Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

La noréthindrone appartient à la classe des médicaments appelés contraceptifs oraux (les pilules anticonceptionnelles). La noréthindrone est un médicament contraceptif renfermant une hormoneprogestative, elle s'utilise dans la prévention d'une grossesse. Les progestatifs peuvent prévenir la fécondation en entravant la croissance de l'ovule et en causant l'épaississement de la glaire cervicale. Les pilules renfermant seulement un progestatif (sans œstrogène ajouté) sont souvent appelées des minipilules.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées pour tous les troubles mentionnés dans cet article. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Micronor régime de 28 comprimés

Chaque comprimé vert, non sécable, portant l'inscription « ORTHO 0.35 » gravée sur chaque face, contient 0,35 mg de noréthindrone. Ingrédients non médicinaux : D et C vert nº 5, D et C jaune nº 10, lactose, stéarate de magnésium, polyvinylpyrrolidone et amidon.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose de noréthindrone habituelle consiste en 1 comprimé pris 1 fois par jour, à la même heure chaque jour, avec ou sans aliments. Consultez la notice d'accompagnement du produit pour savoir à quel moment de votre cycle menstruel vous devriez commencer à prendre la pilule et ce que vous devriez faire si vous omettez une pilule.

Prenez un comprimé par jour pendant 28 jours, puis commencez une nouvelle plaquette le jour suivant sans omettre aucun jour entre les plaquettes. Vos menstruations doivent se produire pendant les sept derniers jours de l’utilisation d’une plaquette. Continuez à prendre la noréthindrone tous les jours, même si vous avez un peu de saignements menstruels.

Vous pourriez juger prudent d'utiliser une méthode de contraception supplémentaire (par ex. des préservatifs en latex, une mousse spermicide ou un gel) durant les 2 premiers jours de la mise en pratique de votre premier cycle de pilules. Vous aurez ainsi une méthode de contraception auxiliaire au cas où vous auriez de la difficulté à vous habituer à prendre votre pilule régulièrement.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. L’efficacité de ce médicament dépend de sa prise au même moment de chaque jour. Si vous oubliez de prendre votre pilule, consultez la notice d'accompagnement du produit pour obtenir des renseignements sur la marche à suivre. L'omission de la prise de vos pilules augmente votre risque de grossesse. Consultez la notice d'accompagnement du produit pour savoir quand il est utile d'avoir recours à une seconde méthode de contraception. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Entreposez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer ce médicament dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à la noréthindrone ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • une allergie aux progestatifs;
  • un cancer du sein confirmé ou soupçonné;
  • une grossesse confirmée ou soupçonnée;
  • une maladie du foie active;
  • la présence ou des antécédents d'une tumeur du foie bénigne ou maline;
  • un saignement vaginal anormal de cause inconnue.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • l'acné;
  • une diminution du volume du saignement menstruel;
  • une douleur mammaire ou une douleur à la pression sur les seins;
  • des étourdissements;
  • de la fatigue;
  • de la nausée;
  • de légers maux de tête;
  • une perte ou une poussée de cheveux ou de poils sur le corps ou sur le visage;
  • une prise de poids;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • l’apparition subite d’une douleur abdominale basse;
  • une augmentation du volume du saignement menstruel;
  • l'arrêt des menstruations;
  • la dépression;
  • des signes de troubles hépatiques (par ex. de la nausée, des vomissements, de la diarrhée, une perte de l'appétit, une perte de poids, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine sombre, des selles claires);
  • un saignement utérin entre les menstruations régulières.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des signes d’une réaction allergique importante (par ex. des crampes abdominales, une difficulté respiratoire, des nausées et des vomissements, ou une boursouflure du visage et une enflure de la gorge).
Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Cancer du col utérin : quelques études semblent indiquer qu'il existerait peut-être un lien entre les pilules anticonceptionnelles et le cancer du col utérin, mais aucune preuve décisive ne supporte cette suggestion en ce qui concerne ce médicament. Les femmes atteintes d'un cancer du col utérin ne devraient pas employer les pilules anticonceptionnelles étant donné que le rôle des hormones sexuelles féminines n'a pas été clairement déterminé dans le cas du cancer du col utérin.

Cancer du sein : quelques études semblent indiquer qu'il existerait peut-être un lien entre les pilules anticonceptionnelles et le cancer du sein, mais aucune preuve décisive ne supporte cette suggestion en ce qui concerne ce médicament. Les femmes atteintes d'un cancer du sein ne devraient pas employer les pilules anticonceptionnelles étant donné que le rôle des hormones sexuelles féminines n'a pas été clairement déterminé dans le cas du cancer du sein.

Dépression : il est tout à fait possible que les femmes qui ont des antécédents de dépression fassent une rechute pendant qu'elles prennent les pilules anticonceptionnelles. Si vous avez des antécédents de dépression ou d'autres troubles de santé mentale, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, comment votre affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Diabète : l’utilisation de noréthindrone peut provoquer une élévation des taux de glucose sanguin (peut causer une perte de la maîtrise de la glycémie) et un changement de la tolérance au glucose. Il se pourrait que les personnes atteintes de diabète aient à vérifier leur taux de sucre sanguin plus souvent durant la prise de ce médicament.

