Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le galsulfase appartient à la classe de médicaments appelés traitements enzymatiques substitutifs.

On l'utilise pour traiter l'affection appelée mucopolysaccharidose VI (MPS VI), que l'on désigne également par l'appellation maladie de Maroteaux-Lamy. Il s'agit d'une affection rare caractérisée par l'absence ou l'inactivité relative d'une protéine responsable du catabolisme (transformation avant l'élimination) de certains déchets cellulaires. Le galsulfase agit en remplaçant cet enzyme, permettant ainsi à l'organisme de recycler ses déchets cellulaires normalement.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque mL de solution stérile, incolore à jaune pâle, transparente à légèrement opalescente contient 1 mg de galsulfase (exprimé en tant que contenu de protéines). Ingrédients non médicinaux: chlorure de sodium, phosphate disodique heptahydraté, eau pour injection, phosphate monobasique de sodium monohydraté et polysorbate 80.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose recommandée de galsulfase pour les adultes est calculée de la façon suivante : 1 mg par kilo de poids corporel. On l'administre par voie intraveineuse (à l'intérieur d'une veine) au cours d'une période d'au moins 4 heures, une fois par semaine.

Ce médicament doit être manipulé avec les plus grandes précautions, et il est toujours donné dans un hôpital, ou dans un milieu semblable, où il est possible d'avoir accès à un équipement stérile pour préparer la solution.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Il est important que ce médicament soit employé conformément aux indications de votre médecin. Si vous manquez un rendez-vous fixé pour recevoir le galsulfase, communiquez avec votre médecin aussitôt que possible pour prendre un autre rendez-vous.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Quiconque ayant une allergie au galsulfase ou à l'un des ingrédients de ce médicament, ne devrait pas l'utiliser.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une congestion nasale;
  • un mal de gorge;
  • des maux de tête;
  • de la nausée;
  • une saillie du nombril;
  • une sensation de malaise généralisé;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une baisse de l'acuité auditive;
  • des changements de la pression artérielle;
  • un changement du rythme cardiaque (une accélération ou une décélération);
  • une coloration bleutée ou une pâleur de la peau;
  • une démangeaison;
  • de la douleur (dans les oreilles, abdominal, articulaire, thoracique);
  • une opacification des yeux;
  • une rougeur de l'œil;
  • une sensation de picotements;
  • des tremblements.

Cessez la prise du médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • une difficulté respiratoire;
  • des signes d'une réaction allergique importante (par ex. des crampes abdominales, une difficulté respiratoire, de la nausée et des vomissements, une enflure du visage et de la gorge);
  • des symptômes d'une réaction à la perfusion (par ex. une pression artérielle basse, des étourdissements, un rythme cardiaque lent, un essoufflement, une fièvre, des frissons, de l'urticaire).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Compression de la moelle épinière : la maladie de Maroteaux-Lamy provoque souvent de la pression sur la moelle épinière. Il s'agit d'une évolution normale de la maladie; cette complication peut toutefois apparaître ou s'aggraver lors de l'utilisation de galsulfase. Signalez immédiatement à votre médecin toute dorsalgie, paralysie ou incontinence urinaire ou fécale. Ces symptômes signalent possiblement une compression de la moelle épinière qui peut devenir une urgence médicale si on ne la traite pas dès que possible.

Réactions allergiques : des personnes ont parfois une réaction allergique grave à ce médicament. Cette réaction peut se produire jusqu'à 24 heures après l'administration d'une dose de galsulfase. Parmi les signes d'une réaction allergique, on retrouve une grave éruption cutanée, de l'urticaire, un visage bouffi ou une gorge enflée ou une difficulté respiratoire. Si vous ressentez l'un de ces symptômes, sollicitez immédiatement des soins médicaux.

Réactions liées à la perfusion : comme d'autres traitements enzymatiques, le galsulfase peut provoquer de graves réactions associées à la perfusion, notamment d'importantes réactions allergiques. Votre professionnel de la santé vous suivra de près pendant et après la perfusion et il se peut qu'il vous administre d'autres médicaments avant de vous donner le galsulfase pour prévenir ces réactions.

Si vous ressentez des symptômes attribuables à une réaction à la perfusion comme de la fièvre, des frissons, des difficultés respiratoires, un serrement de la poitrine et de la gorge, un dérangement d'estomac et une éruption cutanée, indiquez-le immédiatement à votre professionnel de la santé. Il est habituellement possible de réduire ces symptômes en ralentissant le rythme de perfusion du médicament ou en arrêtant de l'administrer, tout comme en utilisant d'autres médicaments pour traiter la réaction.

Il importe que vous preniez le(s) médicament(s) recommandé(s) par votre médecin avant votre perfusion de galsulfase. Si vous ressentez une réaction importante à la perfusion, votre médecin vous donnera d'autres médicaments pour traiter la réaction. Demandez des renseignements supplémentaires à votre médecin.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : on ignore si le galsulfase passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Aînés : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les aînés. Dans les études cliniques, l'âge des sujets traités était inférieur à 30 ans.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.