Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le vaccin anticoquelucheux combiné et anatoxines diphtérique et tétanique absorbées combinés au vaccin antipoliomyélitique inactivé appartient à un groupe de médicaments appelés vaccins. On l'utilise pour prévenir la coqueluche, la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (polio).

Ce vaccin s'utilise dans le cadre de la primovaccination des nourrissons âgés de 2 mois ou plus, et comme vaccin de rappel pour les enfants de plus de 4 ans. Il augmente vos défenses contre la coqueluche, la polio et les toxines produites par les bactéries du tétanos et de la diphtérie.

Il agit en stimulant la production d'anticorps qui resteront dans l'organisme jusqu'au moment de combattre des bactéries, ou des virus, tout en faisant front aux toxines produites par les infections provoquées par le tétanos et la diphtérie.

Il se pourrait que le médecin de votre enfant ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. En outre, certaines formes de ce vaccin pourraient ne pas être utilisées pour tous les troubles mentionnés dans cet article. Si vous n'en avez pas encore discuté avec le médecin de votre enfant, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles ce vaccin est donné à votre enfant, consultez-le.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque dose (0,5 mL) de suspension stérile, uniforme, trouble, d'un blanc virant sur le blanc cassé contient 20 µg d'anatoxine coquelucheuse (AC), 20 µg d'hémagglutinine filamenteuse (FHA), 5 µg de fimbriae types 2 et 3 (FIM), 3 µg de pertactine (PRN), 15 Lf d'anatoxine diphtérique, 5 Lf d'anatoxine tétanique, 40 unités antigène D de poliovirus de type 1 (Mahoney), 8 unités antigène D de poliovirus de type 2 (MEF1), 32 unités antigène D de poliovirus de type 3 (Saukett). Ingrédients non médicinaux : aluminium phosphate, 2-phénoxyéthanol, polysorbate 80  et des quantités infimes d'albumine bovine, de formaldéhyde, de glutaraldéhyde, de néomycine et de polymyxine B.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose usuelle de ce vaccin est 0,5 mL donné en injection dans un des muscles de la face antérieure de la cuisse lorsqu'il s'agit d'un nourrisson ayant moins de 1 an ou dans la face externe du haut du bras lorsqu'il s'agit de petits plus âgés. Lorsque ce vaccin s'utilise dans le cadre de la primovaccination des enfants, le schéma de vaccination consiste en 1 dose (de 0,5 mL) donnée quand l'enfant a 2, 4, 6 et 18 mois.

S'il se produit un retard dans ce calendrier, il est recommandé de donner les 3 doses à des intervalles de 2 mois, puis une 4e dose environ 6 à 12 mois après la 3e dose. Une dose de rappel est injectée lorsque l'enfant a entre 4 et 6 ans si le calendrier primaire de vaccination a été achevé avant le 4e anniversaire de l'enfant. Ce médicament ne doit pas être administré à des enfants de 7 ans ou plus.

Ce vaccin est donné par un professionnel de la santé dans un cabinet de médecin ou une clinique.

Il est très important que ce médicament soit utilisé selon un calendrier régulier conformément aux indications de votre médecin. Si votre enfant ne reçoit pas l'une des doses de ce vaccin, consultez le professionnel de la santé qui s'occupe de votre enfant. Inscrivez tous les vaccins que votre enfant reçoit dans son dossier d'immunisation.

Conservez ce médicament dans le réfrigérateur et hors de la portée des enfants. Ne permettez pas que ce médicament soit congelé.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Le vaccin associé antidiphtérique, antitétanique, anticoquelucheux acellulaire (adsorbé) et antipoliomyélitique inactivé ne devrait pas s'utiliser dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au vaccin anticoquelucheux combiné et anatoxines diphtérique et tétanique adsorbées combinées au vaccin antipoliomyélitique inactivé ou à l'un des ingrédients du vaccin ou des composants du contenant;
  • une allergie à la néomycine ou à la polymyxine;
  • la présence d'un désordre neurologique (comme les spasmes infantiles, une épilepsie non maîtrisée ou une encéphalopathie progressive) non traitée ou instable;
  • un antécédent d'encéphalopathie (une affection qui touche le cerveau) au cours  des 7 jours qui ont suivi l'administration précédente d'un vaccin contre la coqueluche;
  • un antécédent de thrombocytopénie (réduction de la numération plaquettaire) après l'administration précédente d'un vaccin contre la diphtérie et/ou le tétanos.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce vaccin. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec le médecin de votre bébé.

