil;
  • la mirtazapine;
  • le mitotane;
  • le modafinil;
  • le nabilone;
  • les narcotiques analgésiques (par ex. la codéine, le fentanyl, la morphine, l'oxycodone);
  • la néfazodone;
  • l'octreodtide;
  • l'octreodtide;
  • l'olopatadine;
  • l'ondansétron;
  • l'orphénadrine;
  • l'oxybutynine;
  • la palipéridone;
  • le pasiréotide;
  • la pentamidine;
  • le pérampanel;
  • le pimozide;
  • la procaïnamide;
  • la propafénone;
  • la quinidine;
  • la quinine;
  • les relaxants musculaires (par ex. la cyclobenzaprine, le méthocarbamol, l'orphénadrine);
  • la rifampine;
  • la rivastigmine;
  • la romidepsine;
  • le salmétérol;
  • la scopolamine;
  • les somnifères (par ex. le zolpidem, la zopiclone);
  • le stiripentol;
  • le sulfaméthoxazole;
  • le sulfate de magnésium;
  • le tacrolimus;
  • le tamoxifène;
  • le tapentadol;
  • la tétrabénazine;
  • la tétracycline;
  • le tiotropium;
  • la toltérodine;
  • le tramadol;
  • la trazodone;
  • le triméthoprime;
  • la triptoréline;
  • le tryptophane;
  • l'uméclidinium.
  • le vardénafil;
  • la warfarine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.