Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Ce produit d'association renferme 4 médicaments : la théophylline, l'iodure de potassium, la guaifénésine et la mépyramine. La théophylline appartient à la classe des médicaments appelés bronchodilatateurs ; l'iodure de potassium et la guaifénésine appartiennent à la classe des médicaments appelés expectorants; enfin, la mépyramine appartient à la classe des médicaments appelés antihistaminiques.

Les ingrédients contenus dans ce médicament sont utilisés ensemble pour traiter les symptômes de l'asthme bronchique, de la bronchite chronique, de l'emphysème et d'autres affections menant à une constriction des voies respiratoires.

Ce médicament aide à soulager la toux, la respiration sifflante, la difficulté à respirer et l'essoufflement associés à ces affections en favorisant le relâchement des voies respiratoires (les bronches), en diminuant la viscosité des mucosités dans les voies respiratoires et en facilitant l'élimination des mucosités. Ces changements permettent à un plus grand volume d'air de passer dans les voies respiratoires.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

ratio-Theo-Bronc syrup n'est plus fabriqué ni vendu au Canada. Lancez une recherche en tapant l'expression « théophylline - iodure de potassium - guaifénésine - mépyramine » pour trouver des marques qui sont encore offertes. Cet article n'est disponible qu'à des fins de consultation. Si vous utilisez ce médicament, discutez avec votre médecin ou un pharmacien de vos options thérapeutiques.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Pour l'adulte, la dose recommandée de ce médicament est de 10 mL, 4 fois par jour. Pour l'enfant de 6 ans ou plus, la dose est de 2,5 à 5 mL, 3 fois par jour (toutes les 8 heures). Pour l'enfant de moins de 6 ans, la dose est de 2,5 mL par 6,8 kg de poids corporel, 2 ou 3 fois par jour, toutes les 8 heures.

Mesurez chaque dose du sirop à l'aide d'une seringue pour usage oral prévue à cet effet, car cela donne une mesure plus précise qu'une cuiller à thé.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin.

Ne prenez pas une plus grande quantité du médicament, même si votre respiration ne s'améliore pas à la dose prescrite. La concentration du médicament à laquelle les signes de surdosage surviennent est moins élevée que pour la plupart des autres médicaments. Si vous ne respirez pas mieux ou si votre état s'aggrave, appelez votre médecin dans les plus brefs délais.

Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Si ce médicament vous donne des maux d'estomac, votre médecin ou un pharmacien pourrait vous recommander de le prendre avec de la nourriture.

Conservez ce médicament à la température ambiante et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer ce médicament dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à la théophylline ou à des médicaments apparentés (c.-à-d. aux xanthines), à la guaifénésine, à l'iodure de potassium, à la mépyramine ou à un autre ingrédient du médicament ;
  • une hyperthyroïdie (une glande thyroïde hyperactive) ;
  • une maladie du cœur ou tout trouble de santé où une stimulation du muscle cardiaque pourrait s'avérer néfaste ;
  • un ulcère dans l'estomac ou l'intestin.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • des battements de cœur rapides ;
  • un état de nervosité ;
  • des étourdissements ;
  • des maux de tête ;
  • de la nausée ;
  • une somnolence ;
  • des troubles du sommeil.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des brûlures d'estomac.

Cessez la prise du médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des symptômes d'une réaction allergique grave (par ex. de l'urticaire, une difficulté respiratoire, une boursouflure du visage, une enflure de la bouche, de la langue ou de la gorge) ;
  • des symptômes de toxicité de la théophylline (trop de théophylline dans le sang) :
    • l'apparition d'éclats de lumière,
    • une augmentation des mictions urinaires,
    • des battements de cœur rapides, irréguliers ou très forts,
    • de la confusion ou une modification du comportement,
    • des crises convulsives,
    • une diarrhée,
    • un état de nervosité ou d'agitation (persistant),
    • une excitation ou une irritabilité alternant avec une somnolence,
    • une fièvre,
    • une perte de l'appétit,
    • une soif extrême,
    • un tintement dans les oreilles,
    • des tremblements (continus),
    • des troubles du sommeil,
    • des vomissements,
    • des vomissements foncés ou sanguinolents.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Pression artérielle élevée : ce médicament peut faire grimper une pression artérielle élevée. Si vous avez une tension artérielle élevée, demandez à votre médecin si une surveillance particulière est requise.

