Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le pamidronate appartient à la famille des médicaments appelés bisphosphonates. Il s'utilise pour soigner l'hypercalcémie (un taux élevé de calcium dans le sang) des personnes atteintes de cancer. Le pamidronate s'utilise aussi pour soigner le cancer qui s'est propagé aux os (des métastases osseuses) à partir de divers types tumeurs et du myélome multiple (cancer de la moelle osseuse). Le pamidronate s'utilise aussi pour soigner les symptômes de la maladie osseuse de Paget.

Ce médicament agit en diminuant le processus de désintégration des os.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées pour tous les troubles mentionnés dans cet article. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous employez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait être nuisible aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

30 mg
Chaque fiole de poudre stérile lyophilisée contient 30 mg de pamidronate anhydre disodique. Ingrédients non médicinaux : mannitol et acide phosphorique. Cette préparation ne contient aucun agent de conservation.

90 mg
Chaque fiole de poudre stérile lyophilisée contient 90 mg de pamidronate anhydre disodique. Ingrédients non médicinaux : mannitol et acide phosphorique. Cette préparation ne contient aucun agent de conservation.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Le dosage de ce médicament dépend du trouble qui est soigné.

Lorsqu'il s'agit de soigner une hypercalcémie (un taux élevé de calcium dans le sang) causée par un cancer, la dose totale recommandée de pamidronate durant le traitement dépendra du taux de calcium initial dans le sang. La dose maximale recommandée par traitement est 90 mg qui peuvent être donnés en 1 perfusion intraveineuse de 90 mg ou en plusieurs perfusions dans l'espace de 2 à 4 jours.

Dans le cas de métastases osseuses et de myélome multiple, la dose recommandée de pamidronate est 90 mg donnés sous forme de perfusion intraveineuse (dans une veine) unidose toutes les 4 semaines. L'injection de la dose devrait durer de 2 à 4 heures. Les personnes qui reçoivent une chimiothérapie toutes les 3 semaines peuvent recevoir 90 mg de pamidronate toutes les 3 semaines.

Lorsqu'il s'agit de la maladie osseuse de Paget, la dose recommandée de pamidronate varie entre 180 mg et 210 mg donnés en perfusion intraveineuse (dans une veine). Le schéma posologique initial peut consister soit de 6 doses de 30 mg donnés 1 fois par semaine (dose totale de 180 mg), ou de 1 dose de 30 mg suivie de 3 doses de 60 mg toutes les 2 semaines (dose totale de 210 mg). Ce schéma posologique peut être répété après 6 mois. Lorsque l'administration de doses est amorcée de nouveau, le pamidronate est habituellement donné en 3 doses de 60 mg toutes les 2 semaines (dose totale de 180 mg).

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments.

Il est très important que ce médicament soit pris conformément aux recommandations de votre médecin. Si vous manquez un rendez-vous durant lequel vous auriez dû recevoir votre injection de pamidronate, prenez contact avec votre médecin aussi rapidement que possible afin de reprendre un nouveau rendez-vous.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d’utiliser le pamidronate dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au pamidronate ou à l’un des ingrédients de ce médicament ;
  • une allergie aux autres bisphosphonates (par ex. l'alendronate, l'étidronate, le risédronate) ;
  • une grossesse ;
  • un allaitement ;

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une douleur abdominale ;
  • une douleur osseuse ;
  • de la constipation ;
  • de la diarrhée ;
  • de la difficulté à dormir ;
  • des étourdissements ;
  • de la somnolence ;
  • des symptômes semblables à ceux de la grippe (une fièvre, des frissons, des douleurs musculaires) ;
  • des maux de tête ;
  • de l'indigestion ;
  • une perte de l'appétit ;
  • de la nausée ;
  • de la douleur, une rougeur ou une enflure au lieu d'injection ;
  • une fatigue ou une faiblesse inaccoutumée ;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • un affaiblissement de votre acuité visuelle ;
  • de l'agitation ;
  • des anomalies du champ visuel ;
  • des battements cardiaques irréguliers;
  • des changements dans la pression artérielle (augmentation ou réduction) ;
  • de la confusion ;
  • une douleur oculaire ou de l'irritation ;
  • une démangeaison ;
  • une douleur à la mâchoire, dans la bouche ou les dents ;
  • des douleurs musculaires ou des crampes ;
  • un engourdissement ou des picotements dans les mains, les pieds ou les lèvres ;
  • une sensibilité à la lumière ;
  • une éruption de boutons de fièvre, de lésions causées par l’herpès, de zona ;
  • une éruption cutanée ;
  • des infections de plus en plus fréquentes ;
  • des hallucinations visuelles (voir des choses qui ne sont pas réellement présentes) ;
  • des signes attribuables à de l'anémie (faible numération de globules rouges; par ex. des étourdissements, de la pâleur, de la fatigue ou de la faiblesse inhabituelle, de l'essoufflement) ;
  • des signes attribuables à des problèmes rénaux (par ex. une augmentation de la production d'urine la nuit, une réduction de la production d'urine, la présence de sang dans l'urine, un changement de la couleur de l'urine) ;
  • des signes d’insuffisance cardiaque (par ex. des battements rapides et irréguliers, une douleur à la poitrine, un gain de poids soudain, la difficulté à respirer) ;
  • des signes d’un trouble de la coagulation (par ex. un saignement du nez inaccoutumé, des ecchymoses, du sang dans l'urine, une toux avec expectoration sanglante, un saignement des gencives, des coupures qui n'arrêtent pas de saigner).

