Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

La phénelzine appartient à la classe des médicaments appelés inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO). Elle s'utilise pour le traitement de dépression. La dépression serait causée par un déséquilibre de certaines substances chimiques dans le cerveau. Ce médicament aide à rétablir l'équilibre.

Une période de 4 semaines peut s'avérer nécessaire avant de pouvoir constater une amélioration des symptômes.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Binge Eating Fact Vs Myth
Outils santé

Renseignez-vous davantage sur la vraie nature de l'hyperphagie boulimique.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque comprimé pelliculé orange biconvexe portant l'inscription « PD 270 » contient une quantité de sulfate de phénelzine équivalente à 15 mg de phénelzine base. Ingrédients non médicinaux : croscarmellose sodique, EDTA de disodium, stéarate de magnésium, mannitol, opadry orange, povidone et émulsion de siméthicone. Ce médicament ne contient pas de gluten, de lactose, de parabène, de sodium, de sulfite ni de tartrazine.

Binge Eating Fact Vs Myth
Outils santé

Lisez l'histoire de Tiffany : les impacts émotionnels, physiques et sociaux.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Pour les adultes, la dose initiale de phénelzine est de 15 mg, pris 3 fois par jour. Votre médecin peut augmenter cette dose jusqu'à un maximum de 30 mg pris 3 fois par jour. Lorsque vous aurez tiré les bienfaits maximaux, il se peut que votre médecin réduise votre dose lentement.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable. S'il devient nécessaire d'arrêter de prendre ce médicament, la dose doit être réduite graduellement pour empêcher l'apparition d'effets de sevrage. Un arrêt trop rapide de la phénelzine peut provoquer l'apparition de cauchemars, d'agitation, de nausée, de vomissements et d'hallucinations (le fait de voir ou d'entendre des choses non réelles).

Il importe que ce médicament soit pris conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer la phénelzine dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à la phénelzine ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • des antécédents de maladie du foie ou de tests de la fonction hépatique anormaux;
  • une insuffisance cardiaque congestive;
  • une intervention chirurgicale non urgente nécessitant une anesthésie générale;
  • un phéochromocytome;
  • la prise actuelle ou passée de certains médicaments (référez-vous à la section intitulée : « Interactions médicamenteuses » ou renseignez-vous auprès de votre médecin ou d'un pharmacien).

On ne doit pas prendre le sulfate de phénelzine en combinaison avec des aliments qui possèdent une forte teneur en tyramine. En général, les personnes qui prennent ce médicament doivent éviter les aliments riches en protéines qui ont été soumis à un processus de vieillissement ou de dégradation des protéines pour en augmenter la saveur. En particulier, des aliments comme :

  • les avocats (plus particulièrement s'ils sont très mûrs);
  • les bananes (si on les utilise avec la pelure);
  • la bière et le vin;
  • le Bovril;
  • la caféine (en grande quantité);
  • le caviar;
  • le chocolat;
  • la choucroute;
  • les cosses de fève (gourgane);
  • la crème sure;
  • les extraits de levure comme Marmite;
  • les figues en conserve;
  • le foie;
  • le fromage (exceptions : fromage à la crème et fromage cottage);
  • les harengs marinés;
  • les raisins secs;
  • la sauce soya;
  • les viandes fermentées (par ex. la mortadelle, le pepperoni, le salami);
  • le yogourt.

