Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Ce médicament appartient à une classe de médicaments appelée hormonothérapie substitutive. Il s'agit d'un timbre transdermique qui contient un œstrogène (estradiol-17ß) et un progestatif (noréthindrone).

On l'utilise pour traiter les symptômes de la ménopause et de la postménopause comme les bouffées vasomotrices, les troubles du sommeil et l'atrophie vulvaire et vaginale (par ex. la sécheresse, les démangeaisons et les sensations de brûlure intra ou périvaginales; les sensations de brûlure et les autres troubles de la miction) chez les femmes dont l'utérus est toujours intact.

L'œstrogène et la progestérone sont des hormones féminines produites par les ovaires. Au moment de la ménopause, les ovaires sécrètent une plus petite quantité d'œstrogène et cette modification peut entraîner des symptômes comme des bouffées de chaleur (une sensation de chaleur subite et extrême) et une sécheresse du vagin. La plupart des femmes atteignent la ménopause naturellement à un âge approximatif de 50 ans, mais certaines femmes arrivent à la ménopause plus tôt, naturellement ou après une intervention chirurgicale.

Lorsqu'un timbre d'estradiol est appliqué sur la peau, il libère les hormones qu'il contient à l'intérieur du sang par l'intermédiaire de la peau. Ce médicament est destiné aux femmes qui n'ont pas subi d'hystérectomie (ablation de l'utérus). Ces femmes ont besoin d'un progestatif pendant qu'elles utilisent de l'œstrogène pour prévenir les complications associées à la prise d'œstrogènes seuls.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

140/50
Chaque timbre transdermique rond, de 9 cm2 contient 140 µg d'acétate de noréthindrone et 50 µg d'estradiol-17ß. Ingrédients non médicinaux : silicone, adhésif à base d'acrylique, povidone, acide oléique et dipropylène glycol.

250/50
Chaque timbre transdermique rond, de 16 cm2 contient 250 µg d'acétate de noréthindrone et 50 µg d'estradiol-17ß. Ingrédients non médicinaux : silicone, adhésif à base d'acrylique, povidone, acide oléique et dipropylène glycol.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Un cycle de traitement de 28 jours avec ce médicament comprend 8 timbres transdermiques. Chaque timbre libère 50 µg (50 microgrammes) d'estradiol par jour plus 140 µg ou 250 µg de noréthindrone par jour.

On applique un (1) timbre deux fois par semaine (le timbre est changé tous les 3 à 4 jours), les mêmes deux jours de la semaine. Lorsque la suite recommandée d'éléments a été utilisée pendant une période de 28 jours, on commence le cycle suivant avec un nouvel emballage de timbres transdermiques.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Appliquez un nouveau timbre sur votre peau deux fois chaque semaine, toujours les mêmes jours de la semaine. Le timbre doit être appliqué sur une surface propre, sèche et intacte de la peau qui n'est pas huileuse, écorchée, irritée ni exposée au soleil.

Appliquez le timbre sur l'abdomen ou les fesses. N'appliquez pas le timbre transdermique sur vos seins. Évitez les parties du corps où le frottement des vêtements pourrait décoller le timbre transdermique ainsi que les zones velues et les plis de peau.

Discutez avec votre médecin, ou un pharmacien, des zones qui conviendraient le mieux à l'application du timbre transdermique. Vous ne devriez pas apposer les timbres transdermiques au même endroit deux fois de suite, mais vous devriez les appliquer dans la même région du corps à chaque fois (par ex. placez-le sur l'autre côté de l'abdomen, ou changez de fesse). Attendez une semaine avant d'appliquer le timbre sur une surface qui a déjà servi.

Application du timbre transdermique

  1. Choisissez une zone de peau propre, sèche et intacte qui n'est pas grasse, endommagée, irritée ni susceptible d'être exposée au soleil. Il ne doit pas y avoir de poudre, d'hydratants, d'huiles ni de lotions sur la peau.
  2. Déchirez l'emballage à l'encoche plutôt que de le couper avec des ciseaux – si vous coupez accidentellement le timbre transdermique, vous ne pourrez l'utiliser.
  3. Pour séparer le timbre de sa doublure, tenez-le alors que la doublure est tournée vers vous et séparez l'un des côtés de la doublure protectrice, puis jetez-la. En utilisant l'autre moitié de la doublure pour tenir le timbre, appliquez immédiatement le côté collant du timbre sur la surface de peau choisie et lissez-le pour qu'il soit bien à plat. Évitez de toucher l'adhésif. Repliez l'autre côté du timbre et enlevez l'autre côté de la doublure protectrice.
  4. Maintenez le timbre transdermique en place avec votre doigt pour environ 10 secondes et ne manquez pas de vérifier qu'il adhère bien à votre peau, surtout sur les bords.

