Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

L'acétate de médroxyprogestérone appartient à la classe des médicaments appelés progestatifs. Il s'utilise pour prévenir une grossesse. Il agit en empêchant l'œuf d'une femme de se développer complètement. Il entrave le cheminement du sperme vers l'œuf en épaississant les mucosités qui entourent le col utérin. L'acétate de médroxyprogestérone s'utilise aussi pour traiter l'endométriose.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées pour tous les troubles mentionnés dans cet article. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous employez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque mL (millilitre) contient 150 mg d'acétate de médroxyprogestérone. Ingrédients non médicinaux : méthylparabène, propylparabène, polyéthylèneglycol 3350, polysorbate, chlorure de sodium, acide chlorhydrique ou hydroxyde de sodium, ou les 2, pour équilibrer le pH et eau pour injection.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Pour la contraception, il existe deux présentations de ce médicament. La dose intramusculaire (IM) recommandée est de 150 mg injectés à l'intérieur d'un muscle par un professionnel de la santé tous les 3 mois. Il ne doit pas s'écouler plus de 13 semaines entre les injections. Si une injection n'est pas reçue dans un intervalle de 13 semaines, un test de grossesse devrait être effectué avant de poursuivre le traitement par la médroxyprogestérone.

La dose sous-cutanée (SC) recommandée d'acétate de médroxyprogestérone est de 104 mg injectés sous la peau, toutes les 12 à 14 semaines. Si plus de 14 semaines s'écoulent entre les  injections SC, on doit effectuer un test de grossesse pour éliminer la possibilité d'une grossesse avant de reprendre un traitement avec la médroxyprogestérone.

On commence habituellement à prendre ce médicament au cours des 5 premiers jours qui suivent le début des menstruations normales. Si l'injection est donnée dans les 5 jours après l'apparition des règles normales, elle exercera une action efficace dès le jour de son injection. Toutefois, si elle est donnée durant le cycle menstruel, il se pourrait que son action ne devienne efficace que 3 ou 4 semaines après l'injection. Une méthode de contraception non hormonale complémentaire devrait être utilisée durant ce temps. Elle pourrait consister de préservatifs en latex et de mousses ou gelées spermicides.

Lorsqu'on utilise ce médicament pour traiter l'endométriose, la dose habituelle est de 50 mg injectés à l'intérieur d'un muscle une fois par semaine, ou de 100 mg injectés à l'intérieur d'un muscle toutes les deux semaines pendant au moins 6 mois.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière d'utiliser le médicament sans le consulter au préalable.

Il est très important que ce médicament soit utilisé conformément aux indications de votre médecin. Cette préparation ne doit pas être injectée intraveineusement (injectée dans une veine). Si vous manquez un rendez-vous fixé pour recevoir une injection d'acétate de médroxyprogestérone, communiquez avec votre médecin aussitôt que possible pour prendre un autre rendez-vous.

Conservez ce médicament à la température ambiante, à l'abri du gel et de la lumière, et hors de la portée des enfants. Il devrait être agité vigoureusement avant l'emploi.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

