Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le propranolol appartient à la classe des médicaments appelés bêtabloquants. Alors qu'on utilise des doses plus élevées de propranolol chez les adultes pour maîtriser la tension artérielle, on utilise la solution orale de propranolol chez les nourrissons pour traiter les hémangiomes.

Les hémangiomes sont des excroissances non cancéreuses qui apparaissent à la suite d'une prolifération anormale de vaisseaux sanguins. Ils se développement habituellement avant la naissance de l'enfant. Un hémangiome peut se former sur un organe interne du corps comme le foie ou un poumon ou il peut apparaître sur la peau. Il n'est pas nécessaire de traiter la plupart des hémangiomes, car ils disparaissent avant que l'enfant ait atteint l'âge de 5 ans.

On utilise la solution orale de propranolol pour traiter les hémangiomes qui nuisent à la fonction normale d'un organe ou sur lesquels une plaie s'est formée qui ne répond pas aux soins et ceux susceptibles de laisser une cicatrice permanente.

On ignore le mode d'action exact de la solution orale de propranolol dans le traitement des hémangiomes. Il se peut que ce produit réduise la circulation sanguine vers l'excroissance, il peut interférer avec la croissance des cellules qui composent l'hémangiome ou il peut contribuer à la mort des cellules dont l'hémangiome est formé. On devrait constater une amélioration de l'hémangiome au cours des 2 mois qui suivent le début de l'utilisation de ce médicament.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez ce médicament à personne, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que vous. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

1 mL de solution transparente, incolore à jaune pâle, sans sucre, à saveur de fraise-vanille contient 4,28 mg de chlorhydrate de propranolol équivalant à 3,75 mg de propranolol. Ingrédients non médicinaux : acide citrique monohydraté, hydroxyéthylcellulose, eau purifiée, saccharine sodique, saveur de fraise et saveur de vanille.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose initiale recommandée de la solution orale de propranolol est basée sur le poids corporel de l'enfant. On calcule habituellement la dose initiale comme 0,5 mg par kilo de poids corporel, pris oralement 2 fois par jour. Après 1 semaine, le médecin augmentera la dose à 1 mg par kilo de poids corporel, pris 2 fois par jour. Après 1 semaine à cette dose, le médecin augmentera à nouveau la dose à 1,5 mg par kilo de poids corporel. L'enfant doit continuer à prendre ce médicament pendant 6 mois, puis arrêter.

Avec la première dose et lors de chaque augmentation de dose, il se peut que le médecin vous demande d'attendre au moins 2 heures, pour permettre de suivre l'enfant afin de s'assurer que le rythme cardiaque et la tension artérielle restent normaux et qu'aucune réaction importante au médicament ne se produit.

Utilisez une seringue orale pour mesurer chaque dose, car vous obtiendrez une mesure plus juste qu'avec des cuillerées à thé de ménage.

Des intervalles d'au moins 9 heures doivent être observés entre les doses de propranolol et on doit donner ce médicament entre les boires ou immédiatement après les boires du bébé pour éviter des baisses des taux de sucre sanguins. On peut mélanger le médicament avec 5 mL (pour les enfants pesant jusqu'à 5 kg) à 15 mL (pour les enfants pesant plus de 5 kg) de lait ou de jus de fruit si nécessaire. Ce mélange doit être utilisé au cours des 2 heures qui suivent sa préparation. Pour s'assurer que l'enfant reçoit l'entière dose de médicament, ne la mettez pas dans une bouteille pleine.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il importe de donner ce médicament exactement de la façon prescrite par votre médecin. Si votre enfant vomit ou crache après une dose, ne lui donnez pas une autre dose. Donnez-lui la dose suivante au moment prévu pour celle-ci.

Si vous oubliez une dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose.Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Entreposez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants. On doit jeter ce médicament 60 jours après avoir ouvert la bouteille.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Ne donnez pas ce médicament à votre enfant s'il :