Lorsque vous posez un nouveau timbre transdermique, enlevez l'autre minutieusement en repliant le côté adhésif vers l'intérieur et jetez le timbre avec précaution hors de la portée des enfants ou des animaux de compagnie. S'il reste de l'adhésif sur la peau, vous pouvez l'enlever avec de l'huile minérale, de l'huile pour bébés ou de l'alcool à friction.

Le bain, la douche, la nage ou tout autre contact avec l'eau n'ont pas d'effets sur le timbre transdermique. De l'eau chaude ou de la vapeur pourrait toutefois le relâcher.

Si le timbre transdermique se décolle, essayez de le réappliquer. Si c'est impossible, appliquez un nouveau timbre et suivez votre échéancier habituel. Cela peut signifier que le timbre de remplacement ne sera pas appliqué sur votre peau aussi longtemps qu'à l'habitude.

Si vous constatez que le timbre transdermique se détache régulièrement lorsque vous prenez des bains chauds ou lorsque vous allez au sauna ou au bain-tourbillon, vous pouvez envisager de l'enlever temporairement pendant que vous êtes à l'eau.

Dans ce cas, vous devez recouvrir l'adhésif avec la doublure protectrice que vous avez enlevée lorsque vous avez appliqué le timbre ou utiliser un morceau de papier ciré pour empêcher le médicament de s'évaporer pendant que vous ne l'utilisez pas.

Il est très important que ce médicament soit employé conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez de changer votre timbre, appliquez le timbre dès que vous constatez l'omission. Si vous constatez l'omission près du jour du changement habituel de votre timbre, appliquez le timbre mais changez-le de nouveau à votre journée habituelle et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas 2 timbres en même temps. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis un timbre, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Ce médicament peut être conservé au réfrigérateur jusqu'à ce que vous ouvriez l'emballage. Par la suite, vous pouvez conserver les timbres à la température ambiante, mais vous devez les utiliser au cours des 6 mois suivants ou avant la date de péremption inscrite sur l'emballage, le premier des deux prévalant.

Si vous conservez le timbre transdermique au réfrigérateur, laissez-le atteindre la température ambiante avant de l'appliquer.