Si vous faites du diabète, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Menstruations irrégulières : le cycle menstruel des femmes qui emploient des pilules anticonceptionnelles uniquement à base de progestatif est fréquemment irrégulier. Si des variations se manifestent dans votre cycle menstruel, consultez votre médecin. Si un écoulement sanguin ne se produit pas pendant longtemps, vous devriez faire un test de grossesse.

Analyses de laboratoire : les pilules anticonceptionnelles à base de progestatif seul peuvent avoir une influence sur certains examens effectués en laboratoire. Si des analyses de sang sont effectuées pour vérifier le fonctionnement de votre thyroïde ou si un frottis cervicovaginal est réalisé, signalez à votre médecin que vous employez la noréthindrone.

Fonction hépatique : certaines études ont suggéré la possibilité d’une relation entre les pilules contraceptives et certaines tumeurs hépatiques cancéreuses ou non cancéreuses, mais aucune conclusion définitive n’a été établie au sujet de ce médicament.

Ce médicament peut causer des changements dans la fonction hépatique. Si vous observez la survenue de symptômes de troubles hépatiques comme de la fatigue, une sensation de malaise, une perte de l'appétit, de la nausée, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine foncée, des selles claires, une douleur abdominale, ou une enflure et une démangeaison cutanée, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Migraines et maux de tête : si vous êtes actuellement sujette à de graves maux de tête ou à des migraines qui deviennent plus fréquentes ou plus intenses, ou si des migraines ou des maux de tête surviennent et deviennent plus persistants et plus gênants après les prises initiales de noréthindrone, communiquez avec votre médecin.

Examens de santé réguliers : les femmes qui prennent ce médicament devraient faire l'objet d'examens de suivis outre l'examen physique effectué tous les ans par leur médecin.

Retour de la fécondité : peu d'études ont été menées dans ce contexte, mais elles montrent qu'une ovulation normale et la fécondité reviennent rapidement après l'arrêt de ce médicament.

Infections transmises sexuellement (ITS) : les pilules anticonceptionnelles n'offrent aucune protection contre les ITS, y compris l'infection à VIH - sida. Protégez-vous contre les ITS en utilisant des préservatifs en latex.

Tabagisme : la consommation de cigarettes augmente le risque que de graves problèmes touchent le cœur et les vaisseaux sanguins. Le risque augmente avec l'âge, et devient considérablement plus important pour les personnes qui ont plus de 35 ans. Ne fumez pas si vous employez ce médicament, surtout si vous avez plus de 35 ans.

Grossesse : les femmes enceintes ne devraient pas employer les pilules anticonceptionnelles. Si vous prenez des pilules anticonceptionnelles, et si une grossesse advient, suspendez la prise de ces pilules, et consultez votre médecin. Il n'existe toutefois pas de preuves formelles que le progestatif contenu dans ce médicament nuirait au fœtus.

Allaitement : si une mère commence à prendre des pilules anticonceptionnelles alors qu'elle allaite déjà, le médicament ne semble pas avoir un effet sur le volume ni sur la qualité de son lait. Il n'existe aucune preuve que les pilules anticonceptionnelles uniquement à base de progestatif nuisent au nourrisson. Aucun effet secondaire n'a influé sur la durée de l'allaitement ni sur la santé, croissance ou développement du nourrisson.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre la noréthindrone et l'un des agents ci-après :

  • l'acide retinoïque (par ex. l'étrétinate, l'isotrétinoïne);
  • l'acitrétine;
  • les antidiabétiques (par ex. l'acarbose, la canagliflozine, le chlorpropamide, le glipizide, le glyburide, l'insuline, la metformine, le natéglinide, la rosiglitazone);
  • l'apixaban;
  • l'aprépitant;
  • les barbituriques (par ex. le butalbital, le phénobarbital);
  • les benzodiazépines (par ex. l'alprazolam, le diazépam, le lorazépam);
  • le bosentan;
  • la carbamazépine;
  • la cholestyramine;
  • le cobicistat;
  • le colestipol;
  • la cyclosporine;
  • le dabigatran;
  • le dabrafénib;
  • le déférasirox;
  • la dexaméthasone;
  • l'éthosuximide;
  • l'exénatide;
  • le felbamate;
  • l'héparine;
  • les héparines de faible poids moléculaire (par ex. la daltéparine, l'énoxaparine, la tinzaparine);
  • l'hydrate de chloral;
  • les inhibiteurs de la protéase de l'hépatite C (par ex. le bocéprévir, le télaprévir);
  • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex. l’atazanavir, l'indinavir, le ritonavir, le saquinavir);
  • les inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH (INNTIs; par ex. la delavirdine, l'éfavirenz, l'étravirine, la névirapine);
  • la lamotrigine;
  • le méprobamate;
  • le metreleptin;
  • la mifépristone;
  • le millepertuis;
  • le mitotane;
  • le mycophénolate;
  • l'oxcarbazépine;
  • le pérampanel;
  • la phénytoïne;
  • la primidone;
  • le prucalopride;
  • la rifabutine;
  • la rifampine;
  • le rivaroxaban;
  • le rufinamide;
  • la sélégiline;
  • le siltuximab;
  • la thalidomide;
  • le tocilizumab;
  • le topiramate;
  • l’acide tranexamique;
  • l'ulipristal;
  • le voriconazole;
  • la warfarine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux,
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D’autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous prenez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments. dicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Micronor-regime-de-28-comprimes