Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

La guanfacine appartient à la classe des médicaments appelés agonistes alpha adrénergiques. On l'utilise seul et avec des médicaments stimulants pour traiter les symptômes du trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention (THADA) chez les enfants de 6 à 12 ans. Il doit être utilisé en combinaison avec d'autres mesures non médicamenteuses comme le soutien psychologique, pédagogique et social pour traiter les symptômes du THADA. La guanfacine diffère des autres médicaments servant à traiter le THADA car il n'est pas un médicament stimulant comme le méthylphénidate ou la dextroamphétamine. Le mode d'action de la guanfacine pour le traitement des symptômes du THADA n'a pas encore été établi.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

1 mg
Chaque comprimé blanc ou blanchâtre, rond, portant les empreintes « 503 » d'un côté et « 1mg » de l'autre, contient du chlorhydrate de guanfacine équivalant à 1 mg de guanfacine base. Ingrédients non médicinaux : crospovidone, acide fumarique, béhénate de glycéryle, hypromellose, lactose, copolymère d'acide méthacrylique, cellulose microcristalline, et povidone.

2 mg
Chaque comprimé blanc ou blanchâtre, oblong, portant les empreintes « 503 » d'un côté et « 2mg » de l'autre, contient du chlorhydrate de guanfacine équivalant à 2 mg de guanfacine base. Ingrédients non médicinaux : crospovidone, acide fumarique, béhénate de glycéryle, hypromellose, lactose, copolymère d'acide méthacrylique, cellulose microcristalline, et povidone.

3 mg
Chaque comprimé vert, rond, portant les empreintes « 503 » d'un côté et « 3mg » de l'autre, contient du chlorhydrate de guanfacine équivalant à 3 mg de guanfacine base. Ingrédients non médicinaux : crospovidone, acide fumarique, béhénate de glycéryle, hypromellose, lactose, copolymère d'acide méthacrylique, cellulose microcristalline, povidone, et vert PB-17633.

4 mg
Chaque comprimé vert, oblong, portant les empreintes « 503 » d'un côté et « 4 mg » de l'autre, contient du chlorhydrate de guanfacine équivalant à 4 mg de guanfacine base. Ingrédients non médicinaux : crospovidone, acide fumarique, béhénate de glycéryle, hypromellose, lactose, copolymère d'acide méthacrylique, cellulose microcristalline, povidone, et vert PB-17633.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose initiale recommandée de guanfacine est 1 mg pris 1 fois par jour. Le médecin de votre enfant peut augmenter la dose du médicament graduellement en se basant sur son efficacité et sur ses effets secondaires. La dose quotidienne maximale est de 4 mg, prise 1 fois par jour.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Ce médicament doit être avalé entier avec une petite quantité de liquide. L'enfant ne doit pas mâcher ni broyer le comprimé, car cela pourrait causer une absorption immédiate du médicament dans l'organisme et ainsi plus de réactions indésirables.

Évitez de donner ce médicament en même temps qu'un repas à forte teneur lipidique (gras).

Il est très important que ce médicament soit pris conformément aux indications de votre médecin. Si la prise de ce médicament est arrêtée soudainement, la tension artérielle et le pouls peuvent tous deux augmenter. Si vous pensez devoir arrêter de donner ce médicament à votre enfant, vous devez le faire graduellement sous la supervision de votre médecin.

Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien . Si votre enfant omet de prendre plus de 2 doses consécutives, demandez conseil à votre médecin.

Conservez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Ne donnez pas ce médicament à votre enfant s'il est allergique à la guanfacine ou à l'un des ingrédients du médicament.

L'utilisation de ce médicament n'est pas destinée à des enfants de moins de 6 ans ni à des adolescents de plus de 12 ans ou à des adultes.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • des étourdissements;
  • des maux de tête;
  • de la nausée;
  • une prise de poids;
  • une réduction de l'appétit;
  • de la somnolence;
  • des troubles du sommeil.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • un comportement agressif ou hostile;
  • une douleur gastrique;
  • des étourdissements, plus particulièrement en se levant après avoir été en position assise ou couchée;
  • un évanouissement;
  • une fréquence cardiaque réduite;
  • des hallucinations (par ex. l'illusion d'entendre ou de voir quelque chose qui n'existe pas réellement);
  • une pression artérielle basse;
  • de la somnolence;
  • des symptômes de manie ou de psychose (par ex. une paranoïa, un délire, une excitation inaccoutumée, une suractivité).

