Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le peg-interféron bêta-1a appartient à la classe de médicaments appelés immunomodulateurs. Plus précisément, il appartient à la classe de médicaments appelés interférons. Les interférons sont des substances d'origine naturelle que notre organisme produit pour combattre les infections et les tumeurs. Des versions artificielles (c'est-à-dire synthétiques) ont été produites afin de cibler des types précis de cellules.

Les immunomodulateurs modifient la façon dont le système de défense de notre corps fonctionne. On utilise le peginterféron bêta-1a pour traiter la forme cyclique de la sclérose en plaques (SEP). Il aide à réduire la fréquence des poussées de la maladie et à ralentir sa progression.

On croit que le peg-interféron bêta-1a agit en modifiant le système immunitaire de manière à réduire ses effets nuisibles sur la gaine de myéline (voir ci-après). Il ne guérit pas la SEP, mais il pourrait diminuer la fréquence des poussées et le nombre de lésions dans le cerveau, détectées par les examens d'IRM.

La SEP influe sur la façon dont les nerfs de notre corps fonctionnent. C'est une affection autoimmune (le système immunitaire attaque le corps) et elle n'est pas transmissible d'une personne à l'autre. La SEP cause un dommage typique aux gaines de myéline, couches protectrices qui enveloppent les nerfs tout comme l'enveloppe isolante d'un fil électrique. Cette gaine permet normalement la transmission rapide et efficace de messages électriques le long des nerfs. Si l'isolation qu'elle procure est altérée, la propagation de l'influx électrique ne se fait plus convenablement vers le système nerveux central. Pour des raisons inconnues, lorsque la SEP s'installe, le système immunitaire perçoit la myéline comme un corps étranger, et il l'attaque.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Seringue préremplie

63 μg
Chaque seringue préremplie contient 0,5 ml de liquide stérile limpide pour injection sous-cutanée et renferme 63 microgrammes de peg-interféron bêta-1a.

94 μg
Chaque seringue préremplie contient 0,5 ml de liquide stérile limpide pour injection sous-cutanée et renferme 94 microgrammes de peg-interféron bêta-1a.

125 μg
Chaque seringue préremplie contient 0,5 ml de liquide stérile limpide pour injection sous-cutanée et renferme 125 microgrammes de peg-interféron bêta-1a.

Stylos préremplis

Chaque seringue préremplie à usage unique contenant 0,5 mL de liquide renfermant 63 μg, 94 μg ou 125 μg de peginterféron bêta-1a est contenu à l'intérieur d'un dispositif pour injection (stylo prérempli) jetable à usage unique.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose initiale de peginterféron bêta-1a est de 63 μg injectés par voie sous-cutanée (sous la peau). Cette dose est suivie deux semaines plus tard par une injection sous-cutanée de 94 μg, puis par 125 μg, 2 semaines après la deuxième dose. La dose habituelle de peginterféron bêta-1a est de 125 μg injectés par voie sous-cutanée toutes les 2 semaines par la suite. Le peginterféron bêta-1a n'est disponible qu'en injection. Il est distribué en seringues préremplies à usage unique ou en stylos pour injections.

Des directives particulières accompagnent les produits à injecter. Lisez attentivement les indications avant d'employer le médicament. Respectez bien les indications thérapeutiques afin d'éviter une infection due à la contamination accidentelle du médicament, ou de l'aiguille, les dommages au matériel ou le gaspillage du médicament.

Le peg-interféron bêta-1a s'utilise conformément aux directives d'un médecin, et sous sa surveillance. Vous serez en mesure de vous prévaloir de l'aide de votre médecin ou de votre infirmière quand il s'agira de préparer et d'injecter votre première dose (ou les quelques premières doses) de médicament. N'essayez pas d'auto-injecter ce médicament de votre propre chef avant d'avoir bien compris comment vous devez introduire le médicament dans l'organisme.

Faites une rotation des points d'injection (bras, cuisses, haut des fesses ou estomac) afin de réduire au minimum l'irritation au point d'injection.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous omettez une dose et que plus de 7 jours vous séparent de votre dose suivante, injectez la dose omise dès que possible et continuez votre échéancier habituel. Si votre dose suivante doit avoir lieu dans moins de 7 jours, injectez-vous la dose omise et attendez 2 semaines avant de vous administrer la dose suivante. Ne vous injectez pas 2 doses de ce médicament sans attendre au moins 7 jours entre les deux doses. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

 Avant d'utiliser une seringue, inspectez-la minutieusement pour vous assurer qu'elle ne contient pas de particules. N'utilisez pas la seringue ou le stylo s'ils sont endommagés ou si la solution n'est pas transparente et incolore. Conservez ce médicament au réfrigérateur et ne le laissez pas geler. Conservez le médicament dans son emballage original pour le protéger de la lumière et gardez-le hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer ce médicament dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au peginterféron ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • une allergie à l'interféron bêta.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient : 

  • une démangeaison cutanée;
  • une douleur articulaire ou une douleur musculaire;
  • une élévation de la température corporelle;
  • de la faiblesse;
  • de la fatigue;
  • de la nausée;
  • des réactions au site d'injection (par ex. de la rougeur, de la douleur, de l'enflure, des ecchymoses);
  • des symptômes semblables à ceux de la grippe (par ex. des maux de tête, des endolorissements musculaires, des frissons ou une fièvre);
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une tendance aux ecchymoses;
  • des signes de troubles hépatiques (par ex. des nausées, des vomissements, de la diarrhée, une perte de l'appétit, une perte de poids, un jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine sombre, des selles claires).

 Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux  s'il se produit une réponse comme :

  • des signes d'une réaction allergique importante (par ex. des crampes abdominales, une difficulté respiratoire, des nausées et des vomissements, ou une boursouflure du visage et une enflure de la gorge).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Numération globulaire : ce médicament peut réduire le nombre de neutrophiles (un type de globules blancs qui aident à combattre une infection), de globules rouges (qui transportent l'oxygène) et de plaquettes (des cellules qui favorisent la coagulation de votre sang). Votre médecin demandera des analyses de sang pour surveiller votre numération globulaire. Si vous remarquez un signe d'infection (par ex. de la fièvre, des frissons ou des maux de gorge), des saignements inusités ou une tendance aux ecchymoses ou une fatigue inhabituelle ou inexpliquée, communiquez immédiatement avec votre médecin.

Dépression et comportement suicidaire : si vous êtes ou avez été atteint de dépression ou de trouble bipolaire, vous pourriez être prédisposé à ressentir de l'agitation (anxiété, agressivité, émotivité excessive et sentiment d'étrangeté) ou à désirer vous faire du mal ou faire du mal à autrui. En cas de dépression grave ou si vous constatez d'autres changements de votre humeur ou de votre comportement, cessez de prendre ce médicament et communiquez immédiatement avec votre médecin. Si vous avez des pensées autodestructrices, consultez un médecin sans tarder.

Fièvre et symptômes de type grippal : ce médicament peut causer de la fièvre et d'autres symptômes associés à la grippe, par ex. des frissons et des maux de tête. L'augmentation graduelle de la dose de ce médicament au début du traitement devrait aider à réduire ces symptômes. Votre médecin pourrait vous suggérer de prendre de l'acétaminophène si vous avez l'un ou l'autre de ces symptômes.

Si vous avez une fièvre persistante pendant la prise de ce médicament, communiquez avec votre médecin.

Problèmes cardiaques : ce médicament peut aggraver les symptômes d'une maladie cardiaque. En cas d'une maladie cardiaque comme une angine de poitrine, une insuffisance cardiaque congestive ou une arythmie, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Communiquez avec votre médecin aussitôt que possible si vous observez l'apparition des symptômes de problèmes cardiaques comme un essoufflement, une douleur thoracique, des battements de cœur rapides ou des chevilles enflées.

Fonction hépatique : l'utilisation du peginterféron bêta-1a peut provoquer une réduction de la fonction hépatique et, à l'occasion, une insuffisance hépatique. En cas de troubles hépatiques, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Votre médecin peut vous recommander de subir des analyses régulières de votre fonction hépatique pendant que vous prenez ce médicament. S'il constate des changements importants de votre fonction hépatique, votre médecin peut vous recommander de prendre une plus faible dose du médicament ou de complètement cesser de le prendre.

Si vous observez la survenue de symptômes de troubles hépatiques comme de la fatigue, une sensation de malaise, une perte de l'appétit, de la nausée, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine foncée, des selles claires, une douleur abdominale, ou une enflure et une démangeaison cutanée, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Crises épileptiques : on a occasionnellement signalé l'incidence de convulsions lors de la prise de peg-interféron bêta-1a. Les convulsions sont plus susceptibles de se produire lors de la prise de fortes doses de ce médicament. Si vous avez des antécédents d'épilepsie ou d'affections médicales qui augmentent le risque de convulsions, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Problèmes de la thyroïde : quelques personnes ont observé des modifications dans le fonctionnement de leur thyroïde pendant qu'elles employaient ce médicament. Parmi les symptômes attribuables à cette complication, on retrouve des sueurs excessives, une accélération du rythme cardiaque, une perte de poids sans modification du régime alimentaire ou de la quantité d'exercice pratiqué ou une émotivité excessive ou de l'anxiété. Si vous ressentez l'un de ces symptômes, prenez contact avec votre médecin.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement. Il est important d'utiliser une méthode de contraception efficace pendant que vous utilisez ce médicament.

Allaitement : on ignore si le peg-interféron bêta-1a passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le peg-interféron bêta-1a et l'un des agents ci-après :

  • les théophyllines (par ex. l'aminophylline, l'oxtriphylline, la théophylline);
  • la zidovudine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous prenez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.