Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

L'estropipate est un produit qui n'est plus fabriqué ni vendu au Canada sous aucun nom de marque. Cet article n'est disponible qu'à des fins de consultation. Si vous utilisez ce médicament, discutez avec votre médecin ou un pharmacien de vos options thérapeutiques.

L'estropipate appartient à la famille des médicaments appelés œstrogénothérapie substitutive. L'estropipate est un type d'œstrogène, une hormone sécrétée par les ovaires. Quand une femme atteint la ménopause, les ovaires produisent moins d'œstrogène et de progestérone, et les symptômes de ménopause sont susceptibles d'apparaître. Ce médicament est un substitut œstrogénique utilisé pour prendre en charge les symptômes de la ménopause comme un saignement utérin anormal, des bouffées de chaleur, des sueurs et des frissons.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées pour tous les troubles mentionnés dans cet article. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Ogen est un produit qui n'est plus fabriqué ni vendu au Canada sous aucun nom de marque. Cet article n'est disponible qu'à des fins de consultation. Si vous utilisez ce médicament, discutez avec votre médecin ou un pharmacien de vos options thérapeutiques.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose d'estropipate doit être ajustée au minimum nécessaire pour prendre en charge les symptômes. En règle générale, le médicament se prend durant 21 ou 25 jours chaque mois, suivis d'un arrêt de 5 à 7 jours. Les femmes ont subi une hystérectomie (c.-à-dire l'ablation de l'utérus) peuvent prendre les comprimés tous les jours. Les femmes qui n'ont pas subi d'hystérectomie devraient également prendre un progestatif (par ex. la progestérone ou l'acétate de médroxyprogestérone) durant les derniers 12 ou 14 jours de chaque cycle d'estrogénothérapie pour réduire le risque de cancer de l'endomètre (utérus).

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

L'estropipate ne devrait pas s'employer dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à l'estropipate ou à l'un des ingrédients du médicament ;
  • une grossesse en cours ou soupçonnée ;
  • des migraines classiques ;
  • une hyperplasie de l'endomètre ;
  • des antécédents d'accident vasculaire cérébral, de crise cardiaque ou de maladie cardiaque ;
  • des antécédents ou la présence d'un cancer du sein ou de l'endomètre, sauf dans certaines situations spéciales ;
  • des antécédents de troubles de la circulation ou de la coagulation sanguine ;
  • un dérèglement ou une affection hépatique ;
  • une perte partielle ou totale de la vision, ou encore de vision double, en raison d'une maladie des yeux causée par des problèmes de circulation sanguine ;
  • un saignement vaginal anormal non diagnostiqué.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une sensation de ballonnement de l'estomac ;
  • des crampes à la partie inférieure de l'estomac ;
  • de la diarrhée (légère) ;
  • des étourdissements (légers) ;
  • des maux de tête (légers) ;
  • une perte d'appétit ;
  • de la nausée ;
  • des problèmes associés au port des verres de contact ;
  • une baisse inhabituelle du désir sexuel ;
  • des vomissements (habituellement à doses élevées).

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une douleur mammaire ;
  • une anomalie du saignement vaginal (un saignotement, des hémorragies utérines, un saignement prolongé ou plus important, ou un arrêt complet des menstruations) ;
  • une augmentation du volume des seins ;
  • une grosseur ou un écoulement mammaire ;
  • des douleurs dans l'estomac, le côté ou l'abdomen ;
  • une enflure des pieds et de la jambe inférieure ;
  • des symptômes d'atteinte hépatique (comme le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une douleur abdominale, une urine sombre, des selles claires, une perte de l'appétit, de la nausée et des vomissements ou une démangeaison) ;
  • un gain rapide de poids.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des maux de tête (subits ou intenses) ;
  • une perte de coordination (subite) ;
  • une perte ou un changement de la vision (subit) ;
  • des douleurs à la poitrine, à l'aine ou aux jambes, plus particulièrement au mollet ;
  • un essoufflement (subit et inexpliqué) ;
  • des difficultés à articuler (subites) ;
  • de la faiblesse ou un engourdissement aux bras ou aux jambes.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Cancer du sein : d'après certaines études, une œstrogénothérapie substitutive de longue durée constituerait un risque accru de cancer du sein. Les femmes qui ont des nodules aux seins, une affection fibrokystique, des clichés mammaires anormaux, ou des antécédents familiaux marqués de cancer du sein devraient utiliser les œstrogènes avec prudence. Les femmes qui prennent des œstrogènes doivent se faire examiner régulièrement les seins et apprendre comment faire un autoexamen des seins.