  • est allergique au propranolol ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • est prématuré et n'a pas atteint 5 semaines d'âge corrigé;
  • pèse moins de 2,5 kg;
  • est allaité, si la mère prend un médicament ne pouvant être pris avec du propranolol;
  • est en choc cardiogénique;
  • est prédisposé à des baisses anormales du taux de glucose sanguin;
  • une pression artérielle basse;
  • une très faible fréquence cardiaque;
  • est atteint d'asthme ou si ses voies respiratoires subissent facilement des spasmes et se referment;
  • est atteint d'un bloc cardiaque important (bloc AV des deuxième et troisième degrés) ou du syndrome du sinus malade;
  • des désordres circulatoires importants;
  • est atteint d'une affection rendant le sang acide;
  • subit des douleurs à la poitrine connues sous le terme d'angine de Prinzmetal;
  • une insuffisance cardiaque non maîtrisée;
  • est atteint d'une tumeur diagnostiquée comme étant un phéochromocytome.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • un assoupissement;
  • une baisse de l'appétit;
  • des cauchemars;
  • une constipation;
  • une diarrhée;
  • une douleur abdominale;
  • de l'agitation ou de l'irritabilité;
  • une perte de cheveux;
  • une rougeur de la peau;
  • une sensation de froid dans les mains et les pieds;
  • des troubles du sommeil;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des problèmes de circulation sanguine (par ex. de la froideur, des engourdissements ou une coloration bleutée des doigts ou des orteils);
  • des hallucinations (la perception de phénomènes qui n'existent pas en réalité);
  • une inflammation des poumons (par ex. de la toux, des sifflements respiratoires, de la fièvre, de l'essoufflement, de la difficulté à s'alimenter, des grognements, une coloration bleutée de la peau);
  • une baisse de la tension artérielle (par ex. une coloration bleutée ou de la pâleur de la peau, de la fatigue, de la froideur);
  • la présentation de points violets ou brun-rougeâtres sous la peau;
  • des signes d'infection (symptômes pouvant comprendre une fièvre ou des frissons, une diarrhée grave, un essoufflement, des étourdissements prolongés, un mal de tête, une raideur du cou, une perte de poids ou un abattement);
  • des symptômes attribuables à une baisse du taux de sucre sanguin (par ex. des sudations excessives, de la pâleur, de la fatigue, de l'irritabilité, une accélération du rythme cardiaque, une mauvaise alimentation, de la faim, des cauchemars);
  • des signes attribuables à une baisse anormale du taux de potassium dans le corps (par ex. une fatigue musculaire, de la faiblesse, de la difficulté à bouger, des anomalies du rythme cardiaque, de la nausée);
  • des symptômes attribuables au psoriasis (par ex. l'apparition de points rouges de la taille d'une tête d'aiguille sur la peau, ou de rougeur, d'écailles ou de croûtes sur la peau).

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • une réaction allergique importante (par ex. des crampes abdominales, des difficultés respiratoires, de la nausée et des vomissements ou de l'enflure du visage et de la gorge);
  • des problèmes respiratoires (par ex. de la toux, une respiration rapide ou laborieuse, des sifflements respiratoires, une coloration bleutée de la peau, de l'essoufflement);
  • une baisse grave du taux de glucose sanguin (par ex. un réduction de la température corporelle, des convulsions, une perte de conscience, un coma);
  • des symptômes attribuables à une décélération ou à une irrégularité du rythme cardiaque (par ex. un évanouissement, de la fatigue, de la froideur, de la pâleur ou une coloration bleutée de la peau).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Problèmes respiratoires : en général, les personnes qui souffrent d'asthme et de certains autres problèmes respiratoires ou de maladie pulmonaire chronique doivent faire preuve de prudence lorsqu'ils utilisent le propranolol, car ce médicament peut également provoquer des difficultés respiratoires. Si votre enfant contracte un rhume accompagné d'essoufflement et de sifflements respiratoires, vous devez interrompre le traitement temporairement. Si votre enfant éprouve des problèmes respiratoires, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur son affection, de l'influence de son affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Maladies cardiaques : l'utilisation du propranolol peut accentuer les symptômes de certaines affections cardiaques. Ce médicament peut ralentir le rythme cardiaque, réduire la tension artérielle ou provoquer un bloc cardiaque. Si votre enfant éprouve des problèmes cardiaques, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur son affection, de l'influence de son affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Fonction rénale : l'innocuité et l'efficacité de l'utilisation de ce médicament n'ont pas été établies chez les enfants possédant des problèmes rénaux. La solution orale de propranolol ne doit pas être administrée à des enfants dont la fonction rénale est amoindrie.

Fonction hépatique : l'innocuité et l'efficacité de l'utilisation de ce médicament n'ont pas été établies chez les enfants possédant des problèmes hépatiques. La solution orale de propranolol ne doit pas être administrée à des enfants dont la fonction hépatique est amoindrie.

Sucre sanguin bas : l'utilisation de ce médicament peut abaisser les taux de sucre sanguins ou accentuer l'hypoglycémie chez les enfants. Les signes précoces d'une baisse du taux de sucre sanguin comme les tremblements, la faim ou l'accélération du rythme cardiaque peuvent ne pas être aussi faciles à constater lorsqu'un enfant prend du propranolol. Chez les enfants, la présence d'irritabilité ou de somnolence inhabituelle, de cauchemars ou de pleurs pendant le sommeil peuvent représenter des signes d'une baisse de la glycémie. Le fait de donner une boisson sucrée comme du jus de fruit peut aider à soulager ces symptômes. Demandez à votre médecin de vous expliquer le meilleur moyen de traiter ces symptômes au besoin. Des épisodes de baisse grave du sucre sanguin peuvent provoquer des convulsions et être dangereux pour la vie de votre bébé.

On recommande de donner ce médicament pendant ou immédiatement après un boire pour réduire le risque d'apparition d'un épisode de baisse du sucre sanguin.

