Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Ce médicament appartient à la famille des médicaments appelés vaccins. On l'utilise pour prévenir certaines infections comme la méningite et les infections du sang causées par les bactéries méningocoque de souche C (également appelées N. meningitidis du sérogroupe C). Il agit en stimulant le système immunitaire pour qu'il produise des anticorps (substances servant à combattre cette bactérie en particulier). Ces anticorps restent présents dans l'organisme, prêts à attaquer ces bactéries, réduisant ainsi le risque d'infection.

On l'administre aux personnes qui sont âgées de 2 mois ou plus.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque dose de 0,5 mL de suspension semi-opaque blanc à blanc cassé contient 10 µg de polysaccharides du sérogroupe C de N. meningitidis et 10 µg à 20 µg de support protéique antitétaniques. Ingrédients non médicinaux : hydroxyde d'aluminium et chlorure de sodium.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Pour les nourrissons de 2 à 12 mois, le schéma posologique habituel est de 2 doses de 0,5 mL de vaccin injecté à l'intérieur d'un muscle (de préférence dans la partie supérieure externe de la cuisse. L'injection est administrée par un professionnel de la santé qualifié. Les doses doivent être séparées par un intervalle d'au moins 2 mois. Selon l'âge auquel le nourrisson a reçu son vaccin, le médecin peut recommander l'administration d'une dose de rappel environ un an après la deuxième dose.

Pour les enfants de plus de 12 mois, les adolescents et les adultes, le schéma posologique habituel est d'une (1) dose (0,5 mL) de vaccin injectée à l'intérieur d'un muscle (de préférence la partie supérieure externe du bras). L'injection est administrée par un professionnel de la santé qualifié.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Ce médicament doit être conservé au réfrigérateur. Ne pas congeler. On peut le conserver à la température ambiante, mais il doit être utilisé au cours des 9 mois qui suivent son retrait du réfrigérateur ou avant la date de péremption, le premier des deux prévalant. Gardez-le hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer ce médicament dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à l'anatoxine tétanique ou diphtérique;
  • une allergie au vaccin antiméningococcique ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • des antécédents d'effets secondaires neurologiques après avoir reçu un vaccin antiméningococcique.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien peut être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissent :

  • de la diarrhée (nourrissons et jeunes enfants);
  • de la douleur au bras ou à la jambe au site d'injection;
  • une douleur, une chaleur, une rougeur, une sensibilité, une enflure, une induration au site d'injection;
  • un endolorissement musculaire;
  • une fièvre;
  • de l'irritabilité (nourrissons et jeunes enfants);
  • des maux de tête;
  • des modifications de l'appétit (nourrissons et jeunes enfants);
  • de la nausée;
  • de la somnolence;
  • de la somnolence (nourrissons);
  • des vomissements (nourrissons).

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une éruption cutanée (nourrissons et jeunes enfants);
  • un essoufflement ou une difficulté respiratoire;
  • de la faiblesse, des picotements ou des engourdissements dans les jambes, les bras ou la partie supérieure du corps;
  • des pleurs inhabituels ou persistants (nourrissons);
  • des signes attribuables à une réaction allergique (par ex. l'apparition d'une éruption cutanée, de démangeaisons ou d'urticaire).

Cessez la prise du médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des crises épileptiques ou des convulsions;
  • des signes attribuables à une réaction allergique importante (de l'essoufflement, une respiration sifflante, des troubles respiratoires, de l'urticaire, de l'enflure des lèvres, de la langue ou de la gorge);
  • des signes d'une grave réaction cutanée (comme des cloques, une desquamation, une éruption cutanée recouvrant une grande région du corps, une éruption cutanée qui s'étend rapidement ou une éruption cutanée accompagnée d'une fièvre ou d'une gêne).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Problèmes de saignement : lorsqu'une injection intramusculaire est administrée à une personne qui est atteinte d'un désordre de la coagulation ou qui prend des médicaments pour éclaircir le sang, cela augmente le risque de saignement ou d'ecchymoses. Ni l'innocuité ni l'efficacité de ce vaccin n'a été établie en ce qui concerne les personnes atteintes de thrombocytopénie (diminution du nombre des plaquettes) ou des désordres de saignement. Si vous avez l'un de ces troubles, discutez des risques et des bienfaits de ce vaccin avec votre médecin.

Des problèmes respiratoires : lorsque ce vaccin est administré à des bébés très prématurés, il est susceptible de provoquer des difficultés respiratoires (un arrêt temporaire de la respiration, par exemple). L'administration de ce vaccin à ce groupe de nourrissons présente toutefois des avantages importants. Discutez des risques et des avantages de ce vaccin avec votre médecin et demandez-lui si une surveillance médicale spécifique est nécessaire.

Fièvre : il est possible qu'un médecin décide de retarder l'administration de ce vaccin si la personne qui le reçoit est atteinte d'une infection aiguë ou fait de la fièvre. Les infections légères non accompagnées de fièvre, comme les rhumes ne nécessitent pas de remettre le vaccin à plus tard.

Problèmes du système immunitaire : lorsqu'ils sont utilisés pour des personnes dont le système immunitaire est déprimé, les vaccins antiméningococciques peuvent ne pas provoquer une réponse d'anticorps suffisante pour protéger la personne contre les infections causées par ces bactéries. De plus, ce vaccin peut ne pas être efficace pour les personnes qui reçoivent un traitement immunosuppresseur (par ex. certains médicaments utilisés contre le cancer ou pour traiter les personnes qui reçoivent une greffe d'organe).

Prémédication : il se peut que votre médecin vous suggère de donner un antipyrétique (médicament contre la fièvre (par ex. de l'acétaminophène, de l'ibuprofène) à un nourrisson ou un enfant avant ou après que l'enfant ait reçu le vaccin. Suivez les directives de votre médecin.

Protection : ce vaccin ne peut protéger que contre les types de bactéries spécifiques à ce vaccin et, comme les autres vaccins, il peut ne pas donner une protection à 100 % pour toutes les personnes qui le reçoivent.

Grossesse : ce vaccin ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si vous découvrez que vous étiez enceinte lorsque vous avez reçu ce vaccin, communiquez immédiatement avec votre médecin.

Allaitement : on ignore si le vaccin antiménogococcique (groupe C) est transmis dans le lait maternel. Si vous avez reçu ce vaccin, et que vous pratiquez l'allaitement maternel, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement, ou attendre que le bébé soit sevré pour recevoir le vaccin.

Aînés : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce vaccin n'a été établie en ce qui concerne les adultes âgés de 65 ans ou plus.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le vaccin antiméningococcique (groupe C) et l'un des agents ci-après :

  • l'acétaminophène;
  • les agents immunosuppresseurs :
    • l'azathioprine,
    • le belimumab,
    • les corticostéroïdes (par ex. le budésonide, la dexaméthasone, l'hydrocortisone, la fluticasone, la prednisone),
    • la cyclosporine,
    • le fingolimod,
    • l'hydroxyurée,
    • l'infliximab,
    • le léflunomide,
    • les médicaments utilisés contre le cancer (par ex. le carboplatine, la cyclophosphamide, la doxorubicine, l'ifosfamide, la vincristine),
    • le rituximab,
    • le tacrolimus;
  • d'autres vaccins.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.