Gardez ce médicament hors de vue et de la portée des enfants et des animaux de compagnie et protégez-le contre la lumière directe du soleil.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer ce médicament dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à l'estradiol-17β, à la noréthindrone ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • l'allaitement au sein;
  • des antécédents ou la présence actuelle d'accident vasculaire cérébral, de crise cardiaque ou de maladie coronarienne;
  • des antécédents ou la présence actuelle de caillots de sang dans les jambes, les poumons ou le cœur;
  • des antécédents ou la présence actuelle d'un cancer du sein ou de l'endomètre ou d'autres types de cancers hormonodépendants (qui dépendent de l'œstrogène ou des progestatifs pour leur croissance) (par ex. le cancer ovarien);
  • une grossesse en cours ou soupçonnée ;
  • une hyperplasie de l'endomètre (une augmentation du volume de la muqueuse de l'utérus);
  • des migraines accompagnées d'aura (maux de tête associés à certains symptômes comme des éclairs de lumière, des picotements, des taches aveugles, de la faiblesse musculaire, de la difficulté à parler qui se produisent avant ou pendant les maux de tête);
  • une perte de vision partielle ou complète ou une vision double provoquée par une maladie oculaire associée à des problèmes circulatoires ;
  • la présence actuelle ou passée d'une maladie qui augmente le risque de formation de caillots sanguins ;
  • la présence de porphyrie (une maladie associée à une anomalie d'un pigment du sang);
  • la présence de saignements vaginaux inexpliqués ou inhabituels;
  • une réduction de la fonction hépatique (du foie), une maladie hépatique ou des résultats anormaux aux tests de fonction hépatique.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • l'acné;
  • l'apparition de douleurs semblables à celles qui accompagnent les menstruations;
  • une augmentation des sécrétions vaginales;
  • un changement de libido;
  • un changement de poids;
  • une décoloration de la peau ou l'apparition de plaques violacées sur la peau;
  • une démangeaison vaginale accompagnée ou non d'un écoulement;
  • une douleur à la pression des seins;
  • des engourdissements ou des picotements (sans aucun autre symptôme);
  • un état de nervosité;
  • un inconfort lors du port de lentilles cornéennes;
  • un mal de dos;
  • des maux de tête;
  • de la nausée;
  • une perte de cheveux;
  • une pilosité excessive;
  • des problèmes de mémoire;
  • de la rougeur, des démangeaisons, l'apparition de plaques ou d'une sensation de brûlure et d'enflure sous la surface de la peau où le timbre transdermique a été appliqué ou près de cette région;
  • une sécheresse oculaire ou cutanée;
  • une sensation de ballonnement;
  • des troubles du sommeil.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • l'apparition d'ecchymoses aux moindres traumatismes;
  • une démangeaison cutanée;
  • de la douleur ou une sensation de pression sur le bassin;
  • une élévation de la pression artérielle;
  • des grosseurs dans les seins;
  • une humeur triste persistante;
  • un écoulement de liquide par les mamelons;
  • des menstruations douloureuses ou abondantes;
  • des migraines;
  • des modifications de l'humeur;
  • une rétention de liquide (enflure de la partie inférieure des jambes, des chevilles, des pieds ou des doigts);
  • des saignements de nez abondants;
  • une sensibilité mammaire intolérable;
  • des signes de troubles hépatiques (par ex. de la nausée, des vomissements, de la diarrhée, une perte de l'appétit, une perte de poids, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine sombre, des selles claires);
  • des symptômes attribuables à des calculs biliaires (par ex. de la douleur à la partie supérieure droite de l'abdomen, entre les omoplates ou à l'épaule droite);
  • des symptômes semblables à ceux de la grippe;
  • des symptômes d'un taux de sucre sanguin élevé (par ex. des émissions de l'urine fréquentes, une soif accrue, un appétit excessif, une perte de poids inexpliquée, des plaies qui cicatrisent mal, des infections, une haleine fruitée).

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • un changement soudain au niveau de la vision (par ex. une perte de la vision partielle ou complète, un dédoublement de la vue);
  • un essoufflement soudain, la présence de sang dans les crachats ou d'une douleur vive au thorax;
  • une inflammation douloureuse dans les veines (par ex. de la douleur à l'aine ou au mollet);
  • des signes d'une crise cardiaque (par ex. présence de douleur ou de pression à la poitrine, de douleur qui se propage à l'épaule ou au bras, de nausée et de vomissements, de sudation excessive);
  • des symptômes attribuables à un accident vasculaire cérébral (par ex. l'apparition de maux de tête soudains et intenses, des changements subits de la vision, des troubles d'élocution soudains, une faiblesse ou un engourdissement subit dans les bras ou les jambes, des étourdissements soudains, un évanouissement ou des vomissements);
  • des symptômes d'une grave réaction allergique (par ex. de l'urticaire, une difficulté respiratoire, une boursouflure du visage, une enflure de la bouche, de la gorge ou de la langue).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Veuillez tenir compte des renseignements importants ci-après sur l'œstrogénothérapie substitutive : l'étude américaine « Women's Health Initiative » ou WHI a révélé la présence d'un risque accru de crise cardiaque, d'accident vasculaire cérébral, de cancer du sein, de formation de caillots sanguins dans les poumons et les veines de la jambe pour les femmes ménopausées qui avaient été traitées pendant 5 ans avec 0,625 mg d'œstrogènes équins conjugués et 2,5 mg de médroxyprogestérone comparativement aux femmes prenant des comprimés de sucre. On n'a pas étudié d'autres associations médicamenteuses à base d'œstrogènes et de progestatifs.

Jusqu'à ce qu'on dispose de données supplémentaires, on devrait toutefois supposer que les autres produits d'hormonothérapie substitutive engendrent des risques semblables. Par conséquent,

  • les œstrogènes, avec ou sans progestatifs, devraient s'utiliser selon les indications de votre médecin à la dose minimale nécessaire pour soulager vos symptômes ménopausiques pendant l'intervalle de temps le plus court possible; et,
  • les œstrogènes avec ou sans progestatifs ne devraient pas s'utiliser pour prévenir une maladie cardiaque, une crise cardiaque ni des accidents vasculaires cérébraux.

