Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Ce médicament contient 3 ingrédients actifs : l'étafédrine, la doxylamine et l'hydrocodone. Il aide à maîtriser la toux associée à l'inflammation de la bouche et de la gorge que les médicaments antitussifs moins forts ne peuvent maîtriser.

L'hydrocodone est un médicament narcotique antitussif (il atténue la toux). Elle aide à diminuer la toux en agissant sur le centre de la toux du cerveau.

L'étafédrine appartient à la famille de médicaments appelés décongestionnants. Elle agit en réduisant la taille des vaisseaux sanguins dans les voies nasales, ce qui aide à atténuer la congestion nasale.

La doxylamine appartient à une famille de médicaments appelés antihistaminiques. Elle agit en asséchant l'excès de liquide qui provoque l'écoulement nasal et le larmoiement.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées pour tous les troubles mentionnés dans cet article. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait être nuisible aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Rhume et grippe
Outil santé

Est-il vrai que les antibiotiques peuvent guérir le rhume et la grippe? Les médicaments en vente libre sont-ils tous les mêmes? Découvrez la vérité et combattez immédiatement vos symptômes.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque mL contient 0.33 mg de bitartrate d'hydrocodone, 3,33 mg de chlorhydrate d'étafédrine, 1,2 mg de succinate de doxylamine, 40 mg de citrate de sodium. Ingrédients non médicinaux : alcool, colorant artificiel, saveurs artificielle et naturelle, caramel, AD et C jaune nº 6, glycérine, menthol, méthylparabène, propylparabène, eau purifiée et sucrose.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose recommandée de ce médicament est :

Adultes : 5 mL (1 cuillère à thé) toutes les 3 à 5 heures au besoin, mais pas plus de 30 mL par période de 24 heures.

Enfants de 6 ans à 12 ans : 2,5 à 5 mL toutes les 3 à 5 heures au besoin, mais pas plus de 15 mL par période de 24 heures.

Enfants de 1 an à 6 ans : 1,25 à 2,5 mL toutes les 3 à 5 heures au besoin, mais pas plus de 3 doses par période de 24 heures.

Utilisez une seringue orale pour mesurer chaque dose de liquide car vous obtiendrez une mesure plus juste qu'avec des cuillerées à thé de ménage.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si le médecin a recommandé une dose différente de celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Entreposez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

L'association étafédrine - doxylamine - hydrocodone ne devrait pas s'employer dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à l'hydrocodone, à l'étafédrine, à la doxylamine, au citrate de sodium ou à l'un des ingrédients du médicament ;
  • une allergie à un autre médicament de type « opioïde » ;
  • la prise d'un inhibiteur de la monoamine oxydase ou IMAO (par ex. la phénelzine, la tranylcypromine) ;
  • une difficulté respiratoire ;
  • une blessure à la tête ou une élévation de la pression intracrânienne ou de la moelle épinière.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • de la constipation,
  • des étourdissements,
  • une sensation de tête légère ou l'impression de s'évanouir,
  • de la somnolence,
  • de la nausée,
  • un état de nervosité ou d'agitation,
  • une élévation de la pression artérielle,
  • une fatigue ou une faiblesse inaccoutumée.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des battements de cœur rapides, lents ou très forts ;
  • des hallucinations (le fait de voir, d'entendre ou de ressentir des choses qui n'existent pas vraiment) ;
  • de l'urticaire, une démangeaison ou une éruption cutanée ;
  • une sudation accrue ;
  • une respiration irrégulière ;
  • une dépression mentale ou d'autres changements de l'humeur ou de l'état mental ;
  • une rougeur ou chaleur au visage ;
  • un bourdonnement ou un tintement dans les oreilles ;
  • un essoufflement, une respiration sifflante ou une difficulté à respirer ;
  • une boursouflure du visage ;
  • des tremblements ou des mouvements musculaires non contrôlés ;
  • une excitation ou une agitation inhabituelle (en particulier chez les enfants).

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • la peau moite et froide ;
  • des maux de tête (intenses ou persistants) ;
  • une pression artérielle basse ;
  • une contraction exagérée de la pupille ;
  • des convulsions ;
  • une confusion ou une désorientation importante ;
  • de graves étourdissements ;
  • une somnolence profonde ;
  • de la nausée ou des vomissements importants ;
  • un état de forte nervosité ou de forte agitation ;
  • une faiblesse intense ;
  • un essoufflement ou une difficulté respiratoire (intense ou persistant) ;
  • des signes d'une réaction allergique grave comme de l'urticaire, une difficulté respiratoire, une enflure de la langue, du visage, de la bouche ou de la gorge ;
  • des battements du cœur lents.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous prenez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

AVIS DE SANTÉ CANADA

28 juillet 2016

Santé Canada a émis de nouvelles mises en garde concernant l'emploi de l'hydrocodone sur ordonnance. Pour lire dans son intégralité l'avis de Santé Canada, rendez-vous vers le site Web de Santé Canada à l'adresse www.hc-sc.gc.ca.

