Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le phosphate sodique de prednisolone appartient à la classe des médicaments appelés corticostéroïdes et il s'utilise pour réduire l'inflammation dans plusieurs parties du corps.

Le plus souvent, ce médicament est prescrit pour traiter des troubles associés à une enflure et à des démangeaisons (par ex. des réactions allergiques) ainsi que des problèmes respiratoires liés à une inflammation des voies respiratoires. Il peut également servir au traitement de certains cancers et troubles du sang.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Ce médicament est offert sous forme de solution orale dosée à 5 mg par 5 mL.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Dans le cas des enfants, la dose de la solution de phosphate sodique de prednisolone varie beaucoup, selon l'état de santé et l'âge de l'enfant. Si le trouble traité ne s'améliore pas ou s'aggrave au bout de quelques jours, communiquez avec votre médecin.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Utilisez une seringue orale pour mesurer chaque dose, car vous obtiendrez une mesure plus juste qu'avec des cuillerées à thé de ménage.

Si le médicament doit être donné 1 fois par jour, il est préférable que ce soit le matin. La prednisolone doit être prise avec de la nourriture pour éviter les maux d'estomac.

Il ne faut pas arrêter de prendre ce médicament sans en discuter avec votre médecin au préalable. En cas de traitement prolongé par la prednisolone, il faudra réduire la dose graduellement afin d'éviter des symptômes de sevrage ou le retour des symptômes ayant nécessité le traitement.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante et ne le mettez pas au réfrigérateur. Gardez-le hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer le phosphate sodique de prednisolone dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au phosphate sodique de prednisolone ou à l'un des ingrédients du médicament ;
  • une infection fongique généralisée non traitée.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une augmentation de l'appétit ;
  • une faiblesse musculaire ;
  • des maux de tête ;
  • de la nausée ;
  • une sensation de tournoiement ;
  • des troubles du sommeil ;
  • des vomissements.

Nota : lors d'un traitement oral de courte durée par le phosphate sodique de prednisolone, les effets secondaires sont minimes. Par contre, si le traitement doit être de longue durée, des effets secondaires peuvent se produire.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des émissions de l'urine fréquentes ;
  • une éruption cutanée ;
  • des modifications de l'humeur ;
  • des signes d'une augmentation du taux de sucre sanguin (par ex. une haleine à odeur fruitée, une soif accrue, un besoin plus fréquent d'uriner) ;
  • une vision floue ou une diminution de l'acuité visuelle.

Quelques effets secondaires ne se produisent que si le médicament est utilisé pour une période prolongée. Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • de l'acné ou autres problèmes de peau ;
  • une baisse ou une perte graduelle de l'acuité visuelle ;
  • une bosse dorsale ;
  • des changements de la personnalité ;
  • des crampes musculaires ou une faiblesse ;
  • une croissance pileuse excessive peu commune ;
  • une diarrhée ;
  • une douleur abdominale ou gastrique ;
  • une douleur dans le dos ou dans les côtes ;
  • une enflure des pieds ou de la partie inférieure des jambes ;
  • un faux sentiment de bien-être ;
  • la formation de cloques rouges ou prurigineuses, douloureuses et purulentes, dans les follicules pileux ;
  • des fourmillements ;
  • un gain de poids rapide ;
  • des irrégularités du cycle menstruel ;
  • une ostéoporose ou des lésions osseuses ;
  • des plaques bleues ou violacées sur la peau ;
  • le remplissage ou l'arrondissage du visage ;
  • un retard de croissance ;
  • des sautes d'humeur ;
  • une sécheresse de la bouche ;
  • des signes de dépression (par ex. un manque de concentration, des fluctuations pondérales, des troubles du sommeil, un désintérêt à l'égard de nombreuses activités, des pensées suicidaires) ;
  • des signes d'une infection (par ex. une toux, une fièvre ou des frissons, une diarrhée aiguë, un essoufflement, des étourdissements prolongés, des maux de tête, le cou raide, une perte de poids, ou un manque d'énergie) ;
  • des signes de saignement (par ex. un nez sanglant, du sang dans l'urine ou dans les selles, une toux avec expectoration sanglante, un temps de saignement prolongé des coupures, un saignement inaccoutumé ou des ecchymoses, des selles noirâtres ou goudronneuses).

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des convulsions (des crises épileptiques) ;
  • des signes d'insuffisance cardiaque (par ex. un ralentissement des battements cardiaques, une difficulté à respirer, une accumulation de liquide dans les jambes et les chevilles) ;
  • des signes de pancréatite (par ex. une douleur au côté supérieur gauche de l'abdomen, un mal de dos, de la nausée, une fièvre, des frissons, des battements de cœur rapides, un abdomen gonflé).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Développement des os : la prise prolongée de prednisolone contribue à affaiblir les os et à ralentir leur croissance dans le cas des enfants.

Diabète : les corticostéroïdes - comme le phosphate sodique de prednisolone - peuvent faire grimper le taux de sucre sanguin. Il se pourrait que les personnes atteintes de diabète aient à vérifier leur taux de sucre sanguin plus souvent durant la prise de ce médicament.

