Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

La tranylcypromine appartient à la classe des médicaments appelés inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO). On l’utilise pour traiter certains types de dépression accompagnés de symptômes d’intensité modérée à importante. La tranylcypromine agit en bloquant l’action de la monoamine oxydase (MAO), une molécule présente dans le système nerveux; cela aide à rétablir l’équilibre des substances chimiques du cerveau. Bien que des améliorations puissent être constatées plus tôt, une période de temps pouvant aller jusqu’à 3 semaines peut s’avérer nécessaire pour tirer l’ensemble des effets bénéfiques du médicament.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Binge Eating Fact Vs Myth
Outils santé

Renseignez-vous davantage sur la vraie nature de l'hyperphagie boulimique.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque comprimé rouge rosé, biconvexe et pelliculé, portant sur une face les inscriptions « PARNATE » et « SB » imprimées à l'encre noire, contient 10 mg de tranylcypromine. Ingrédients non médicinaux : acide citrique, cellulose microcristalline, cire de carnauba, croscarmellose sodique, D et C rouge nº 7, dioxyde de titane, eau purifiée, encre noire comestible, AD et C bleu nº 2, AD et C jaune nº 6, gélatine, hydroxypropylméthylcellulose, lactose, propylèneglycol 400, stéarate de magnésium et talc.

Binge Eating Fact Vs Myth
Outils santé

Lisez l'histoire de Tiffany : les impacts émotionnels, physiques et sociaux.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose initiale recommandée de tranylcypromine est de 10 mg pris deux fois par jour : une fois le matin et une autre l’après-midi. Après 2 à 3 semaines, votre médecin pourrait augmenter la dose à 30 mg par jour (20 mg le matin et 10 mg l’après-midi) dépendant de l’efficacité du médicament et de l’intensité des réactions indésirables. Lorsque vos symptômes de dépression seront atténués, votre médecin pourra réduire la dose à laquelle vous continuerez le traitement.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer la tranylcypromine dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à la tranylcypromine ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • des antécédents de maux de tête fréquents ou récurrents;
  • une hypertension artérielle, une maladie cardiaque ou des antécédents d'accident vasculaire cérébral;
  • l'ingestion d'aliments riches en tyramine au cours des 2 dernières semaines (voir la section « Y a-t-il d'autres précautions ou mises en garde pour ce médicament ? » pour obtenir une liste détaillée);
  • des lésions hépatiques ou des troubles sanguins;
  • la présence d’un phéochromocytome (une tumeur de la glande surrénale);
  • la prise de certains médicaments au cours des 14 derniers jours, notamment :
    • la buspirone;
    • le dextrométhorphane;
    • les dérivés de la dibenzazépine (par ex. l'amitriptyline, la nortriptyline, la protriptyline, la désipramine, l'imipramine, la doxépine, la perphénazine, la carbamazépine, la cyclobenzaprine, l'amoxapine, la maprotiline et la trimipramine);
    • la dopamine;
    • la lévodopa;
    • le méthyldopa;
    • d'autres inhibiteurs de la MAO (par ex. la phénelzine);
    • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) autres que la fluoxétine, comme le citalopram, l'escitalopram, la fluvoxamine, la paroxétine ou la sertraline;
    • les inhibiteurs du recaptage de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSN) comme les sympathomimétiques (par ex. les amphétamines, l'éphédrine, la pseudoéphédrine, et les médicaments en vente libre contre le rhume, le rhume des foins et pour la perte de poids);
    • le tryptophane;
    • la venlafaxine.
  • un trouble cardiaque ou un trouble du cerveau dû à des difficultés circulatoires;
  • la prise de fluoxétine au cours des 5 dernières semaines.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • un assoupissement;
  • une baisse de l'appétit;
  • une constipation;
  • une diarrhée;
  • des étourdissements;
  • de la faiblesse;
  • de la nausée;
  • une sécheresse de la bouche;
  • des troubles du sommeil.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • un amincissement ou une perte de cheveux inusitée;
  • l'anxiété;
  • des battements du cœur rapides ou très forts;
  • de la difficulté à uriner;
  • une enflure des pieds ou de la partie inférieure des jambes;
  • des étourdissements ou une sensation de tête légère en passant de la position couchée ou assise à la position debout (graves);
  • des hallucinations;
  • un saignement inaccoutumé ou des ecchymoses;
  • des spasmes et des frémissements musculaires;
  • des symptômes de problèmes émotifs ou comportementaux nouveaux ou plus graves;
  • de la sudation;
  • une vision floue.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • la confusion;
  • des convulsions (crises épileptiques);
  • des signes attribuables à une crise hypertensive (par ex. la dilatation des pupilles, l’accélération ou la décélération des battements cardiaques, de la douleur thoracique [intense], de la nausée et des vomissements, de la raideur ou de la douleur cervicale, de la sudation excessive [possiblement accompagnée de fièvre ou de fraîcheur et de moiteur de la peau] et des maux de tête intenses).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Angine de poitrine : la tranylcypromine peut masquer la douleur angineuse qui constitue l'indice d'une crise cardiaque. Si vous êtes atteint de maladie cardiaque ou si vous êtes prédisposé à la maladie cardiaque, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Arrêt du médicament : l'arrêt soudain de la prise de ce médicament peut entraîner des symptômes non désirés. Si vous songez à cesser de prendre le médicament, consultez d'abord votre médecin.

