Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

On utilise la combinaison sofosbuvir – velpatasvir seule ou en combinaison avec la ribavirine pour traiter l’infection chronique (à long terme) causée par le virus de l’hépatite C (VHC).

Cette association médicamenteuse contient 2 médicaments : sofosbuvir et velpatasvir. Ces médicaments appartiennent tous deux à la classe de médicaments appelés antiviraux. Le sofosbuvir et le velpatasvir agissent en bloquant différentes étapes de la reproduction du virus, aidant ainsi à stopper la multiplication du virus et permettant par la même occasion au corps de se débarrasser de lui.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez ce médicament à personne, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que vous. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque comprimé pelliculé rose en forme de diamant portant les inscriptions en creux « GSI » sur un côté et « 7916 » sur l’autre contient 400 mg de sofosbuvir et 100 mg de velpatasvir. Ingrédients non médicinaux : copovidone, croscarmellose sodique, stéarate de magnésium et cellulose microcristalline; pelliculage : oxyde de fer rouge, polyéthylène glycol, alcool polyvinylique, talc et dioxyde de titane.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose recommandée de ce médicament est de 1 comprimé pris par la bouche, une fois par jour. On le prend habituellement pendant 12 semaines.

La combinaison sofosbuvir – velpatasvir peut être prise à jeun ou avec de la nourriture. Si vomissez moins de 3 heures après avoir pris le médicament, prenez-en une autre dose. Si plus de 3 heures se sont écoulées depuis votre prise du médicament, ne prenez pas d’autre comprimé. Continuez à suivre votre échéancier posologique normal.

Terminez ce médicament, même si vous commencez à vous sentir mieux.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous omettez une dose et que moins de 18 heures se sont écoulées depuis votre omission, prenez votre dose dès que possible et continuez à suivre votre échéancier normal. Si plus de 18 heures se sont écoulées depuis votre dose oubliée, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante dans son emballage d’origine, à l'abri de la lumière et de l'humidité et gardez-le hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Quiconque ayant une allergie au sofosbuvir, au velpatasvir ou à l'un des ingrédients de ce médicament, ne devrait pas l'utiliser.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • de la fatigue;
  • des maux de tête;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • un endolorissement musculaire;
  • une éruption cutanée;
  • des signes de dépression (par ex. un manque de concentration, des fluctuations pondérales, des changements du sommeil, désintérêt à l'égard de nombreuses activités, des pensées suicidaires).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Co-infection par le virus d'hépatite B : l’innocuité et l’efficacité de l’utilisation de ce médicament n’ont pas été établies chez les personnes également atteintes d’une infection par le virus de l’hépatite B. Si vous êtes atteint d’une infection par le virus de l’hépatite B, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Co-infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) : l’innocuité et l’efficacité de l’utilisation de ce médicament n’ont pas été établies chez les personnes également atteintes d’une infection par le virus du VIH. Si vous êtes atteint d’une infection par le VIH, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Les effets de certains des médicaments servant au traitement de l’infection par VIH sont modifiés par le sofosbuvir et le velpatasvir, ce qui peut contribuer à réactions indésirables importantes.

Greffe du foie : l’innocuité et l’efficacité de l’utilisation de la combinaison sofosbuvir – velpatasvir chez des personnes qui ont subi une greffe de foie n’ont pas été établies. L’utilisation de ce médicament n’est pas recommandée aux personnes qui ont subi une transplantation de foie.

Grossesse et contraception : l’utilisation de ce médicament n’est pas recommandée aux femmes enceintes ni aux femmes susceptibles de devenir enceintes, car on ignore si les composantes de la combinaison sofosbuvir – velpatasvir sont préjudiciables à un enfant à venir. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Si vous utilisez de la ribavirine en même temps que la combinaison sofosbuvir - velpatasvir, vous devez utiliser 2 méthodes de contraception efficaces (une pour chacun des partenaires) pendant le traitement et jusqu’à 6 mois après la fin de celui-ci. Un test de grossesse doit être effectué tous les mois tout au long du traitement. Si une grossesse advenait pendant que vous utilisez ce médicament, il faudrait en avertir immédiatement votre médecin.

Allaitement : on ignore si le sofosbuvir ou le velpatasvir sont transmis dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants et les adolescents âgés de moins de 18 ans.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'association sofosbuvir - velpatasvir et l'un des agents ci-après :

  • l'acétate d'abiratérone;
  • l'aliskirène;
  • l'amiodarone;
  • les antagonistes du calcium (par ex. l'amlodipine, le diltiazem, la nifédipine, le vérapamil);
  • les antiacides (par ex. l'hydroxyde d'aluminium, le carbonate de calcium, l'hydroxyde de magnésium);
  • les anticancéreux (par ex. la doxorubicine, l'étoposide, le paclitaxel, la vincristine);
  • les antidiabétiques « gliptine » (par ex. la linagliptine, la saxagliptine, la sitagliptine);
  • les antifongiques dont le nom se termine en « azole »;
  • l'asunaprévir;
  • des barbituriques (par ex. le phénobarbital, le sécobarbital);
  • le bosentan;
  • le brentuximab;
  • la carbamazépine;
  • le carvédilol;
  • la cétirizine;
  • la ciprofloxacine;
  • le cobicistat;
  • la colchicine;
  • les corticostéroïdes (par ex. la dexaméthasone, l'hydrocortisone);
  • la cyclosporine;
  • le dabigatran;
  • le déférasirox;
  • la digoxine;
  • le dipyridamole;
  • la dronédarone;
  • l'enzalutamide;
  • le grazoprévir;
  • les inhibiteurs de la pompe à protons (par ex. le lansoprazole, l'oméprazole);
  • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex. l'indinavir, le nelfinavir, le ritonavir, le saquinavir, le tipranavir);
  • les inhibiteurs de la tyrosine kinase (par ex. le bosutinib, le crizotinib, l’imatinib, le lapatinib);
  • les inhibiteurs des récepteurs H2 de l’histamine (par ex. la famotidine, la ranitidine);
  • les inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH (INNTIs; par ex. la delavirdine, l'éfavirenz, l'étravirine, la névirapine);
  • le jus de pamplemousse;
  • le lomitapide;
  • le lopéramide;
  • la loratidine;
  • le lumacaftor;
  • les médicaments antiépileptiques (par ex. la carbamazépine, le clobazam, le lévétiracétam, le phénobarbital, la phénytoïne, la primidone, le topiramate, l'acide valproïque, le zonisamide);
  • les médicaments de type « statine » pour traiter les niveaux élevés de cholestérol (par ex. l'atorvastatine, la lovastatine, la simvastatine);
  • la méfloquine;
  • le méthotrexate;
  • le millepertuis;
  • le mirabégron;
  • le mitotane;
  • le modafinil;
  • la morphine;
  • la nadolol;
  • le naloxégol;
  • la néfazodone;
  • les œstrogènes (par ex. les œstrogènes conjugués, l'œstradiol, l'éthinylœstradiol);
  • l'ondansétron;
  • la palipéridone;
  • le phénobarbital;
  • la prazosine;
  • la progestérone;
  • le propranolol;
  • le prucalopride;
  • la quinidine;
  • la quinine;
  • la réserpine;
  • la rifabutine;
  • la rifampine;
  • la rispéridone;
  • la romidepsine;
  • la silodosine;
  • le siltuximab;
  • le tacrolimus;
  • le tamoxifène;
  • le ticagrélor;
  • le tocilizumab;
  • le tolvaptan;
  • la trabectédine;
  • la trazodone.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D’autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous prenez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.