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des crises convulsives;
  • des pensées relatives à l'automutilation ou au suicide;
  • des signes d'une réaction allergique importante (par ex. des crampes abdominales, une difficulté respiratoire, des nausées et des vomissements, ou une boursouflure du visage et une enflure de la gorge).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

AVIS DE SANTÉ CANADA

[30 mars 2015]

Santé Canada a émis de nouvelles mises en garde concernant l'emploi des médicaments pour le traitement du trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention (THADA). Pour lire dans son intégralité l'avis de Santé Canada, rendez-vous vers le site Web de Santé Canada à l'adresse www.hc-sc.gc.ca.

Anomalies du rythme cardiaque : la guanfacine peut causer des anomalies du rythme cardiaque. Certains médicaments (par ex. le sotalol, la quinidine, la thioridazine, la chlorpromazine, le dropéridol, le pimozide, la gatifloxacine, la moxifloxacine, la méfloquine, la pentamidine, le dolasétron, le probucol, le tacrolimus) peuvent augmenter le risque d'un type de rythme cardiaque anormal appelé allongement de l'espace QT, et ils ne devraient pas s'utiliser en combinaison avec la guanfacine. Si on vous a dit que votre enfant est prédisposé à développer une anomalie du rythme cardiaque, discutez avec son médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, comment leur affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Arrêt du médicament : si la prise de ce médicament doit être suspendue, l'interruption devrait se faire progressivement, sous la surveillance de votre médecin. L'arrêt soudain de la prise de la guanfacine peut provoquer une élévation de la tension artérielle et une accélération du pouls, ce qui peut être dommageable chez certaines personnes.

Fonction hépatique : la maladie hépatique ou la réduction de la fonction hépatique peut provoquer une accumulation de ce médicament dans l'organisme, causant ainsi des effets secondaires. Si votre enfant a un trouble de la fonction hépatique, discutez avec son médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur son affection, de l'influence de son affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Fonction rénale : les maladies rénales ou la diminution de la fonction rénale peuvent causer l'accumulation de ce médicament dans le corps, ce qui provoque des effets secondaires. Si la fonction rénale de votre enfant est réduite ou s'il est atteint d'une maladie rénale, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur son affection, de l'influence de son affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique immédiatement.

Risque d'automutilation et de suicide : les personnes atteintes de TDAH peuvent courir un risque accru d'avoir des pensées et des tendances suicidaires. Comme d'autres médicaments contre le TDAH, la guanfacine peut contribuer à ce risque. Il est important que vous surveilliez l’apparition de pensées ou de comportements suicidaires chez votre enfant et que vous l'encouragiez à vous parler de tous ses sentiments ou pensées inquiétants. Avisez son médecin immédiatement de toute inquiétude.

Somnolence et vigilance réduite : l'utilisation de la guanfacine peut nuire aux capacités mentales ou physiques nécessaires à l'accomplissement de certaines tâches. Assurez-vous que votre enfant ne roulera pas en bicyclette, qu'il n'utilisera pas de la machinerie et qu'il n'effectuera pas d'autre tâche possiblement dangereuse jusqu'à ce que vous ayez déterminé comment ce médicament agit sur lui.

Troubles psychiatriques et comportementaux : les médicaments utilisés pour soigner le TDAH, incluant la guanfacine, peuvent accentuer les symptômes de troubles psychiques comme le trouble bipolaire, la psychose ou la dépression. Ce médicament peut engendrer un état d'agitation (caractérisé par de l'agitation, de l'anxiété, de l'agressivité et une hyperémotivité) et un comportement inaccoutumé. Si vous ressentez ces effets secondaires ou s'il vous semble qu'ils touchent un membre de votre famille qui emploie ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement. Pendant que votre enfant prend ce médicament, votre médecin devrait effectuer son suivi de près afin de détecter tous changements émotionnels et comportementaux.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : on ignore si la guanfacine passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants âgés de moins de 6 ans. L'efficacité de l'utilisation de ce médicament pour le traitement du TDAH n'a pas établie pour les adolescents de plus de 13 ans.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre la guanfacine  et l'un des médicaments ci-après :