La médroxyprogestérone ne devrait pas être utilisée dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à la médroxyprogestérone ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • des antécédents d'accident vasculaire cérébral;
  • des antécédents de crise cardiaque ou de maladie cardiaque;
  • des antécédents de désordres de la coagulation ou de formation de caillots sanguins;
  • des antécédents de migraines précédées d'aura;
  • un cancer présent ou soupçonné sensible aux progestatifs;
  • une grossesse confirmée ou soupçonnée;
  • la présence de facteurs de risque pour la formation de caillots sanguins (par ex. une élévation importante de la pression artérielle, des changements génétiques qui prédisposent à la formation de caillots sanguins, de l'hypercholestérolémie importante, un tabagisme important chez une personne de plus de 35 ans, la présence de problèmes vasculaires secondaires au diabète).
  • des problèmes de la vue consécutifs à une affection vasculaire.
  • des problèmes non diagnostiqués ou confirmés au sein (par ex. un cancer);
  • un saignement non diagnostiqué du vagin ou des voies urinaires;
  • un trouble du foie.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • l'acné;
  • une baisse de la pulsion sexuelle;
  • des bouffées de chaleur;
  • une diminution de la teneur minérale de l'os;
  • une douleur abdominale ou des crampes;
  • de la douleur ou de l'irritation au point d'injection;
  • une enflure ou une douleur mammaire;
  • une enflure du visage, des chevilles ou des pieds;
  • des étourdissements;
  • de la fatigue;
  • une fatigue ou une faiblesse inaccoutumée;
  • de légers maux de tête;
  • des modifications des saignements menstruels :
    • des pertes menstruelles plus importantes durant les règles régulières;
    • des saignements menstruels plus abondants entre les règles;
    • de légers saignements utérins entre les règles;
    • l'arrêt des règles;
  • de la nausée;
  • de la nervosité;
  • une perte ou une poussée de cheveux ou de poils sur le corps ou sur le visage;
  • une réaction ou une irritation cutanée au site d'injection;
  • des troubles du sommeil;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des grosseurs dans les seins;
  • un saignement vaginal inaccoutumé;
  • des signes de dépression (comme une humeur triste, un désintérêt à l'égard de ce que vous aimiez, des fluctuations du poids, des troubles du sommeil, des sentiments de culpabilité ou de dévalorisation, des pensées suicidaires);
  • des signes de troubles hépatiques (par ex. de la nausée, des vomissements, de la diarrhée, une perte de l'appétit, une perte de poids, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine sombre, des selles claires);
  • des symptômes d'une infection des voies urinaires (par ex. de la douleur lors de l'émission de l'urine, fréquence accrue de l'émission d'urine, de la douleur dans le bas du dos ou de flanc).

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des convulsions;
  • de la difficulté à bouger une partie du corps (paralysie);
  • des signes d'un accident vasculaire cérébral (par ex. de la confusion, un soudain manque de coordination; des modifications du champ visuel; une subite difficulté à articuler; une faiblesse, un engourdissement ou de la douleur dans un bras ou une jambe);
  • des signes de caillots sanguins (par ex. du sang dans les crachats, une douleur dans le thorax, l'aine ou une jambe (en particulier au mollet), une enflure des jambes ou une  rougeur);
  • des signes de crise cardiaque (par ex. une douleur thoracique subite, de la douleur irradiant dans le dos, le long du bras, la mâchoire; une sensation de plénitude gastrique, des nausées, des vomissements; une sudation excessive; de l'anxiété);
  • des signes d'une réaction allergique importante (par ex. des crampes abdominales, une difficulté respiratoire, des nausées et des vomissements, ou une boursouflure du visage et une enflure de la gorge).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Caillots de sang : ce médicament a été associé à la formation de caillots de sang dans la circulation sanguine. Ces caillots de sang peuvent se former partout dans le corps, mais ils sont plus visibles lorsqu'ils se produisent dans les grands muscles, les poumons, le cerveau (entraînant un accident vasculaire cérébral), ou le cœur (ou une crise cardiaque). Si vous avez une douleur au thorax ou à une jambe, un essoufflement inexpliqué, une vision floue, de la difficulté à articuler, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Certaines situations, par ex. un alitement prolongé, peuvent favoriser la formation de caillots de sang. Discutez avec votre médecin des risques et des bienfaits de l'arrêt temporaire de ce médicament si vous prévoyez subir une intervention chirurgicale et signalez à tous vos médecins que vous prenez ce médicament.

Perte osseuse : la médroxyprogestérone cause une perte osseuse et les adolescentes dont les os sont toujours en formation et qui n'ont pas atteint leur masse osseuse maximale doivent discuter de leurs préoccupations avec leur médecin. On ignore si ce phénomène aura un effet sur la masse osseuse maximale et augmentera le risque d'ostéoporose à l'avenir. Si vous envisagez d'utiliser ce médicament, discutez de ses risques et bienfaits avec votre médecin.