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des crises convulsives ;
  • des symptômes d'une grave réaction allergique (une difficulté respiratoire, de l'urticaire, une enflure de la bouche ou de la gorge).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Atteintes rénales : une fonction rénale diminuée ou une maladie rénale peut causer une accumulation du pamidronate dans le corps et entraîner des effets indésirables. Si votre fonction rénale est altérée, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer votre  affection, comment votre affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale. Votre médecin surveillera votre fonction rénale durant et après une perfusion intraveineuse de pamidronate.

Le pamidronate peut également être la cause d'une réduction de la fonction rénale. Si vous observez les symptômes d'une baisse de la fonction rénale, comme un changement de la couleur de votre urine, une réduction des volumes d'urine produits, un gonflement, de la fatigue ou des douleurs au niveau de l'abdomen, veuillez prendre conatct avec votre médecin aussi vite que possible.

Détérioration de l'os de la mâchoire : les personnes atteintes de cancer qui suivent un traitement par le pamidronate (ou par d'autres bisphosphonates) ont rarement une ostéonécrose de la mâchoire (une détérioration de l'os de la mâchoire). Si vous constatez une douleur, une enflure ou une infection de la mâchoire, informez-en votre médecin. Avant le début du traitement par le pamidronate, votre médecin pourrait vous conseiller de prendre rendez-vous chez le dentiste pour un examen et tout traitement dentaire nécessaire. Pendant que vous recevez du pamidronate, essayez d'éviter les interventions dentaires sanglantes comme les extractions dentaires.

Faible taux de calcium : le pamidronate peut causer une baisse du taux de calcium. Vous devrez subir des analyses de sang régulières ciblant votre taux de calcium pendant que vous utiliserez le pamidronate. Votre médecin peut vous recommander de prendre des suppléments en calcium et en vitamine D pendant que vous prenez du pamidronate, afin de s’assurer que vous ayez une quantité suffisante de calcium dans le sang.

Fracture atypique du fémur : certaines études ont démontré que l’utilisation à long terme de cette classe de médicaments peut contribuer à un type rare de fracture du grand os long de la cuisse (fémur).

Si vous ressentez une douleur nouvelle ou inhabituelle à l’aine, à la hanche ou à la cuisse, communiquez dès que possible avec votre médecin.

Maladie cardiaque : Les traitements avec du pamidronate nécessitent généralement que les liquides intraveineux soient administrés avant la prise du médicament afin de s'assurer que les reins soient capables d'éliminer le médicament du corps. Ces liquides peuvent créer du travail supplémentaire au niveau du cœur afin de permettre de faire circuler le sang dans le corps et causer des symptômes d'insuffisance cardiaque congestive. Si vous ressentez des symptômes tels que des difficultés respiratoires, un gonflement des chevilles, des jambes ou des mains ou des douleurs dans la poitrine alors que vous prenez ce médicament ou des liquides intraveineux, informez-en immédiatement votre médecin.

Certaines personnes utilisant le pamidronate ressentent des battements de cœur irréguliers. Si vous ressentez des battements cardiaques très forts et très rapides, des étourdissements ou une syncope ou une difficulté respiratoire alors que vous prenez ce médicament, informez-en immédiatement votre médecin.

Si vous êtes atteints de la moindre maladie cardiaque, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, comment votre affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Le pamidronate peut également être la cause d'une réduction de la fonction rénale. Si vous observez les symptômes d'une baisse de la fonction rénale, comme un changement de la couleur de votre urine, une réduction des volumes d'urine produits, un gonflement, de la fatigue ou des douleurs au niveau de l'abdomen, veuillez prendre conatct avec votre médecin aussi vite que possible.

Problèmes osseux, articulaires et musculaires: il arrive dans de rares cas, que les personnes qui emploient ce médicament ressentent d'intenses douleurs dans les os, les articulations ou les muscles. C'est une sensation qui cesse habituellement dès l'arrêt de ce médicament.

Somnolence ou vigilance réduite : le pamidronate peut causer de la somnolence et des étourdissements. Évitez de conduire un véhicule, de faire fonctionner des machines ou d'accomplir d'autres activités qui exigent de la vigilance et de la coordination jusqu'au moment où vous aurez déterminé l'effet de ce médicament sur vos capacités de réaction mentale.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : on ignore si le pamidronate passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le pamidronate et l'un des médicaments ci-après :

  • les aminosides (par ex. la gentamicine, la tobramycine) ;
  • d'autres bisphosphonates (par ex. l'alendronate, le risédronate, l'étidronate) ;
  • le déférasirox;
  • les inhibiteurs d'angiogenèse ;
  • les inhibiteurs de la pompe à protons (par ex. le lansoprazole, l'oméprazole) ;
  • les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens ou AINS (par ex. l'ibuprofène, le naproxène, le kétoprofène) ;
  • les médicaments qui empêchent la croissance des vaisseaux sanguins dans les tumeurs (par ex. l’axitinib, le bévacizumab, le lénalidomide, le pazopanib, le régorafénib, le sorafénib, le sunitinib, la thalidomide).

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin peut vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments,
  • remplacer l'un des médicaments par un autre,
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux,
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/pms-Pamidronate