Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le ropinirole appartient à la classe de médicaments appelés agents antiparkinsoniens. On l'utilise pour traiter les signes et les symptômes de la maladie de Parkinson. Il aide à améliorer le contrôle et le mouvement des muscles en agissant sur l'équilibre d'une substance chimique du cerveau appelée dopamine.

On peut utiliser le ropinirole seul ou en combinaison avec un autre médicament appelé lévodopa, que l'on utilise également pour traiter la maladie de Parkinson. Plusieurs semaines de traitement peuvent être nécessaires avant que le ropinirole soit efficace.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

0,25 mg
Un comprimé blanc, pentagonal, biseauté et pelliculé Tiltab, portant les inscriptions « SB » et « 4890 » contient 0,25 mg de ropinirole (sous forme de chlorhydrate de ropinirole). Ingrédients non médicinaux : cellulose microcristalline, croscarmellose sodique, dioxyde de titane, hydroxypropylméthylcellulose, lactose hydraté, polyéthylèneglycol, polysorbate 80 et stéarate de magnésium. Sans sucrose, tartrazine ni aucun autre colorant azoïque. 

1 mg
Un comprimé vert, pentagonal, biseauté et pelliculé Tiltab, portant les inscriptions « SB » et « 4892 » contient 1 mg de ropinirole (sous forme de chlorhydrate de ropinirole). Ingrédients non médicinaux : cellulose microcristalline, croscarmellose sodique, dioxyde de titane, hydroxypropylméthylcellulose, lactose hydraté, laque d'aluminium AD&C bleu nº 2, oxyde de fer jaune, polyéthylèneglycol et stéarate de magnésium. Sans sucrose, tartrazine ni aucun autre colorant azoïque.

2 mg
Un comprimé rose pâle, pentagonal, biseauté et pelliculé Tiltab, portant les inscriptions « SB » et « 4893 » contient 2 mg de ropinirole (sous forme de chlorhydrate de ropinirole). Ingrédients non médicinaux : cellulose microcristalline, croscarmellose sodique, dioxyde de titane, hydroxypropylméthylcellulose, lactose hydraté, oxyde de fer jaune, oxyde de fer rouge, polyéthylèneglycol et stéarate de magnésium. Sans sucrose, tartrazine ni aucun autre colorant azoïque.

5 mg
Un comprimé bleu, pentagonal, biseauté et pelliculé Tiltab, portant les inscriptions « SB » et « 4894 » contient 5 mg de ropinirole (sous forme de chlorhydrate de ropinirole). Ingrédients non médicinaux : cellulose microcristalline, croscarmellose sodique, dioxyde de titane, hydroxypropylméthylcellulose, lactose hydraté, laque d'aluminium AD et C bleu nº 2, polyéthylèneglycol, polysorbate 80 et stéarate de magnésium. Sans sucrose, tartrazine ni aucun autre colorant azoïque.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Pour les adultes, la dose initiale de ropinirole est de 0,25 mg, pris 3 fois par jour. Il est possible d'augmenter la dose de façon hebdomadaire jusqu'à un maximum de 8 mg pris 3 fois par jour pour s'adapter aux besoins individuels.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Le ropinirole se prend avec ou sans aliments. Si de la nausée se produit, prenez les comprimés avec de la nourriture pour éviter les dérangements d'estomac. Les comprimés doivent être avalés en entier et non mâchés.