Affection des os : si vous êtes atteinte d'une maladie des os secondaire à un cancer ou à une maladie du métabolisme qui augmente le taux de calcium dans votre organisme, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Affection de la vésicule biliaire : ce médicament peut aggraver une affection de la vésicule biliaire ou accroître le risque de survenue d'une telle affection. En cas d'affection de la vésicule biliaire, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Allergie : on a déjà rapporté des cas d'allergie de contact lors de l'application de l'œstrogène sur la peau. Bien qu'il s'agisse d'un phénomène extrêmement rare, si une allergie de contact se manifeste chez vous après avoir touché à l'un des composants du médicament, il se peut que vous subissiez une réaction allergie importante si vous continuez de l'utiliser.

Communiquez avec votre médecin si une rougeur ou des démangeaisons persistantes se produisent à l'endroit où vous appliquez le timbre transdermique.

Cancer du sein : d'après certaines études, une œstrogénothérapie substitutive de longue durée constituerait un risque accru de cancer du sein. Si vous avez des nodules aux seins, des résultats anormaux à vos mammographies, d'importants antécédents familiaux de cancer du sein ou si vous êtes atteinte de maladie fibrokystique du sein, vous devez discuter avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Il se peut que votre médecin vous suggère de subir une mammographie avant de commencer à prendre ce médicament et à des intervalles réguliers pendant que vous l'utilisez.

Il est également nécessaire d'évaluer les autres facteurs de risque connus pour le développement du cancer du sein, comme le fait de ne pas avoir eu d'enfant, l'obésité, l'apparition précoce des premières menstruations, l'âge relativement avancé lors de la première grossesse à terme et l'âge avancé à la ménopause. Si vous utilisez des œstrogènes, vous devez vous faire examiner les seins régulièrement et vous devez apprendre comment vous examiner les seins vous-même.

Si vous avez déjà subi un cancer du sein ou si vous êtes actuellement atteinte de cette maladie, vous ne devez pas utiliser ce médicament.

Ce médicament ne doit pas s'appliquer sur les seins, car il pourrait avoir des effets nocifs sur le tissu mammaire.

Cancer de l'endomètre : il existe des preuves que l'œstrogénothérapie substitutive peut augmenter le risque de cancer de l'endomètre (la paroi de l'utérus). La prise d'une progestine au bon moment et en association avec l'œstrogène réduit ce risque de cancer de l'endomètre dont la probabilité devient la même que pour les femmes qui n'emploient pas d'œstrogène. La noréthindrone (progestatif) contenue dans ce médicament devrait contrebalancer le risque de cancer de l'endomètre.

Si vous subissez des saignements vaginaux anormaux pendant que vous utilisez ce médicament, communiquez avec votre médecin. Si vous êtes atteinte d'un cancer de l'endomètre ou si vous avez déjà été atteinte de cette maladie, vous ne devez pas utiliser ce médicament.

Cancer ovarien : certaines études ont démontré que l'hormonothérapie substitutive, lorsqu'elle est utilisée pendant plus de 5 ans, est associée à une augmentation du risque de cancer ovarien. Si vous êtes atteinte d'un cancer ovarien ou si vous l'avez déjà été, vous ne devez pas prendre ce médicament.

Coagulation du sang : ce médicament peut augmenter le risque de formation de caillots sanguins à l'aine, dans les jambes, les poumons, le cœur ou le cerveau. Si vous avez subi une crise cardiaque ou si vous êtes ou avez déjà été atteinte d'un accident vasculaire cérébral, de maladie cardiaque, d'un caillot sanguin dans une jambe ou d'une maladie qui augmente le risque de formation de caillots sanguins, vous ne devez pas prendre ce médicament.

Un caillot sanguin peut être plus susceptible de se former chez vous si vos avez des veines fortement variqueuses, si vous êtes très obèse (indice de masse corporelle [IMC] plus de 30 kg/m²) ou si vous avez des antécédents familiaux de formation de caillots sanguins. Demandez à votre médecin si une surveillance médicale spécifique est nécessaire.