Les personnes atteintes de diabète et celles qui courent un risque accru de développer le diabète devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, comment leur affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Équilibre hormonal : lors d'un traitement prolongé (plus de 2 semaines), les médicaments corticostéroïdes - comme le phosphate sodique de prednisolone - diminuent la quantité des hormones corticostéroïdes produites naturellement par le corps. Cela entraîne un certain nombre d'effets secondaires (associés à l'usage prolongé des corticostéroïdes), y compris l'arrondissement du visage, le gain de poids, la rétention de liquide et l'enflure des jambes, des pieds et des mains.

La diminution de la production naturelle de corticostéroïdes explique également les symptômes de sevrage qui se produisent lors de l'arrêt soudain du médicament. Si vous prenez ce médicament depuis longtemps, n'arrêtez pas de le prendre soudainement. Consultez votre médecin ou un pharmacien pour savoir comment procéder dans ce cas.

Fonction hépatique : quand le foie ne fonctionne pas normalement, les effets des corticostéroïdes sur l'organisme sont accentués et le risque d'effets secondaires augmente. Si votre fonction hépatique est réduite ou si vous êtes atteint d'une maladie hépatique, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Fonction rénale : les reins aident à éliminer le phosphate sodique de prednisolone de l'organisme. Quand les reins ne fonctionnent pas normalement, le risque d'effets secondaires augmente. Si votre fonction rénale est réduite ou si vous êtes atteint d'une maladie rénale, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Fonction thyroïdienne : quand la glande thyroïde ne fonctionne pas normalement, les effets des corticostéroïdes sur l'organisme sont accentués et le risque d'effets secondaires augmente. En cas d'insuffisance thyroïdienne (hypothyroïdie), discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Glaucome : les corticostéroïdes - comme le phosphate sodique de prednisolone - peuvent provoquer une hausse de la pression à l'intérieur des yeux ou une aggravation du glaucome. Si vous faites du glaucome ou êtes exposé à un risque de glaucome, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Infections : les corticostéroïdes réduisent la capacité de votre corps à lutter contre les infections et peuvent masquer les signes d'une infection en cours. En cas d'exposition à la varicelle ou à la rougeole pendant que vous prenez ce médicament, dites-le à votre médecin parce que ces maladies peuvent s'avérer plus graves, voire fatales, pour les personnes qui prennent un corticostéroïde. En cas de signes d'infection (par ex. un mal de gorge, de la fièvre, des éternuements ou une toux), communiquez avec votre médecin dès que possible.

Pression artérielle : comme les autres corticostéroïdes, le phosphate sodique de prednisolone peut causer une rétention de liquide qui mène à une hausse de la pression artérielle ; en effet, le cœur doit travailler plus fort pour faire circuler le liquide en surplus dans les vaisseaux sanguins.

Si votre pression artérielle est élevée ou si vous êtes à risque de faire de l'hypertension, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Vaccins : les vaccins reçus pendant le traitement par la prednisolone ne procureront pas nécessairement la protection prévue contre les maladies. Cela s'explique par le fait que les corticostéroïdes réduisent l'activité du système immunitaire. Par ailleurs, il existe peut-être un lien (quoique non confirmé) entre les problèmes du système nerveux et l'administration de vaccins pendant un traitement par le phosphate sodique de prednisolone.

En règle générale, il n'est pas recommandé de se faire vacciner pendant que vous prenez un corticostéroïde. Consultez votre médecin pour toute inquiétude ou question.

Grossesse : le phosphate sodique de prednisolone traverse le placenta et peut causer du tort à l'enfant à naître. Ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : ce médicament passe dans le lait maternel. Si vous employez le phosphate sodique de prednisolone pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : les enfants sont plus exposés aux effets secondaires liés à la prise d'une grande quantité d'un corticostéroïde au cours d'une longue période (par ex. un retard de croissance, un retard du gain de poids).

L'usage pédiatrique de ce médicament devrait se limiter à la plus petite quantité efficace. Discutez avec votre médecin des risques et des bienfaits de l'emploi de ce médicament par les enfants.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le phosphate sodique de prednisolone et l'un des agents ci-après :

  • les antiacides ;
  • les antibiotiques macrolides (par ex. la clarithromycine, l'érythromycine) ;
  • les antidiabétiques ;
  • les antifongiques dont le nom se termine en « azole » (par ex. l'itraconazole, le kétoconazole, le voriconazole) ;
  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) (par ex. l'ibuprofène, le naproxène et le diclofénac) ;
  • l'aprépitant ;
  • les barbituriques (par ex. le phénobarbital) ;
  • la cyclosporine ;
  • les diurétiques (pilules pour éliminer l'eau) ;
  • l'échinacée ;
  • l'isoniazide ;
  • le mitotane ;
  • les œstrogènes ;
  • la phénytoïne ;
  • le pimécrolimus ;
  • la rifampine ;
  • le ritonavir ;
  • le tacrolimus ;
  • les vaccins ;
  • la warfarine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments ;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre ;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux ;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Minims-Prednisolone-Sodium-Phosphate