Chirurgie : si vous prévoyez subir une intervention chirurgicale, informez tous les professionnels de la santé qui vous suivent que vous prenez ce médicament. Demandez à votre médecin à quel moment vous devriez cesser de prendre le médicament avant l'intervention – on doit habituellement arrêter de le prendre au moins 7 jours avant l'opération.

Comportement suicidaire ou agité : les personnes qui prennent ce médicament pourraient ressentir de l'agitation (de l'impatience, de l'anxiété, agressivité, des émotions fortes et le sentiment de ne pas être elles-mêmes), ou elles pourraient vouloir se faire du mal ou faire du mal à quelqu’un. Ces symptômes sont susceptibles de se produire dans les semaines qui suivent l'amorce du traitement par ce médicament. Si vous ressentez ces effets secondaires ou s'il vous semble qu'ils touchent un membre de votre famille qui emploie ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement. Pendant que vous prenez ce médicament, votre médecin doit vous suivre de près pour détecter des changements émotionnels et comportementaux.

Crises épileptiques : la tranylcypromine peut provoquer une augmentation de la fréquence des convulsions. Si vous avez des antécédents d’épilepsie ou d’affections médicales qui augmentent le risque de convulsions, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Diabète : l’utilisation de ce médicament peut réduire les taux de glucose sanguin chez les personnes atteintes du diabète. Il se pourrait que vous avez à vérifier votre taux de sucre sanguin plus souvent durant la prise de ce médicament. Assurez-vous d’avoir une source de sucre « de secours » à votre portée pour traiter les épisodes de baisse importante de la glycémie.

Fonction rénale : les maladies rénales ou la diminution de la fonction rénale peuvent causer l’accumulation de ce médicament dans le corps, ce qui provoque des effets secondaires. Si votre fonction rénale est réduite ou si vous êtes atteint d’une maladie rénale, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Identification : il est recommandé aux personnes qui prennent de la tranylcypromine d'avoir une carte ou un autre type d'identification pour indiquer qu'elles utilisent ce médicament.

Maladie thyroïdienne : la présence d’hyperthyroïdie (lorsque la glande thyroïde est hyperactive) peut vous rendre plus sensible aux effets de la tranylcypromine. Si vous avez un hyperfonctionnement de la glande thyroïde, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Maux de tête : si vous ressentez des maux de tête intenses ou d'autres symptômes inhabituels lors de l'emploi de la tranylcypromine, signalez-le immédiatement à un médecin. Si vous subissez des maux de tête fréquents ou récidivants, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Pression artérielle : l'effet indésirable le plus important associé à la tranylcypromine est une élévation considérable de la pression artérielle (crise d'hypertension). Cette réaction peut inclure certains ou tous les symptômes ci-après :

  • des battements de cœur extrêmement lents ou extrêmement rapides, pouvant être accompagnés d'une douleur constrictive dans la poitrine;
  • une dilatation des pupilles;
  • d'intenses maux de tête à l'arrière de la tête pouvant irradier vers la zone frontale;
  • de la nausée;
  • des palpitations;
  • une raideur ou un endolorissement du cou;
  • une sensibilité des yeux à la lumière;
  • de la sudation (qui peut s'accompagner de fièvre et d'une peau moite et froide);
  • des vomissements.