Ne cessez pas brutalement un traitement avec ce médicament. Si vous estimez qu'il vous est nécessaire de cesser de prendre le ropinirole, discutez de la meilleure façon de le faire avec votre médecin.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Entreposez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Quiconque ayant une allergie au ropinirole ou à l'un des ingrédients de ce médicament ne devrait pas l'utiliser.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une diminution de la libido ou de la performance sexuelle;
  • une diarrhée;
  • une sécheresse oculaire;
  • des maux de tête;
  • des brûlures d'estomac;
  • de la nausée;
  • de la somnolence;
  • un tremblement;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une douleur abdominale;
  • de la confusion;
  • une importante somnolence;
  • un endormissement soudain sans avertissement;
  • des hallucinations (le fait de voir, d'entendre ou de ressentir des choses qui n'existent pas vraiment);
  • une augmentation du nombre de chutes;
  • des étourdissements ou des évanouissements, en particulier lorsqu'on se lève;
  • des changements de personnalité (par ex. de la paranoïa, de l'agitation, de l'anxiété, de la nervosité);
  • des signes attribuables à de l'anémie (réduction du nombre de globules rouges; par ex. de la pâleur, de la fatigue ou de la faiblesse inhabituelle);
  • des signes de dépression (par ex. un manque de concentration, des fluctuations pondérales, des troubles du sommeil, de l'indifférence à l'égard de nombreuses activités); une enflure des jambes;
  • des difficultés de déglutition (à avaler);
  • des mouvements inhabituels (torsion du corps, mouvements brefs et saccadés ou autres);
  • une fatigue ou une faiblesse inaccoutumée;
  • des anomalies du champ visuel.

Cessez la prise du médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des signes d'une réaction allergique grave (par ex. des crampes abdominales, une difficulté respiratoire, de la nausée et des vomissements, une boursouflure du visage et une enflure de la gorge).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Modifications du comportement : le ropinirole peut provoquer des changements de comportement, notamment l'incapacité à maîtriser certains comportements comme le jeu compulsif. Des changements de personnalité peuvent également se produire, notamment l'apparition de paranoïa, d'anxiété ou de nervosité ou un sentiment d'étrangeté à soi-même.

Si vous ressentez ces changements de comportement ou si vous les constatez chez une personne qui prend du ropinirole, communiquez avec un médecin le plus rapidement possible.

Problèmes respiratoires : des cas de formation de cicatrices ou d'épaississement des tissus intrathoraciques, notamment des poumons et du cœur ont été signalés avec l'utilisation du ropinirole. Si vous éprouvez de la difficulté à respirer ou si vous avez des douleurs thoraciques, communiquez avec votre médecin le plus rapidement possible.

Étourdissements : le ropinirole peut provoquer des étourdissements lorsqu'on se lève de la position couchée ou assise. Cela se produit habituellement au début du traitement ou lors d'accroissements de doses.

Des hallucinations : 5 % des personnes qui prennent le ropinirole seul subissent des hallucinations comparativement à 10 % des personnes qui le prennent en même temps que la lévodopa. L'incidence des hallucinations augmente avec la dose. Si vous subissez des hallucinations ou si vous constatez qu'une personne qui prend du ropinirole est sujette à ce symptôme, communiquez avec votre médecin le plus rapidement possible.

Maladie cardiaque : l'utilisation de ce médicament n'a pas été étudiée pour des personnes qui sont atteintes de maladie cardiaque importante. Si vous êtes atteint d'une maladie cardiaque et que vous prenez du ropinirole, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection et de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament. Pendant que vous prenez le ropinirole, votre médecin voudra suivre de près l'état de votre cœur.

Fonction rénale : si votre fonction rénale est réduite ou si vous êtes atteint d'une maladie rénale, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Fonction hépatique : l'innocuité (degré de sécurité) et l'efficacité de l'utilisation de ropinirole par des personnes dont la fonction hépatique est réduite n'a pas été étudiée. Le ropinirole n'est pas recommandé aux personnes dont la fonction hépatique est diminuée.

Mélanome : les personnes atteintes de la maladie de Parkinson, pourraient courir un risque accru de mélanome (un type de cancer de la peau). On ignore si ce risque accru est imputable à la maladie de Parkinson ou aux médicaments employés pour soigner la maladie de Parkinson. Vous ferez l'objet d'une surveillance médicale qui ciblera les signes de cancer de la peau pendant que vous prenez ce médicament. Discutez avec votre médecin de ce qui vous inquiète.

