Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

La rotigotine appartient à la classe des médicaments appelés agonistes de la dopamine. Elle peut s'employer seule ou en association avec le lévodopa pour aider à maîtriser les symptômes de la maladie de Parkinson. Ces symptômes sont causés par une baisse du taux de dopamine, un messager chimique présent dans le cerveau. La rotigotine corrige le déséquilibre de la dopamine dans le cerveau, qui est à l'origine des symptômes.

On utilise aussi la rotigotine chez les adultes pour traiter le syndrome des jambes sans repos d'intensité modérée.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

1 mg/24 heures
Chaque timbre transdermique matriciel souple de couleur beige à brun pâle, de forme carrée aux coins arrondis, portant l'inscription « Neupro 1 mg/24h » contient 2,25 mg de rotigotine, ce qui fourni 1 mg de rotigotine sur 24 heures. Ingrédients non médicinaux : polyester siliconé et aluminisé, colorants (film :dioxyde de titane [E171], pigment jaune 95, pigment rouge 166; inscription :pigment rouge 144, pigment jaune 95, pigment noir 7), copolymère de poly (diméthylsiloxane, triméthylsilyl-silicate), povidone K90, métabisulfite de sodium (E223), palmitate d'ascorbyle (E304), tout-rac-α-tocophérol (E307), film polyester transparent recouvert de polymère fluoré.

2 mg/24 heures
Chaque timbre transdermique matriciel souple de couleur beige à brun pâle, de forme carrée aux coins arrondis, portant l'inscription « ;Neupro 2 mg/24h » contient 4,5 mg de rotigotine, ce qui fourni 2 mg de rotigotine sur 24 heures. Ingrédients non médicinaux : polyester siliconé et aluminisé, colorants (film : dioxyde de titane [E171], pigment jaune 95, pigment rouge 166; inscription : pigment rouge 144, pigment jaune 95, pigment noir 7), copolymère de poly (diméthylsiloxane, triméthylsilyl-silicate), povidone K90, métabisulfite de sodium (E223), palmitate d'ascorbyle (E304), tout-rac-α-tocophérol (E307), film polyester transparent recouvert de polymère fluoré.

3 mg/24 heures
Chaque timbre transdermique matriciel souple de couleur beige à brun pâle, de forme carrée aux coins arrondis, portant l'inscription « Neupro 3 mg/24h » contient 6,75 mg de rotigotine, ce qui fourni 3 mg de rotigotine sur 24 heures. Ingrédients non médicinaux : polyester siliconé et aluminisé, colorants (film : dioxyde de titane [E171], pigment jaune 95, pigment rouge 166; inscription : pigment rouge 144, pigment jaune 95, pigment noir 7), copolymère de poly (diméthylsiloxane, triméthylsilyl-silicate), povidone K90, métabisulfite de sodium (E223), palmitate d'ascorbyle (E304), tout-rac-α-tocophérol (E307), film polyester transparent recouvert de polymère fluoré.

4 mg/24 heures
Chaque timbre transdermique matriciel souple de couleur beige à brun pâle, de forme carrée aux coins arrondis, portant l'inscription « Neupro 4 mg/24h » contient 9 mg de rotigotine, ce qui fourni 4 mg de rotigotine sur 24 heures. Ingrédients non médicinaux :  polyester siliconé et aluminisé, colorants (film : dioxyde de titane [E171], pigment jaune 95, pigment rouge 166; inscription : pigment rouge 144, pigment jaune 95, pigment noir 7), copolymère de poly (diméthylsiloxane, triméthylsilyl-silicate), povidone K90, métabisulfite de sodium (E223), palmitate d'ascorbyle (E304), tout-rac-α-tocophérol (E307), film polyester transparent recouvert de polymère fluoré.