Le risque de formation de caillots sanguins augmente également au cours de longues périodes d'immobilisation ou après une intervention chirurgicale importante. La prise de ce médicament devrait être suspendue si possible 4 semaines avant une intervention chirurgicale importante. Abordez le risque de caillots de sang avec votre médecin.

Convulsions : les œstrogènes peuvent augmenter votre risque de subir une convulsion. Si vous souffrez de crises convulsives ou si vous avez des antécédents de crises convulsives, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, comment votre affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Démence : les femmes de plus de 65 ans employant une hormonothérapie substitutive combinant œstrogènes et progestatifs peuvent courir un risque accru de démence (une perte de mémoire et un affaiblissement des fonctions intellectuelles). Si vous êtes âgée de plus de 65 ans, n'hésitez pas à faire part de vos préoccupations à votre médecin.

Diabète : les œstrogènes peuvent nuire au contrôle de la glycémie. Si vous êtes atteinte du diabète ou si vous courez un risque accru de contracter cette maladie (par ex. si vous avez des antécédents familiaux de diabète, si vous êtes atteinte d'hypertension artérielle ou d'hypercholestérolémie [élévation du taux de cholestérol sanguin] ou si vous êtes obèse), mesurez attentivement vos taux de glucose sanguin pendant que vous prenez ce médicament.

Examens de suivi : il est important d'avoir un suivi médical de 3 à 6 mois après avoir commencé à prendre ce médicament afin d'évaluer la réponse au traitement. Par la suite, vous devriez avoir un examen chaque année.

Fibromes : ce médicament peut aggraver les fibromes en provoquant une soudaine augmentation de volume, une douleur, ou de la douleur à la pression. Si vous observez ces effets, communiquez avec votre médecin.

Fonction hépatique : si votre fonction hépatique est réduite, vous ne devez pas utiliser ce médicament. En cas de troubles hépatiques actuels ou passés, vous devriez faire l'objet d'une surveillance médicale spécifique pendant que vous employez ce médicament. Ne manquez pas d'avertir votre médecin si vous avez eu des troubles hépatiques à un moment donné. Il se peut que votre médecin vous fasse subir des analyses sanguines pour suivre votre fonction hépatique pendant que vous prenez ce médicament.

Si vous subissez des symptômes attribuables à des problèmes hépatiques (par ex. un jaunissement de la peau ou des yeux, une douleur abdominale, une perte d'appétit, l'apparition d'urine foncée, de selles pâles, de la nausée ou des vomissements), communiquez immédiatement avec votre médecin.

Fonction rénale : si votre fonction rénale est réduite, il se peut que vous soyez plus susceptible de subir une élévation de vos taux sanguins de calcium et de phosphore. Demandez à votre médecin si une surveillance médicale spécifique est nécessaire.

Hypercholestérolémie ou triglycérides : l'œstrogène peut augmenter les taux de triglycérides si vous en aviez déjà des taux élevés ou si vous êtes atteinte du diabète. Ce phénomène a particulièrement été observé lorsque l'œstrogène a été pris de façon orale et il est moins susceptible de se produire lorsqu'on utilise le timbre transdermique. Demandez à votre médecin s'il est recommandé d'effectuer un suivi de vos taux de triglycérides.

Maladie cardiaque et accident vasculaire cérébral : des études révèlent que l'œstrogène (avec ou sans progestatif) présente un risque accru de maladie cardiaque et d'accident vasculaire cérébral pour les femmes postménopausées. Pendant que vous prenez ce médicament, obtenez immédiatement des soins médicaux si vous avez des symptômes de crise cardiaque (une douleur ou un serrement ou encore un sentiment d'oppression à la poitrine, de la transpiration, des nausées, un sentiment de perte imminente) ou d'accident vasculaire cérébral (l'apparition soudaine d'étourdissements, d'un mal de tête, d'une perte de la parole, de changements visuels, d'une faiblesse ou d'un engourdissement dans les bras et les jambes).

Maladie thyroïdienne : les œstrogènes peuvent modifier le mode d'utilisation de l'hormone thyroïdienne par votre organisme. Si vous prenez un médicament à base d'hormone thyroïdienne comme supplément parce que votre glande thyroïde est hypoactive, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Migraine : si vous êtes atteinte de migraines accompagnées d'aura (des maux de tête associés à des symptômes comme des éclairs de lumière, des sensations de picotement, des taches aveugles, de la faiblesse musculaire, de la difficulté à parler avant ou pendant les maux de tête), vous ne devez pas prendre ce médicament.