Syndrome malin des neuroleptiques (SMN) : comme c'est le cas pour d'autres médicaments qui agissent sur les désordres du mouvement, le ropinirole est susceptible de déclencher un ensemble de symptômes potentiellement fatals connu sous le nom de syndrome malin des neuroleptiques (SMN). Si vous ressentez des symptômes du SMN comme une fièvre élevée, de la raideur musculaire, de la confusion ou des évanouissements, de la sudation excessive, des battements cardiaques rapides ou irréguliers, communiquez immédiatement avec un médecin.

Ce syndrome est plus susceptible de se produire lors de l'arrêt subit du ropinirole ou si l'on réduit la dose rapidement. Si vous envisagez d'arrêter de prendre ce médicament, discutez avec votre médecin de la façon appropriée de réduire les doses.

Endormissement subit : le ropinirole peut provoquer le début soudain et imprévisible du sommeil. Ce phénomène peut se produire alors qu'on participe aux activités quotidiennes habituelles, notamment lors de la conduite automobile ou de l'utilisation d'une machine. Cet effet peut se produire n'importe quand pendant le traitement.

Comme l'endormissement peut se produire sans avertissement, on suggère que si vous prenez du ropinirole, vous ne conduisiez pas de véhicule et que vous ne fassiez pas fonctionner de machinerie dangereuse.

Grossesse : l'utilisation du ropinirole pendant la grossesse n'est pas recommandée. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : le ropinirole réduit la production de lait. Par conséquent, les femmes qui désirent allaiter leur enfant ne devraient pas en prendre. 

Enfants : l'innocuité et l'efficacité de ce médicament chez les enfants n'ont pas été établies.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le ropinirole et l'un des agents ci-après :

  • l'abiratérone;
  • l'alcool;
  • l'amlodipine;
  • les antihistaminiques (par ex. la cétirizine, la doxylamine, la diphenhydramine, l'hydroxyzine, la loratadine);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, l'olanzépine, la quétiapine, la rispéridone);
  • l'aripiprazole;
  • le baclofène;
  • les barbituriques (par ex. le butalbital, le pentobarbital, le phénobarbital);
  • les benzodiazépines (par ex. l'alprazolam, le diazépam, le lorazépam);
  • la buspirone;
  • la carbamazépine;
  • l'hydrate de chloral;
  • la cyprotérone;
  • le déférasirox;
  • la digoxine;
  • les œstrogènes (par ex. l'œstrogène conjugué, l'œstradiol, l'éthinylœstradiol);
  • l'éfavirenz;
  • la fluvoxamine;
  • la fluoxétine;
  • la gabapentine;
  • le gemfibrozil;
  • le kétoconazole;
  • la lamotrigine;
  • le lévétiracétam;
  • la lévodopa;
  • le méthylphénidate;
  • la métoclopramide;
  • la mexilétine;
  • la mirtazapine;
  • les inhibiteurs de la monoamine-oxydase ou IMAO (par ex. le moclobémide, la phénelzine, la sélégiline, la tranylcypromine);
  • les relaxants musculaires (par ex. la cyclobenzaprine, le méthocarbamol, l'orphénadrine);
  • les narcotiques analgésiques (par ex. la codéine, le fentanyl, la morphine, l'oxycodone);
  • l'olopatadine;
  • le phénobarbital;
  • la phénytoïne;
  • le pimozide;
  • la primaquine;
  • la primidone;
  • la rifampine;
  • les antibiotiques de la famille des quinolones (par ex. la ciprofloxacine, la norfloxacine, l'ofloxacine);
  • la scopolamine;
  • le tapentadol;
  • le topiramate;
  • le tramadol;
  • la tranylcypromine;
  • le vémurafénib;
  • la warfarine;
  • la zopiclone.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/ReQuip