Ces aliments doivent être évités pendant que vous prenez le médicament et au moins pendant les 2 semaines qui suivent l'arrêt du médicament.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • des changements dans les capacités sexuelles;
  • de la constipation;
  • des démangeaisons ou une éruption cutanée;
  • des étourdissements;
  • des étourdissements lors du passage de la position assise ou couchée à la position debout;de la faiblesse et de la fatigue;
  • un gain de poids;
  • des maux de tête;
  • une rétention d'eau;
  • une sécheresse de la bouche;
  • de la somnolence;
  • des troubles du sommeil (y compris insomnie et sommeil excessif);
  • des troubles gastriques.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une augmentation de la fréquence de symptômes attribuables à des infections (des symptômes apparentés à ceux de la grippe, par ex. des maux de gorge, de la toux, de la fièvre, de la fatigue);
  • des changements du comportement ou de l'humeur (par ex. de la colère, de l'agressivité, de l'agitation, de l'hostilité, de l'inquiétude);
  • de la désorientation;
  • de l'euphorie (un sentiment de bien-être, de bonheur, de joie intense);
  • une douleur oculaire;
  • une illusion d'entendre, de voir ou de sentir quelque chose qui n'existe pas réellement (hallucinations);
  • l'incapacité à uriner;
  • des mouvements oculaires involontaires;
  • de la nervosité;
  • des picotements;
  • des signes de troubles hépatiques (par ex. des nausées, des vomissements, de la diarrhée, une perte de l'appétit, une perte de poids, un jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine sombre, des selles claires);
  • des changements d'élocution;
  • des symptômes attribuables à la présence de trop de sodium dans le sang (par ex. de la soif, de la confusion, des convulsions);
  • des symptômes semblables à ceux du lupus (fièvre, douleur articulaire, sentiment de malaise généralisé);
  • de la tension;
  • des tremblements, des secousses ou autres mouvements involontaires;
  • une vision floue.

Cessez la prise du médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des convulsions;
  • une forte fièvre accompagnée par une accélération du rythme cardiaque et respiratoire, de la raideur musculaire, une perte de conscience;
  • des pensées vous suggérant de vous blesser ou de blesser d'autres personnes;
  • une perte de connaissance;
  • des sons respiratoires bruyants et aigus, des difficultés respiratoires, de la raucité;
  • des symptômes d'une pression artérielle dangereusement élevée (aussi désignée « crise hypertensive ») comme des maux de tête (à l'arrière de la tête, mais pouvant irradier vers le front), des palpitations, une raideur ou un endolorissement du cou, de la nausée, des vomissements, de la sudation, une fièvre, une peau froide et moite, des pupilles dilatées (agrandies), une sensibilité oculaire à la lumière, une variation de la fréquence cardiaque ou une douleur thoracique).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Aliments et boissons : les personnes qui prennent de la phénelzine doivent savoir que les aliments et boissons suivants doivent être évités pendant la prise de ce médicament, et pendant une période de deux semaines après la fin du traitement : hareng mariné, foie, saucisse sèche (notamment salami de Gênes, salami dur, pepperoni et bologne du Liban), cosses de fèves (gourgane), choucroute, fromage (le fromage cottage et le fromage à la crème sont autorisés), yogourt, bière et vin, bière et produits du vin sans alcool et à teneur réduite en alcool, extraits de levures, extraits de viande, quantités excessives de chocolat ou de caféine.

Les personnes traitées par phénelzine doivent également éviter les aliments à forte teneur en protéines avariés ou réfrigérés, manipulés ou conservés de façon inappropriée, par exemple les viandes, le poisson et les produits laitiers, notamment les aliments qui peuvent avoir subi une dégradation protéique par vieillissement, saumurage, fermentation, fumaison en vue d'en accroître la saveur.

Chirurgie : si vous prévoyez subir une intervention chirurgicale, informez tous les professionnels de la santé qui vous suivent que vous prenez ce médicament. Demandez à votre médecin à quel moment vous devriez cesser de prendre le médicament avant l'intervention - on doit habituellement arrêter de le prendre au moins 10 jours avant l'opération.

Comportement suicidaire ou agité : les personnes qui prennent ce médicament pourraient ressentir de l'agitation (de l'impatience, de l'anxiété, agressivité, des émotions fortes et le sentiment de ne pas être elles-mêmes), ou elles pourraient vouloir se faire du mal ou faire du mal à quelqu'un. Ces symptômes sont susceptibles de se produire dans les semaines qui suivent l'amorce du traitement par ce médicament. Si vous ressentez ces effets secondaires ou s'il vous semble qu'ils touchent un membre de votre famille qui emploie ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement. Pendant que vous prenez ce médicament, votre médecin doit vous suivre de près pour détecter des changements émotionnels et comportementaux.

