Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Les ménotropines constituent un mélange d'hormones sécrétées naturellement, notamment la folliculostimuline (HFS) et la lutéinostimuline (LH). Les ménotrophines sont utilisées par les femmes atteintes par certains problèmes d'infertilité, mais qui désirent concevoir. Les ménotropines agissent en stimulant les ovaires pour qu'ils produisent des œufs.

Les ménotrophines sont habituellement données en association avec la gonadotrophine chorionique humaine (hCG). Cette hormone est également présente dans ce médicament. L'action de cette hormone est semblable à celle de la LH et aide à assurer la survenue de l'ovulation au moment prévu.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque fiole de poudre stérile lyophilisée, ou de pastilles, d'un blanc à blanc cassé, contient 75 unités internationales (U.I.) de HFS en activité et 75 UI de LH en activité. Ingrédients non médicinaux : lactose monohydraté, polysorbate 20, tampon de phosphate de sodium (phosphate de sodium dibasique, heptahydrate et acide phosphorique), chlorure de sodium pour injection, U.S.P.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose de ménotrophines dépendra de vos circonstances personnelles et de vos besoins. La dose initiale recommandée de ménotropines est 225 U.I. injectées sous la peau quotidiennement pendant 20 jours tout au plus. La dose peut être ajustée en fonction de votre réponse, mais elle ne devrait pas dépasser 450 U.I. par jour.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est préférable d'injecter ce médicament sous la peau du bas ventre quelques centimètres au-dessous du nombril. Changez de côté tous les jours (par ex. alternance du bas ventre gauche ou droit) afin de prévenir un endolorissement.

Votre médecin, ou un autre professionnel de la santé, vous montrera comment effectuer le mélange du médicament, l'aspirer dans une seringue et l'injecter. La dose du médicament devrait être injectée immédiatement après avoir été préparée. Jetez toute portion inutilisée du mélange. N'utilisez pas la solution injectable si elle est trouble, renferme des particules ou possède une coloration anormale.

Il est très important que ce médicament soit utilisé conformément aux indications de votre médecin et que vous vous rendiez à tous les rendez-vous qui auront été fixés pour surveiller les progrès. Votre médecin suivra la réponse de vos ovaires au médicament et vous devrez rendre fréquemment visite à votre médecin.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, employez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Entreposez ce médicament (non mélangé) à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité, hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer ce médicament dans les circonstances ci-après :

  • une allergie aux ménotropines ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • un dérèglement rebelle de la thyroïde ou des glandes surrénales;
  • une grossesse;
  • un kyste ovarien ou une augmentation de volume qui n'est pas causée par le syndrome des ovaires polykystiques;
  • une lésion à l'intérieur de la tête, comme un adénome pituitaire;
  • la présence d'une tumeur hormonodépendante (dont la croissance dépend de la présence des hormones) des ovaires, des trompes de Fallope, de l'utérus, du vagin, du col de l'utérus ou des seins;
  • un saignement vaginal anormal de cause inconnue;
  • un taux élevé de HFS (indice d'une insuffisance ovarienne primitive - autre cause de stérilité).

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes employant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • des bouffées de chaleur;
  • une constipation;
  • des crampes;
  • de la douleur, une éruption cutanée, une enflure, ou de l'irritation au lieu d'injection ou sur le corps;
  • une douleur abdominale;
  • une douleur généralisée (au dos, aux articulations ou à l'ensemble du corps);
  • une douleur à la pression sur les seins;
  • des étourdissements;
  • des maux de tête;
  • de la nausée, des vomissements, ou une diarrhée (temporaires ou pas graves);
  • une sensation de malaise général;
  • une sensation de plénitude de l'estomac;
  • de la sudation.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • de la douleur lors de l'émission de l'urine;
  • une douleur inaccoutumée pendant le saignement menstruel;
  • des migraines;
  • des modifications de l'humeur;
  • des saignements vaginaux anormaux;
  • des symptômes semblables à ceux de la grippe (par ex. une toux, une fièvre, un mal de gorge).