Si vous remarquez la survenue de ces symptômes, cessez de prendre ce médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux.

Réactions à certains aliments : la tranylcypromine ne devrait pas être prise en association avec du fromage ou d'autres aliments riches en tyramine. De façon générale, les personnes qui prennent ce médicament devraient éviter les aliments protéiques pour lesquels le vieillissement ou une dégradation des protéines sont utilisés pour accroître la saveur. En particulier, des aliments comme :

  • les avocats (plus particulièrement s'ils sont très mûrs);
  • les bananes (si on les utilise avec la pelure);
  • la bière et le vin non alcoolisés ou à faible teneur en alcool;
  • la bière et le vin;
  • le caviar;
  • la choucroute;
  • les cosses de fèves (fèves fava);
  • la crème sure;
  • les extraits de levure comme Marmite;
  • les extraits de viande (comme le Bovril);
  • les figues en conserve;
  • le foie;
  • le fromage (à l'exception du fromage à la crème et du fromage cottage);
  • les harengs marinés;
  • des quantités excessives de chocolat ou de caféine;
  • les raisins secs;
  • le saucisson sec (y compris le salami de Gênes, le salami dur, le pepperoni et la saucisse de Bologne libanaise);
  • la sauce soya;
  • les viandes fermentées (par ex. la mortadelle, le pepperoni, le salami);
  • le yogourt.

Ces aliments doivent être évités pendant que vous prenez le médicament et au moins pendant les 2 semaines qui suivent l’arrêt du médicament.

Les boissons alcoolisées peuvent causer une réaction sévère si elles sont consommées avec la tranylcypromine. Vous devriez donc éviter les boissons alcoolisées pendant que vous prenez ce médicament, particulièrement les vins rouges (comme le Chianti), le sherry, la bière (y compris la bière non alcoolisée), etc.

Les personnes qui utilisent la tranylcypromine devraient éviter de consommer trop de caféine (café, thé, boissons gazeuses, etc.) puisque ce médicament peut accroître les effets de la caféine.

Les personnes qui prennent de la tranylcypromine devraient également éviter les aliments protéiques gâtés ou mal réfrigérés, traités ou conservés tels que la viande, le poisson et les produits laitiers, y compris les aliments pour lesquels le vieillissement, la marinade, la fermentation ou la fumée sont utilisés pour accroître la saveur.

Somnolence ou vigilance réduite : la tranylcypromine peut influer sur les capacités mentales ou physiques exigées pour accomplir des activités potentiellement dangereuses comme conduire une voiture ou faire fonctionner des machines. Évitez ces activités jusqu'à ce que vous ayez déterminé de quelle façon ce médicament influe sur votre capacité de les accomplir en toute sécurité.

Troubles de la santé mentale : l’utilisation de ce médicament peut aggraver certains problèmes de santé mentale comme la psychose ou les troubles bipolaires ou accentuer certains symptômes de la dépression comme l’anxiété ou l’agitation. Si vous avez des hallucinations (vous croyez entendre, voir ou percevoir des phénomènes qui n'existent pas vraiment), des idées fausses, un épisode de manie (des pensées galopantes, une élocution abondante, des actes impulsifs, une humeur très exaltée, un niveau d'énergie extrêmement élevé), mettez-vous en rapport avec votre médecin immédiatement.

Grossesse : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les femmes enceintes. Si vous êtes enceinte ou pourriez l'être, consultez votre médecin au sujet des risques et des bienfaits de ce médicament.

