Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le vismodégib appartient à la classe des médicaments appelés antinéoplastiques. Il s'emploie dans le traitement du carcinome basocellulaire parvenu à un stade avancé, une forme de cancer de la peau qui s'est propagé ou qui ne peut être traité par la chirurgie ou la radiothérapie.

La plupart des personnes traitées observent une amélioration de leur affection dans les 16 semaines suivant le début du traitement. En l'absence d'une amélioration après 16 semaines de traitement, discutez avec votre médecin si vous devez continuer à prendre le médicament.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque gélule (gélatine dure) grise et rose en deux parties, portant l'inscription « VISMO » à l'encre noire sur la coiffe grise opaque et « 150 mg » à l'encre noire sur le corps rose opaque, contient 150 mg de vismodegib. Ingrédients non médicinaux : cellulose microcristalline PH101, glycolate d'amidon sodique, laurylsulfate de sodium, monohydrate de lactose, povidone K29/32, stéarate de magnésium et talc; gélule : gélatine, dioxyde de titane, oxyde de fer noir, oxyde de fer rouge, et laque en écailles.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose initiale recommandée de vismodégib est 150 mg pris 1 fois par jour. Le vismodégib peut être pris avec de la nourriture ou non. Les capsules doivent être avalées entières. Ne pas ouvrir ni broyer les capsules.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est très important que ce médicament soit pris conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Le vismodégib ne devrait pas être utilisé dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au vismodégib ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • l'allaitement au sein;
  • une grossesse en cours ou un risque de grossesse;
  • une incapacité à observer les mesures de précaution relatives à la grossesse, mentionnées dans le « Programme de prévention de la grossesse » pour ce médicament.

Ne donnez pas ce médicament aux enfants âgés de moins de 18 ans.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une absence ou irrégularité des menstruations;
  • une chute des cheveux;
  • une constipation;
  • la diarrhée;
  • de la fatigue;
  • une perte de l'appétit;
  • une perte de poids;
  • perte de la sensation gustative ou une modification de celle-ci;
  • des spasmes musculaires;
  • de la nausée;
  • des troubles du sommeil;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des signes d'un caillot sanguin dans le bras ou la jambe (une douleur à la pression, de la douleur, une enflure, de la chaleur ou une rougeur dans le bras ou la jambe), ou dans les poumons (une difficulté respiratoire, une douleur thoracique vive qui est accentuée par l'inspiration, de la toux, du sang dans les crachats, une sudation excessive ou un évanouissement);
  • des signes de dépression (par ex. un manque de concentration, des fluctuations pondérales, des troubles du sommeil, un désintérêt à l'égard de nombreuses activités, des pensées suicidaires);
  • des signes d'une insuffisance cardiaque (par ex. un essoufflement, de la fatigue, une enflure des jambes, des chevilles, ou des pieds);
  • des signes d'un saignement (par ex. un saignement du nez, du sang dans l'urine, une toux avec expectoration sanglante, un saignement des gencives, des coupures qui n'arrêtent pas de saigner);
  • des signes de saignements de l'estomac (par ex. des selles sanglantes, noirâtres ou goudronneuses, des expectorations sanglantes, des vomissements de sang ou d'une matière qui ressemble à du marc de café);
  • des symptômes d'une pneumonie (par ex. une fièvre ou des frissons, un essoufflement, de la fatigue, une douleur thoracique, une toux).

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des signes d'un accident vasculaire cérébral (par ex. des maux de tête intenses ou subits; une perte de coordination soudaine; des anomalies du champ visuel; des difficultés subites à articuler; ou une faiblesse, un engourdissement, ou de la douleur au bras ou à la jambe inexpliqués);
  • des signes de crise cardiaque (par ex. une douleur thoracique subite, ou de la douleur irradiant dans dos, le bas du bras, la mâchoire; une sensation de plénitude gastrique; des nausées; des vomissements; de la sudation; de l'anxiété).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Contraception : les femmes qui pourraient devenir enceintes doivent utiliser deux méthodes de contraception pendant au moins quatre semaines avant le début du traitement par le vismodégib, durant tout le traitement y compris les périodes d'interruption, et encore pendant 24 mois après l'arrêt du traitement. Votre médecin demandera des tests de grossesse pendant toute la durée de votre traitement par le vismodégib.