La quantité de perte osseuse dépend de la durée de l'emploi de ce médicament. Cette perte osseuse pourrait ne pas être totalement réversible. Vous devriez discuter de ces risques avec votre médecin. Ce risque d'effets sur les os pourrait être plus grand au début de l'âge mûr et de l'adolescence.

Cancer : pour certaines femmes, il se peut qu'une légère élévation du risque de cancer du sein soit associée à l'utilisation des injections d'acétate de médroxyprogestérone. Les études menées à long terme n'ont pas démontré d'augmentation du risque de cancer de l'ovaire, du foie ou du col de l'utérus; elles ont toutefois démontré une réduction du risque de cancer de l'endomètre. Si l'utilisation de ce médicament vous inquiète, discutez-en avec votre médecin.

Tabagisme : il existe un risque accru d'effets secondaires nocifs touchant le cœur et les vaisseaux sanguins des femmes qui fument et qui emploient l'acétate de médroxyprogestérone. Si vous fumez, discutez des bienfaits de l'arrêt du tabagisme avec votre médecin ou un pharmacien. Il existe des outils pour rendre cet arrêt plus facile.

Dépression : il est démontré que certaines hormones comme l'acétate de médroxyprogestérone provoquent des sautes d'humeur et des symptômes dépressifs. Si vous êtes atteint de dépression ou si vous avez des antécédents de dépression, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Si vous présentez des symptômes de dépression (comme un manque de concentration, un changement de poids, un changement touchant le sommeil ou une perte d'intérêt envers vos activités) ou si vous constatez qu'un membre de la famille traité par ce médicament présente ces symptômes, communiquez avec votre médecin au plus tôt.

Diabète : des femmes qui utilisent la médroxyprogestérone maîtrisent moins bien leur glucose sanguin. Par conséquent, les femmes atteintes de diabète devraient surveiller attentivement leur taux de glucose sanguin pendant qu'elles emploient l'acétate de médroxyprogestérone. Discutez avec votre médecin de la fréquence à laquelle vous devriez surveiller votre glycémie.

Fécondité : la recherche n'a trouvé aucune preuve que la médroxyprogestérone cause l'infertilité des femmes qui l'utilisent. Il se peut qu'un certain temps soit nécessaire au rétablissement du cycle menstruel après l'arrêt des injections, et la plupart des femmes doivent attendre environ 6 ou 8 mois après la dernière injection avant de recommencer à ovuler, à avoir des règles régulières et devenir enceintes.

Rétention d'eau : étant donné que les progestatifs peuvent causer une certaine rétention d'eau, ce médicament pourrait avoir un effet sur des affections comme l'épilepsie, la migraine, l'asthme ou la réduction de la fonction cardiaque ou rénale. Si vous souffrez de l'une de ces affections, vous devriez discuter avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Pression artérielle élevée : la rétention d'eau, mentionnée auparavant pourrait contribuer à une élévation de la pression artérielle. Si vous êtes traitée pour de l'hypertension artérielle ou si vous  êtes prédisposée à devenir hypertendue, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Irrégularités menstruelles : les cycles menstruels changent fréquemment après avoir utilisé la médroxyprogestérone. Il est possible d'observer des saignements irréguliers ou imprévisibles ou des saignotements ou encore, mais rarement, des saignements abondants et continus. Si un saignement vaginal non diagnostiqué se produit, si un saignement anormal persiste ou si le saignement est très abondant, consultez votre médecin.

Éventuellement, le nombre de femmes qui ont des écoulements de sang irréguliers diminue, et un plus grand nombre d'entre elles ne voient plus du tout leurs règles. Après 12 mois d'emploi de la médroxyprogestérone, environ 55 % des femmes constatent la disparition de leurs règles, et après 24 mois, cette absence touche environ 68 % d'entre elles. En raison de l'effet prolongé du médicament, le rétablissement des menstruations peut être retardé et difficile à prédire.