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • une difficulté respiratoire;
  • des signes attribuables à un accident vasculaire cérébral (par ex. des problèmes soudains de vision, des étourdissements, l'apparition subite de maux de tête intenses et inusités, de la faiblesse, des troubles de l'élocution);
  • des signes d'un caillot dans un vaisseau sanguin (par ex. une difficulté à respirer, une douleur thoracique, une douleur et une enflure dans un muscle d'une seule jambe);
  • des symptômes attribuables au syndrome d'hyperstimulation ovarienne, par ex. :
    • une diarrhée,
    • une difficulté respiratoire,
    • une douleur ou un inconfort abdominal ou pelvien,
    • un gain de poids rapide,
    • de la nausée,
    • une réduction de la production d'urine,
    • une sensation de ballonnement,
    • des vomissements.
  • des symptômes d'une grave réaction allergique (un essoufflement, une boursouflure du visage ou une enflure de la gorge, ou de l'urticaire).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Augmentation du volume des ovaires : quelques femmes pourraient constater une augmentation du volume des ovaires associé à une distension ou à une douleur abdominale. Dans la majorité des cas, ces symptômes disparaissent sans traitement au bout de 2 ou 3 semaines. Si vous observez ces symptômes, communiquez avec votre médecin.

Caillots de sang : ce médicament peut accroître le risque de formation de caillots de sang qui causeraient une réduction du flot sanguin aux organes ou aux extrémités. Si vous avez des antécédents de coagulation, informez-en votre médecin, car vous pourriez courir un risque accru d'avoir des problèmes liés à des caillots de sang comme une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral ou des caillots dans les veines profondes d'une jambe. Discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Si vous ressentez des symptômes comme une douleur vive et une enflure de la jambe, de la difficulté à respirer, une douleur thoracique, une vue brouillée ou de la difficulté à parler, communiquez immédiatement avec votre médecin.

Naissances multiples : les médicaments fécondostimulants peuvent causer des naissances multiples. Discutez avec votre médecin des risques de naissances multiples avant d'amorcer un traitement.

Syndrome d'hyperstimulation ovarienne (SHO) : un traitement par ce médicament peut causer un trouble appelé syndrome d'hyperstimulation ovarienne (SHO). Il se développe le plus souvent après l'arrêt du traitement. Le syndrome d'hyperstimulation ovarienne se caractérise par la croissance d'un trop grand nombre de follicules, et peut engendrer une gêne ou une douleur abdominale ou pelvienne, de la nausée, des vomissements, et un gain de poids. Quelques femmes pourraient faire l'expérience d'une difficulté respiratoire, d'une diarrhée et d'émissions d'urine plus rares. Le SHO peut évoluer rapidement et devenir très grave. Si vous ressentez l'un de ces symptômes pendant que vous employez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Troubles pulmonaires : l'emploi des ménotrophines a entraîné de rares cas de graves problèmes pulmonaires. Demandez immédiatement des soins médicaux si vous ressentez une difficulté respiratoire, ou une respiration sifflante.

Grossesse : les effets des ménotrophines sur un enfant à naître sont inconnus. Pour éviter le risque de nuire au bébé, on doit s'abstenir d'utiliser les ménotrophines pendant la grossesse.

Allaitement : on ignore si les ménotropines passent dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : l'utilisation de ce médicament est destinée aux femmes en âge de procréer. Ni sa sécurité d'emploi ni son efficacité n'a été établie pour les enfants.

Aînés : l'utilisation de ce médicament est destinée aux femmes en âge de procréer. Ni sa sécurité d'emploi ni son efficacité n'a été établie pour les aînés.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments. Dans votre cas, votre médecin peut vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments,
  • remplacer l'un des médicaments par un autre,
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux,
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Dans bien des cas, les interactions sont voulues ou font l'objet d'un suivi minutieux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.