6 mg/24 heures
Chaque timbre transdermique matriciel souple de couleur beige à brun pâle, de forme carrée aux coins arrondis, portant l'inscription « Neupro 6 mg/24h »; contient 13,5 mg de rotigotine, ce qui fourni 6 mg de rotigotine sur 24 heures. Ingrédients non médicinaux : polyester siliconé et aluminisé, colorants (film : dioxyde de titane [E171], pigment jaune 95, pigment rouge 166; inscription : pigment rouge 144, pigment jaune 95, pigment noir 7), copolymère de poly (diméthylsiloxane, triméthylsilyl-silicate), povidone K90, métabisulfite de sodium (E223), palmitate d'ascorbyle (E304), tout-rac-α-tocophérol (E307), film polyester transparent recouvert de polymère fluoré.

8 mg/24 heures

Chaque timbre transdermique matriciel souple de couleur beige à brun pâle, de forme carrée aux coins arrondis, portant l'inscription « Neupro 8 mg/24h » contient 18 mg de rotigotine, ce qui fourni 8 mg de rotigotine sur 24 heures. Ingrédients non médicinaux :: polyester siliconé et aluminisé, colorants (film : dioxyde de titane [E171], pigment jaune 95, pigment rouge 166; inscription—pigment rouge 144, pigment jaune 95, pigment noir 7), copolymère de poly (diméthylsiloxane, triméthylsilyl-silicate), povidone K90, métabisulfite de sodium (E223), palmitate d'ascorbyle (E304), tout-rac-α-tocophérol (E307), film polyester transparent recouvert de polymère fluoré.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose initiale recommandée pour le traitement de la maladie de Parkinson aux premiers stades est un timbre de 2 mg/24 heures, appliqué quotidiennement. Selon l'efficacité du médicament et les effets secondaires que vous présentez, votre médecin pourrait augmenter graduellement la dose.

Pour la maladie de Parkinson parvenue à un stade avancé, la dose initiale est un timbre de 4 mg/24 heures, appliqué quotidiennement. La dose quotidienne ne doit pas dépasser 16 mg/24 heures.

Pour traiter les symptômes des jambes sans repos, la dose initiale est un timbre de 1 mg/24 heures, appliqué quotidiennement. La dose peut être augmentée graduellement jusqu'à concurrence de 3 mg/24 heures.

Les timbres transdermiques de rotigotine doivent être changés tous les jours, à peu près à la même heure chaque jour. On peut appliquer le timbre à l'épaule, au haut du bras, sur le bas-ventre, sur le flanc (région sur le côté, située entre vos côtes et la hanche), à la cuisse ou à la hanche. N'appliquez pas de chaleur directement sur le timbre ni sur la peau à proximité du timbre, car cela peut entraîner l'absorption d'une plus grande quantité de médicament dans le corps, avec le risque d'effets secondaires accrus.

Application du timbre transdermique :

  1. Choisissez une peau propre, sèche et intacte qui n'est pas grasse, abîmée, irritée ou exposée au soleil. Évitez les régions où il pourrait y avoir frottement entre le timbre et un vêtement serré. Pour éviter que le timbre se décolle, n'appliquez ni lotion ni crème sur le point d'application du timbre. Afin d'éviter l'irritation, changez de point d'application chaque jour. Ne choisissez pas la même région deux fois en 14 jours.
  2. Déchirez le sachet en aluminium qui renferme le timbre. Sortez le timbre.
  3. La face adhésive est recouverte d'une lamelle protective. Enlevez cette lamelle en tenant le timbre des deux mains, côté adhésif tourné vers vous. Pliez le timbre en deux pour briser la lamelle protective.
  4. Évitez de toucher à l'adhésif. Enlevez un côté de la membrane qui recouvre la matrice de libération. Appliquez la surface adhérente du timbre sur la peau et pressez pour que le timbre adhère à la peau.
  5. Retournez l'autre moitié du timbre pour enlever l'autre côté de la membrane et, avec la paume de votre main, pressez fermement pour fixer le timbre. Maintenez la pression pendant environ 30 secondes et vérifiez si le timbre est bien collé à la peau en faisant attention aux bords.
  6. Lavez-vous les mains avec de l'eau et du savon.