Constipation : il se peut que l'hydrocodone aggrave la constipation des personnes qui sont atteintes de cette affection de façon chronique. Les personnes atteintes de constipation chronique devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, comment leur affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et lui demander si les bienfaits potentiels priment les risques.

Diabète : les personnes atteintes de diabète devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Vous devrez peut-être mesurer votre de taux de glucose sanguin plus souvent pendant que vous prenez ce médicament.

Somnolence ou vigilance réduite : l'utilisation de l'hydrocodone est susceptible de réduire les capacités mentales ou physiques nécessaires à l'accomplissement de certaines tâches comme conduire un véhicule ou faire fonctionner des machines. Évitez ces activités jusqu'au moment où vous aurez déterminé l'effet de ce médicament sur vos capacités de réaction.

Dépendance aux médicaments : l'hydrocodone peut engendrer une dépendance au médicament et possède un potentiel d'abus par ses utilisateurs. Il peut se développer une dépendance psychologique, une dépendance physique et un phénomène de tolérance si on utilise ce médicament de façon régulière pour une période de temps prolongée. Discutez avec votre médecin de ce qui vous inquiète.

Glaucome : les personnes atteintes de glaucome devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, comment leur affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Demandez à votre médecin si les bienfaits potentiels de l'utilisation de ce médicament priment les risques.

Hypertension artérielle et maladie cardiaque : les personnes atteintes d'une pression artérielle élevée ou de maladie cardiaque devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, comment leur affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Vous aurez peut-être besoin de mesurer votre pression artérielle plus souvent pendant que vous prenez ce médicament.

Désordres convulsifs : les personnes atteintes de désordres convulsifs ou qui ont des antécédents de convulsions devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, comment leur affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Effets de sevrage : comme les autres médicaments narcotiques, l'hydrocodone peut produire une dépendance physique, accompagnée ou non de dépendance psychologique, lorsqu'on la prend régulièrement pendant une période prolongée. Si la prise de ce médicament est interrompue subitement, des symptômes de sevrage peuvent survenir, comme des douleurs corporelles, de la diarrhée, une diminution de l'appétit, un écoulement nasal, des éternuements, des tremblements, des frissons, de la nausée, une sudation excessive, des bâillements et de la faiblesse. Si vous avez pris ce médicament de façon habituelle, parlez à votre médecin avant de cesser de le prendre.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : ce médicament peut passer dans le lait maternel. Si vous employez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : l'hydrocodone possède le potentiel de produire une dépression respiratoire (difficulté à respirer) proportionnelle à la dose en agissant directement sur les centres respiratoires du tronc cérébral. Chez les jeunes enfants, le centre respiratoire est particulièrement vulnérable à l'action de dépression des antitussifs narcotiques. Ne donnez pas ce médicament à un enfant sans demander à votre médecin si les bienfaits potentiels priment les risques.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre ce médicament et l'un des médicaments ci-après :

  • l'alcool ;
  • les amphétamines ;
  • les anesthésiques ;
  • les médicaments anticholinergiques (par ex. l'atropine, la scopolamine) ;
  • les médicaments antifongiques (par ex. le fluconazole, l'itraconazole, le kétoconazole) ;
  • les médicaments servant à traiter le glaucome (par ex. le lévobunolol, le latanoprost, le dorzolamide) ;
  • les médicaments pour traiter le diabète (par ex. le glyburide, l'insuline, la metformine) ;
  • les antihistaminiques qui provoquent de la somnolence (par ex. la chlorphéniramine, la diphénhydramine) ;
  • les barbituriques (par ex. le phénobarbital, le butalbital) ;
  • les benzodiazépines (par ex. le diazépam, le lorazépam, l'oxazépam) ;
  • les bêtabloquants (par ex. l'aténolol, le propranolol) ;
  • les médicaments qui agissent sur la pression artérielle ;
  • le butorphanol ;
  • la carbamazépine ;
  • l'hydrate de chloral ;
  • la cimétidine ;
  • l'érythromycine ;
  • l'isoniazide ;
  • les inhibiteurs de la monoamine oxydase ou IMAO (par ex. la phénelzine, la tranylcypromine) ;
  • le méthocarbamol ;
  • la nalbuphine ;
  • la naltrexone ;
  • d'autres analgésiques narcotiques (par ex. la codéine, le fentanyl, la morphine) ;
  • la pentazocine ;
  • les phénothiazines (par ex. la chlorpromazine, la prochlorpérazine) ;
  • la phénytoïne ;
  • la quinidine ;
  • la rifampine ;
  • les ISRS (par ex. la fluvoxamine, la paroxétine, la sertraline) ;
  • la sélégiline ;
  • le thiopental ;
  • les médicaments qui agissent sur la glande thyroïde ;
  • le tramadol ;
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, la désipramine, la nortriptyline) ;
  • la warfarine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments,
  • remplacer l'un des médicaments par un autre,
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux,
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/ratio-Calmydone