Si vous avez des migraines non accompagnées d'aura, il est possible que la prise d'œstrogène aggrave celles-ci. Discutez avec votre médecin si vous remarquez un changement dans vos migraines pendant que vous employez de l'œstrogène.

Pression artérielle : ce médicament peut élever la pression artérielle. Communiquez avec votre médecin si votre tension artérielle augmente pendant que vous prenez ce médicament. Votre médecin vérifiera votre tension artérielle avant que vous ne commenciez à prendre ce médicament et pendant que vous le prendrez.

Rétention d'eau : l'utilisation d'un œstrogène peut provoquer une rétention de liquides et est susceptible d'aggraver l'asthme ou certains problèmes cardiaques ou rénaux. Si vous remarquez une détérioration de ces affections pendant que vous utilisez ce médicament, communiquez avec votre médecin.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse. Si une grossesse advient pendant que vous prenez ce médicament, prenez contact avec votre médecin.

Allaitement : les œstrogènes et les progestatifs sont transmis dans le lait maternel. Les femmes qui allaitent ne doivent pas prendre ce médicament.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le timbre transdermique d'estradiol - noréthindrone et l'un des médicaments ci-après :

  • l'abiratérone;
  • l'acétaminophène;
  • l'acide ascorbique (la vitamine C);
  • l'acitrétine;
  • l'adapalène;
  • l'amiodarone;
  • l'anastrozole;
  • les antibiotiques macrolides (par ex. la clarithromycine, l'érythromycine);
  • les antidiabétiques (par ex. l'insuline, la metformine, le glyburide);
  • les antifongiques dont le nom se termine en « azole » (par ex. l'itraconazole, le kétoconazole, le voriconazole);
  • l'apixaban;
  • l'aprépitant;
  • l'argatroban;
  • l'aripiprazole;
  • l'atorvastatine;
  • des barbituriques (par ex. le pentobarbital, le phénobarbital);
  • le bocéprévir;
  • le bosentan;
  • la carbamazépine;
  • le carvédilol;
  • le célécoxib;
  • la cholestyramine;
  • le chou palmiste nain;
  • le clobazam;
  • le colestipol;
  • la cyclosporine;
  • la cyprotérone;
  • le dabigatran;
  • le déférasirox;
  • la déhydroépiandrostérone;
  • la dexaméthasone;
  • le dipyridamole;
  • la doxorubicine;
  • la dronédarone;
  • le fosaprépitant;
  • l'héparine;
  • les héparines de faible poids moléculaire (par ex. la daltéparine, l'énoxaparine, la tinzaparine);
  • l'hyaluronidase;
  • l'hydrocodone;
  • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex. l'atazanavir, l'indinavir, le ritonavir, le saquinavir);
  • les inhibiteurs de la tyrosine kinase (par ex. le dasatinib, le nilotinib, l'imatinib, le sunitinib);
  • les inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH (INNTIs; par ex. l'éfavirenz, l'étravirine, la névirapine);
  • l'isotrétinoïne;
  • la lamotrigine;
  • les médicaments qui servent à traiter les affections thyroïdiennes (par ex. les hormones thyroïdiennes, la lévothyroxine);
  • les médicaments utilisés pour soigner la pression artérielle élevée (par ex. l'aténolol, le ramipril, l'énalapril, le lisinopril, l'amlodipine);
  • la méfloquine;
  • le méprobamate;
  • le millepertuis;
  • la morphine;
  • la néfazodone;
  • la névirapine;
  • l'oxcarbazépine;
  • la phénylbutazone;
  • la phénytoïne;
  • la prazosine;
  • la prednisolone,
  • la primidone;
  • la progestérone;
  • le propranolol;
  • la quinidine;
  • la rifabutine;
  • la rifampine;
  • le rivaroxaban;
  • le ropinirole;
  • la sélégiline;
  • le siméprévir;
  • la somatropine;
  • le tacrolimus;
  • le tamoxifène;
  • le télaprévir;
  • le témazépam,
  • la thalidomide;
  • la théophylline;
  • le topiramate;
  • l'acide tranexamique;
  • la trazodone;
  • la trétinoïne;
  • l'ulipristal;
  • l'ursodiol;
  • le vérapamil;
  • la vinblastine;
  • la warfarine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Estalis