Le risque d'effets nocifs est élevé pour un bébé conçu par un père qui prend le vismodégib. Les hommes qui prennent le vismodégib doivent utiliser des condoms avec spermicide durant tout le traitement, y compris les périodes d'interruption, et pendant au moins 2 mois après l'arrêt du traitement pour prévenir la grossesse chez leurs partenaires.

Votre professionnel de la santé expliquera les risques potentiels pour un enfant à naître si l'un des parents prend le vismodégib.

Don de sang : les personnes qui prennent le vismodégib ne doivent pas donner leur sang pendant le traitement avec ce médicament, ni pour les 24 mois qui suivent le traitement.

Problèmes cardiaques : dans de rares cas, le vismodégib peut causer des effets secondaires touchant le cœur, comme un changement du rythme cardiaque, une insuffisance cardiaque, une crise cardiaque et l'angine de poitrine. Si vous êtes atteint de problèmes cardiaques , discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Fonction rénale : l'innocuité et l'efficacité de l'emploi de ce médicament si vous avez une fonction rénale réduite n'a pas été établi. Si votre fonction rénale est réduite ou si vous êtes atteint d'une maladie rénale, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Fonction hépatique : l'innocuité et l'efficacité de l'emploi de ce médicament si vous avez une fonction hépatique réduite n'a pas été établi. Si votre fonction hépatique est réduite ou si vous êtes atteint d'une maladie hépatique, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Grossesse : le vismodégib pourrait causer des anomalies congénitales, y compris le décès du fœtus, s'il est pris durant la grossesse. Ce médicament ne devrait pas s'employer durant la grossesse. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : on ignore si le vismodégib passe dans le lait maternel. Compte tenu du risque d'effets graves sur le développement de l'enfant, les femmes doivent s'abstenir d'allaiter durant leur traitement par le vismodégib et pendant les 24 mois après l'arrêt du traitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le vismodégib et l'un des médicaments ci-après :

  • l'acétate d'abiratérone;
  • l'amiodarone;
  • les antiacides (par ex. l'hydroxyde d'aluminium, le carbonate de calcium, l'hydroxyde de magnésium);
  • l'atorvastatine;
  • les antifongiques dont le nom se termine en « azole » (par ex. l'itraconazole, le kétoconazole, le voriconazole);
  • la carbamazépine;
  • le carvédilol;
  • le cobicistat;
  • le crizotinib;
  • la cyclosporine;
  • la dexaméthasone;
  • le dipyridamole;
  • la doxorubicine;
  • la dronédarone;
  • les inhibiteurs de la pompe à protons (par ex. le lansoprazole, l'oméprazole);
  • les inhibiteurs de la protéase d'VIH (par ex. l'atazanavir, l'indinavir, le ritonavir, le saquinavir);
  • les inhibiteurs des récepteurs H2 de l'histamine (par ex. la famotidine, la ranitidine);
  • le jus de pamplemousse;
  • le lapatinib;
  • le lomitapide;
  • les antibiotiques macrolides (par ex. la clarithromycine, l'érythromycine);
  • la méfloquine;
  • le millepertuis;
  • la néfazodone;
  • la nicardipine;
  • le nilotinib;
  • le phénobarbital;
  • la phénytoïne;
  • la prazosine;
  • la progestérone;
  • le propranolol;
  • la quinidine;
  • la quinine;
  • la réserpine;
  • la rifampine;
  • le sunitinib;
  • le tacrolimus;
  • le tamoxifène;
  • télaprévir;
  • le ténofovir;
  • la trazodone;
  • l'ulipristal;
  • le vérapamil;
  • la vinblastine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.