  • l'abiratérone;
  • les agonistes alpha (par ex. la clonidine, le méthyldopa);
  • l'alcool;
  • l'aldesleukine;
  • l'aliskirène;
  • les alphabloquants (par ex. l'alfuzosine, la doxazosine, la tamsulosine);
  • l'amifostine;
  • l'amiodarone;
  • les amphétamines (par ex. la dextroamphétamine, la lisdexamfétamine);
  • les anesthésiques généraux (les médicaments utilisés pour provoquer un sommeil profond avant une intervention chirurgicale);
  • les antagonistes du calcium (par ex. l'amlodipine, le diltiazem, la nifédipine, le vérapamil);
  • les antibiotiques macrolides (par ex. la clarithromycine, l'érythromycine);
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, la clomipramine, la désipramine, la trimipramine);
  • les antihistaminiques (par ex. la cétirizine, la doxylamine, la diphenhydramine, l'hydroxyzine, la loratadine);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, l'olanzapine, la quétiapine, la rispéridone);
  • l'aprépitant;
  • l'azélastine;
  • les azoles antifongiques (par ex. l'itraconazole, le kétoconazole, le voriconazole);
  • le baclofène;
  • les barbituriques (par ex. le butalbital, le phénobarbital);
  • les benzodiazépines (par ex. l'alprazolam, le diazépam, le lorazépam);
  • les bêta bloquants (par ex. l'aténolol, le propranolol, le sotalol);
  • le bicalutamide;
  • les bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine (par ex. le candésartan, l'irbésartan, le losartan);
  • le bocéprévir;
  • le bosentan;
  • la brimonidine;
  • la buprénorphine;
  • la buspirone;
  • le conivaptan;
  • la cyclosporine;
  • le déférasirox;
  • les dérivés nitrés (par ex. la nitroglycérine, le dinitrate d'isosorbide, le mononitrate d'isosorbide);
  • la dexaméthasone;
  • le diazoxide;
  • la digoxine;
  • le dinitrate/mononitrate d'isosorbide;
  • les diurétiques (pilules pour éliminer l'eau; par ex. le furosémide, l'hydrochlorothiazide, le triamtérène);
  • la dexaméthasone;
  • la dronédarone;
  • la dronabinol;
  • le dropéridol;
  • le fingolimod;
  • la galantamine;
  • l'hydrate de chloral;
  • les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (par ex. le captopril, le lisinopril, le ramipril);
  • les inhibiteurs de la monoamine-oxydase (IMAO; par ex. le moclobémide, la phénelzine, la rasagiline, sélégiline, la tranylcypromine);
  • les inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH (INTIs; par ex. la delavirdine, l'éfavirenz, l'étravirine, la névirapine);
  • les inhibiteurs de la phosphodiestérase-5 (par ex. le sildénafil, le tadalafil, le vardénafil);
  • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex. l'atazanavir, l'indinavir, le ritonavir, le saquinavir);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS; par ex. le citalopram, la duloxétine, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine-noradrénaline ou ISRN (par ex. la desvenlafaxine, la duloxétine, la venlafaxine);
  • les inhibiteurs de la tyrosine kinase (par ex. le crizotinib, le dabrafénib, l'imatinib);
  • le jus de pamplemousse;
  • la lévodopa;
  • le lomitapide;
  • les médicaments antiépileptiques (par ex. la carbamazépine, le clobazam, le felbamate, le lévétiracétam, le phénobarbital, la phénytoïne, la primidone, le topiramate, l'acide valproïque);
  • le méthylphénidate;
  • le métronidazole;
  • la métyrosine;
  • la mifépristone;
  • le millepertuis;
  • la mirtazapine;
  • le mitotane;
  • le modafinil;
  • le nabilone;
  • les narcotiques analgésiques (par ex. la codéine, le fentanyl, la morphine, l'oxycodone);
  • la néfazodone;
  • la norfloxacine;
  • l'octréotide;
  • l'olopatadine;
  • l'oxybate de sodium (GHB);
  • le pasiréotide;
  • la pentoxifylline;
  • le pérampanel;
  • le pramipexole;
  • la primidone;
  • les relaxants musculaires (par ex. la cyclobenzaprine, le méthocarbamol, l'orphénadrine);
  • la rifabutine;
  • la rifampine;
  • le rituximab;
  • la rivastigmine;
  • le ropinirole;
  • le rufinamide;
  • la scopolamine;
  • le siméprévir;
  • le tapentadol;
  • le télaprévir;
  • la tétracycline;
  • la thalidomide;
  • la tizanidine;
  • le tocilizumab;
  • le tramadol;
  • le zolpidem;
  • le zopiclone.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.