Pression artérielle : l'élévation de la pression artérielle n'est pas rare pour les femmes qui utilisent ce médicament. On recommande un suivi régulier de la pression artérielle durant la prise d'œstrogènes, particulièrement lorsque les doses sont élevées.

Problèmes de sang : les personnes atteintes de troubles de la coagulation ou de la circulation du sang, de veines variqueuses, d'une obésité sévère, et celles qui ont été alitées pendant 3 semaines ou plus devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, de l'influence de leur affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Le tabagisme peut accroître le risque de formation de caillots de sang. Il est fortement recommandé aux femmes qui emploient de l'œstrogène de ne pas fumer. Étant donné que l'emploi de ce médicament a été associé à un risque accru de formation de caillot de sang, prévenez votre médecin si vous devez subir une intervention chirurgicale dans un avenir proche. Si vous ressentez une douleur thoracique perçante, une douleur dans le mollet, un essoufflement soudain, ou si vous avez une toux avec expectoration sanglante, prenez contact avec votre médecin immédiatement, car ces symptômes pourraient être liés à la présence d'un caillot de sang.

Cholestérol : les œstrogènes pris par voie orale peuvent provoquer une hausse du taux de triglycérides sanguins. Il se peut que votre médecin fasse mesurer vos taux lipidiques pendant votre traitement par des œstrogènes.

Diabète : les œstrogènes peuvent interférer avec la maîtrise du glucose sanguin. Si vous souffrez de diabète, surveillez avec attention votre taux de glucose sanguin pendant que vous prenez un médicament contenant des œstrogènes.

Cancer de l'endomètre : il existe des preuves que l'œstrogénothérapie substitutive peut augmenter le risque de cancer de l'endomètre (la paroi de l'utérus). La prise d'une progestine au bon moment, et en association avec l'œstrogène, réduit ce risque de cancer de l'endomètre, car il devient alors le même que celui d'une femme qui ne prend pas d'œstrogène. C'est la raison pour laquelle toutes les femmes qui ont encore leur utérus devraient prendre un progestatif quand elles utilisent des œstrogènes.

Fibromes : ce médicament peut aggraver les fibromes en provoquant une soudaine augmentation de volume, une douleur, ou de la douleur à la pression. Si vous observez ces effets, communiquez avec votre médecin.

Rétention d'eau : les œstrogènes peuvent causer une rétention d'eau. Les femmes atteintes d'un dérèglement du cœur ou d'un rein, d'épilepsie ou d'asthme devraient discuter avec leur médecin des signes et des symptômes qu'elles devraient repérer afin de surveiller étroitement leur affection.

Affection de la vésicule biliaire : une augmentation du risque de trouble de la vésicule biliaire a été signalée parmi les femmes ménopausées qui prenaient des œstrogènes.

Grossesse : l'œstrogène ne devrait pas s'employer durant la grossesse. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : il n'est pas prudent de prendre des œstrogènes en cours d'allaitement. On doit décider d'abandonner l'allaitement ou la prise du médicament, en tenant compte des avantages du traitement pour la mère.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'estropipate et l'un des agents ci-après :

  • l'anastrozole ;
  • les antidiabétiques ;
  • les barbituriques
  • les médicaments qui abaissent la pression artérielle ;
  • la carbamazépine ;
  • les corticostéroïdes (par ex. l'hydrocortisone, la prednisolone, la prednisone) ;
  • la cyclosporine ;
  • le méprobamate ;
  • la phénylbutazone ;
  • la phénytoïne ;
  • les inhibiteurs de la protéase ;
  • la rifampine ;
  • le ropinirole ;
  • la somatropine ;
  • les médicaments thyroïdiens (par ex. la lévothyroxine, la liothyronine) ;
  • le topiramate ;
  • l'ursodiol ;
  • la warfarine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments,
  • remplacer l'un des médicaments par un autre,
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux,
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.