Lorsqu'il est temps de changer le timbre, enlevez prudemment celui sur la peau, pliez-le en deux pour que les côtés adhésifs collent ensemble et jetez-le ou apportez-le à la pharmacie afin d'en disposer. Le timbre renferme encore du médicament qui pourrait nuire aux personnes n'en ayant pas besoin. Gardez-le hors de la portée des enfants ou de vos animaux domestiques. S'il reste de l'adhésif sur votre peau, frottez doucement dessus pour l'éliminer.

Le bain, la douche, la nage ou tout autre contact avec l'eau n'ont pas d'effets sur le timbre transdermique. De l'eau chaude ou de la vapeur pourrait toutefois le relâcher. Si votre timbre se décolle et tombe, appliquez un nouveau timbre.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est très important que ce médicament soit pris conformément aux indications de votre médecin. L'arrêt brusque du traitement risque de faire apparaître le syndrome malin des neuroleptiques qui peut être mortel. S'il s'avère nécessaire d'arrêter le traitement, il convient de procéder graduellement sous la supervision de votre médecin.

Si vous oubliez d'appliquer ou de changer votre timbre, appliquez le timbre dès que vous constatez l'omission. S'il est bientôt l'heure où vous changez normalement votre timbre, appliquez-le quand même mais changez-le encore à l'heure habituelle. Reprenez ensuite votre horaire habituel. N'utilisez pas 2 timbres en même temps. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis un timbre, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante, dans les sachets originaux, jusqu'au moment de l'application du timbre. Gardez ce médicament hors de la portée des enfants, comme tous les autres.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Ce médicament ne doit pas être pris par une personne allergique à ce produit ou à n'importe lequel des ingrédients du médicament.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • des anomalies du champ visuel;
  • de la difficulté à commencer un mouvement;
  • des étourdissements;
  • une irritation cutanée au lieu d'application;
  • des maux de tête;
  • une pression artérielle basse;
  • de la nausée;
  • de la somnolence;
  • des troubles du sommeil;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une baisse de la pression artérielle accompagnée de sensation de faiblesse, de transpiration ou de nausée;
  • un comportement compulsif ou involontaire (par ex. jeux et dépenses);
  • une élévation de la pression artérielle;
  • une enflure des jambes, des chevilles ou des pieds;
  • des hallucinations (par ex. l'illusion d'entendre, de voir ou de sentir quelque chose qui n'existe pas réellement);
  • une prise de poids;
  • des symptômes qui s'aggravent (syndrome des jambes sans repos);
  • une syncope;
  • une tendance à tomber endormi durant des activités normales.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • une réactions allergiques cutanées (par ex. une rougeur, une éruption cutanée ou une enflure, des cloques sous le timbre transdermique);
  • des signes d'une réaction allergique grave (par ex. des crampes abdominales, des difficultés respiratoires, de la nausée et des vomissements ou de l'enflure du visage et de la gorge).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Allergie : les personnes allergiques aux sulfites pourraient faire une réaction allergique à la rotigotine. Avant de prendre de la rotigotine, informez votre médecin de toute réaction allergique que vous avez eue après avoir ingéré des médicaments ou de la nourriture, surtout des aliments marinés, de la bière et du vin.Communiquez avec votre médecin immédiatement si vous remarquez des signes de réaction allergique comme une éruption cutanée, une démangeaison, une difficulté respiratoire ou une boursouflure du visage et une enflure de la gorge.

Arrêt du médicament : si la prise de ce médicament doit être suspendue, l'interruption devrait se faire progressivement, sous la surveillance de votre médecin. L'arrêt soudain de la rotigotine peut causer le syndrome malin des neuroleptiques, qui peut causer la mort. Discutez avec votre médecin la façon le plus sécuritaire d'arrêter ce médicament.

Endormissement subit : il a été rapporté que certaines personnes prenant la rotigotine et d'autres médicaments antiparkinsoniens s'endorment subitement sans somnolence ni signe d'avertissement. En cas de trouble du sommeil, discutez de ces faits avec votre médecin. Si vous ressentez de la somnolence pendant que vous employez ce médicament, évitez de conduire ou de faire fonctionner des machines.