Crises hypertensives : la réaction la plus importante associée à l'administration de phénelzine est l'augmentation importante de la tension artérielle (crises hypertensives). Ces réactions incluent certains des ou tous les symptômes suivants :

  • le cœur peut battre de façon lente ou très rapide, et cet effet peut s'accompagner d'une sensation de constriction dans la poitrine;
  • une dilatation des pupilles et une sensibilité des yeux à la lumière;
  • des maux de tête à l'arrière de la tête qui peuvent se déplacer vers l'avant;
  • de la nausée ou des vomissements;
  • des palpitations;
  • une raideur ou un endolorissement du cou;
  • de la sudation (qui peut s'accompagner de fièvre et d'une peau moite et froide).

Si vous remarquez la survenue de ces symptômes, cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux.

Diabète : les données scientifiques sur les effets de la phénelzine sur les taux de glucose sanguin ne concordent pas. Si vous êtes atteint de diabète ou si vous êtes prédisposé au diabète, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Il se peut que votre médecin vous recommande de mesurer vos taux de sucre sanguin plus fréquemment jusqu'à ce que vous sachiez comment ce médicament agit sur vous.

Épilepsie : la phénelzine peut accroître le risque de convulsions. En cas d'épilepsie, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Glaucome : l'utilisation de ce médicament peut accentuer les symptômes du glaucome (augmentation de la pression intraoculaire). Si vous êtes atteint de glaucome, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Pendant que vous prenez ce médicament, signalez tout changement de votre vision à votre médecin dès que possible.

Identification : il est recommandé aux personnes qui prennent de la phénelzine d'avoir une carte ou un autre type d'identification pour indiquer qu'elles utilisent ce médicament.

Prise d'autres médicaments : la phénelzine interagit avec plusieurs médicaments différents. Assurez-vous donc d'indiquer tous les médicaments que vous prenez, y compris ceux que vous pouvez vous procurer sans ordonnance, à tous les professionnels de la santé qui vous soignent. Il faut toujours demander conseil au pharmacien avant d'acheter des médicaments vendus sans ordonnance.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : on ignore si la phénelzine passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. N'allaitez pas pendant que vous suivez un traitement par ce médicament.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants âgés de moins de 16 ans.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre la phénelzine et l'un des agents ci-après :