Phéochromocytome : ce médicament peut accentuer les symptômes du phéochromocytome (une tumeur de la glande surrénale) s'il est pris seul. Si votre enfant présente un phéochromocytome, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur son affection, de l'influence de son affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Allergies graves : les personnes atteintes d'allergies suffisamment importantes pour provoquer de l'anaphylaxie  (une réaction allergique grave caractérisée par une enflure du visage, des lèvres et de la gorge qui rend la respiration difficile) doivent demander à leur médecin ce qu'elles doivent faire en cas de réaction allergique. L'utilisation du propranolol peut rendre le traitement des réactions allergiques avec de l'épinéphrine plus difficile.

Troubles du sommeil et de l'humeur : les personnes qui prennent du propranolol peuvent ressentir une plus grande somnolence, éprouver de la difficulté à dormir ou subir des cauchemars de même qu'une irritabilité ou une anxiété inhabituelle. Si vous remarquez un comportement inattendu ou inusité chez votre enfant, communiquez avec votre médecin.

Chirurgie : ce médicament peut interférer avec d'autres médicaments utilisés lors d'interventions chirurgicales et contribuer à abaisser la tension artérielle ou à accélérer le rythme cardiaque de façon dangereuse. Si votre enfant doit subir une intervention chirurgicale, informez tous les médecins participant à ses soins qu'il reçoit du propranolol.

Grossesse : l'utilisation de ce médicament n'est pas destinée aux femmes enceintes.

Allaitement : le propranolol est transmis dans le lait maternel. Si vous allaitez votre enfant et que vous prenez des médicaments susceptibles d'interagir avec le propranolol, ceux-ci peuvent nuire à votre bébé. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : l'innocuité et l'efficacité de l'utilisation de ce médicament n'ont pas été établies chez les enfants de moins de 5 semaines. On ne doit pas le donner à des enfants qui n'ont pas atteint l'âge corrigé de 5 semaines.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Une interaction est possible entre la solution orale de propranolol et les produits suivants :

  • l'alcool;
  • l'aliskirène;
  • les alphabloquants (par ex. l'alfuzosine, la doxazosine, la tamsulosine);
  • les agonistes alpha (par ex. la clonidine, le méthyldopa);
  • l'amiodarone;
  • les amphétamines (par ex. la dextroamphétamine, la lisdexamfétamine);
  • les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine ou IECA (le captopril, l'énalapril, le ramipril);
  • les bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine (par ex. le candésartan, l'irbésartan, le losartan);
  • les antipaludiqes (par ex. la chloroquine, l'hydroxychloroquine, la primaquine);
  • les antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, l'olanzépine, la quétiapine, la rispéridone);
  • l'asunaprévir;
  • les barbituriques (par ex. le butalbital, le pentobarbital, le phénobarbital);
  • les bêta-2 agonistes (par ex. le formotérol, l'indacatérol, le salmétérol, la terbutaline, le vilantérol);
  • le bupropion;
  • les antagonistes du calcium (par ex. l'amlodipine, le diltiazem, la nifédipine, le vérapamil);
  • le cannabis;
  • la carbamazépine;
  • le célécoxib;
  • la digoxine;
  • le dipyridamole;
  • le disopyramide;
  • les diurétiques (pilules pour éliminer l'eau; par ex. le furosémide, l'hydrochlorothiazide, le triamtérène);
  • la dronédarone;
  • la duloxétine;
  • les alcaloïdes de l'ergot de seigle (par ex. la dihydroergotamine, l'ergonovine, l'ergotamine, la méthylergonovine);
  • l'épinéphrine;
  • le fentanyl;
  • le fingolimod;
  • le gemfibrozil;
  • l'extrait d'allergène de pollen de graminées;
  • la guanfacine;
  • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex. le darunavir, le lopinavir, le ritonavir, le tipranavir);
  • l'insuline;
  • l'ivabradine;
  • le lacosamide;
  • le lanréotide;
  • la lidocaïne;
  • la méthadone;
  • le méthylphénidate;
  • la mexilétine;
  • le minoxidil;
  • le mirabégron;
  • le nabilone;
  • les dérivés nitrés (par ex. la nitroglycérine, le dinitrate d'isosorbide, le mononitrate d'isosorbide);
  • des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS; par ex. le diclofénac, l'ibuprofène, le naproxène);
  • l'obinutuzumab;
  • l'octreotide;
  • le pasiréotide;
  • la pentoxifylline;
  • la primidone;
  • la propafénone;
  • la quinidine;
  • la quinine;
  • des antibiotiques de la famille des quinolones (par ex. la ciprofloxacine, la norfloxacine, l'ofloxacine);
  • la rifampine;
  • le rizatriptan;
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine ou ISRS (par ex. le citalopram, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • les sulfonylurées (par ex. le gliclazide, le glyburide, le tolbutamide);
  • la terbinafine;
  • le tériflunomide;
  • les théophyllines (par ex. l'aminophylline, l'oxtriphylline, la théophylline);
  • la ticlopidine;
  • la tizanidine;
  • la tranylcypromine;
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. la clomipramine, la désipramine, l'imipramine);
  • le zolmitriptan.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous prenez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Hemangiol