Allaitement : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les femmes qui allaitent. Si vous allaitez, consultez votre médecin au sujet des risques et des bienfaits de ce médicament.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre la tranylcypromine et l'un des agents ci-après :

  • l'aclidinium;
  • les agonistes alpha (par ex. la clonidine, le méthyldopa);
  • les agonistes alpha ou bêta (par ex. l'épinéphrine, la noradrénaline);
  • les alcaloïdes de l'ergot de seigle (par ex. l'ergotamine, la dihydroergotamine);
  • l'alcool;
  • l'aliskirène;
  • les alphabloquants (par ex. l'alfuzosine, la doxazosine, la tamsulosine);
  • l'aminophylline;
  • les amphétamines (par ex. la dextroamphétamine, la lisdexamfétamine);
  • les antagonistes de la sérotonine (par ex. les antiémétiques; le granisétron, l’ondansétron);
  • les antagonistes du calcium (par ex. l'amlodipine, le diltiazem, la nifédipine, le vérapamil);
  • les anticholinergiques (par ex. la benztropine, l'ipratropium, l'oxybutynine);
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, la clomipramine, la désipramine, la trimipramine);
  • les antidiabétiques (par ex. le chlorpropamide, le glipizide, le glyburide, l'insuline, la metformine, le natéglinide, la rosiglitazone);
  • les antihistaminiques (par ex. la cétirizine, la doxylamine, la diphenhydramine, l'hydroxyzine, la loratadine);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, l'olanzapine, la quétiapine, la rispéridone);
  • l'apraclonidine;
  • l'asénapine;
  • l'atomoxétine;
  • les autres inhibiteurs de la monoamine-oxydase ou IMAO (par ex. le moclobémide, la rasagiline, la sélégiline, la tranylcypromine);
  • les barbituriques (par ex. phénobarbital, secobarbital);
  • les bêta bloquants (par ex. l'aténolol, le propranolol, le sotalol);
  • les bêta-2 agonistes (par ex. le salbutamol, le formotérol, la terbutaline);
  • le bézafibrate;
  • les bloqueurs des récepteurs de l’angiotensine (par ex. le candésartan, l'irbésartan, le losartan); 
  • la brimonidine;
  • la bromocriptine;
  • le bupropion;
  • la buspirone;
  • la cabergoline;
  • la carbamazépine;
  • le clobazam;
  • le clopidogrel;
  • la clozapine;
  • la cocaïne;
  • la cyclobenzaprine;
  • la dacarbazine;
  • la desvenlafaxine;
  • la dexmédétomidine;
  • le dextrométhorphane;
  • le diazépam;
  • le disulfirame;
  • le dompéridone;
  • le donépézil;
  • la dopamine;
  • l'entacapone;
  • l'éphédrine;
  • l'épinéphrine;
  • le flavoxate;
  • la flécaïnide;
  • la flutamide;
  • la galantamine;
  • le glycopyrrolate;  
  • la guanfacine;
  • l'ifosfamide;
  • les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (par ex. le captopril, le lisinopril, le ramipril);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS, par ex. le citalopram, la duloxétine, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • la lidocaïne;
  • le linézolide;
  • le lithium;
  • le L-tryptophane;
  • la L-tyrosine;
  • les médicaments antimigraineux de la classe des « triptans » (par ex. l'élétriptan, le sumatriptan);
  • les médicaments servant à traiter la maladie de Parkinson (comme la lévodopa);
  • la mélatonine;
  • la mépéridine;
  • la méthadone;
  • le méthyldopa;
  • le méthylphénidate;
  • la métoclopramide;
  • la mexilétine;
  • le millepertuis;
  • la mirtazapine;
  • les narcotiques analgésiques (par ex. la codéine, le fentanyl, la morphine, l'oxycodone);
  • la néfazodone;
  • l'octreodtide;
  • l'olanzapine;
  • l'orphénadrine;
  • la pentamidine;
  • la phénylalanine;
  • la phényléphrine;
  • le pimozide;
  • le pizotifène;
  • la propafénone;
  • la pseudoéphédrine;
  • la rasagiline;
  • la réserpine;
  • la rivastigmine;
  • le ropinirole;
  • le tamoxifène;
  • le tapentadol;
  • le tégafur;
  • la tétrabénazine;
  • la tétrahydrozoline;
  • la théophylline;
  • le tiotropium;
  • la toltérodine;
  • le tramadol;
  • la trazodone;
  • le tryptophane;
  • la venlafaxine;
  • le voriconazole;
  • la xylométazoline.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D’autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.