Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Ce médicament appartient au groupe de médicaments appelés vaccins. On l'administre aux enfants pour prévenir la rougeole, les oreillons, la rubéole et la varicelle en augmentant leurs défenses contre ces virus. Les vaccins ne provoquent pas les maladies qu'elles sont destinées à prévenir. Ce vaccin agit en introduisant de très petites quantités du virus en forme atténuée (affaiblie). Le virus atténué stimule la production des anticorps propres à la personne (les anticorps sont des molécules conçues pour attaquer ce virus ou cette toxine en particulier). Les cellules qui les produisent restent dans le corps, prêtes à attaquer les virus susceptibles de provoquer l'infection à l'avenir.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque flacon de verre contenant une poudre blanchâtre contient une dose unique du vaccin ROR-varicelle. Après reconstitution avec un liquide stérile transparent et incolore, chaque dose de 0,5 mL contient au moins 3,00 log10 DICT 50 (50 % dose infectieuse en culture tissulaire) du virus de la rougeole; 4,30 log 10 DICT50 du virus des oreillons; 3,00 log10 DICT du virus de la rubéole et un minimum de 3,99 log10 UFP (unités formant plage) de la souche Oka/Merck du virus de la varicelle. Ingrédients non médicinaux : sucrose, gélatine hydrolysée, urée, chlorure de sodium, sorbitol, L-glutamate monosodique, phosphate de sodium, albumine humaine recombinée (rHA), bicarbonate de sodium, phosphate de potassium, chlorure de potassium, composants résiduels des cellules MRC-5, y compris de l'ADN et protéines, néomycine, albumine sérique bovine et d'autres solutions tampons et substances nutritives.

Comment doit-on employer ce médicament ?

On peut administrer ce médicament aux enfants de 12 mois à 12 ans. On le donne habituellement en une dose unique entre les âges de 12 à 15 mois, bien qu'on puisse l'administrer à tout moment jusqu'à l'âge de 12 ans. Ce médicament est habituellement donné au bureau du médecin sous forme d'une injection sous-cutanée (sous la peau) dans la partie supérieure du bras ou de la cuisse.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important que ce médicament soit employé conformément aux indications de votre médecin. Si vous manquez un rendez-vous pour le vaccin ROR-varicelle de votre enfant, communiquez dès que possible avec votre médecin pour obtenir un nouveau rendez-vous.

Ce médicament doit être conservé au réfrigérateur. On peut également le conserver au congélateur à une température supérieure à -50 ºC. Gardez-le à l'abri de la lumière, et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Le vaccin ROR-varicelle ne doit pas être administré à une personne qui :

  • est allergique aux vaccins de la rougeole, des oreillons, de la rubéole ou de la varicelle ou à tout ingrédient du médicament;
  • est allergique à la néomycine;
  • est enceinte ou qui compte le devenir au cours des 3 mois à venir;
  • est atteinte d'une affection qui réduit la capacité du système immunitaire à combattre l'infection ou qui prend un médicament qui a un tel effet.
  • est atteinte d'une tuberculose active non traitée.

Ce médicament n'est pas destiné aux enfants de plus de 12 ans, aux adolescents ni aux adultes.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une diarrhée;
  • une enflure des glandes jugales (des joues);
  • de la douleur, une rougeur ou une enflure au lieu d'injection;
  • de la fatigue;
  • de la fièvre jusqu'à 39 °C;
  • de l'irritabilité;
  • une perte d'appétit;
  • une sensation générale de malaise;
  • des symptômes attribuables à un rhume (par ex. des écoulements nasaux, un enchifrènement nasal);
  • des troubles du sommeil;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • un chancellement de la démarche.
  • des douleurs articulaires et musculaires;
  • des ecchymoses ou des saignements inexpliqués.
  • une enflure des glandes de l'aisselle, du cou et des aines;
  • une éruption cutanée;
  • de la douleur dans les oreilles;
  • des picotements et des engourdissements dans les bras, les mains, les pieds et les jambes;
  • une toux.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des crises convulsives;
  • des signes attribuables au syndrome de Kawasaki (par ex. une fièvre durant plus de 5 jours, une éruption cutanée sur le tronc, de la desquamation sur les mains et les doigts, de la rougeur excessive sur les yeux, les lèvres, la gorge et la langue);
  • des signes d'une grave réaction allergique (une difficulté respiratoire ou une déglutition difficile, de l'urticaire, une enflure de la bouche, de la gorge ou du visage).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Crises épileptiques : il existe une augmentation du risque de convulsions secondaires à la fièvre après avoir reçu un vaccin contre la rougeole. La fièvre est un effet secondaire courant de ce vaccin. Discutez du traitement approprié de la fièvre avec votre médecin est assurez-vous de savoir quand il est nécessaire de consulter un médecin pour votre enfant. Le médecin de votre enfant peut suggérer que vous lui donniez un médicament pour empêcher qu'il ne fasse de la fièvre.