Au moins 1 % des personnes prenant ce vaccin ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez le médecin de votre enfant si votre enfant ressent ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • l'apparition de rougeur, d'enflure, une sensibilité ou de douleur au site d'injection;
  • des articulations douloureuses ou enflées
  • une baisse de l'appétit ou une réduction de l'ingestion d'aliments;
  • une diarrhée;
  • une fièvre;
  • une humeur difficile ou irritable;
  • de la fatigue;
  • des maux de tête;
  • des pleurs.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès du médecin de votre enfant au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une éruption cutanée;
  • de la flaccidité;
  • un manque de réponse;
  • des vomissements.

Sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des convulsions (crises épileptiques);
  • une fièvre supérieure à 40,5 °C (105 °F);
  • des symptômes d'une grave réaction allergique (par ex. de l'urticaire, une difficulté respiratoire, une enflure de la bouche ou de la gorge).

Ne manquez pas de mentionner tout effet secondaire au médecin de votre enfant, car leur apparition pourrait signifier que votre enfant est allergique au vaccin.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Parlez au médecin de votre enfant si vous observez la survenue d'un symptôme qui vous inquiète après la vaccination de votre enfant.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant que votre enfant ne reçoive ce vaccin, ne manquez pas d'informer son médecin de ses troubles médicaux ou de ses allergies, des médicaments qu'il emploie et de tout autre fait d'une grande portée en ce qui concerne sa santé. Ces facteurs peuvent influer sur le vaccin de votre enfant.

Crises épileptiques : si votre enfant est prédisposé à subir des convulsions, son médecin peut vous recommander de lui donner un médicament pour prévenir la fièvre (par ex. l'acétaminophène) au moment de la vaccination et pour les 24 heures suivantes.

Infection : il se peut que le médecin de votre enfant décide de retarder l'administration de ce vaccin si votre enfant fait de la fièvre ou s'il a contracté une infection aiguë. Les infections légères non accompagnées de fièvre, comme les rhumes ne nécessitent pas de remettre le vaccin à plus tard.

Protection conférée par le vaccin : comme pour n'importe quel vaccin, il se pourrait qu'il ne protège pas 100 % des personnes qui le reçoivent et qu'il ne prévienne pas l'infection des personnes déjà contaminées par la bactérie ou le virus.

Réactions allergiques : dans de rares cas, ce vaccin peut causer de graves réactions allergiques. Si vous observez les signes d'une grave réaction allergique (de l'urticaire, de la difficulté à respirer ou à avaler, une enflure des lèvres, du visage, de la gorge ou de la langue), demandez des soins médicaux immédiatement.

Saignements : si votre enfant est atteint d'un trouble hémorragique ou s'il prend des anticoagulants (médicaments pour éclaircir le sang), discutez avec son médecin de l'influence de l'administration de ce vaccin sur son affection et de la pertinence d'un suivi médical spécifique.

Système immunitaire : ce vaccin peut ne pas se montrer aussi efficace pour les personnes ayant un système immunitaire affaibli (par ex. les personnes atteintes de sida ou un cancer, celles qui prennent des médicaments antirejet après une greffe d'organe, celles recevant une chimiothérapie ou un médicament qui supprime le système immunitaire). Si le système immunitaire de votre enfant est affaibli, son médecin pourrait décider de reporter la vaccination jusqu'à ce que son système immunitaire soit rétabli.

Grossesse et allaitement : ce médicament ne doit pas être administré à une femme enceinte ni à une femme qui allaite.

Enfants : on recommande de ne pas utiliser ce médicament pour les enfants de moins de 2 mois.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le vaccin associé antidiphtérique, antitétanique, anticoquelucheux acellulaire (adsorbé) et antipoliomyélitique inactivé et l'un des agents ci-après:

  • l'acétaminophène;
  • les agents immunosuppresseurs (les médicaments utilisés pour le traitement du cancer ou des maladies auto-immunitaires et ceux qui servent à prévenir le rejet des organes transplantés) :
    • l'azathioprine;
    • les corticostéroïdes (par ex. le budésonide, la dexaméthasone, l'hydrocortisone, la fluticasone, la prednisone);
    • la cyclosporine;
    • l'hydroxyurée;
    • l'infliximab,
    • les médicaments utilisés contre le cancer (par ex. le carboplatine, la cyclophosphamide, la doxorubicine, l'ifosfamide, la vincristine);
    • le mycophénolate;
    • le rituximab;
    • le tacrolimus;
  • le belimumab;
  • le fingolimod;
  • la warfarine.

Si votre enfant emploie l'un de ces médicaments, mentionnez-le à son médecin ou au pharmacien. Dans le cas de votre enfant, son médecin peut vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont votre enfant prend l'un des médicaments, ou les deux, ou
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce vaccin. Signalez au médecin de votre enfant ou au médecin prescripteur tout ce que votre enfant prend, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance, de médicaments en vente libre (sans ordonnance), de suppléments, et de remèdes à base de plantes médicinales.