  • les inhibiteurs des cholinestérases (par ex. le donépézil, la galantamine, la rivastigmine);
  • l'aclidinium;
  • l'alcool;
  • l'aldesleukine;
  • l'alfuzosine;
  • l'aliskirène;
  • les alphabloquants (par ex. l'alfuzosine, la doxazosine, la tamsulosine);
  • les agonistes alpha (par ex. la clonidine, le méthyldopa);
  • l'amifostine;
  • les amphétamines (par ex. la dextroamphétamine, la lisdexamfétamine);
  • des anesthésiques (généraux ou locaux);
  • les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine ou IECA (le captopril, l'énalapril, le ramipril);
  • les bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine (par ex. le candésartan, l'irbésartan, le losartan);
  • les antihistaminiques (par ex. la cétirizine, la doxylamine, la diphenhydramine, l'hydroxyzine, la loratadine);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, l'olanzapine, la quétiapine, la rispéridone);
  • les suppresseurs de l'appétit;
  • l'apraclonidine;
  • l'atropine;
  • l'azélastine;
  • les barbituriques (par ex. le butalbital, le pentobarbital, le phénobarbital);
  • la belladone;
  • le bézafibrate;
  • la benztropine;
  • les bêta-2 agonistes (par ex. le salbutamol, le formotérol, la terbutaline);
  • les bêta bloquants (par ex. l'aténolol, le propranolol, le sotalol);
  • la bétahistine;
  • la brimonidine;
  • la bromocriptine;
  • le bupropion;
  • la buprénorphine;
  • la buspirone;
  • la cabergoline;
  • les antagonistes du calcium (par ex. l'amlodipine, le diltiazem, la nifédipine, le vérapamil);
  • la carbamazépine;
  • la cyclobenzaprine;
  • la darifénacine;
  • le dextrométhorphane;
  • les antidiabétiques (par ex. le chlorpropamide, le glipizide, le glyburide, l'insuline, la metformine, le natéglinide, la rosiglitazone);
  • le disopyramide;
  • le disulfirame;
  • les diurétiques (pilules pour éliminer l'eau; par ex. le furosémide, l'hydrochlorothiazide, le triamtérène);
  • le dompéridone;
  • la dopamine;
  • l'entacapone;
  • l'éphédrine;
  • l'épinéphrine;
  • les alcaloïdes de l'ergot de seigle (par ex. l'ergotamine, la dihydroergotamine);
  • le flavoxate;
  • le glucagon;
  • le glycopyrrolate;
  • la guanfacine;
  • l'ipratropium;
  • le kétotifène;
  • le L-tryptophane;
  • la L-tyrosine;
  • le lanréotide;
  • la lévodopa;
  • le linézolide;
  • le lithium;
  • la mépéridine;
  • la métoclopramide ;
  • la métaxolone;
  • le méthylphénidate;
  • la midodrine;
  • le minoxidil;
  • la miansérine;
  • la mifépristone;
  • le mirabégron;
  • la mirtazapine;
  • les autres inhibiteurs de la monoamine-oxydase ou IMAO (par ex. le moclobémide, la rasagiline, la sélégiline, la tranylcypromine);
  • le nabilone;
  • les narcotiques (par ex. la codéine, la morphine, la mépéridine);
  • la néfazodone;
  • les dérivés nitrés (par ex. la nitroglycérine, le dinitrate d'isosorbide, le mononitrate d'isosorbide);
  • la noradrénaline;
  • l'octreotide;
  • l'orphénadrine;
  • d'autres inhibiteurs de la MAO (par ex. le moclobémide, la tranylcypromine);
  • l'oxybutynine;
  • le pasiréotide;
  • la pentamidine;
  • la pentoxifylline;
  • la phényléphrine;
  • les inhibiteurs de la phosphodiestérase-5 (par ex. le sildénafil, le tadalafil, le vardénafil);
  • le pizotifène;
  • la pseudoéphédrine;
  • le chlorure de potassium;
  • le pramlintide;
  • la quinine;
  • la réserpine;
  • le millepertuis;
  • la scopolamine;
  • la sécrétine;
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine ou ISRS (par ex. la fluoxétine, la paroxétine);
  • les antagonistes de la sérotonine (les médicaments anti-émétiques; par ex. le granisétron, l'ondansétron);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine-noradrénaline ou ISRN (par ex. la desvenlafaxine, la duloxétine, la venlafaxine);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine ou ISRS (par ex. le citalopram, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • la solifénacine;
  • l'acétate de somatostatine;
  • les antibiotiques de la classe des sulfonamides (« sulfas », par ex. le sulfisoxazole, le sulfaméthoxazole);
  • le sunitinib;
  • le tapentadol;
  • la tétrabénazine;
  • la tétrahydrozoline;
  • les diurétiques thiazidiques « pilules qui augmentent l'excrétion de l'urine » (par ex. l'hydrochlorothiazide, l'indapamide, la métolazone);
  • le tiotropium;
  • la tizanidine;
  • la tolcapone;
  • la toltérodine;
  • le topiramate;
  • le tramadol;
  • la trazodone;
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, la désipramine);
  • les médicaments antimigraineux de la classe des « triptans » (par ex. l'élétriptan, le sumatriptan);
  • le tryptophane;
  • l'uméclidinium;
  • la xylométazoline.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.
D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Nardil