Infection : Il se peut que le médecin de votre enfant décide de retarder l'administration de ce vaccin si votre enfant fait de la fièvre ou s'il a contracté une infection aiguë. Les infections légères non accompagnées de fièvre, comme les rhumes ne nécessitent pas de remettre le vaccin à plus tard.

Protection conférée par le vaccin : comme tout autre vaccin, ce médicament peut ne pas protéger la totalité des personnes qui le reçoivent.

Réactions allergiques : les composantes rougeole et oreillons de ce vaccin sont produites dans une culture d'embryon de poulet et elles peuvent contenir des traces de protéines d'œufs. Si votre enfant a déjà subi une réaction allergique aux œufs dans le passé, assurez-vous de le dire au médecin de votre enfant.

Votre médecin pourra demander que votre enfant et vous-même restiez au bureau pendant environ 30 minutes après que le vaccin aura été administré pour que votre enfant puisse être soigné rapidement si une réaction allergique se produit. Si vous remarquez des signes d'une réaction allergique importante chez votre enfant (de l'urticaire, de la difficulté à respirer ou avaler, ou une enflure des lèvres, du visage, de la gorge ou de la langue), consultez immédiatement un médecin.

Système immunitaire : comme tout autre vaccin, ce vaccin peut ne pas être aussi efficace pour les personnes au système immunitaire affaibli (comme les personnes recevant un traitement par chimiothérapie, celles qui ont eu une greffe d'organe, ou les personnes atteintes d'une infection par le VIH).

Si le système immunitaire de votre enfant est déprimé pour une quelconque raison, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur l'affection de votre enfant, de l'influence de l'affection de votre enfant sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Troubles médicaux : on ne doit pas donner le vaccin contre la varicelle pendant au moins les 3 mois qui suivent une transfusion de sang ou de plasma ou un traitement avec de l'immunoglobuline humaine.

Grossesse : les femmes enceintes et celles qui sont susceptibles de l'être ne doivent pas recevoir ce médicament. Vous devez éviter de devenir enceinte au cours des trois mois qui suivent cette vaccination.

Allaitement : l'utilisation de ce médicament est destinée aux enfants de moins de 12 ans. Ainsi, les femmes qui allaitent ne doivent pas le recevoir.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre ce médicament et l'un des médicaments ci-après :

  • l'acétaminophène;
  • l'acide acétylsalicylique (AAS);
  • les anticancéreux (par ex. la cyclophosphamide, le méthotrexate, la vincristine);
  • l'azathioprine;
  • le belimumab;
  • les corticostéroïdes (par ex. le budésonide, la dexaméthasone, la prednisone);
  • le fingolimod;
  • le fumarate de diméthyle;
  • l'hydroxychloroquine;
  • les immunoglobulines;
  • le léflunomide;
  • des médicaments qui réduisent l'efficacité du système immunitaire (par ex. la cyclosporine, le mycophénolate, le tacrolimus);
  • la mésalazine;
  • le méthylesalicylate;
  • la sulfasalazine;
  • les tests cutanés à la tuberculine;
  • les traitements biologiques (par ex. l'infliximab, le rituximab);
  • les vaccins.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.