Syndrome carcinoïde : ce médicament peut compliquer le diagnostic du syndrome carcinoïde. Si vous subissez des examens pour diagnostiquer ce syndrome, votre médecin pourrait vous recommander de cesser la prise de ce médicament 24 heures avant les examens.

Tabagisme : l'un des ingrédients de ce médicament (la théophylline) est éliminé plus rapidement de l'organisme des personnes qui fument. Si vous fumez ou si vous augmentez ou diminuez votre usage du tabac pendant que vous prenez ce médicament, assurez-vous d'en informer votre médecin.

Taux de théophylline dans le sang : en cas d'insuffisance hépatique ou rénale ou encore cardiaque, si vous avez plus de 55 ans (surtout si vous êtes de sexe masculin et avez un trouble pulmonaire chronique) ou si vous prenez certains médicaments (par ex. de l'érythromycine, de la clarithromycine, de la cimétidine, de la fluvoxamine), la théophylline pourrait être éliminée de votre organisme moins rapidement que pour la plupart des gens; par conséquent, votre médecin pourrait vouloir vérifier le taux de théophylline dans votre sang. En outre, il pourrait en être de même si vous avez la grippe, une infection virale ou une fièvre.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : la théophylline et l'iodure de potassium passent dans le lait maternel. On ignore si la mépyramine et la guaifénésine passent dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : les enfants sont particulièrement sensibles à certains des effets secondaires de ce médicament. Vous devez faire particulièrement attention de donner la dose correcte de ce médicament à un enfant. Si vous hésitez quant à la manière de mesurer la dose pour un enfant ou si vous ne savez pas exactement quelle quantité donner, ne donnez pas ce médicament à l'enfant avant d'en avoir parlé à un médecin ou à un pharmacien.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'association médicamenteuse théophylline - iodure de potassium - guaifénésine - mépyramine et l'un des agents ci-après :

  • l'allopurinol ;
  • les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II (par ex. le candésartan, l'irbésartan, le losartan, le valsartan) et l'adénosine ;
  • les barbituriques (par ex. le phénobarbital) ;
  • des benzodiazépines (par ex. le clonazépam, le diazépam, le lorazépam) ;
  • la carbamazépine ;
  • certains bêtabloquants (par ex. le propranolol, le sotalol, le timolol) ;
  • la cimétidine ;
  • la ciprofloxacine ;
  • la clarithromycine ;
  • la digoxine ;
  • les diurétiques (par ex. l'hydrochlorothiazide, le furosémide, l'amiloride, la spironolactone, le triamtérène) ;
  • le dropéridol ;
  • l'épinéphrine ;
  • l'éplérénone ;
  • l'érythromycine ;
  • la fluvoxamine ;
  • les hormones thyroïdiennes ;
  • les inhibiteurs ECA (par ex. l'énalapril, le lisinopril, le ramipril, le trandolapril) ;
  • les inhibiteurs de la protéase (par ex. l'atazanavir, le ritonavir, le saquinavir) ;
  • le kétoconazole ;
  • le lithium ;
  • la marijuana ;
  • la mexilétine ;
  • la néfazodone ;
  • la norfloxacine ;
  • l'ofloxacine ;
  • le pancuronium ;
  • la phénytoïne ;
  • le probénécide ;
  • la pseudoéphédrine ;
  • la quinidine ;
  • le tabac ;
  • la ticlopidine ;
  • un vaccin antigrippal ;
  • la warfarine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments ;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre ;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux ;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.