IRM et cardioversion : la couche de base de ces timbres contient de l'aluminium. Si vous devez avoir une imagerie par résonnance magnétique ou une cardioversion, il faut enlever le timbre pour éviter de brûler la peau. Informez tout professionnel de la santé qui vous soigne que vous utilisez ce médicament.

Maladie cardiaque : la rotigotine peut causer une hausse de la pression artérielle ou une rétention de liquide. Si vous avez des antécédents de haute pression ou de maladie du cœur, vos problèmes cardiaques risquent de s'aggraver pendant la prise de ce médicament. Si vous avez ou avez eu des problèmes cardiaques, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Mélanome : les personnes atteintes de la maladie de Parkinson, pourraient courir un risque accru de mélanome (un type de cancer de la peau). On ignore si ce risque accru est imputable à la maladie de Parkinson ou aux médicaments employés pour soigner la maladie de Parkinson. Vous ferez l'objet d'une surveillance médicale qui ciblera les signes de cancer de la peau pendant que vous prenez ce médicament. Discutez avec votre médecin de ce qui vous inquiète.

Modifications du comportement : ce médicament a été associé à des changements du comportement. Vous pourriez remarquer un comportement compulsif comme du jeu compulsif, une augmentation de votre activité sexuelle ou une tendance à faire des achats de façon inappropriée. Si vous subissez des symptômes attribuables à une dépression comme une perte de concentration, des changements de poids ou du sommeil ou une diminution de l'intérêt que vous portez pour les activités habituellement agréables, communiquez dès que possible avec votre médecin. Si vous remarquez un comportement compulsif ou des signes de dépression chez un membre de votre famille, assurez-vous qu'il consulte son médecin.

Somnolence ou vigilance réduite : ce médicament peut causer une baisse de la pression artérielle ou des étourdissements et une sensation de tête légère quand vous passez de la position couchée ou assise à la position debout.   Évitez de conduire un véhicule ou de faire fonctionner une machine qui nécessite de la vigilance avant de savoir comment ce médicament agit sur vous.

Syndrome malin des neuroleptiques (SMN) : un syndrome potentiellement fatal dit le Syndrome malin des neuroleptiques , ou NMS, peut se manifester consécutivement à l'emploi du rotigotine. Si vous remarquez certains des symptômes du SMN comme une fièvre élevée, de la raideur musculaire, de la confusion ou une perte de connaissance, des sueurs, des battements cardiaques irréguliers ou très rapides, ou un évanouissement, sollicitez immédiatement des soins médicaux.

Grossesse : l'effet de la rotigotine sur l'enfant à naître n'a pas été déterminé. Ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques.  Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : il se peut que la rotigotine réduise la sécrétion de lait maternel. En plus, ce médicament risque de passer dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre la rotigotine et l'un des médicaments ci-après :

  • l'alcool;
  • les antihistaminiques (par ex. la cétirizine, la doxylamine, la diphenhydramine, l'hydroxyzine, la loratadine);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la fluphénazine, l'halopéridol, le pimozide, la quétiapine, la rispéridone);
  • l'aripiprazole;
  • le baclofène;
  • les barbituriques (par ex. le butalbital, le phénobarbital);
  • des benzodiazépines (par ex. l'alprazolam, le diazépam, le lorazépam);
  • la buspirone;
  • la carbamazépine;
  • l'hydrate de chloral;
  • l'éfavirenz;
  • la gabapentine;
  • la lamotrigine;
  • le lévétiracétam;
  • le méthylphénidate;
  • la métoclopramide;
  • la mirtazapine;
  • les inhibiteurs de la monoamine-oxydase ou IMAO (par ex. le moclobémide, la phénelzine, la sélégiline, la tranylcypromine);
  • les narcotiques analgésiques (par ex. la codéine, le fentanyl, la morphine, l'oxycodone);
  • l'olopatadine;
  • la phénytoïne;
  • prochlorpérazine;
  • les relaxants musculaires (par ex. la cyclobenzaprine, le méthocarbamol, l'orphénadrine);
  • la scopolamine;
  • le tapentadol;
  • le topiramate;
  • le tramadol;
  • la zopiclone.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux; 
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.