Maladie du foie : si vous êtes atteinte d'une maladie hépatique ou si vous êtes prédisposée à subir une maladie du foie, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Elles feront probablement l'objet d'une surveillance médicale exercée par le biais d'analyses de sang régulières ciblant le fonctionnement du foie pendant qu'elles emploient ce médicament. Si des signes de maladie du foie apparaissent (comme le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une enflure, de la douleur, ou une douleur à la pression dans la partie supérieure de l'abdomen), communiquez avec votre médecin au plus tôt.

Migraine et maux de tête : l'utilisation de l'acétate de médroxyprogestérone est susceptible d'accentuer vos symptômes migraineux. L'apparition ou l'aggravation d'une migraine ou d'un nouveau type de mal de tête récurrent, persistant ou intense doit être signalée à votre médecin. Si vous subissez déjà de la migraine ou des maux de tête intenses, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Infections transmises sexuellement : ce médicament ne protège pas contre les infections transmises sexuellement, notamment le VIH ou le sida. Pour vous protéger contre ces infections, utilisez des préservatifs en latex.

Fluctuations du poids corporel : la médroxyprogestérone pourrait entraîner un gain de poids. La majorité des études rapportent un gain de poids moyen de 2,5 kg après 1 an de traitement, mais seulement 2 % des femmes ont arrêté le traitement en raison d'un gain de poids excessif.

Grossesse : les femmes ne devraient pas employer ce médicament une fois qu'elles sont enceintes. Pour s'assurer qu'une femme n'est pas enceinte au moment de la première injection, on recommande de n'administrer la première injection qu'au cours des 5 jours qui suivent le début de règles normales ou au cours des 5 jours qui suivent l'accouchement d'une femme qui n'allaite pas son bébé.

Allaitement : ce médicament passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants. La médroxyprogestérone ne doit pas être donnée aux jeunes femmes avant l'apparition de leurs premières règles (la ménarche).

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre la médroxyprogestérone et l'un des agents ci-après :

  • l'acide retinoïque (par ex. l'étrétinate, l'isotrétinoïne);
  • l'acide tranexamique;
  • l'acitrétine;
  • les antibiotiques macrolides (par ex. la clarithromycine, l'érythromycine);
  • les antidiabétiques (par ex. le chlorpropamide, le glipizide, le glyburide, l'insuline, la metformine, le natéglinide, la rosiglitazone);
  • les antifongiques dont le nom se termine en « azole » (par ex. l'itraconazole, le kétoconazole, le voriconazole);
  • l'aprépitant;
  • l'aripiprazole;
  • des barbituriques (par ex. le phénobarbital, le butalbital);
  • le bocéprévir;
  • le bosentan;
  • la carbamazépine;
  • la cholestyramine;
  • la clarithromycine;
  • le clobazam;
  • le cobicistat;
  • le conivaptan;
  • la cyclosporine;
  • le dabrafénib;
  • le déférasirox;
  • la dexaméthasone;
  • l'enzalutamide;
  • l'eslicarbazépine;
  • le felbamate;
  • l'héparine;
  • les héparines de faible poids moléculaire (par ex. la daltéparine, l'énoxaparine, la tinzaparine);
  • l'hydrocodone;
  • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex. l'atazanavir, l'indinavir, le ritonavir, le saquinavir);
  • les inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH (INNTIs; par ex. la delavirdine, l'éfavirenz, l'étravirine, la névirapine);
  • la lamotrigine;
  • la mifépristone;
  • le millepertuis;
  • le mitotane;
  • le modafinil;
  • le mycophénolate;
  • la néfazodone;
  • l'oxcarbazépine;
  • le pérampanel;
  • le phénobarbital;
  • la phénytoïne;
  • la primidone;
  • le prucalopride;
  • la rifabutine;
  • la rifampine;
  • la sélégiline;
  • le télaprévir;
  • le topiramate;
  • la trétinoïne;
  • l'ulipristal;
  • la warfarine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin peut vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments,
  • remplacer l'un des médicaments par un autre,
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux,
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Medroxyprogesterone-suspension-injectable